Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Stocks des principales grandes cultures, 31 mars 2019

Diffusion : 2019-05-07

Au 31 mars 2019, les stocks de blé, d'orge, de maïs-grain, d'avoine, de pois secs et de lentilles étaient plus faibles qu'à pareille date en 2018. En revanche, les stocks de canola et de soya ont augmenté d'une année à l'autre. La diminution des stocks est généralement attribuable à la baisse des stocks à la ferme.

Blé

Les stocks totaux de blé ont fléchi de 4,3 % par rapport à la même journée un an plus tôt pour s'établir à 15,7 millions de tonnes au 31 mars. Cette baisse est principalement attribuable à la diminution des stocks à la ferme, qui ont reculé de 10,3 % d'une année à l'autre pour se situer à 11,4 millions de tonnes. En revanche, les stocks commerciaux de blé ont augmenté de 16,4 %, s'élevant à 4,3 millions de tonnes.

À l'échelle nationale, les exportations de blé ont augmenté de 9,1 % par rapport l'année précédente, pour atteindre 15,7 millions de tonnes au 31 mars, leur plus haut niveau jamais enregistré pour cette période. La hausse des exportations s'explique vraisemblablement par une forte demande mondiale combinée à une diminution de la concurrence exercée par les autres grands pays producteurs de blé.

En Saskatchewan, les stocks à la ferme ont fléchi de 15,8 % pour s'établir à 4,9 millions de tonnes, et étaient à l'origine de la plus grande part de la diminution observée d'une année à l'autre. L'Alberta a enregistré une légère hausse des stocks à la ferme, lesquels ont atteint 4,5 millions de tonnes (+0,4 %).

Canola

Les stocks de canola ont augmenté de 10,5 % d'une année à l'autre pour se chiffrer à 10,0 millions de tonnes au 31 mars. Cette hausse est surtout attribuable aux stocks à la ferme, qui ont crû de 16,5 % par rapport à un an plus tôt, pour s'élever à 8,8 millions de tonnes, alors que les stocks commerciaux ont diminué de 20,0 % pour s'établir à 1,2 million de tonnes.

Les stocks plus élevés au 31 mars sont le résultat d'une diminution des livraisons et des exportations au premier trimestre de l'année civile. Les livraisons ont continué d'être ralenties par les prix plus faibles à la production, lesquels sont passés de plus de 500 $ à la même période en 2018, à moins de 460 $ en 2019, ainsi que par la demande plus faible à l'exportation qui, à son tour, a subi la pression provenant en partie des stocks mondiaux élevés d'oléagineux.

Maïs-grain

Les stocks de maïs-grain ont reculé de 5,2 % par rapport à la même date un an plus tôt pour se situer à 8,3 millions de tonnes. La diminution des stocks totaux de maïs est principalement attribuable aux stocks à la ferme, lesquels ont fléchi de 11,9 % pour s'établir à 5,9 millions de tonnes, contrebalançant la hausse des stocks commerciaux, lesquels ont progressé de 16,2 % pour se chiffrer à 2,4 millions de tonnes.

Soya

Malgré la croissance d'une année à l'autre des exportations, les stocks de soya ont affiché une hausse ce qui est attribuable au niveau record des stocks d'ouverture pour la campagne agricole et à des importations plus élevées qu'à pareille date un an plus tôt. À l'échelle nationale, les stocks totaux de soya s'établissaient à 2,9 millions de tonnes au 31 mars, en hausse de 4,3 % par rapport à la même date un an plus tôt. Cette augmentation est attribuable aux stocks commerciaux, qui ont progressé de 11,8 % pour atteindre 1,2 million de tonnes. En revanche, les stocks à la ferme ont reculé de 0,5 % pour se situer à 1,7 million de tonnes.

Orge et avoine

Les stocks totaux d'orge ont diminué de 26,6 % par rapport à la même date en 2018 pour s'établir à 2,5 millions de tonnes au 31 mars, un creux sans précédent pour cette période. Les stocks à la ferme ont reculé de 28,4 % pour se situer à 2,2 millions de tonnes, alors que les stocks commerciaux ont fléchi de 10,0 % pour s'établir à 306 000 tonnes.

Les stocks d'orge étaient moins élevés qu'ils ne l'étaient un an plus tôt, et leur niveau plus faible, conjugué à une augmentation des exportations, a fait baisser les stocks. Les exportations ont augmenté de 10,3 % par rapport au 31 mars 2018, vraisemblablement sous l'effet de la faiblesse des stocks à l'échelle mondiale, de la vigueur des prix mondiaux de l'orge fourragère et de la faiblesse des approvisionnements mondiaux d'orge brassicole.

Les stocks d'avoine ont diminué de 33,4 % par rapport au 31 mars de l'année précédente pour s'établir à 1,4 million de tonnes. Bien que les stocks commerciaux se sont accrus de 14,4 %, les stocks à la ferme ont fléchi de 38,6 % pour se situer à 1,2 million de tonnes.

Pois secs et lentilles

À l'échelle nationale, les stocks de pois secs se sont établis à 1,7 million de tonnes au 31 mars 2019, en baisse de 25,7 % par rapport à la même date de l'année précédente. Les stocks commerciaux ont augmenté de 11,5 % pour atteindre 388 700 tonnes, mais cette hausse a été contrebalancée par les stocks à la ferme, lesquels ont fléchi de 32,5 % pour se situer à 1,3 million de tonnes.

Les stocks totaux de lentilles ont diminué de 15,4 % par rapport à la même date un an plus tôt pour s'établir à 1,4 million de tonnes. Cette diminution est attribuable à la réduction des stocks à la ferme (-15,6 %) et des stocks commerciaux (-14,5 %).

Les exportations de pois secs se sont élevées à 2,1 millions de tonnes, en hausse par rapport à 1,8 million de tonnes enregistrées un an plus tôt. Malgré les tarifs en vigueur imposés sur les exportations de pois vers l'Inde, les exportations vers d'autres pays comme la Chine et le Bangladesh ont contribué à la croissance des exportations. De même, les exportations de lentilles ont augmenté de 41,8 % par rapport à la même date un an plus tôt pour atteindre 1,4 million de tonnes, malgré les tarifs toujours en vigueur.


  Note aux lecteurs

La première vague de l'Enquête sur les grandes cultures de 2019 (mars) est une enquête sur les stocks des principales grandes cultures qui a été menée du 1er mars au 31 mars 2019. Les agriculteurs devaient déclarer les quantités de céréales, de graines oléagineuses et de cultures spéciales entreposées à la ferme. Les vagues de mars, de juillet et de décembre de cette enquête contiennent également deux questions portant sur la capacité d'entreposage permanent des grains à la ferme et sur le pourcentage de grains entreposés à la ferme selon des méthodes d'entreposage temporaire. Ces données sont accessibles sur demande.

Les données sur les stocks commerciaux des principales cultures de l'Ouest proviennent de la Commission canadienne des grains (CCG). Les données sur les stocks commerciaux de cultures spéciales proviennent d'une enquête auprès des manutentionnaires et des agents de commercialisation des cultures spéciales. Les données sur les stocks commerciaux de maïs et de soya sont fondées sur les données d'une enquête que Statistique Canada mène auprès des exploitants de silos de l'Est du Canada.

Les données qui font état du bilan national des principales céréales et des cultures spéciales sont publiées en même temps que le présent rapport sur les niveaux des stocks et sont accessibles dans les tableaux 32-10-0013 à 32-10-0015.

Les données sur les stocks peuvent faire l'objet de révisions pendant deux années après leur première diffusion.

Calendrier de diffusion : Les dates des prochaines diffusions de la Série de rapports sur les grandes cultures sont affichées en ligne.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :