Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Incidence du cancer au Canada, 2017

Diffusion : 2020-01-29

Chaque année, des milliers de Canadiens reçoivent un diagnostic de cancer. L'une des façons de surveiller les répercussions du cancer sur les Canadiens consiste à mesurer l'« incidence du cancer » au Canada, soit le nombre de nouveaux cas de cancer diagnostiqués au cours d'une certaine période, généralement un an. Cette mesure aide les Canadiens à comprendre le risque de recevoir un diagnostic de cancer et elle peut être ventilée selon le sexe, l'âge et d'autres facteurs.

En 2017, plus de 149 000 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués chez les personnes vivant au Canada, à l'exception du Québec. Cela signifie que 529 personnes sur 100 000 ont reçu un diagnostic de cancer en 2017, par rapport à environ 542 personnes sur 100 000 en 2016. Comme au cours des années précédentes, les types de cancer les plus fréquemment diagnostiqués, parmi tous les nouveaux cas, ont continué d'être le cancer du sein (12,9 %), du poumon et des bronches (12,2 %), de la prostate (11,8 %), du côlon et du rectum (10,6 %) et de la vessie (5,1 %). Ensemble, ces cinq types de cancer ont représenté plus de la moitié de tous les nouveaux diagnostics de cancer.

Lorsque l'on examine les tendances de l'incidence du cancer, il est possible d'ajuster les taux pour tenir compte de l'évolution de la structure par âge de la population au fil du temps. De 2012 à 2017, le taux d'incidence global du cancer a diminué de 1,2 % chaque année si l'on tient compte de cette évolution dans la structure par âge.

En fait, le taux d'incidence de trois des cinq cancers les plus fréquemment diagnostiqués a baissé au cours des années précédant 2017. De 2014 à 2017, le taux d'incidence du cancer du poumon et des bronches a diminué annuellement de 4,1 %. D'une façon similaire, le taux d'incidence de cancer du côlon et du rectum a baissé de 6,8 % annuellement de 2015 à 2017. Le taux d'incidence du cancer de la prostate a également diminué, en baisse de 4,3 % en moyenne chaque année de 2008 à 2017. Au cours de la même période, aucun changement important n'a cependant été observé en ce qui concerne le cancer du sein ou de la vessie.

Les cancers les plus courants selon le sexe

En général, les hommes reçoivent un diagnostic de cancer plus souvent que les femmes. En 2017, 77 070 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués chez les hommes et 72 365 l'ont été chez les femmes. En 2017, les cinq cancers les plus fréquemment diagnostiqués ont représenté environ trois nouveaux cas de cancer sur cinq, tant chez les hommes que chez les femmes.

Chez les hommes, les cinq cancers les plus fréquemment diagnostiqués ont été le cancer de la prostate (22,9 % de tous les nouveaux cas), du poumon et des bronches (11,8 %), du côlon et du rectum (11,4 %), de la vessie (7,6 %) et le lymphome non hodgkinien (5,0 %).

Graphique 1  Graphique 1: Cinq cancers les plus fréquemment diagnostiqués chez les hommes, Canada (excluant le Québec), 2017
Cinq cancers les plus fréquemment diagnostiqués chez les hommes, Canada (excluant le Québec), 2017

Chez les femmes, le cancer du sein a été de loin le plus fréquemment diagnostiqué, représentant 26,5 % de tous les nouveaux cas, suivi du cancer du poumon et des bronches (12,7 %), du côlon et du rectum (9,8 %), de l'utérus (7,2 %) et de la thyroïde (4,4 %).

Graphique 2  Graphique 2: Cinq cancers les plus fréquemment diagnostiqués chez les femmes, Canada (excluant le Québec), 2017
Cinq cancers les plus fréquemment diagnostiqués chez les femmes, Canada (excluant le Québec), 2017

Certains cancers sont plus fréquemment diagnostiqués chez un sexe en particulier. Plus des trois quarts des nouveaux cas de cancer de la vessie (77,0 %), du foie (76,2 %) et de l'œsophage (75,8 %) ont été diagnostiqués chez les hommes, tout comme une proportion beaucoup plus élevée de cancer du rein et du bassinet du rein (65,5 %) et de l'estomac (65,0 %). À l'inverse, près de trois nouveaux cas sur quatre de cancer de la thyroïde ont été diagnostiqués chez les femmes (73,3 %).

D'autres cancers ont été diagnostiqués dans des proportions très similaires chez les deux sexes, comme le cancer du poumon et des bronches (49,7 % chez les hommes et 50,3 % chez les femmes) et le cancer du pancréas (52,6 % chez les hommes et 47,4 % chez les femmes).

Le cancer selon l'âge

Un cancer peut survenir à n'importe quel âge. Les personnes faisant partie du segment plus âgé de la population sont toutefois plus susceptibles de recevoir un diagnostic de cancer.

Parmi tous les nouveaux cas de cancer déclarés en 2017, 58,6 % ont touché des personnes âgées de 65 ans et plus, tandis que 36,5 % ont touché des personnes âgées de 40 à 64 ans et 4,9 %, des personnes de moins de 40 ans.

L'âge au moment du diagnostic varie selon le type de cancer. En 2017, le cancer de la prostate a été le cancer le plus souvent diagnostiqué chez les hommes âgés de 40 à 64 ans (22,8 %) et les hommes âgés de 65 ans et plus (24,3 %). Toutefois, le cancer des testicules a représenté près d'un cas de cancer sur cinq chez les hommes âgés de moins de 40 ans (19,4 %).

Chez les femmes, le cancer du sein a été le cancer le plus fréquemment diagnostiqué parmi tous les groupes d'âge. Il a représenté environ un cas de cancer sur trois chez les femmes âgées de 40 à 64 ans (33,4 %) et un cas de cancer sur cinq chez celles âgées de moins de 40 ans (20,5 %) et de 65 ans et plus (22,1 %). Le deuxième cancer le plus fréquemment diagnostiqué était celui de la thyroïde chez les femmes âgées de moins de 40 ans (18,7 %), le cancer de l'utérus (9,3 %) chez les femmes âgées de 40 à 64 ans et le cancer du poumon et des bronches (16,8 %) chez celles âgées de 65 ans et plus.


  Note aux lecteurs

Le Registre canadien du cancer (RCC) est un registre fondé sur la population comportant des données recueillies par chaque registre provincial-territorial et déclarées à Statistique Canada. L'objectif du RCC fondé sur la personne consiste à recueillir des renseignements relatifs à chaque nouveau cancer primitif diagnostiqué chez des résidents du Canada depuis 1992.

L'incidence du cancer fait référence au nombre de nouveaux cas de cancer dans une population au cours d'une période déterminée, habituellement un an. Un nouveau cas de cancer peut être défini soit comme un patient ayant reçu un diagnostic de cancer (incidence fondée sur la personne), soit comme une tumeur diagnostiquée chez un patient (incidence fondée sur les tumeurs). Puisque plus d'une tumeur primitive peut être diagnostiquée chez une même personne, l'incidence fondée sur les tumeurs est soit égale ou supérieure à celle fondée sur la personne. Les estimations présentées dans les tableaux 13-10-0111-01 et 13-10-0747-01 sont fondées sur les tumeurs.

Le taux d'incidence du cancer s'exprime généralement comme le nombre de nouveaux cas pour 100 000 personnes.

Lorsque l'on examine les tendances en matière d'incidence du cancer, les taux peuvent être ajustés afin de tenir compte des variations dans la structure par âge de la population au fil du temps. Ces taux corrigés, nommés « taux d'incidence normalisés selon l'âge », indiquent si le risque de recevoir un diagnostic de cancer a augmenté, diminué ou est demeuré stable entre deux moments déterminés. Les taux d'incidence normalisés selon l'âge l'ont été à l'aide de la population canadienne type de 2011.

Les données d'incidence du cancer au Québec ne sont pas disponibles pour les années de diagnostic 2011 et suivantes. Pour les tableaux 13-10-0111-01 et 13-10-0747-01, des estimations de l'incidence du cancer pour le Canada à l'exclusion du Québec ont été produites pour toutes les années de diagnostic.

Étant donné que de nouveaux enregistrements sont ajoutés au RCC pour le mettre à jour chaque année et que des changements sont apportés aux enregistrements antérieurs, l'incidence d'une année de diagnostic donnée peut changer d'une version à une autre. Plus particulièrement, certains nouveaux cas sont déclarés en retard à Statistique Canada, ce qui se traduit généralement par un sous-dénombrement des cas, lequel est plus prononcé pour les années de diagnostic les plus récentes. Dans l'ensemble, le délai de déclaration varie de 2 % à 3 % à l'échelle nationale. En outre, les cas diagnostiqués à partir du certificat de décès seulement n'ont pas été déclarés par l'Ontario pour l'année 2017, et par le Manitoba, depuis 2013. Cela représente un nombre supplémentaire d'environ 1 000 cas pour 2017 qui n'apparaissent pas dans la version actuelle du RCC mais qui y seront éventuellement intégrés. Ces cas ont été imputés dans le cadre de l'analyse de tendances présentée dans le quatrième paragraphe ci-dessus. Les estimations des pourcentages de variation annuelle ont été obtenues à l'aide du programme de régression Joinpoint du National Cancer Institute.

La catégorie « tous les cas de cancer confondus » fait référence à tous les cancers invasifs à l'exception des cancers de la peau autres que les mélanomes mais incluant les cas de cancer in situ de la vessie.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :