Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Postes vacants, deuxième trimestre de 2019

Diffusion : 2019-09-20

Faits saillants

Au deuxième trimestre, le nombre et le taux de postes vacants ont tous deux augmenté d'une année à l'autre.

Le nombre de postes vacants a connu une hausse dans quatre provinces et deux territoires. Le Québec a été à l'origine de près de 70 % de l'augmentation à l'échelle nationale.

Le nombre de postes vacants a augmenté dans 6 des 10 principaux secteurs d'activité. Les services d'hébergement et de restauration, les services professionnels, scientifiques et techniques ainsi que les soins de santé et l'assistance sociale ont affiché les hausses les plus marquées.

Au deuxième trimestre, près d'un poste vacant sur cinq était un poste saisonnier.

Le nombre et le taux de postes vacants continuent d'augmenter

Le nombre de postes vacants s'est établi à 581 600 au deuxième trimestre, en hausse de 34 800 (+6,4 %) par rapport au deuxième trimestre de 2018. Il s'agit du 11e trimestre consécutif d'augmentation d'une année à l'autre du nombre de postes vacants. Au cours de presque tous ces 11 trimestres, la croissance d'une année à l'autre du nombre de postes vacants a dépassé celle de l'emploi mesuré par l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH).

Comme le nombre de postes vacants a augmenté à un rythme plus rapide que l'emploi, le taux de postes vacants a lui aussi continué de progresser. Du deuxième trimestre de 2018 au deuxième trimestre de 2019, le taux de postes vacants a affiché une hausse de 0,1 point de pourcentage pour s'établir à 3,5 %. Il s'agit du taux le plus élevé depuis que des données comparables sont devenues disponibles en 2015.

Le taux de postes vacants désigne le nombre de postes vacants exprimé en pourcentage de la demande de travail, c'est-à-dire la somme de tous les postes occupés et vacants.

En plus d'avoir augmenté d'une année à l'autre, le nombre de postes vacants a aussi affiché une hausse au deuxième trimestre comparativement au premier trimestre. Il se peut que cela ait été en partie attribuable aux tendances de recrutement saisonnières, une augmentation du nombre de postes vacants du premier trimestre au deuxième trimestre ayant été observée chaque année depuis que des données comparables sont devenues disponibles en 2015.

Graphique 1  Graphique 1: Le nombre de postes vacants augmente au deuxième trimestre pour une troisième année consécutive en 2019, données non désaisonnalisées
Le nombre de postes vacants augmente au deuxième trimestre pour une troisième année consécutive en 2019, données non désaisonnalisées

Le nombre de postes vacants est en hausse dans quatre provinces et deux territoires

Comparativement au deuxième trimestre de 2018, le nombre de postes vacants au deuxième trimestre de 2019 a connu une hausse dans quatre provinces et deux territoires, soit au Québec, en Ontario, en Nouvelle-Écosse, à Terre-Neuve-et-Labrador, au Yukon et au Nunavut. Le taux de postes vacants a aussi augmenté dans l'ensemble de ces provinces et territoires, sauf en Ontario, où il était inchangé.

Parallèlement, une baisse du nombre et du taux de postes vacants a été enregistrée à l'Île-du-Prince-Édouard. Le taux de postes vacants a aussi diminué au Nouveau-Brunswick, alors que le nombre de postes vacants a peu varié. Le nombre et le taux de postes vacants ont peu varié dans les autres provinces et dans les Territoires du Nord-Ouest.

Graphique 2  Graphique 2: Le Québec est à l'origine de près de 70 % de l'augmentation d'une année à l'autre du nombre de postes vacants au deuxième trimestre de 2019
Le Québec est à l'origine de près de 70 % de l'augmentation d'une année à l'autre du nombre de postes vacants au deuxième trimestre de 2019

Au Québec, le nombre de postes vacants a affiché une hausse de 24 100 (+20,7 %) par rapport au deuxième trimestre de 2018, ce qui représente près de 70 % de l'augmentation à l'échelle nationale. La croissance a été généralisée dans les secteurs et les régions économiques (RE). Au cours de la même période, le taux de postes vacants dans la province a affiché une augmentation de 0,6 point de pourcentage pour atteindre 3,8 %, soit le taux le plus élevé depuis que des données comparables sont devenues disponibles en 2015. Du deuxième trimestre de 2018 au deuxième trimestre de 2019, le taux de chômage au Québec a diminué, passant de 5,3 % à 4,9 % selon l'Enquête sur la population active.

Au deuxième trimestre, le nombre de postes vacants a augmenté de 7 400 (+3,6 %) en Ontario par rapport à un an plus tôt, le commerce de gros ayant affiché la hausse la plus marquée. Le taux de postes vacants dans la province était inchangé et s'est fixé à 3,3 %, l'emploi salarié ayant également progressé.

Le nombre total de postes vacants en Colombie-Britannique a peu varié par rapport à un an plus tôt, l'augmentation dans les soins de santé et l'assistance sociale ainsi que dans les services professionnels, scientifiques et techniques ayant été contrebalancée par la baisse dans le commerce de détail et la construction. Même si le taux de postes vacants en Colombie-Britannique (4,6 %) est demeuré le plus élevé parmi les provinces, il a peu varié par rapport à un an plus tôt. Cela a marqué le premier trimestre de hausse nulle du taux d'une année à l'autre depuis le quatrième trimestre de 2016.

Comparativement à un an plus tôt, le nombre et le taux de postes vacants ont peu varié dans les provinces des Prairies au deuxième trimestre. Les taux de postes vacants en Alberta (3,0 %), au Manitoba (2,6 %) et en Saskatchewan (2,4 %) figuraient parmi les plus faibles de l'ensemble des provinces et des territoires.

Les employeurs de l'Île-du-Prince-Édouard ont déclaré une baisse de 600 (-20,1 %) du nombre de postes vacants au deuxième trimestre comparativement à un an plus tôt. Au cours de la même période, le taux de postes vacants a diminué de 1,1 point de pourcentage pour s'établir à 3,6 %, des baisses ayant été enregistrées dans 5 des 10 principaux secteurs d'activité. Même si le nombre et le taux de postes vacants ont diminué d'une année à l'autre, ils étaient semblables à ceux observés deux ans plus tôt, au deuxième trimestre de 2017.

Le taux de postes vacants augmente ou reste stable dans la majorité des régions économiques

Les données sur les RE mettent en évidence la diversité des marchés du travail régionaux dans l'ensemble du Canada.

Au deuxième trimestre de 2019, 23 des 69 RE ont enregistré une hausse de leur taux de postes vacants par rapport à un an plus tôt. Plusieurs RE du Nord et RE rurales ont affiché des augmentations notables, y compris Côte-ouest–Northern Peninsula–Labrador, Terre-Neuve-et-Labrador (+1,6 point de pourcentage), Côte-nord et Nord-du-Québec, Québec (+1,5 point de pourcentage), Côte-nord, Nouvelle-Écosse (+1,1 point de pourcentage) et Nord-est, Ontario (+0,9 point de pourcentage).

Des baisses d'une année à l'autre du taux de postes vacants ont été enregistrées dans 11 RE, trois des plus importantes s'étant produites dans des régions de l'Alberta : Camrose–Drumheller (-1,2 point de pourcentage), Red Deer (-1,1 point de pourcentage) et Lethbridge–Medicine Hat (-0,8 point de pourcentage).

Le taux de postes vacants a peu varié comparativement au même trimestre de l'année précédente dans les 35 RE restantes.

Le nombre de postes vacants est en hausse dans 6 des 10 principaux secteurs d'activité

Du deuxième trimestre de 2018 au même trimestre en 2019, le nombre de postes vacants a augmenté dans 6 des 10 principaux secteurs d'activité (du point de vue de l'emploi). Au cours de cette période, la croissance était principalement attribuable aux services d'hébergement et de restauration, aux services professionnels, scientifiques et techniques ainsi qu'aux soins de santé et à l'assistance sociale.

Parmi les plus petits secteurs, le nombre de postes vacants a augmenté dans l'agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse, atteignant son niveau le plus élevé depuis que des données comparables sont devenues disponibles en 2015. Le nombre de postes vacants a aussi augmenté dans l'industrie de l'information et l'industrie culturelle, particulièrement dans les télécommunications et la radiotélévision.

Graphique 3  Graphique 3: Le nombre de postes vacants est en hausse dans 6 des 10 principaux secteurs d'activité du point de vue de l'emploi au deuxième trimestre de 2019
Le nombre de postes vacants est en hausse dans 6 des 10 principaux secteurs d'activité du point de vue de l'emploi au deuxième trimestre de 2019

Le nombre de postes vacants dans les services d'hébergement et de restauration a augmenté de 6 000 (+8,4 %) du deuxième trimestre de 2018 au même trimestre en 2019. Ce sont le Québec et l'Alberta qui ont contribué le plus à la hausse; une croissance relativement marquée a aussi été observée au Manitoba et en Nouvelle-Écosse. Le taux de postes vacants dans ce secteur a progressé de 0,4 point de pourcentage pour s'établir à 5,6 %, et la moyenne du salaire horaire offert a connu une hausse de 0,60 $ (+4,4 %) pour s'établir à 14,25 $. Les augmentations les plus marquées du salaire offert moyen ont été enregistrées en Colombie-Britannique, en Alberta et au Québec, toutes des provinces où le salaire minimum a augmenté depuis le deuxième trimestre de 2018.

Dans les services professionnels, scientifiques et techniques, le nombre de postes vacants a affiché une hausse de 5 800 (+16,9 %) du deuxième trimestre de 2018 au deuxième trimestre de 2019. Ces augmentations se sont produites presque entièrement au Québec, en Colombie-Britannique et en Alberta. Près de la moitié de l'emploi salarié dans ce secteur se trouve dans ces trois provinces selon l'EERH. Le taux de postes vacants dans le secteur a affiché une augmentation de 0,4 point de pourcentage pour atteindre 4,0 %, et la moyenne du salaire offert a peu varié, se chiffrant à 29,90 $ l'heure.

Les employeurs dans les soins de santé et l'assistance sociale ont déclaré une hausse de 5 300 (+8,4 %) du nombre de postes vacants au deuxième trimestre de 2019 comparativement à un an plus tôt. Celle-ci était presque entièrement attribuable aux augmentations enregistrées au Québec et en Colombie-Britannique. Le taux de postes vacants dans ce secteur a progressé de 0,2 point de pourcentage d'une année à l'autre pour s'établir à 3,3 %, soit le taux le plus élevé depuis que des données comparables sont devenues disponibles en 2015. La moyenne du salaire horaire offert a peu varié, s'établissant à 23,60 $.

Comparativement à un an plus tôt, le nombre de postes vacants dans le secteur de la fabrication a augmenté de 1 900 (+3,8 %) au deuxième trimestre de 2019, et cette hausse était principalement attribuable au Québec. À l'échelle nationale, un peu plus de la moitié de la hausse dans ce secteur a touché la fabrication de produits métalliques. La moyenne du salaire horaire offert pour les postes vacants dans ce secteur a progressé de 1,10 $ (+5,3 %), s'établissant à 21,75 $, tandis que le taux de postes vacants était inchangé, se chiffrant à 3,1 %.

Le nombre de postes vacants dans les services d'enseignement a progressé de 1 800 (+12,7 %) d'une année à l'autre, principalement en Ontario, et le taux de postes vacants a connu une hausse de 0,1 point de pourcentage pour atteindre 1,1 %. La moyenne du salaire horaire offert a diminué de 0,60 $ (-2,2 %) pour s'établir à 26,65 $. Il s'agit du seul secteur où la moyenne du salaire offert a diminué. La variation de la moyenne du salaire offert peut rendre compte à la fois de la variation des salaires et de la répartition des postes vacants.

Pleins feux sur les postes vacants liés à des emplois saisonniers

Au deuxième trimestre de 2019, le nombre de postes vacants liés à des emplois saisonniers a augmenté de 6 600 (+6,4 %) comparativement à un an plus tôt, soit le même taux de croissance que celui observé pour le nombre total de postes vacants. Les postes vacants liés à des emplois saisonniers ont représenté près du cinquième de tous les postes vacants (18,9 %), soit à peu près la même proportion qu'au même trimestre en 2018. Le nombre et la proportion de postes vacants liés à des emplois saisonniers sont habituellement plus élevés au deuxième trimestre de chaque année, les employeurs étant à la recherche de travailleurs pour la saison estivale.

Graphique 4  Graphique 4: Le nombre de postes vacants liés à des emplois saisonniers augmente au même rythme que le nombre total de postes vacants du deuxième trimestre de 2018 au deuxième trimestre de 2019
Le nombre de postes vacants liés à des emplois saisonniers augmente au même rythme que le nombre total de postes vacants du deuxième trimestre de 2018 au deuxième trimestre de 2019

Cinq professions ont été à l'origine d'environ le quart (24,6 %) de tous les postes vacants liés à des emplois saisonniers au deuxième trimestre. Trois de ces cinq professions — manœuvres en aménagement paysager et en entretien des terrains, animateurs et responsables de programmes de sports, de loisirs et de conditionnement physique de même qu'ouvriers agricoles — étaient reconnues pour leur caractère saisonnier, les postes saisonniers y représentant plus de 60 % de tous les postes vacants. Les deux autres professions — vendeurs dans les commerces de détail et serveurs au comptoir, aides de cuisine et personnel de soutien assimilé — comptaient le nombre le plus élevé de postes vacants au cours du trimestre, mais ont affiché une tendance saisonnière moins prononcée.



  Note aux lecteurs

L'Enquête sur les postes vacants et les salaires (EPVS) fournit des données exhaustives sur les postes vacants et les salaires selon le secteur d'activité et la profession détaillée pour le Canada, les provinces, les territoires et les régions économiques. Les données sur les postes vacants et les salaires offerts sont diffusées trimestriellement.

Les estimations par secteur sont fondées sur la version 3.0 du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord de 2017. Les estimations par aire géographique sont fondées sur la Classification géographique type de 2016. Les estimations par profession se basent sur la version 1.2 de la Classification nationale des professions (CNP) de 2016. La CNP est une structure hiérarchique à quatre niveaux de groupes de professions comportant des niveaux successifs de désagrégation. La structure est la suivante : 1) 10 grandes catégories professionnelles (CNP à un chiffre); 2) 40 grands groupes (CNP à deux chiffres); 3) 140 groupes intermédiaires (CNP à trois chiffres); 4) 500 groupes de base (CNP à quatre chiffres).

La collecte de données relatives au volet sur les salaires a été interrompue en janvier 2018. Une étude visant à trouver une manière de fournir des renseignements plus détaillés selon la région et la profession est en cours. La collecte de renseignements sur les salaires reprendra en fonction des résultats de l'étude.

Les données de l'EPVS ne sont pas désaisonnalisées. Une certaine prudence est donc de mise dans l'interprétation des comparaisons d'un trimestre à l'autre, puisque celles-ci pourraient rendre compte de mouvements saisonniers.

La présente analyse porte sur les différences entre les estimations qui sont statistiquement significatives à un niveau de confiance de 68 %.

Les statistiques sommaires relatives aux séries chronologiques sur les postes vacants tirées de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH) sont présentées dans les tableaux 14-10-0224-01, 14-10-0225-01, 14-10-0226-01 et 14-10-0227-01.

Les données de l'EERH utilisées dans le présent communiqué du Quotidien représentent des moyennes mobiles sur trois mois pour le mois mai 2019 afin de mieux correspondre aux données de la période de référence de l'EPVS.

Les données de l'Enquête sur la population active utilisées dans le présent communiqué du Quotidien correspondent à des moyennes mobiles sur trois mois pour le mois de juin 2019.

Qualité des données de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires

La population cible de l'enquête comprend tous les emplacements commerciaux au Canada, à l'exclusion de ceux dont l'activité principale relève des secteurs des organismes religieux et des ménages privés. Les administrations publiques fédérale, provinciales et territoriales sont également exclues de l'enquête à l'heure actuelle.

Prochaine diffusion

Les données sur les postes vacants de l'EPVS pour le troisième trimestre seront diffusées le 17 décembre.

Produits

Il est possible d'obtenir en ligne de plus amples renseignements sur les concepts et l'utilisation des données de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires dans le Guide de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires (Numéro au catalogue75-514-G).

Il est également possible de consulter le produit « Indicateurs du marché du travail, selon la province, le territoire et la région économique, données non désaisonnalisées » (Numéro au catalogue71-607-X). Cette application Web dynamique donne accès aux indicateurs du marché du travail de Statistique Canada pour le Canada, selon la province, le territoire et la région économique, et permet aux utilisateurs d'obtenir un aperçu des indicateurs clés du marché du travail, de consulter le classement géographique pour chaque indicateur en utilisant une carte et un tableau interactifs ainsi que d'insérer facilement les données dans d'autres programmes.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec nous au 514-283-8300 ou composer sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, veuillez communiquer avec Myriam Hazel au 613-219-4345 (myriam.hazel@canada.ca), Centre de l'information sur le marché du travail.

Date de modification :