Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : Surqualification chez les immigrants titulaires d'un grade universitaire aux États-Unis et au Canada

Diffusion : 2019-12-03

Le Canada et les États-Unis sont deux destinations importantes pour les immigrants et disposent de politiques d'immigration et de structures économiques distinctes. Relativement à la taille de la population nationale, la migration permanente annuelle au Canada correspondait à plus du double de celle enregistrée aux États-Unis au cours des deux dernières décennies. Comparativement à celle des États-Unis, la structure industrielle du Canada est moins axée sur le savoir et la demande de travailleurs titulaires d'un grade universitaire est plus faible.

En outre, les immigrants titulaires d'un grade universitaire aux États-Unis ont généralement été sélectionnés et parrainés par des employeurs. Jusqu'au début des années 2010, les immigrants titulaires d'un grade universitaire au Canada ont pour la plupart été admis directement de l'étranger au moyen du système de points, qui permet de sélectionner les immigrants principalement selon les caractéristiques de leur capital humain, y compris le niveau de scolarité, la langue, l'âge et l'expérience de travail. Les différences en ce qui a trait à l'équilibre de l'offre et de la demande et à la façon dont les immigrants sont sélectionnés pourraient avoir une incidence sur le rendement relatif des immigrants sur le marché du travail dans les deux pays.

Une nouvelle étude de Statistique Canada vise à comparer le taux de surqualification chez les immigrants récents, les immigrants de longue date et les travailleurs nés au pays (au Canada ou aux États-Unis) qui sont titulaires d'un baccalauréat ou d'un diplôme de niveau supérieur. Dans le cadre de cette étude, le terme « surqualification » désigne les situations où des travailleurs titulaires d'au moins un baccalauréat occupent un emploi qui exige seulement un diplôme d'études secondaires ou un niveau de scolarité moindre. La surqualification entraîne une utilisation inefficace du capital humain et une perte de productivité.

L'étude a permis de constater que les immigrants titulaires d'un baccalauréat ou d'un diplôme de niveau supérieur qui sont arrivés récemment au Canada étaient plus susceptibles d'être surqualifiés pour leur emploi que leurs homologues aux États-Unis. Toutefois, chez les travailleurs nés au pays, le taux de surqualification au Canada était légèrement inférieur à celui observé aux États-Unis.

Selon les exigences de scolarité mentionnées dans la Classification nationale des professions, 35 % des immigrants récents (ceux arrivés au pays au cours des 10 dernières années) titulaires d'au moins un baccalauréat et âgés de 25 à 64 ans en 2016 étaient surqualifiés pour leur emploi au Canada, comparativement à 21 % aux États-Unis. Cet écart variait peu lorsqu'on tenait compte des différences dans les caractéristiques sociodémographiques des immigrants récents des deux pays.

Parmi les immigrants récents de la catégorie des immigrants économiques admis par l'intermédiaire de différents programmes de sélection, ceux admis dans le cadre de la catégorie de l'expérience canadienne (CEC) présentaient le taux de surqualification le plus faible (18 %). Ce taux était même plus faible que celui observé chez les immigrants récents des États-Unis. Le processus d'admission dans le cadre de la CEC, introduite en 2008, ressemble au mécanisme de sélection par les employeurs des États-Unis. Les immigrants de la CEC sont d'abord sélectionnés à titre de travailleurs étrangers temporaires et peuvent présenter une demande de résidence permanente après avoir acquis au moins un an d'expérience de travail spécialisé au Canada.

En outre, le désavantage des immigrants du Canada en matière de surqualification par rapport à leurs homologues des États-Unis était moins important chez les immigrants de longue date arrivés au pays il y a 10 ans. La proportion de ces immigrants surqualifiés était de 21 % au Canada et de 18 % aux États-Unis. Cela donne à penser que les immigrants qui sont arrivés récemment au Canada se sortent d'une situation de surqualification plus rapidement que leurs homologues ayant immigré aux États-Unis.

Chez les travailleurs nés au pays qui étaient titulaires d'au moins un baccalauréat, le taux de surqualification était de 13 % au Canada et de 15 % aux États-Unis.

Produits

Le document de recherche « Surqualification chez les immigrants titulaires d'un grade universitaire au Canada et aux États-Unis », qui fait partie de la Série de documents de recherche, Direction des études analytiques, est maintenant accessible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Marc Frenette au 613-864-0762 (marc.frenette@canada.ca), Division de l'analyse sociale et de la modélisation.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :