Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Production des principales grandes cultures, juillet 2019

Diffusion : 2019-08-28

Selon les résultats de l'Enquête sur les grandes cultures de juillet, les agriculteurs de l'ensemble du Canada s'attendent à une diminution de la production de blé, de canola, de maïs-grain et de soya en 2019 par rapport à l'année précédente, mais à une augmentation de la production d'orge et d'avoine.

Malgré le temps sec dans les Prairies au début de la saison de croissance, des pluies opportunes ayant commencé à la fin de juin et au début de juillet ont contribué à améliorer la santé des cultures dans plusieurs régions de l'Ouest canadien, notamment dans certaines régions de la Saskatchewan et du sud du Manitoba.

Une comparaison des précipitations entre le début de la saison de croissance et la mi-juillet, au moment de la collecte des données de l'Enquête sur les grandes cultures de juillet, montre que les conditions d'humidité se sont nettement améliorées.

Carte 1  Vignette de la carte 1: Pourcentage des précipitations moyennes du 1<sup>er </sup>avril au 17 juin 2019 (pendant la saison de croissance), comparativement à la moyenne annuelle, selon la province
Pourcentage des précipitations moyennes du 1er avril au 17 juin 2019 (pendant la saison de croissance), comparativement à la moyenne annuelle, selon la province

Carte 2  Vignette de la carte 2: Pourcentage des précipitations moyennes du 1<sup>er</sup> avril au 15 juillet 2019 (pendant la saison de croissance), comparativement à la moyenne annuelle, selon la province
Pourcentage des précipitations moyennes du 1er avril au 15 juillet 2019 (pendant la saison de croissance), comparativement à la moyenne annuelle, selon la province

Les résultats du Programme d'évaluation de l'état des cultures révèlent que la croissance globale des plantes s'est améliorée dans de nombreuses régions de l'Ouest canadien tout au long du mois de juillet, à mesure que progressait la collecte des données de l'enquête. Le temps frais et humide du printemps dans l'est du Canada s'est traduit par de mauvaises conditions d'ensemencement et a contribué à un développement des cultures plus lent tôt dans la saison. Au cours de la période de collecte, la situation s'est améliorée dans le sud de l'Ontario et l'est du Québec.

Carte 3  Vignette de la carte 3: Indice de végétation pour la semaine du 15 juillet 2019 (pendant la période de collecte des données de l'enquête), par rapport à l'indice de végétation pour la semaine du 1<sup>er</sup> juillet 2019, selon la région agricole de recensement, Ouest canadien
Indice de végétation pour la semaine du 15 juillet 2019 (pendant la période de collecte des données de l'enquête), par rapport à l'indice de végétation pour la semaine du 1er juillet 2019, selon la région agricole de recensement, Ouest canadien

Carte 4  Vignette de la carte 4: Indice de végétation pour la semaine du 15 juillet 2019 (pendant la période de collecte des données de l'enquête), par rapport à l'indice de végétation pour la semaine du 1<sup>er</sup> juillet 2019, selon la région agricole de recensement, est du Canada
Indice de végétation pour la semaine du 15 juillet 2019 (pendant la période de collecte des données de l'enquête), par rapport à l'indice de végétation pour la semaine du 1er juillet 2019, selon la région agricole de recensement, est du Canada

La production de blé devrait diminuer sous l'effet d'une réduction de la superficie récoltée et d'une baisse des rendements

À l'échelle nationale, la production de blé devrait reculer de 2,9 % par rapport à l'année précédente pour s'établir à 31,3 millions de tonnes en 2019, principalement sous l'effet d'une réduction de 1,1 % de la superficie récoltée. De plus, les rendements devraient diminuer de 2,1 % pour s'établir à 47,5 boisseaux à l'acre.

La diminution de la production de blé est en grande partie attribuable à une baisse de la production de blé d'hiver et de blé dur, laquelle s'explique par une réduction de la superficie ensemencée et récoltée en 2019. À l'inverse, la superficie et la production de blé de printemps devraient toutes deux augmenter.

En Saskatchewan, les producteurs s'attendent à ce que la production de blé diminue de 3,9 % d'une année à l'autre pour se chiffrer à 14,1 millions de tonnes, principalement sous l'effet d'une diminution de 3,3 % des rendements prévus, lesquels s'établiraient alors à 40,9 boisseaux à l'acre. Les agriculteurs s'attendent à ce que la superficie récoltée diminue légèrement de 0,6 % pour s'établir à 12,7 millions d'acres.

Les producteurs de blé de l'Alberta prévoient que les rendements augmenteront légèrement de 2,4 % pour atteindre 50,9 boisseaux à l'acre en 2019. Malgré une diminution de 1,8 % de la superficie récoltée, une augmentation de 0,5 % de la production totale de blé est prévue, laquelle s'établirait alors à 10,1 millions de tonnes.

Au Manitoba, selon les estimations, la production de blé devrait augmenter de 5,5 % pour se chiffrer à 5,1 millions de tonnes en 2019, sous l'effet d'une augmentation de 7,8 % de la superficie récoltée, qui atteindrait 3,1 millions d'acres. Toujours selon les estimations, les rendements devraient être stables à 59,6 boisseaux à l'acre.

Les agriculteurs de l'Ontario s'attendent à ce que la production de blé (dont la majorité est du blé d'hiver) diminue de 29,4 % pour s'établir à 1,6 million de tonnes. Ce repli est le résultat d'une réduction de la superficie récoltée (-24,8 %) et d'une baisse des rendements (-6,2 %). La réduction prévue de la superficie récoltée est attribuable aux rudes conditions météorologiques hivernales et printanières.

La production de canola devrait augmenter au Manitoba et diminuer en Saskatchewan et en Alberta

À l'échelle nationale, les agriculteurs s'attendent à produire 18,5 millions de tonnes de canola en 2019, en baisse de 9,3 % par rapport à 2018. Ce repli est en grande partie attribuable à une réduction prévue de 8,3 % de la superficie récoltée, qui se situerait alors à 20,7 millions d'acres. Cette diminution de la superficie récoltée pourrait être attribuable à une réduction de la superficie ensemencée à la suite des problèmes commerciaux en cours relativement à l'accès limité aux marchés d'exportation chinois. Malgré un temps sec en début d'année, l'augmentation de l'humidité à la fin de juin a contribué au développement des cultures, de sorte que les agriculteurs ont déclaré un rendement moyen prévu de 39,4 boisseaux à l'acre, en baisse de 1,0 % par rapport à l'année précédente.

En Saskatchewan, les agriculteurs s'attendent à ce que leur production de canola diminue de 12,4 % par rapport à l'année précédente pour s'établir à 9,6 millions de tonnes. Cette baisse est attribuable à une réduction prévue de la superficie récoltée de 7,1 % par rapport à l'année précédente. Les rendements devraient diminuer de 5,6 % pour s'établir à 37,1 boisseaux à l'acre.

Les agriculteurs de l'Alberta s'attendent à ce que les rendements de canola augmentent de 3,4 % pour atteindre 40,1 boisseaux à l'acre en 2019. Malgré cette hausse des rendements attendus, la production devrait diminuer de 9,4 % pour s'établir à 5,3 millions de tonnes, en partie sous l'effet d'une réduction prévue de la superficie récoltée de 12,6 %.

Au Manitoba, les rendements moyens sont estimés à 45,8 boisseaux à l'acre en 2019. Malgré une réduction prévue de 2,5 % de la superficie récoltée, la production devrait augmenter de 3,1 % pour atteindre 3,4 millions de tonnes.

La production de maïs-grain devrait diminuer dans le centre du Canada

À l'échelle nationale, les agriculteurs s'attendent à ce que la production de maïs-grain diminue de 2,0 % comparativement à l'année précédente pour s'établir à 13,6 millions de tonnes en 2019. Malgré une augmentation de la superficie récoltée de 2,3 % pour se chiffrer à 3,6 millions d'acres, les rendements devraient diminuer de 4,1 % pour s'établir à 148,2 boisseaux à l'acre. Les conditions météorologiques très variables tout au long de l'année ont probablement eu une incidence tant sur la superficie que sur les rendements. Dans l'est du Canada, certains agriculteurs ont dû retarder l'ensemencement en raison des mauvaises conditions d'ensemencement dues au temps froid et humide. L'Ontario et le Québec ont ensuite vu leurs températures grimper considérablement et ont reçu peu de pluie tout au long du mois de juillet, ce qui pourrait avoir eu une incidence supplémentaire sur les cultures de maïs-grain.

Les agriculteurs de l'Ontario, la principale province productrice de maïs-grain, s'attendent à ce que les rendements diminuent de 6,0 % par rapport à l'année précédente pour s'établir à 156,1 boisseaux à l'acre en 2019. La superficie récoltée devrait augmenter de 4,6 % comparativement à l'année précédente. Par conséquent, les agriculteurs s'attendent à ce que la production globale en Ontario diminue de 1,6 % pour s'établir à 8,6 millions de tonnes.

Au Québec, les producteurs de maïs-grain s'attendent à ce que la production diminue de 8,6 % pour se fixer à 3,3 millions de tonnes en 2019 en raison d'une réduction prévue de 2,0 % de la superficie récoltée, laquelle s'établirait à 928 700 acres. Les rendements devraient reculer de 6,8 % pour se situer à 140,2 boisseaux à l'acre.

La production de soya devrait diminuer

À l'échelle nationale, les agriculteurs prévoient que les rendements de soya diminueront de 5,4 % pour s'établir à 40,2 boisseaux à l'acre en 2019. La superficie récoltée devrait diminuer de 9,7 % pour se fixer à 5,7 millions d'acres, ce qui se traduirait par une baisse de 14,6 % de la production, qui se chiffrerait à 6,2 millions de tonnes.

Comme dans le cas du maïs-grain, les mauvaises conditions d'ensemencement printanières dans l'est du Canada, conjuguées aux conditions de plus en plus chaudes et sèches en juillet, ont probablement contribué à la baisse prévue des rendements au Québec et en Ontario. Ensemble, ces deux provinces produisent la majorité du soya cultivé au Canada.

Les producteurs de soya de l'Ontario s'attendent à ce que leur production diminue de 12,5 % pour s'établir à 3,7 millions de tonnes en 2019. La superficie récoltée devrait augmenter de 3,0 % pour atteindre 3,1 millions d'acres, alors que le rendement devrait diminuer de 15,2 % pour se fixer à 43,6 boisseaux à l'acre.

Au Manitoba, selon les estimations, la production de soya devrait diminuer de 18,7 % pour s'établir à 1,3 million de tonnes en 2019, principalement en raison d'une réduction de 22,3 % de la superficie récoltée. Toujours selon les estimations, les rendements devraient atteindre 32,5 boisseaux à l'acre en 2019. La diminution prévue de la superficie récoltée est attribuable à la décision des agriculteurs de la province de réduire la superficie ensemencée après avoir connu des rendements plus faibles pendant plusieurs années en raison des conditions sèches.

Au Québec, les agriculteurs s'attendent à une baisse de 8,1 % des rendements de soya, lesquels s'établiraient à 43,1 boisseaux à l'acre en 2019. La superficie récoltée devrait diminuer de 1,4 % pour s'établir à 900 100 acres. Par conséquent, la production devrait reculer de 9,3 % pour s'établir à 1,1 million de tonnes en 2019.

Les agriculteurs prévoient récolter davantage d'orge et d'avoine

À l'échelle nationale, les agriculteurs s'attendent à ce que leur production d'orge augmente de 15,1 % par rapport à un an plus tôt pour atteindre 9,6 millions de tonnes en 2019. Cette hausse est principalement attribuable à une augmentation de 12,8 % de la superficie récoltée, qui se chiffrerait à 6,7 millions d'acres. Les rendements devraient progresser de 2,2 % pour atteindre 66,4 boisseaux à l'acre. La Saskatchewan et l'Alberta, les deux principales provinces productrices d'orge, ont toutes deux déclaré une augmentation prévue de la superficie récoltée et de la production.

La production d'avoine devrait augmenter de 15,0 % pour atteindre 4,0 millions de tonnes sous l'effet d'une augmentation de 15,2 % de la superficie récoltée, laquelle s'établirait à 2,9 millions d'acres en 2019. Les rendements devraient être stables et se chiffrer à 89,6 boisseaux à l'acre.


  Note aux lecteurs

Le présent communiqué contient les estimations préliminaires de la production de 2019 ainsi que les données sur la production de 2018, qui ont été révisées s'il y a lieu. Les estimations sont tirées de l'Enquête sur les fermes de juillet sur la production des grandes cultures, laquelle a été menée du 4 juillet au 5 août 2019 auprès d'environ 13 110 agriculteurs canadiens. Ces derniers ont été invités à déclarer leurs estimations en ce qui concerne la superficie, le rendement et la production relativement aux céréales, aux graines oléagineuses et aux cultures spéciales.

Les enquêtes sur les fermes permettent de recueillir des données au Québec, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta pour chacun des cinq cycles d'enquête de la campagne agricole (de mars à décembre). Toutefois, les données sont recueillies deux fois par année (à l'occasion de l'Enquête sur les fermes de juin sur les superficies ensemencées et de l'Enquête sur les fermes de novembre sur la production finale des grandes cultures) à Terre-Neuve-et-Labrador, à l'Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et en Colombie-Britannique, qui représentent ensemble de 2 % à 4 % des totaux nationaux.

Depuis juillet 2014, les estimations de la production de juillet de ces provinces reposent sur les estimations définitives des trois campagnes agricoles précédentes. La superficie récoltée est d'abord estimée selon le ratio de la somme des superficies récoltées des trois années précédentes sur la somme des superficies ensemencées des trois années précédentes. Ce ratio moyen est ensuite appliqué à la superficie ensemencée de la campagne en cours, tirée de l'enquête de juin. Cette superficie récoltée est ensuite multipliée par le rendement moyen des trois années précédentes, ce qui permet d'estimer la production.

Les estimations définitives de la production de 2019 seront diffusées le 6 décembre 2019 et pourraient faire l'objet de révisions pendant deux ans.

Le 12 septembre 2019, Statistique Canada diffusera les estimations modélisées du rendement et de la production des grandes cultures au Canada. Ces données sont produites au moyen de la télédétection, de données d'enquête et de données agroclimatiques.

Depuis juillet 2019, des données modélisées sont utilisées pour évaluer le rendement et la production de juillet au Manitoba. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les estimations modélisées de juillet, veuillez consulter le rapport intitulé « Modélisation intégrée du rendement des cultures au moyen de la télédétection, de données agroclimatiques et de données d'enquête ».

Sources de données additionnelles

Les lecteurs sont invités à visiter l'application Web du Programme d'évaluation de l'état des cultures, un outil supplémentaire permettant d'évaluer les conditions de croissance des grandes cultures au cours de la campagne agricole. Ils peuvent y suivre un indice de végétation des terres en culture, mis à jour chaque semaine.

Le graphique intitulé « Aperçu de l'Enquête sur les grandes cultures : Un graphique facile à imprimer », qui offre une vue d'ensemble du cycle de l'enquête, est maintenant accessible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir de plus amples renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, veuillez communiquer avec nous au 514-283-8300 ou composer sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou veuillez communiquer avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :