Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Compte économique de l'agriculture et de l'agroalimentaire, 2015

Diffusion : 2019-07-30

Contribution des industries de l'agriculture et de l'agroalimentaire au produit intérieur brut

Le secteur de l'agriculture et de la fabrication agroalimentaire représentait 49,0 milliards de dollars du produit intérieur brut (PIB) du Canada en 2015, ce qui correspond à 2,6 % du PIB total. Les industries agricoles ont généré 25,1 milliards de dollars (51 % du secteur), tandis que les industries agroalimentaires ont généré 23,9 milliards de dollars (49 % du secteur). La culture du canola (4,6 milliards de dollars) était l'industrie ayant le plus contribué au PIB de l'agriculture, et la fabrication de produits de viande (sauf la transformation de la volaille) (3,7 milliards de dollars) était l'industrie ayant le plus contribué au PIB de la transformation agroalimentaire.

L'importance de ce secteur varie d'une province à l'autre. Les provinces qui ont le plus grand PIB sont l'Ontario (15,3 milliards de dollars), le Québec (9,3 milliards de dollars), l'Alberta (7,5 milliards de dollars) et la Saskatchewan (7,4 milliards de dollars), mais ce secteur est particulièrement important pour l'économie de la Saskatchewan (9,8 % du PIB), de l'Île-du-Prince-Édouard (7,6 % du PIB) et du Manitoba (5,5 % du PIB). Comme on peut s'y attendre, la production agricole des territoires est moindre.

Le Compte économique de l'agriculture et de l'agroalimentaire

Le Compte économique de l'agriculture et de l'agroalimentaire de 2015 augmente grandement la quantité de détails industriels offerts sur le secteur de l'agriculture et de la fabrication agroalimentaire dans le cadre de comptabilité nationale.

Dans les tableaux des ressources et des emplois, qui constituent l'élément central des mesures de la production et du PIB, les trois industries de l'agriculture ont été subdivisées en 14 industries, et les neuf industries de la fabrication agroalimentaire, en 16 industries.

Ce niveau de détail accru fournit une meilleure perspective des industries de l'agriculture et de la transformation agroalimentaire. Il permet également aux utilisateurs d'analyser les ressources en produits et les emplois des produits pour une gamme plus large d'activités, et facilite la comparaison des relations et des effets économiques pour un nombre d'industries encore plus grand que ne le permettent les tableaux des ressources et des emplois de base.

Diversité des industries agricoles dans les provinces

La culture du canola est l'industrie agricole qui a le plus contribué au PIB du Canada en 2015, ayant généré 4,6 milliards de dollars. La production du canola est fortement concentrée dans les provinces des Prairies, cette industrie ayant représenté une large part du PIB du secteur agricole de ces provinces. Elle a représenté jusqu'à 39,9 % du PIB de ce secteur en Saskatchewan.

En Ontario et en Colombie-Britannique, c'est l'industrie de la culture en serre et en pépinière et de la floriculture qui a le plus contribué au PIB du secteur agricole.

L'industrie des autres cultures agricoles, qui comprend la production de foin et la production de sirop d'érable et d'autres produits de l'érable, est celle qui a le plus contribué au PIB agricole du Québec.

La culture de pommes de terre était en tête des industries agricoles de l'Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick. En Nouvelle-Écosse, c'est l'industrie des autres types d'élevage qui a le plus contribué au PIB du secteur agricole. Le PIB agricole de Terre-Neuve-et-Labrador reposait surtout sur l'industrie de l'élevage de volailles et de la production d'œufs.

Intrants dans le processus de production

Les principaux intrants du processus de production des cultures comprennent l'ammoniaque et les engrais chimiques ainsi que les pesticides et autres produits chimiques agricoles. L'industrie de la production animale nécessite principalement divers aliments pour animaux ainsi que des services de soutien à l'élevage d'animaux.

L'industrie de la transformation de graines oléagineuses utilise du canola (y compris le colza) et des graines oléagineuses (sauf le canola) pour fabriquer des produits de céréales et d'oléagineux non classés ailleurs ainsi que de la margarine et des huiles de cuisson.

L'industrie de la fabrication d'autres aliments à grignoter utilise des pommes de terre fraîches de même que de la margarine et des huiles de cuisson pour produire des aliments à grignoter.

Les bovins et les veaux ainsi que les porcs sont des intrants primaires dans l'industrie de la fabrication de produits de viande (sauf la transformation de la volaille).

Le lait de consommation non transformé est uniquement acheté par l'industrie de la fabrication de produits laitiers.

En 2015, les producteurs agricoles qui utilisaient le plus d'engrais et de chaux, en proportion des intrants totaux, étaient ceux de l'industrie de la culture du blé (27,8 %), tandis que ceux qui en utilisaient le moins étaient ceux de l'industrie de la culture du soja (10,2 %). La même tendance a été observée pour ce qui est des pesticides et des autres produits chimiques agricoles, la culture du blé en ayant nécessité le plus (12,7 %), et la culture du soja en ayant nécessité le moins (3,6 %).

Chaînes d'approvisionnement nationales et internationales

La chaîne d'approvisionnement agricole et agroalimentaire du Canada est fortement intégrée. Compte tenu des niveaux élevés de production du Canada, la plupart des usines de transformation agroalimentaires sont peu dépendantes des importations internationales de produits agricoles.

En 2015, la proportion de produits agricoles importés était inférieure à 20 %, à l'exception de celle des légumes frais (sauf les pommes de terre) (40,9 %) et de celle des fruits frais et des noix (84,4 %), deux catégories de produits qui sont directement liées à la consommation finale par les ménages plutôt qu'à la production manufacturière. Le canola (y compris le colza) (1,5 %) et le blé (0,9 %) sont les produits des grandes cultures dont la plus faible proportion des ressources est importée.

Certains secteurs canadiens dépendent fortement des marchés mondiaux pour vendre leurs produits. En 2015, les trois produits agricoles dont la plus grande proportion a été exportée étaient le blé (85,3 %), les légumes frais (sauf les pommes de terre) (84,9 %) et les oléagineux (sauf le canola) (73,4 %).

Bon nombre de produits agricoles et agroalimentaires sont échangés entre les provinces. Il y a d'importants mouvements de bétail d'une province à l'autre, le commerce interprovincial de bovins et de veaux étant estimé à 2,9 milliards de dollars, et celui de porcs, à 1,3 milliard de dollars. Les flux interprovinciaux de produits agroalimentaires sont également importants, en particulier en ce qui concerne le bœuf et le veau frais et congelés (2,9 milliards de dollars) ainsi que le fromage et les produits du fromage (2,9 milliards de dollars).






Coordonnées des personnes-ressources

Pour commander les tableaux de données du Compte économique de l'agriculture et de l'agroalimentaire ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Andréas Trau au 613-951-3466 (andreas.trau@canada.ca), Division des comptes des industries.

Date de modification :