Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Rapports sur la santé : Des écarts de longévité persistent entre les groupes de population au Canada

Diffusion : 2019-12-18

Les Canadiens ne bénéficient pas tous d'un même niveau de santé. Le revenu, la scolarité et l'identité autochtone ont tous été associés à des différences d'état de santé. Selon l'Organisation mondiale de la Santé, lorsqu'il existe une différence qui aurait pu être en grande partie évitée, on la considère comme une inégalité en matière de santé. Puisque le Canada a comme priorité de corriger les inégalités, il est important de mesurer régulièrement l'état de santé, dont la mortalité. À présent, un nouvel ensemble de données, les Cohortes santé et environnement du recensement canadien (CSERCan), rend possible la mesure des inégalités au fil du temps.

Une nouvelle étude, publiée aujourd'hui dans Rapports sur la santé, s'appuie sur les CSERCan pour étudier la longévité des Autochtones. Les résultats révèlent que l'espérance de vie a été considérablement et constamment plus courte au sein des populations des Premières Nations, des Métis et des Inuits par rapport à la population canadienne non autochtone pour toutes les périodes (de 1996 à 2011).

En 2011, un enfant des Premières Nations âgé de 1 an pouvait s'attendre à vivre 75,2 années supplémentaires, ce qui représentait 9,1 années de moins qu'un enfant non autochtone du même âge. L'espérance de vie à 1 an était de 79,5 années pour les Métis et de 73,0 années pour les Inuits. Comparativement aux populations non autochtones, elle était d'environ 4,8 ans de moins pour les Métis et 11,3 ans de moins pour les Inuits.

Une deuxième étude, également publiée aujourd'hui, emploie les CSERCan pour examiner les taux de mortalité selon les niveaux de revenu et de scolarité au fil du temps. Les résultats révèlent que, quoique les taux de mortalité aient diminué au fil des années, cette diminution n'est pas commune à tous les niveaux de revenu et de scolarité. Cet écart a entraîné l'augmentation des inégalités entre les groupes de revenu et de scolarité les plus élevés et les plus faibles, chez les hommes comme chez les femmes.

En 1991, les hommes qui n'avaient pas obtenu de diplôme d'études secondaires affichaient un taux de mortalité 50 % plus élevé que celui des hommes qui avaient un diplôme universitaire. En 2011, cet écart avait atteint 90 %. En 1991, chez les femmes qui n'avaient pas obtenu de diplôme d'études secondaires, le taux de mortalité était 40 % plus important que celui des femmes ayant obtenu un diplôme universitaire. En 2011, cette inégalité s'était chiffrée à 80 %.

Les CSERCan sont décrites en détail dans une troisième étude également diffusée aujourd'hui.

  Note aux lecteurs

Ces études ont été fondées sur les Cohortes santé et environnement du recensement canadien (CSERCan), qui sont représentatives de la population à domicile ne résidant pas en établissement au moment de la collecte du recensement. Les utilisateurs doivent tenir compte des modifications à la formulation des questions et au mode de collecte lorsqu'ils interprètent les résultats.

Chaque CSERCan s'accompagnait d'une période de suivi de la mortalité de cinq ans. Par exemple, les estimations pour 2011 sont fondées sur les décès survenus entre 2011 et 2016.

Produits

Les articles « Espérance de vie des populations des Premières Nations, des Métis et des Inuits à domicile au Canada », « Tendances des inégalités en matière de mortalité au sein de la population adulte à domicile», et « Profil de cohorte : Cohortes santé et environnement du recensement canadien (CSERCan) » sont accessibles dans le numéro en ligne de décembre 2019 de Rapports sur la santé, vol. 30, no 12 (Numéro au catalogue82-003-X).

Des tableaux de données supplémentaires sur les taux de mortalité normalisés par âge selon le revenu du ménage et la province, et le niveau de scolarité, les provinces et les territoires combinés sont également disponibles.

Une vidéo qui décrit les CSERCan, « Cohortes santé et environnement du recensement canadien : création d'un nouveau programme de surveillance », a aussi été diffusée aujourd'hui.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour en savoir davantage sur l'article « Espérance de vie des populations des Premières Nations, des Métis et des Inuits à domicile au Canada », communiquez avec Evelyne Bougie (evelyne.bougie@canada.ca), Division de l'analyse de la santé.

Pour en savoir davantage sur l'article « Tendances des inégalités en matière de mortalité au sein de la population adulte à domicile », communiquez avec Didier Garriguet (didier.garriguet@canada.ca), Division de l'analyse de la santé.

Pour en savoir davantage sur l'article « Profil de cohorte : Cohortes santé et environnement du recensement canadien (CSERCan) », communiquez avec Michael Tjepkema (michael.tjepkema@canada.ca), Division de l'analyse de la santé.

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca) ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Pour obtenir plus de renseignements au sujet de la publication Rapports sur la santé, communiquez avec Janice Felman au 613-799-7746 (janice.felman@canada.ca), Division de l'analyse de la santé.

Date de modification :