Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Statistiques financières trimestrielles des entreprises, deuxième trimestre de 2019

Diffusion : 2019-08-23

Bénéfices d'exploitation des sociétés canadiennes

107,1 milliards de dollars

Deuxième trimestre de 2019

5,2 % hausse

(variation trimestrielle)

Bénéfices d'exploitation généraux

Les sociétés canadiennes ont réalisé des bénéfices d'exploitation de 107,1 milliards de dollars au deuxième trimestre, en hausse de 5,3 milliards de dollars ou de 5,2 % par rapport au premier trimestre, mais en baisse de 0,4 % par rapport au deuxième trimestre de 2018.

Graphique 1  Graphique 1: Bénéfices d'exploitation trimestriels
Bénéfices d'exploitation trimestriels

Industries non financières

Dans les industries non financières, les bénéfices d'exploitation ont augmenté de 1,6 milliard de dollars (+2,2 %) par rapport au premier trimestre pour se chiffrer à 75,7 milliards de dollars. Dans l'ensemble, les bénéfices d'exploitation ont connu une hausse dans 13 des 17 industries non financières.

Comparativement au deuxième trimestre de 2018, les bénéfices d'exploitation des entreprises non financières canadiennes se sont accrus de 2,8 %.

Les bénéfices d'exploitation augmentent dans l'industrie de l'extraction de pétrole et de gaz et des activités de soutien

Les bénéfices d'exploitation de l'industrie de l'extraction de pétrole et de gaz et des activités de soutien ont augmenté de 325 millions de dollars (+20,7 %) au deuxième trimestre pour atteindre 1,9 milliard de dollars. Cette croissance est attribuable à la hausse des prix du pétrole.

Les bénéfices d'exploitation progressent dans le secteur de la fabrication

Les bénéfices d'exploitation du secteur de la fabrication ont augmenté de 116 millions de dollars (+0,8 %) par rapport au premier trimestre pour s'établir à 15,3 milliards de dollars, 5 des 13 industries ayant enregistré des hausses.

Cette croissance est principalement attribuable aux bénéfices d'exploitation générés par la fabrication de produits du pétrole et du charbon, qui ont progressé de 702 millions de dollars (+29,6 %) par rapport au premier trimestre, en raison de la hausse des prix du pétrole.

En revanche, les bénéfices d'exploitation générés par la fabrication de produits en bois et de produits de papier ont reculé de 249 millions de dollars (-20,4 %) par rapport au premier trimestre, en raison de la dégradation de la conjoncture du marché et des coûts élevés des billes de bois.

Les bénéfices d'exploitation générés par la fabrication de véhicules et de pièces automobiles ont également diminué de 242 millions de dollars (-17,3 %) au deuxième trimestre.

Les bénéfices d'exploitation affichent une hausse dans le commerce de gros et le commerce de détail

Dans le commerce de gros, les bénéfices d'exploitation ont augmenté de 214 millions de dollars (+2,3 %) pour se chiffrer à 9,4 milliards de dollars au deuxième trimestre. Cette croissance est principalement attribuable aux bénéfices d'exploitation générés par les grossistes-marchands de machines, de matériel et de fournitures, lesquels ont progressé de 221 millions de dollars (+9,5 %).

Dans le commerce de détail, les bénéfices d'exploitation ont augmenté de 68 millions de dollars (+1,2 %) par rapport au premier trimestre pour atteindre 5,8 milliards de dollars. Cette hausse est surtout attribuable aux bénéfices d'exploitation générés par les magasins de meubles, d'accessoires de maison et d'appareils électroniques et ménagers, qui ont connu une hausse de 50 millions de dollars (+13,6 %).

Graphique 2  Graphique 2: Variation des bénéfices d'exploitation des principales industries non financières
Variation des bénéfices d'exploitation des principales industries non financières

Les bénéfices d'exploitation augmentent dans les industries financières

Les bénéfices d'exploitation des industries financières se sont accrus de 3,7 milliards de dollars (+13,4 %) pour passer de 27,7 milliards de dollars au premier trimestre à 31,4 milliards de dollars au deuxième trimestre.

Les bénéfices d'exploitation de l'intermédiation financière par le biais de dépôts ont augmenté de 2,6 milliards de dollars (+21,0 %) pour atteindre 15,1 milliards de dollars. Cette hausse est principalement attribuable aux bénéfices d'exploitation générés par les activités bancaires et les autres activités d'intermédiation financière par le biais de dépôts, bénéfices qui ont crû de 2,5 milliards de dollars (+22,3 %) pour s'établir à 13,9 milliards de dollars. Cette croissance s'explique par la diminution des dépenses liées à un paiement non récurrent qui a été versé à des partenaires d'affaires externes au premier trimestre.

Les bénéfices d'exploitation des sociétés d'assurance et activités connexes ont augmenté de 427 millions de dollars (+25,4 %), de sorte que la perte d'exploitation de 1,7 milliard de dollars observée au premier trimestre de 2019 est passée à une perte d'exploitation de 1,3 milliard de dollars au deuxième trimestre.

Les sociétés d'assurance biens, incendie, accidents et risques divers ont vu leurs bénéfices d'exploitation croître de 52 millions de dollars (+5,2 %). Cette croissance est attribuable aux revenus d'assurance, qui ont augmenté malgré le fait que les dépenses liées aux demandes d'indemnisation se sont accrues au cours de ce trimestre en raison des inondations survenues en avril et en mai dans l'est du Canada.

Le ratio d'endettement est en baisse pour les entreprises canadiennes dans les industries financières et non financières

Le ratio d'endettement est un indicateur utile de la performance financière, puisqu'il permet de mesurer l'importance des capitaux qu'une entreprise emprunte pour financer ses activités. Il est calculé en divisant l'endettement d'une entreprise par les capitaux propres de ses actionnaires. Il s'agit d'une mesure utile du risque, car une entreprise qui emprunte beaucoup de capitaux pour financer ses activités pourrait être confrontée à un plus grand nombre de risques en cas de difficulté financière. Par conséquent, plus le ratio sera faible, mieux les finances de l'entreprise se porteront. Toutefois, les caractéristiques et les niveaux moyens du ratio peuvent différer selon le secteur de l'industrie.

Pour saisir l'évolution du ratio d'endettement au cours des dernières années pour les entreprises canadiennes des industries financières et non financières, les données du Relevé trimestriel des états financiers ont été utilisées. Le niveau d'endettement pour ces industries a été déterminé en agrégeant les valeurs pour les deux comptes suivants : Emprunts et comptes auprès des sociétés affiliées ainsi que les emprunts. La dette a ensuite été divisée par la valeur des capitaux propres détenus par les actionnaires.

Le montant des emprunts (dette) utilisés pour financer les actifs est en baisse depuis le premier trimestre de 2012 dans les industries financières. Le ratio d'endettement a connu une hausse temporaire au premier trimestre de 2015 sous l'effet de la croissance du nombre d'obligations émises par les banques canadiennes. Toutefois, depuis la fin de 2015, le montant des capitaux propres a augmenté plus rapidement que le montant des capitaux d'emprunt dans les industries financières, ce qui a mené à la baisse du ratio d'endettement.

Le ratio d'endettement des industries non financières a, quant à lui, augmenté de façon constante depuis le premier trimestre de 2012; il a affiché une légère accélération au premier trimestre de 2015, après quoi il a connu d'autres augmentations tout au long de l'année. Au cours de cette période, les émissions d'obligations et de débentures ont connu une hausse, tout comme les emprunts et les comptes auprès de sociétés affiliées des entreprises non financières.

De façon semblable aux industries financières, le ratio d'endettement des entreprises non financières a commencé à diminuer à partir du premier trimestre de 2016. Le montant des obligations et des débentures dû par les entreprises non financières a affiché une baisse marquée au premier trimestre de 2016. Bien que le montant des obligations et des débentures dû par les entreprises non financières se soit redressé depuis, il a augmenté plus lentement que le montant des capitaux propres, ce qui a entraîné une baisse du ratio d'endettement.

L'utilisation accrue de l'endettement, autant par les industries financières et non financières, au cours de l'année 2015 a coïncidé avec un choc des prix pétroliers au Canada, durant lequel les entreprises du secteur de l'extraction de pétrole et de gaz et des activités de soutien ont vu leur ratio d'endettement augmenter à un rythme plus rapide comparativement aux années antérieures, tout en demeurant stable en oscillant autour d'une fourchette étroite depuis le début de l'année 2016.

Cela laisse croire qu'en raison de la diminution de prix du pétrole, davantage de financement était nécessaire pour les industries non financières et que les industries financières ont dû accroître leur niveau d'endettement pour obtenir des fonds afin de satisfaire ces besoins.

Graphique 3  Graphique 3: Ratio d'endettement
Ratio d'endettement

Graphique 4  Graphique 4: Ratio d'endettement (Extraction de pétrole et de gaz et activités de soutien)
Ratio d'endettement (Extraction de pétrole et de gaz et activités de soutien)



  Note aux lecteurs

Les données sur les bénéfices trimestriels figurant dans le présent communiqué sont désaisonnalisées et exprimées en dollars courants. Les données financières du premier trimestre de 2019 ont été révisées.

Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, veuillez consulter la page Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Les statistiques financières trimestrielles des entreprises sont fondées sur une enquête-échantillon et représentent les activités de toutes les entreprises au Canada, à l'exclusion des sociétés gouvernementales et des sociétés sans but lucratif. Une entreprise peut être une société unique ou un regroupement de sociétés sous une même propriété ou un même contrôle et pour lequel des états financiers consolidés sont produits.

Les bénéfices dont il est question dans la présente analyse sont les bénéfices d'exploitation réalisés dans le cours normal des activités des entreprises. Dans le cas des industries non financières, les revenus sous forme d'intérêts et de dividendes ainsi que les gains et les pertes en capital sont exclus des bénéfices d'exploitation, tandis que dans le cas des industries financières, ceux-ci sont compris dans les bénéfices réalisés, de même que les intérêts versés sur les dépôts.

À moins d'avis contraire, les bénéfices figurant dans le présent communiqué sont des bénéfices d'exploitation. Ces derniers diffèrent des bénéfices nets, qui correspondent aux bénéfices après impôts réalisés par les sociétés.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le concept de passif actuariel, veuillez consulter la page Passif actuariel.

En date du 1er janvier 2019, une nouvelle norme comptable sur la location est entrée en vigueur. Les entreprises préparant leurs états financiers selon les Normes internationales d'information financière (IFRS) commenceront à adopter la nouvelle norme IFRS 16, qui exige que les détenteurs de contrats de location tiennent compte de la plupart de ces contrats dans leur bilan. Ce changement pourrait se traduire par une augmentation du niveau des actifs et des passifs en raison de l'inclusion de contrats de location existants ou nouveaux dans leur bilan, conformément à la nouvelle norme.

Tableaux de données en temps réel

Les tableaux de données en temps réel 33-10-0160-01 et 33-10-0161-01 seront mis à jour le 16 septembre. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le document intitulé « Tableaux de données en temps réel ».

Prochaine diffusion

Les données du troisième trimestre sur les statistiques financières des entreprises seront diffusées le 26 novembre.

Produits

Les données consolidées des bilans et des états des résultats des sociétés canadiennes sont maintenant accessibles.

Les données du Relevé trimestriel des états financiers sont également accessibles.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :