Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Indices des prix des produits industriels et des matières brutes, mars 2020

Diffusion : 2020-04-30

Les prix des produits fabriqués au Canada, tels que mesurés par l'Indice des prix des produits industriels (IPPI), ont reculé de 0,9 % en mars, principalement sous l'effet de la baisse des prix des produits pétroliers raffinés. Les prix des matières brutes achetées par les fabricants exerçant des activités au Canada, tels que mesurés par l'Indice des prix des matières brutes (IPMB), ont diminué de 15,6 %, surtout en raison du recul des prix du pétrole brut.

Graphique 1  Graphique 1: Les prix des produits industriels diminuent
Les prix des produits industriels diminuent

Indice des prix des produits industriels

En mars, l'IPPI a diminué de 0,9 % d'un mois à l'autre. Il s'agit d'une troisième baisse mensuelle consécutive et de la plus forte diminution enregistrée depuis juin 2019 (-1,4 %). Parmi les 21 groupes de produits principaux, 3 étaient en baisse et 18 étaient en hausse. De février à mars, le dollar canadien s'est déprécié de 5,0 % par rapport au dollar américain. Si le taux de change était demeuré constant, l'IPPI aurait diminué de 2,1 %.

Le recul de l'IPPI était principalement attribuable à la baisse des prix des produits énergétiques et du pétrole (-14,6 %), laquelle représente la plus forte diminution enregistrée dans cette catégorie depuis décembre 2008 (-19,6 %). Les prix des produits pétroliers raffinés (-17,6 %), comme l'essence à moteur (-20,7 %), le carburant diesel (-17,1 %) et le mazout léger (-16,8 %), se sont également repliés, ayant affiché la baisse la plus marquée jamais enregistrée dans la sous-catégorie des produits pétroliers raffinés pour combustibles et des biocombustibles, laquelle est publiée depuis janvier 2010. Le recul des prix de ces produits énergétiques est principalement attribuable à la diminution prononcée des prix du pétrole brut, sur lesquels ont agi trois facteurs d'influence : l'offre mondiale excédentaire, la guerre des prix entre la Russie et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et la baisse de la demande mondiale causée par la COVID-19.

L'IPPI excluant les produits énergétiques et le pétrole a augmenté de 1,0 %. Les prix des véhicules motorisés et récréatifs ont crû de 2,0 %. Les prix des produits de pâtes et papier ont affiché une hausse de 3,2 %. Le prix d'un grand nombre de produits figurant dans ces catégories est exprimé en dollars américains; la dépréciation du dollar canadien par rapport à la devise américaine a donc eu une influence à la hausse sur ces prix. Malgré les augmentations observées dans les deux catégories susmentionnées, certains fabricants ont fait état de fermetures et d'une diminution des volumes en mars, lesquelles s'expliquent par les répercussions de la COVID-19 sur leurs activités.

D'une année à l'autre, l'IPPI a reculé de 2,4 %, principalement sous l'effet d'une baisse de 22,4 % des prix des produits énergétiques et du pétrole.

Indice des prix des matières brutes

En mars, l'IPMB a diminué de 15,6 %, ce qui représente une troisième baisse mensuelle consécutive et la plus forte diminution enregistrée depuis décembre 2008 (-15,7 %). Parmi les six groupes de produits principaux de l'IPMB, deux ont affiché une baisse et quatre, une hausse.

Le repli observé en mars s'expliquait surtout par la très forte diminution des prix enregistrée par les produits énergétiques bruts (-38,1 %). Il s'agit de la baisse la plus prononcée dans cette catégorie depuis son introduction dans l'IPMB en janvier 1981.

Le recul des prix des produits énergétiques bruts était principalement attribuable à la diminution du prix du pétrole brut classique (-39,7 %). Il s'agit de la baisse la plus prononcée jamais enregistrée pour ce produit depuis le début de la série en 1981. En mars, une multitude de facteurs se sont coalisés pour exercer une pression à la baisse sur le prix du pétrole brut. L'OPEP et la Russie ont été incapables de s'entendre pour diminuer davantage la production de pétrole brut. La coalition OPEP+, menée par l'OPEP et la Russie, avait commencé à réduire sa production en janvier 2017. La production constante de l'OPEP, de la Russie et des États-Unis a coïncidé avec une diminution de la demande mondiale causée par la COVID-19, ce qui a mené à une offre de pétrole plus grande que la demande mondiale. Selon l'Energy Information Administration, l'offre mondiale de pétrole se situait à 99,02 millions de barils de pétrole par jour (mb/j) en mars, alors que la consommation était de 89,38 mb/j. La consommation de pétrole a diminué de 6,6 % de février à mars.

L'IPMB excluant les produits énergétiques bruts a augmenté de 0,4 %. La catégorie des minerais et des concentrés de métaux et rebuts de métal a affiché une hausse de 0,8 %. Dans cette catégorie, les prix des minerais et des concentrés de métaux précieux ont augmenté de 7,3 %, principalement en raison de la hausse de 10,0 % des prix des minerais et des concentrés d'or et lingots d'usine de concentration de l'or. Le marché de l'or a été volatil en mars. Au cours de la première moitié du mois, les prix ont considérablement reculé, parallèlement au fléchissement des marchés boursiers à l'échelle mondiale. La volatilité était en partie attribuable à la vente d'or par des investisseurs pour atténuer des pertes subies ailleurs. Dans la deuxième moitié du mois, les prix de l'or ont augmenté de façon prononcée. Les investisseurs cherchant des valeurs sûres ont été en partie à l'origine de la hausse des prix. La liquidité mondiale de l'or a aussi été influencée par la COVID-19, puisque des raffineries ont été fermées et que les routes d'approvisionnement ont été perturbées. Toujours dans la catégorie des métaux, les prix des minerais et des concentrés de cuivre ont reculé de 4,9 %. Cette diminution est partiellement attribuable au sentiment négatif à l'égard de la situation macroéconomique actuelle, le cuivre étant utilisé dans les secteurs de la construction et de la fabrication d'appareils électroniques et de matériel de transport, lesquels ont subi les contrecoups de la COVID-19.

D'une année à l'autre, l'IPMB a diminué de 22,7 %, surtout en raison d'une diminution de 48,7 % des prix des produits énergétiques bruts.

Graphique 2  Graphique 2: Les prix des matières brutes diminuent
Les prix des matières brutes diminuent



  Note aux lecteurs

L'Indice des prix des produits industriels (IPPI) et l'Indice des prix des matières brutes (IPMB) sont seulement offerts à l'échelle du Canada. Certains groupes de produits de l'IPPI sont aussi offerts selon la région.

Lors de chaque diffusion, les données des six mois précédents pourraient avoir été révisées. Les indices ne sont pas désaisonnalisés.

L'Indice des prix des produits industriels est représentatif des prix que les producteurs canadiens reçoivent au moment où les produits quittent l'usine. Il ne représente pas ce que le consommateur paie. Contrairement à l'Indice des prix à la consommation, l'IPPI exclut les taxes indirectes et tous les coûts qui s'ajoutent entre le moment où un produit sort de l'usine et le moment où l'utilisateur final en prend possession, y compris les coûts de transport ainsi que du commerce de gros et de détail.

Les producteurs canadiens exportent de nombreux produits. Ils affichent souvent leurs prix en devises étrangères, particulièrement en dollars américains, lesquels sont par la suite convertis en dollars canadiens. C'est surtout le cas pour les véhicules automobiles, la pâte de bois et les produits de papier ainsi que les produits du bois. Par conséquent, les fluctuations du dollar canadien par rapport à la devise américaine ont une incidence sur l'IPPI. Toutefois, la conversion en dollars canadiens tient uniquement compte de la façon dont les répondants transmettent leurs prix. Il ne s'agit pas d'une mesure qui tient compte du plein effet des taux de change.

La conversion des prix reçus en dollars américains est fondée sur le taux de change moyen mensuel établi par la Banque du Canada et est présentée dans le tableau 33-10-0163-01 (série v111666275). Les variations mensuelles et annuelles du taux de change, telles que décrites dans le communiqué, sont calculées d'après la cotation indirecte du taux de change (par exemple, 1$CAN = X $US).

L'Indice des prix des matières brutes est représentatif des prix que paient les fabricants canadiens pour les principales matières brutes. Un grand nombre de ces prix sont fixés sur le marché mondial. Cependant, comme peu de prix sont libellés en devises étrangères, leur conversion en dollars canadiens a une incidence mineure sur le calcul de l'IPMB.

Produits

Statistique Canada a lancé le Portail des indices des prix à la production, lequel fait partie d'une série de portails relatifs aux prix et aux indices des prix. Cette page Web fournit à la population canadienne un point d'accès unique à une grande variété de statistiques et de mesures relatives aux prix à la production.

La vidéo intitulée « Indices des prix à la production » est accessible sur la page Web de l'Institut de formation de Statistique Canada. Elle présente une introduction aux indices des prix à la production de Statistique Canada, c'est-à-dire des renseignements sur leur définition, leur production et leur utilisation.

Tableau de données en temps réel

Le tableau de données en temps réel 18-10-0248-01 sera mis à jour le 11 mai.

Prochaine diffusion

Les données d'avril sur les indices des prix des produits industriels et des matières brutes seront diffusées le 29 mai.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir de plus amples renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, veuillez communiquer avec nous au 514-283-8300 ou composer sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou veuillez communiquer avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :