Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Commerce de détail, décembre 2020

Diffusion : 2021-02-19

Ventes au détail – Canada

53,4 milliards de dollars

Décembre 2020

-3,4 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes au détail – T.-N-L.

773,5 millions de dollars

Décembre 2020

-9,6 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes au détail – Î.-P.-É.

227,7 millions de dollars

Décembre 2020

-6,6 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes au détail – N.-É.

1 419,1 millions de dollars

Décembre 2020

-3,0 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes au détail – N.-B.

1 176,7 millions de dollars

Décembre 2020

-1,5 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes au détail – Qc

12 152,9 millions de dollars

Décembre 2020

-0,3 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes au détail – Ont.

19 108,1 millions de dollars

Décembre 2020

-6,5 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes au détail – Man.

1 694,2 millions de dollars

Décembre 2020

-7,2 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes au détail – Sask.

1 684,2 millions de dollars

Décembre 2020

-0,4 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes au détail – Alb.

7 052,3 millions de dollars

Décembre 2020

-0,6 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes au détail – C.-B.

7 880,5 millions de dollars

Décembre 2020

-2,2 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes au détail – Yn

80,8 millions de dollars

Décembre 2020

0,2 % hausse

(variation mensuelle)

Ventes au détail – T.N.-O.

78,8 millions de dollars

Décembre 2020

0,9 % hausse

(variation mensuelle)

Ventes au détail – Nt

49,4 millions de dollars

Décembre 2020

6,2 % hausse

(variation mensuelle)

Les ventes au détail ont affiché leur diminution la plus marquée depuis le creux d'avril provoqué par la pandémie de COVID-19 : elles ont reculé de 3,4 % pour atteindre 53,4 milliards de dollars en décembre. Les ventes ont diminué dans 9 sous-secteurs sur 11, lesquels représentaient 83,6 % des ventes au détail.

Les ventes au détail de base, qui excluent les ventes des stations-service et des concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles, ont également affiché leur plus faible croissance depuis avril. Elles ont reculé de 4,6 % en décembre sous l'effet de la baisse des ventes des magasins de marchandises diverses, des magasins de vêtements et d'accessoires vestimentaires, ainsi que des magasins d'articles de sport, d'articles de passe-temps, d'articles de musique et de livres.

Exprimées en volume, les ventes au détail ont reculé de 3,6 % en décembre.

Sur une base trimestrielle, les ventes au détail ont augmenté de 1,2 % au quatrième trimestre comparativement au troisième trimestre de 2020. Quant aux ventes au détail exprimées en volume, elles ont augmenté de 0,8 %.

En raison d'une recrudescence des cas de COVID-19 au Canada, les gouvernements provinciaux ont commencé à réinstaurer des mesures d'éloignement physique, lesquelles ont eu une incidence directe sur le secteur du commerce de détail. Selon les commentaires des répondants, environ 15 % des détaillants étaient fermés au cours du mois de décembre. La fermeture a duré en moyenne deux jours ouvrables. En dépit des circonstances difficiles, la plupart des détaillants ont fourni les données sur leurs ventes, et Statistique Canada les remercie de leur collaboration soutenue.

Compte tenu de l'évolution rapide de la situation économique, Statistique Canada produit une estimation provisoire des ventes au détail, qui laisse supposer que les ventes ont diminué de 3,3 % en janvier. En raison de la nature provisoire de ce chiffre, on s'attend à ce qu'il soit révisé.

Cette estimation non officielle a été calculée à partir des réponses reçues de 51 % des entreprises visées par l'enquête. Le taux de réponse moyen final à l'enquête au cours des 12 mois précédents s'est établi à 86,8 %.

Graphique 1  Graphique 1: Les ventes au détail reculent en décembre
Les ventes au détail reculent en décembre

Les baisses généralisées exercent une pression à la baisse sur les ventes au détail de base

À la suite de la croissance soutenue enregistrée en novembre, les ventes au détail de base ont reculé de 4,6 % en décembre, car tous les sous-secteurs de ce groupe, à l'exception des magasins de produits de santé et de soins personnels (+0,3 %), ont affiché une baisse de leurs ventes. Les magasins de marchandises diverses (-7,6 %) ont contribué le plus à la diminution des ventes au détail de base.

Les ventes des magasins de vêtements et d'accessoires vestimentaires ont reculé pour un troisième mois consécutif, en baisse de 17,0 % en décembre. Il s'agit de la plus forte baisse dans ce sous-secteur depuis avril. Environ la moitié des détaillants de ce sous-secteur ont déclaré avoir fermé leurs portes pendant six jours ouvrables, en moyenne, en décembre. En avril, 70 % des détaillants de ce sous-secteur ont fermé leurs portes pendant 20 jours en moyenne. Deux des trois industries de ce sous-secteur ont enregistré des reculs en décembre, tandis que les ventes dans les magasins de chaussures se sont légèrement accrues de 0,1 %.

Après avoir enregistré deux mois de croissance, les ventes des magasins d'articles de sport, d'articles de passe-temps, d'articles de musique et de livres ont diminué de plus d'un cinquième (-22,5 %) en décembre. Ce recul a coïncidé avec la fermeture des détaillants traditionnels dans plusieurs régions le lendemain de Noël, ainsi qu'avec d'autres restrictions sur la vente de biens non essentiels.

Les magasins d'appareils électroniques et ménagers (-12,8 %) et les magasins de meubles et d'accessoires de maison (-7,0 %) ont également contribué à la diminution des ventes au détail de base. Ces reculs ont fait suite aux augmentations enregistrées en novembre, au moment où des hausses record ont été observées pour plusieurs groupes de marchandises de ces sous-secteurs en raison d'une période prolongée des dépenses du Vendredi fou et d'une période hâtive des dépenses de Noël.

Les ventes des concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles diminuent pour un deuxième mois consécutif

Poursuivant leur recul de novembre, les ventes des concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles ont fléchi de 1,4 % en décembre, ce qui représente la baisse la plus prononcée depuis avril. Cette baisse est principalement attribuable à la diminution des ventes des concessionnaires d'automobiles neuves (-3,2 %). Selon l'Enquête sur les ventes de véhicules automobiles neufs, les ventes de véhicules automobiles neufs ont reculé de 1,0 % (données non désaisonnalisées) d'une année à l'autre en décembre.

Les ventes des stations-service ont augmenté pour la première fois en quatre mois, en hausse de 0,3 % en décembre. Cette croissance a été en grande partie attribuable à la hausse des prix de l'essence. Exprimées en volume, les ventes des stations-service ont reculé de 3,4 %.

Graphique 2  Graphique 2: Les ventes de 9 des 11 sous-secteurs diminuent
Les ventes de 9 des 11 sous-secteurs diminuent

Les ventes diminuent dans toutes les provinces pour la première fois depuis avril

Les ventes ont diminué dans toutes les provinces en décembre. Les baisses les plus prononcées ont été enregistrées en Ontario, en Colombie-Britannique et au Manitoba.

En Ontario, les ventes ont reculé de 6,5 %. La plus forte baisse a été enregistrée par les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles. Les ventes dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Toronto ont reculé de 9,6 %. Au cours de la deuxième moitié de décembre, l'Ontario a instauré de nouvelles mesures de confinement, qui ont interdit les ventes en magasin chez de nombreux détaillants de biens non essentiels et entraîné l'application de mesures d'éloignement physique plus strictes chez les détaillants de biens essentiels.

Les ventes en Colombie-Britannique ont fléchi de 2,2 % en décembre. Cette diminution est principalement attribuable à la baisse des ventes des magasins de marchandises diverses. Les ventes ont diminué de 2,1 % dans la RMR de Vancouver.

Au Manitoba, les ventes ont diminué pour un troisième mois consécutif, en baisse de 7,2 % en décembre sous l'effet de la baisse des ventes des magasins de marchandises diverses. Les mesures de santé publique, qui ont été instaurées à la mi-novembre et qui sont demeurées en vigueur jusqu'en décembre, ont entraîné la fermeture des magasins de détail non essentiels et restreint la vente d'articles non essentiels dans les magasins de détail essentiels au Manitoba.

Graphique 3  Graphique 3: Les ventes au détail diminuent dans toutes les provinces
Les ventes au détail diminuent dans toutes les provinces

Le commerce de détail électronique continue de progresser

Sur une base non désaisonnalisée, les ventes du commerce de détail en ligne ont atteint un sommet inégalé en décembre, en hausse de plus des deux tiers (+69,3 %) d'une année à l'autre pour atteindre 4,7 milliards de dollars en décembre. À titre de comparaison, le total des ventes au détail non désaisonnalisées a augmenté de 5,9 % d'une année à l'autre en décembre. Les ventes en ligne représentaient 7,8 % des ventes totales du commerce de détail en décembre. Il s'agit de la plus grande proportion depuis mai. L'augmentation des ventes en ligne a coïncidé avec une légère hausse du nombre de détaillants ayant déclaré des fermetures en décembre.

Si l'on tient compte des effets saisonniers de base, les ventes du commerce de détail électronique ont augmenté de 1,1 %.

Graphique 4  Graphique 4: Les ventes du commerce de détail électronique augmentent en décembre
Les ventes du commerce de détail électronique augmentent en décembre

Ventes au détail en 2020

La pandémie de COVID-19 a amené les consommateurs à modifier leurs habitudes d'achat et les détaillants, à modifier leurs pratiques commerciales, ce qui a eu des répercussions sur les ventes au détail. Tous deux ont été confrontés à un environnement de vente au détail en évolution rapide, car des mesures de protection visant à freiner la propagation de la COVID-19 ont entraîné la fermeture temporaire de magasins jugés non essentiels, ainsi que d'autres mesures d'éloignement physique. Cela a modifié la manière dont les consommateurs ont acheté des biens et fait leur magasinage.

En 2020, les détaillants canadiens ont enregistré des ventes de 606 milliards de dollars, en baisse de 1,4 % par rapport à 2019. Il s'agit de la diminution annuelle la plus importante depuis la récession de 2009, car l'apparition de la COVID-19 au premier trimestre de 2020 et les mesures sanitaires connexes ont entraîné la fermeture temporaire de nombreux détaillants traditionnels non essentiels partout au pays.

Les limites imposées sur le magasinage et les rassemblements en personne ont également contribué à diminuer le volume des ventes de 1,7 %, ce qui représente également la baisse la plus prononcée depuis 2009.

L'Ontario (-3,4 %) et l'Alberta (-2,5 %) ont enregistré les baisses les plus marquées des ventes au détail à l'échelle nationale. Les provinces de la Nouvelle-Écosse (-2,0 %), du Québec (-0,4 %) et de la Saskatchewan (-1,1 %) ont également affiché des diminutions. En revanche, les ventes en Colombie-Britannique ont augmenté de 2,3 %. Les ventes ont également été en hausse au Manitoba (+0,6 %), au Nouveau-Brunswick (+1,2 %), à Terre-Neuve-et-Labrador (+1,2 %) et à l'Île-du-Prince-Édouard (+1,5 %).

Les ventes du commerce de détail électronique montent en flèche

Au printemps 2020, les fermetures temporaires de magasins et les mesures d'éloignement physique ont rendu l'achat en ligne plus attrayant et plus accessible que l'expérience en magasin. De nombreux détaillants traditionnels ont rapidement adopté les ventes en ligne et en ont fait la promotion. En conséquence, les ventes du commerce de détail électronique ont augmenté de 70,5 % en 2020.

La proportion des ventes du commerce électronique par rapport au total du commerce de détail a atteint un sommet inégalé de 9,8 % en avril, au moment où la plupart des détaillants non essentiels avaient été obligés de fermer leurs devantures partout au pays.

Les ventes du commerce de détail électronique ont représenté 5,9 % du total des ventes au détail en 2020, en hausse par rapport à 3,5 % en 2019. L'apparition de la COVID-19 a poussé de nombreux détaillants canadiens à élargir leur plateforme de commerce électronique ou à en lancer une, ce qui a rapidement modifié le paysage du commerce de détail.

Les ventes des concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles enregistrent une baisse

En 2020, les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles (-8,8 %) ont enregistré le recul le plus prononcé des ventes au détail. Ce recul a été plus important que la baisse record précédente enregistrée par ce sous-secteur (-6,1 %) en 2009. En 2020, les ventes des concessionnaires d'automobiles neuves, qui représentaient environ le cinquième du total des ventes au détail, ont reculé de 11,5 %. Les fermetures de concessionnaires au cours des premiers mois de la pandémie ont plus que contrebalancé les fortes ventes enregistrées pendant l'été, au cours duquel il y a eu une reprise des dépenses des ménages combinée avec une demande refoulée. Selon l'Enquête sur les ventes de véhicules automobiles neufs, les ventes de véhicules automobiles neufs ont reculé de 18,0 % en 2020.

En 2020, les ventes des stations-service ont diminué de 17,8 %, ce qui représente un peu moins du dixième du total des ventes au détail. Exprimées en volume, les ventes des stations-service ont reculé de 10,9 %. Les décrets ordonnant de rester chez soi et les mesures de confinement imposées dans plusieurs régions tout au long de l'année ont fait diminuer la demande intérieure en essence. Le prix de l'essence était également plus bas en 2020 en raison des fermetures temporaires d'entreprises et de la baisse de l'activité économique mondiale.

Les ventes au détail de base augmentent

En 2020, le rythme de la croissance des ventes au détail de base a été plus de deux fois supérieur (+4,5 %) à celui de 2019 (+2,1 %). Les magasins d'alimentation, les magasins de marchandises diverses ainsi que les marchands de matériaux de construction et de matériel et fournitures de jardinage ont enregistré les hausses les plus marquées. Les ventes des magasins de vêtements et d'accessoires vestimentaires ont reculé.

En 2020, les ventes des supermarchés et autres épiceries, jugés essentiels au début de la pandémie, ont augmenté de 11,5 %. Une partie de l'augmentation est attribuable à une poussée record des ventes en mars (+28,7 %) dans un contexte d'achats de produits non périssables provoqués par la panique au début de la pandémie. Les ventes ont baissé par la suite, mais sont restées à des niveaux élevés par rapport à 2019. Des prix plus élevés ont également contribué à l'augmentation des ventes, car les prix des légumes frais et des produits de viande ont augmenté par rapport à 2019.

En 2020, les ventes dans les magasins de marchandises diverses, dont bon nombre ont été jugés essentiels, ont augmenté de 7,2 %.

Comme les consommateurs ont passé beaucoup plus de temps à domicile, les ventes des magasins de matériaux de construction et de matériel et fournitures de jardinage ont augmenté de 11,4 % en 2020. La croissance observée dans ce sous-secteur est en grande partie attribuable à l'augmentation des dépenses consacrées aux biens destinés à l'amélioration domiciliaire, car les achats d'articles de quincaillerie, d'outils, d'articles de rénovation et de produits pour pelouse et jardin sont demeurés élevés même après les mois d'été. En 2020, la hausse des prix du bois d'œuvre et de l'équipement ménager a également contribué à l'augmentation d'une année à l'autre.

En 2020, les ventes des magasins de vêtements et d'accessoires vestimentaires ont reculé de plus du quart (-25,8 %) pour atteindre leur niveau le plus bas depuis 2011. La majeure partie de cette baisse est attribuable aux restrictions imposées aux ventes en magasin dans les centres commerciaux. D'avril à juin, plus de la moitié (57 %) des détaillants de ce sous-secteur ont fermé leurs portes pendant au moins une journée. La baisse des prix a également joué un rôle dans ce recul, car, avec des stocks élevés, de nombreux détaillants ont offert des rabais sur les prix en ligne.

Les ventes de cannabis ont plus que doublé

En 2020, soit la deuxième année complète de vente légale de cannabis, les ventes des magasins de cannabis ont plus que doublé (+120,5 %) sous l'effet d'une forte demande. Les prix ont subi une pression à la baisse, car les entreprises de cannabis ont fait concurrence au marché illicite tout en composant avec une concurrence accrue d'un plus grand nombre d'entreprises entrant sur le marché.





  Note aux lecteurs

À moins d'indication contraire, toutes les données qui figurent dans le présent communiqué sont désaisonnalisées et exprimées en dollars courants.

Les données désaisonnalisées sont des données que l'on a modifiées afin d'éliminer l'effet des caractéristiques saisonnières et de calendrier dans le but de permettre des comparaisons plus utiles de la conjoncture économique d'une période à l'autre. Pour obtenir plus de renseignements sur la désaisonnalisation, veuillez consulter la page Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

La variation en pourcentage de l'estimation provisoire des ventes au détail est calculée au moyen de données désaisonnalisées et est exprimée en dollars courants.

Cet indicateur avancé est un produit spécial publié dans le contexte de la pandémie de COVID-19 pour fournir aux Canadiens des renseignements actuels sur le commerce de détail. Les sources de données et la méthodologie utilisée sont les mêmes que celles énoncées dans la page d'information de l'Enquête mensuelle sur le commerce de détail.

Les estimations de la tendance-cycle figurent dans certains graphiques afin de compléter les séries désaisonnalisées. Ces données représentent une version lissée d'une série chronologique désaisonnalisée et visent à fournir des renseignements sur les mouvements à plus long terme, y compris les variations de la direction qui sous-tend la série. Pour obtenir des renseignements sur les données de la tendance-cycle, veuillez consulter la page Web intitulée Estimations de la tendance-cycle — Foire aux questions.

Les données désaisonnalisées et les estimations de la tendance-cycle peuvent faire l'objet de révisions lorsque de nouvelles observations deviennent accessibles. Ces révisions pourraient être importantes et pourraient même entraîner le renversement du mouvement, en particulier au cours des mois de référence à la fin de la série ou pendant des périodes de perturbations économiques.

Pour obtenir des renseignements au sujet des statistiques sur le cannabis, veuillez consulter le Centre de statistiques sur le cannabis.

Les estimations désaisonnalisées relatives aux magasins de détail qui vendent du cannabis sont présentées sous forme non désaisonnalisée, car aucun profil saisonnier n'a encore été établi au moyen des statistiques officielles. L'établissement d'un tel profil exige plusieurs mois de données observées. D'ici à ce qu'il soit possible d'établir un profil saisonnier, les estimations désaisonnalisées pour les magasins de détail qui vendent du cannabis seront identiques aux chiffres non désaisonnalisés.

Les données sur le commerce de détail électronique produites par Statistique Canada comprennent les ventes en ligne de deux types de détaillants distincts. Le premier type correspond aux détaillants qui n'ont pas de vitrine. Ces entreprises sont des détaillants qui font des affaires uniquement sur Internet et elles sont classées selon le code 45411, Entreprises de magasinage électronique et de vente par correspondance, du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN). Le deuxième type de détaillants correspond à ceux qui ont une vitrine, soit les détaillants traditionnels. Si les activités en ligne d'un détaillant traditionnel sont gérées séparément, elles sont aussi classées selon le code 45411 du SCIAN.

Certaines opérations courantes du commerce de détail électronique, comme les réservations de voyages et d'hébergement, les achats de billets et les opérations financières, ne sont pas comprises dans les chiffres sur le commerce de détail au Canada.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le commerce de détail électronique au Canada, veuillez consulter le document intitulé « Commerce de détail en ligne au Canada ».

Les ventes totales du commerce de détail exprimées en volume sont calculées en corrigeant les valeurs en dollars courants à l'aide d'indices des prix à la consommation.

Tableaux de données en temps réel

Les tableaux de données en temps réel 20-10-0054-01 et 20-10-0079-01 seront mis à jour sous peu.

Prochaine diffusion

Les données de janvier 2021 sur le commerce de détail seront diffusées le 19 mars 2021.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :