Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : L'automatisation et la transformation des emplois au Canada : qui est à risque?

Diffusion : 2020-06-29

La mise au point récente de nombreuses applications de l'intelligence artificielle, telles que les véhicules sans conducteur, les robots rédacteurs et les diagnostics médicaux assistés par ordinateur, a suscité des préoccupations quant au rôle des travailleurs humains au sein de la main-d'œuvre de demain. La pandémie de COVID-19 est venue renforcer ces inquiétudes, la fermeture de certains lieux de travail et les conséquences de l'éloignement physique ayant pu conduire les entreprises à se tourner vers de nouvelles technologies automatisées pour l'exécution des tâches à accomplir. Bien que les effets économiques à long terme de la pandémie soient encore inconnus, l'intégration des technologies d'automatisation pourrait se répercuter un peu partout, dans un contexte où les fermetures de lieux de travail ont touché de nombreux travailleurs et industries.

Une nouvelle étude de Statistique Canada est la première à proposer un examen détaillé du risque de transformation de l'emploi en raison de l'automatisation pour divers groupes de travailleurs canadiens en fonction des tâches qu'ils effectuent.

L'étude a révélé que, dans l'ensemble, avant la pandémie de COVID-19, en 2016, 10,6 % des travailleurs canadiens couraient un risque élevé que leur emploi soit transformé en raison de l'automatisation. Une proportion plus élevée, 29,1 %, présentait un risque modéré.

Plusieurs groupes comptaient une proportion relativement plus élevée de travailleurs présentant un risque élevé, dont les travailleurs âgés de 55 ans et plus, ceux qui n'avaient pas de titres d'études postsecondaires ou qui avaient des titres d'études postsecondaires dans certains domaines, ceux qui avaient un faible niveau de littératie ou de numératie ainsi que ceux qui affichaient un faible revenu d'emploi. Les travailleurs qui occupaient un emploi à temps partiel, dans de petites entreprises ou dans le secteur de la fabrication, faisaient également face à un risque plus élevé de transformation de leur emploi en raison de l'automatisation.

Les travailleurs employés dans certaines professions couraient un risque plus élevé que d'autres. En particulier, plus du tiers des travailleurs faisant partie du personnel de soutien de bureau (35,7 %) présentaient un risque élevé de transformation de leur emploi en raison de l'automatisation. À l'inverse, parmi le personnel professionnel, pratiquement aucun travailleur, de plusieurs professions, ne courait un risque élevé. Il s'agit, entre autres, du personnel professionnel du droit et des services gouvernementaux, sociaux et communautaires, du personnel professionnel en services d'enseignement et des cadres intermédiaires spécialisés dans les services administratifs, les services financiers et commerciaux et les communications (sauf la radiodiffusion).

Il est important de noter que ces estimations des risques sont en grande partie fondées sur la faisabilité technologique de l'automatisation des tâches correspondantes. Il existe cependant de nombreuses raisons empêchant les employeurs de remplacer immédiatement les êtres humains par des robots, même lorsque cela est faisable sur le plan technologique. Au nombre de ces raisons figurent des raisons financières, juridiques et institutionnelles, la pénurie de travailleurs ayant les compétences recherchées en complément de l'automatisation, ainsi que des considérations liées à la demande de produits. Un risque élevé d'automatisation n'est donc pas forcément synonyme de risque élevé de perte d'emploi. Cela étant dit, ces résultats ont été estimés avant la pandémie de COVID-19, qui pourrait, dans certains cas, entraîner une accélération de l'automatisation en milieu de travail.

  Note aux lecteurs

L'étude « Automatisation et transformation des emplois au Canada : qui est à risque? » est fondée sur les données de l'Étude longitudinale et internationale des adultes de 2016 et s'appuie sur des recherches antérieures qui fournissent des estimations du risque d'automatisation selon la profession. Les estimations des risques d'automatisation sont produites en fonction de diverses caractéristiques des travailleurs et des entreprises. Elles prennent en compte 25 tâches différentes susceptibles de varier au sein d'une même profession, telles que l'enseignement, la vente de produits ou de services, le degré de résolution de problèmes ou l'exécution de travaux physiques. Un risque élevé de transformation de l'emploi en raison de l'automatisation est défini comme une probabilité de 70 % et plus, et un risque modéré, comme une probabilité se situant entre 50 % et 70 %.

Produits

L'étude « Automatisation et transformation des emplois au Canada : qui est à risque? » et un article plus court, intitulé « L'automatisation, les travailleurs et la COVID-19 », sont maintenant accessibles.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec nous au 514-283-8300 ou composer sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, veuillez communiquer avec Marc Frenette, marc.frenette@canada.ca, Division de l'analyse sociale et de la modélisation.

Date de modification :