Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Estimations de la population du Canada : régions infraprovinciales, 1er juillet 2019

Diffusion : 2020-02-13

La croissance de la population du Canada est concentrée dans les régions urbaines, stimulée par l'immigration permanente et temporaire

Le Canada continue de s'urbaniser, la population des régions métropolitaines de recensement (RMR) ayant atteint 27,0 millions (71,7 %). La croissance des RMR a dépassé celle du reste du pays (1,7 % contre 0,6 %).

L'immigration permanente et temporaire continue de stimuler l'accroissement démographique des RMR du Canada, ayant expliqué la quasi-totalité de leur croissance en 2018-2019. En revanche, la migration internationale expliquait un peu plus de la moitié de la croissance démographique des régions du pays à l'extérieur des RMR. Cette situation est liée aux cibles plus élevées des niveaux d'immigration permanente, telles qu'établies par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, ainsi qu'à plusieurs programmes gouvernementaux qui favorisent l'accueil de nombreux travailleurs temporaires et étudiants étrangers.

Les estimations de population pour les subdivisions de recensement sont diffusées aujourd'hui pour la première fois.

Les RMR de l'Ontario sont encore celles dont la population augmente le plus rapidement

Pour une deuxième année consécutive, les RMR enregistrant les plus fortes croissances démographiques se situaient en Ontario, Kitchener–Cambridge–Waterloo (+2,8 %) venant en tête de liste, suivie de London et de la partie ontarienne d'Ottawa–Gatineau (+2,3 % chacune). L'arrivée d'un nombre élevé d'immigrants permanents et temporaires a joué un rôle-clé dans leur croissance.

En Alberta, la croissance démographique a augmenté en 2018-2019 dans les RMR de Calgary, d'Edmonton et de Lethbridge (+2,1 % chacune).

Aucune RMR n'a affiché une baisse de population au cours de la dernière année. St. John's (Terre-Neuve-et-Labrador) a été la seule RMR où la population est demeurée relativement stable.

Graphique 1  Graphique 1: Taux d'accroissement démographique selon la région métropolitaine de recensement, 2018-2019, Canada
Taux d'accroissement démographique selon la région métropolitaine de recensement, 2018-2019, Canada

L'étalement urbain se poursuit

L'étalement urbain, tel que mesuré par l'expansion des municipalités périphériques des régions métropolitaines, s'est poursuivi au cours de la dernière année au sein des plus grandes RMR du pays. Les municipalités enregistrant les plus fortes croissances étaient, dans la plupart des cas, des régions suburbaines. Par exemple, les municipalités d'East Gwillimbury (+9,5 %) et de Milton (+5,0 %) ont affiché les croissances les plus élevées de la RMR de Toronto (+2,0 %). De la même façon, Carignan (+4,6 %) et Mirabel (+4,1 %) présentaient les croissances démographiques les plus importantes de la RMR de Montréal (+1,5 %).

De plus, les trois plus grandes RMR ont aussi connu un étalement urbain qui a dépassé leurs frontières. En 2018-2019, les RMR de Toronto, de Montréal et de Vancouver ont continué d'afficher des croissances démographiques soutenues, principalement en raison de la migration internationale. Toutefois, elles ont aussi continué d'enregistrer des déficits dans leurs échanges migratoires avec les autres régions au sein de leur province respective. Ces pertes migratoires à Toronto (-47 838), à Vancouver (-14 241) et à Montréal (-14 117) ont contribué à la croissance des zones situées tout juste à l'extérieur de ces RMR. Par exemple, la croissance démographique élevée de municipalités comme Shelburne (Ontario) (+3,9 %) ou Contrecœur (Québec) (+3,9 %), voisines des RMR de Toronto et de Montréal respectivement, découle vraisemblablement de ces mouvements migratoires.

Graphique 2  Graphique 2: Répartition de la population selon le groupe d'âge et la région métropolitaine de recensement, Canada, au 1<sup>er</sup> juillet 2019
Répartition de la population selon le groupe d'âge et la région métropolitaine de recensement, Canada, au 1er juillet 2019

La population des RMR est relativement plus jeune, mais vieillit

Les RMR se distinguent par leur croissance démographique plus élevée et également en raison de leur population plus jeune. Au 1er juillet 2019, l'âge moyen dans les RMR était de 40,5 ans, comparativement à 43,2 ans dans les régions à l'extérieur des RMR. Bien que la population vivant dans les RMR soit généralement plus jeune, il n'en demeure pas moins qu'elle vieillit aussi. De 2009 à 2019, l'âge moyen a augmenté de 1,6 an dans les RMR, une hausse toutefois moindre que dans les autres régions (+2,3 ans). La proportion de la population âgée de 65 ans et plus dans les RMR (16,1 %) était également moins élevée que celle dans le reste du pays (21,1 %) au 1er juillet 2019.

Le vieillissement démographique plus rapide des régions situées à l'extérieur des RMR est souvent lié à la migration des jeunes adultes hors de ces zones. Dans l'ensemble, plus de jeunes adultes partent des régions à l'extérieur des RMR pour s'établir dans une RMR. En 2018-2019, les RMR ont ainsi enregistré des gains nets de près de 10 000 personnes de 18 à 24 ans dans leurs échanges migratoires avec les régions situées à l'extérieur des RMR. La poursuite d'études postsecondaires et l'intégration au marché du travail sont les principales motivations expliquant ces mouvements.


  Note aux lecteurs

Le présent communiqué porte principalement sur les estimations postcensitaires provisoires de la population pour les régions métropolitaines de recensement (RMR) selon l'âge et le sexe au 1er juillet 2019. Des estimations révisées au 1er juillet, pour les années 2011 à 2018, sont également disponibles. Des estimations de population sont également diffusées pour les agglomérations de recensement, les divisions de recensement, les subdivisions de recensement et les régions économiques. Consultez l'onglet Tableaux pour obtenir plus de renseignements.

Cette analyse est fondée sur des données provisoires. Comme ces données seront révisées au cours de la prochaine année, il est possible que certaines tendances décrites dans cette étude changent à la suite de ces révisions. Par conséquent, cette analyse doit être interprétée avec prudence.

Les estimations diffusées aujourd'hui sont fondées sur les chiffres du Recensement de 2016, rajustés pour tenir compte du sous-dénombrement net du recensement et des réserves indiennes partiellement dénombrées, auxquels sont ajoutées les estimations de l'accroissement démographique pour la période allant du 10 mai 2016 à la date de l'estimation. Ces estimations sont fondées sur la Classification géographique type de 2016.

La période annuelle de référence comprend la période allant du 1er juillet d'une année donnée au 1er juillet de l'année suivante. Ainsi, 2018-2019 réfère à la période allant du 1er juillet 2018 au 1er juillet 2019.

Aux fins du calcul des taux, le dénominateur est la population moyenne au cours de la période (soit la moyenne de la population entre le début et la fin de la période). Afin d'alléger le texte, les termes croissance, accroissement démographique et taux d'accroissement démographique prennent le même sens. Un taux plus grand que -0,1 % et plus petit que 0,1 % est considéré comme non significatif.

Une région métropolitaine de recensement est formée d'une ou de plusieurs municipalités adjacentes situées autour d'un centre de population (aussi appelé le noyau). Une RMR doit avoir une population totale d'au moins 100 000 habitants et son noyau doit compter au moins 50 000 habitants. Pour être incluses dans une RMR, les autres municipalités adjacentes doivent avoir un degré d'intégration élevé avec le noyau, lequel est déterminé par le pourcentage de navetteurs établi d'après les données du recensement sur le lieu de travail.

La RMR d'Ottawa–Gatineau est divisée en deux parties afin de distinguer la partie ontarienne de la partie québécoise.

Une subdivision de recensement est un terme générique qui désigne les municipalités (telle que définies par les lois provinciales-territoriales) ou les régions considérées comme étant des équivalents municipaux à des fins statistiques (p. ex. les réserves indiennes, les établissements indiens et les territoires non organisés). Afin d'alléger le texte, les termes subdivision de recensement et municipalité prennent le même sens.

Produits

La publication Estimations démographiques annuelles : régions infraprovinciales, 1er juillet 2019 (Numéro au catalogue91-214-X), est maintenant accessible.

Il est également possible de consulter le produit « Estimations démographiques annuelles, régions métropolitaines de recensement et agglomérations de recensement : tableau de bord interactif » (Numéro au catalogue71-607-X).

L'infographie intitulée « La population des régions métropolitaines et des municipalités du Canada, 1er juillet 2019 », qui fait partie de la série Statistique Canada – Infographies (Numéro au catalogue11-627-M), est également accessible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :