Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Programme de la statistique du logement canadien, 2019

Diffusion : 2020-05-22

Le Programme de la statistique du logement canadien (PSLC) publie aujourd'hui, pour la première fois, des données sur les propriétés résidentielles et leurs caractéristiques pour le Nouveau-Brunswick.

Cet aperçu des propriétés résidentielles au Nouveau-Brunswick pour l'année de référence 2019 vient s'ajouter aux données publiées précédemment pour les provinces de la Colombie-Britannique, de l'Ontario et de la Nouvelle-Écosse. Cette publication marque également l'introduction d'un nouveau niveau de détail géographique, soit celui des agglomérations de recensement (AR).

Les îles de Fundy présentent le taux le plus élevé de propriétés appartenant à des non-résidents au Nouveau-Brunswick

Au Nouveau-Brunswick, 2,9 % des 374 995 propriétés résidentielles de la province appartenaient à des non-résidents du Canada. Les terrains vacants (44,9 %) et les maisons individuelles non attenantes (43,1 %) étaient les types les plus courants de propriétés résidentielles appartenant à des non-résidents. En comparaison, 64,4 % des propriétés appartenant à des résidents étaient des maisons individuelles non attenantes et 20,0 %, des terrains vacants.

Les régions bordant les États-Unis, par exemple les îles de Fundy, présentaient les taux les plus élevés de propriétés appartenant à des non-résidents. Cette observation rejoint des résultats précédents ayant montré que, dans d'autres provinces également, les régions bordant les États-Unis et les destinations à vocation récréative situées à l'extérieur des régions métropolitaines affichaient les taux les plus importants de propriétés appartenant à des non-résidents.

En 2019, à Campobello Island, deux propriétés sur cinq appartenaient à des non-résidents, ce qui en faisait la subdivision de recensement ayant le taux de propriétés appartenant à des non-résidents le plus élevé du Nouveau-Brunswick. Cette île est accessible toute l'année depuis l'État du Maine.

Carte 1  Vignette de la carte 1: Taux de propriétés appartenant à des non résidents par subdivision de recensement au Nouveau-Brunswick, 2019
Taux de propriétés appartenant à des non résidents par subdivision de recensement au Nouveau-Brunswick, 2019

Au Nouveau-Brunswick, les maisons jumelées et les maisons en rangée ont une valeur plus élevée que les maisons individuelles non attenantes

Au Nouveau-Brunswick, les valeurs médianes des évaluations foncières des maisons jumelées (148 000 $) et des maisons en rangée (146 000 $) étaient plus élevées que celles enregistrées dans le cas des maisons individuelles non attenantes (128 000 $). Presque toutes les maisons jumelées et en rangée (93,0 %) se trouvaient dans des régions métropolitaines de recensement (RMR) et dans des agglomérations de recensement (AR), comparativement à un peu plus de la moitié des maisons individuelles non attenantes.

C'est l'AR de Fredericton qui a enregistré les valeurs médianes des évaluations foncières des maisons individuelles non attenantes, des maisons jumelées et des maisons en rangée les plus élevées de la province. En tant que capitale du Nouveau-Brunswick, Fredericton compte deux universités et un secteur technologique en pleine croissance et se trouve à proximité d'un centre d'entraînement militaire.

À l'extérieur des centres de population du Nouveau-Brunswick, le pourcentage de propriétés occupées par leur propriétaire est inférieur à celui d'autres provinces

Au Nouveau-Brunswick, les propriétés non occupées par le propriétaire sont imposées par la municipalité et par la province. La proportion de propriétés occupées par leur propriétaire (78,5 %) était comparable à celle de l'Ontario (77,5 %), mais plus élevée que celles observées en Colombie-Britannique (71,1 %) et en Nouvelle-Écosse (64,9 %).

Le pourcentage de propriétés occupées par leur propriétaire (72,3 %) était inférieur hors des RMR et des AR, puisque ces propriétés étaient proportionnellement plus nombreuses à être des propriétés secondaires, comme des chalets ou d'autres logements saisonniers. Les propriétés occupées par leur propriétaire, hors des RMR et des AR, avaient une évaluation foncière 1,6 fois plus élevée que celles non occupées par le propriétaire.

La majorité des propriétés résidentielles au Nouveau-Brunswick ont plus de 20 ans

Au Nouveau-Brunswick, près des deux tiers (63,8 %) des propriétés résidentielles étaient des maisons individuelles non attenantes et une propriété résidentielle sur cinq (20,7 %) était un terrain vacant. Ces proportions sont similaires à celles observées précédemment en Nouvelle-Écosse.

Graphique 1  Graphique 1: Répartition des propriétés résidentielles au Nouveau-Brunswick selon le type de propriété, 2019
Répartition des propriétés résidentielles au Nouveau-Brunswick selon le type de propriété, 2019

La majorité des maisons individuelles non attenantes (83,5 %), des maisons mobiles (75,9 %) et des maisons en rangée (52,7 %) du Nouveau-Brunswick ont été construites avant 2001. En revanche, le trois quarts (75,8 %) des maisons jumelées de la province ont été construites après 2000.

Graphique 2  Graphique 2: Répartition de certains types de propriétés résidentielles au Nouveau-Brunswick selon la période de construction, 2019
Répartition de certains types de propriétés résidentielles au Nouveau-Brunswick selon la période de construction, 2019




  Note aux lecteurs

Les données publiées aujourd'hui représentent les propriétés résidentielles figurant sur les rôles d'évaluation foncière de 2019 pour le Nouveau-Brunswick.

Les valeurs d'évaluation foncière sont exprimées en dollars de 2018 au Nouveau-Brunswick.

Les valeurs d'évaluation foncière servent à déterminer les impôts fonciers et ne représentent pas nécessairement la valeur marchande des propriétés. Les comparaisons interprovinciales et interterritoriales des valeurs d'évaluation de types de propriétés similaires s'avèrent difficiles, étant donné que chaque province et chaque territoire a sa propre période d'évaluation et sa propre durée du rôle d'évaluation.

Pour la première fois dans le cadre du PSLC, les maisons mobiles sont classées dans une catégorie distincte des maisons individuelles non attenantes. Les données s'y rapportant figureront dans les prochaines publications, afin de fournir des valeurs d'évaluation et des mesures de la superficie habitable plus précises pour les différents types de propriétés.

Une « maison mobile » désigne un logement individuel conçu et construit pour être transporté sur son propre châssis et que l'on peut déplacer à un nouvel endroit dans un bref délai. Elle peut reposer temporairement sur une dalle de fondation qui peut être recouverte d'une jupe. La catégorie des maisons mobiles peut englober les bateaux-maisons et les mini-maisons.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Jean-Philippe Deschamps-Laporte au 343-998-7200 (jean-philippe.deschamps-laporte@canada.ca) ou avec Ellen Bekkering au 613-878-7146 (ellen.bekkering@canada.ca).

Date de modification :