Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Produit intérieur brut par industrie : provinces et territoires, 2018

Diffusion : 2019-05-01

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Canada

2018

2,0 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – T.-N-L.

2018

-2,7 % baisse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Î.-P.-É.

2018

2,6 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – N.-É.

2018

1,2 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – N.-B.

2018

0,1 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Qc

2018

2,5 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Ont.

2018

2,2 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Man.

2018

1,3 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Sask.

2018

1,6 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Alb.

2018

2,3 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – C.-B.

2018

2,4 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Yn

2018

2,8 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – T.N.-O.

2018

1,9 % hausse

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Nt

2018

10,0 % hausse

(variation annuelle)

En 2018, le produit intérieur brut (PIB) réel a augmenté dans neuf provinces et dans tous les territoires, mais il a diminué à Terre-Neuve-et-Labrador. À l'échelle nationale, le PIB réel par industrie a progressé de 2,0 %.

Parmi les provinces, la croissance la plus forte a été enregistrée à l'Île-du-Prince-Édouard (+2,6 %), suivie par le Québec (+2,5 %), la Colombie-Britannique (+2,4 %), l'Alberta (+2,3 %) et l'Ontario (+2,2 %). La croissance a été inférieure à la moyenne nationale en Saskatchewan (+1,6 %), au Manitoba (+1,3 %), ainsi qu'en Nouvelle-Écosse (+1,2 %). Le PIB réel du Nouveau-Brunswick a affiché une légère hausse (+0,1 %).

Graphique 1  Graphique 1: Croissance du produit intérieur brut réel, Canada, provinces et territoires, 2018
Croissance du produit intérieur brut réel, Canada, provinces et territoires, 2018

Graphique 2  Graphique 2: Croissance du produit intérieur brut réel des industries productrices de biens et de services, Canada, provinces et territoires, 2018
Croissance du produit intérieur brut réel des industries productrices de biens et de services, Canada, provinces et territoires, 2018

Terre-Neuve-et-Labrador

À Terre-Neuve-et-Labrador, le PIB a diminué de 2,7 % en 2018, après avoir enregistré une hausse de 0,9 % en 2017. Les industries productrices de biens ont affiché un recul de 5,9 %, tandis que les industries productrices de services ont enregistré une légère baisse de 0,2 %, la première en plus de 20 ans.

L'activité du secteur de la construction a diminué de 19,6 %, un recul de 32,4 % dans les travaux de génie ayant plus que contrebalancé une hausse de 52,2 % dans la construction non résidentielle, attribuable en partie aux progrès réalisés relativement à un nouveau bâtiment à vocation scientifique à l'Université Memorial. Les travaux de génie liés à l'énergie électrique ont diminué de près de 50 %, en raison de l'achèvement du projet de développement hydroélectrique et du système de transmission connexe de Muskrat Falls. Les travaux de génie liés à l'extraction de pétrole et de gaz ont affiché un recul pour la quatrième année consécutive, en raison de l'achèvement du projet pétrolier Hebron en 2017. Ces baisses ont été atténuées par des hausses dans les autres travaux de génie, comme ceux liés à une nouvelle mine de fer au Labrador.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz a affiché un recul de 0,8 % en 2018, en raison de diminutions importantes qui ont touché l'extraction des minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc, ainsi que de fer. L'extraction de pétrole et de gaz a enregistré une hausse de 5,0 %, alors que la production s'est accélérée dans le champ pétrolier Hebron.

La fabrication s'est accrue de 4,1 %, l'augmentation étant presque entièrement attribuable à une troisième année consécutive de forte croissance de la production de métaux non ferreux (sauf l'aluminium) à l'usine de traitement du nickel de Long Harbour. La fabrication de machines a augmenté de 14,0 %. La préparation et le conditionnement de poissons et de fruits de mer a affiché une baisse de 16,3 %, le secteur de la pêche, de la chasse et du piégeage s'étant replié (-11,6 %) pour une sixième année consécutive. Les activités de production et de transport d'électricité ont augmenté de 4,2 %, en raison de la production accrue dans les installations hydroélectriques de Churchill Falls.

Le commerce de détail a enregistré un recul de 4,1 % en 2018, du fait de la baisse observée dans 9 des 12 sous-secteurs du commerce de détail. Le secteur du transport et de l'entreposage a affiché une diminution de 2,8 %, en raison du ralentissement des activités de transport par eau et de transport par camion. Le secteur public a affiché une augmentation (+1,5 %) principalement attribuable à la croissance dans l'administration publique fédérale (sauf la défense).

Île-du-Prince-Édouard

L'économie de l'Île-du-Prince-Édouard s'est accrue de 2,6 % en 2018, affichant le taux de croissance le plus élevé parmi les provinces. Les industries productrices de biens (+3,2 %) ont surpassé les industries productrices de services (+2,4 %) pour une deuxième année d'affilée. La production a été plus forte dans 16 des 20 principaux secteurs industriels.

La production de la fabrication a progressé de 4,9 %, en raison des hausses enregistrées dans les produits aérospatiaux et leurs pièces, les produits pharmaceutiques et médicaments, ainsi que la préparation et le conditionnement de poissons et de fruits de mer. Une saison de croissance difficile et une période de récolte froide et humide ont entraîné une plus faible récolte de pommes de terre, ce qui a donné lieu à une baisse de 2,5 % des cultures agricoles et à une diminution de 6,0 % de la mise en conserve de fruits et de légumes. La pêche, la chasse et le piégeage ont progressé de 4,5 %.

Le secteur de la construction a affiché une augmentation de 2,6 %, qui faisait suite à la hausse considérable enregistrée l'année précédente. La construction résidentielle a progressé de 3,1 %, coïncidant avec un afflux important d'immigrants internationaux ces dernières années. Les travaux de génie liés au transport se sont accrus de 21,2 %, avec la poursuite des travaux relatifs au projet d'autoroute périphérique à Cornwall et de la croissance de la construction résidentielle au cours des années récentes. Les travaux de génie liés à l'énergie électrique ont diminué de 32,9 %, par suite de l'achèvement du projet de mise à niveau de l'interconnexion visant à remplacer les câbles d'alimentation électrique entre le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard en 2017.

Dans les industries productrices de services, le secteur public a affiché une augmentation de 2,8 % et a été l'un des principaux secteurs contribuant à la croissance économique totale. Le commerce de gros (+3,7 %) et le transport par camion (+2,9 %) ont tous deux progressé en raison de la production plus forte de biens. Les services d'hébergement et de restauration (+3,1 %) ont affiché leur hausse la plus faible depuis 2012, attribuable au ralentissement de la croissance dans les services de restauration et débits de boissons. Le secteur du commerce de détail s'est accru de 1,6 %, des hausses ayant été enregistrées dans 9 des 12 sous-secteurs.

Nouvelle-Écosse

Le PIB de la Nouvelle-Écosse a enregistré une hausse de 1,2 % en 2018, la cinquième année consécutive de croissance. La production des industries productrices de biens a augmenté (+1,0 %), de même que celle des industries productrices de services (+1,3 %), mais cette dernière a été à l'origine de plus de 80 % de la croissance économique totale.

La fabrication a affiché une hausse de 3,9 %, attribuable principalement aux augmentations qui ont touché les produits en plastique et en caoutchouc (+11,8 %), ces derniers ayant enregistré une deuxième année de croissance d'au moins 10 %. Des hausses notables ont aussi été enregistrées dans la fabrication du papier, de produits pharmaceutiques et de médicaments, ainsi que de machines. La préparation et le conditionnement de poissons et de fruits de mer et la fabrication de produits en bois ont diminué.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz a enregistré une hausse de 25,8 %. L'extraction de minerais d'or et d'argent a augmenté, la mine d'or Touquoy ayant terminé sa première année complète de production. L'extraction de pétrole et de gaz a diminué de façon importante en raison de la fermeture du champ gazier Deep Panuke en mai et de la fin de la production à Sable Island, à la fin de 2018. L'achèvement du projet Maritime Link et de la nouvelle mine d'or, en 2017, a été un facteur important de la baisse dans le secteur de la construction et a plus que contrebalancé une hausse de 9,7 % dans la construction résidentielle.

Le secteur public a affiché une augmentation de 1,6 % représentant presque 25 % de la croissance économique totale, des hausses ayant été observées dans les services d'enseignement, les soins de santé et services sociaux et l'administration publique fédérale. Le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques ainsi que celui des services administratifs et services de soutien ont progressé, tandis que le secteur des industries de l'information et industrie culturelle a diminué pour une troisième année d'affilée, certains journaux étant passés d'une publication quotidienne à une publication hebdomadaire. Le commerce de détail a affiché une légère hausse de 0,2 %, qui correspond au ralentissement le plus important depuis 2014, attribuable pour une large part à un recul de 7,4 % chez les concessionnaires de véhicules automobiles et de leurs pièces.

Nouveau-Brunswick

Au Nouveau-Brunswick, le PIB a affiché une légère hausse de 0,1 % en 2018, qui faisait suite à une augmentation de 2,0 % en 2017. Les industries productrices de biens ont enregistré une baisse de 2,8 %, attribuable au fait que tous les secteurs sous-jacents ont enregistré des baisses. Les industries productrices de services ont affiché une augmentation de 1,1 %.

Parmi les industries productrices de services, le secteur public a progressé de 2,2 %, affichant sa hausse la plus importante depuis 2009, en raison principalement de la production plus élevée des soins de santé et de l'assistance sociale, ainsi que des administrations publiques. Les services professionnels, scientifiques et techniques et les services connexes se sont accrus de 3,9 %, enregistrant leur plus forte croissance depuis 2011, des hausses ayant été notées dans la plupart des sous-secteurs industriels.

La fabrication a diminué de 3,8 %, en raison principalement d'un recul de 16,1 % de la production des raffineries de pétrole, par suite de travaux d'entretien planifiés et d'une explosion à la raffinerie de pétrole de Saint John. Les deux autres sous-secteurs les plus importants, c'est-à-dire la fabrication des aliments et des produits du papier, ont enregistré des baisses, tandis que la majeure partie des autres sous-secteurs ont affiché des augmentations.

Le secteur de la construction s'est replié de 0,6 %, par suite d'une diminution de 3,5 % dans les travaux de génie. La construction non résidentielle a affiché une baisse de 0,8 %, en raison de l'achèvement imminent d'un nouveau siège social à Saint John. La construction résidentielle s'est accrue de 1,8 %.

Le secteur de l'agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse a affiché un recul de 2,3 %, en raison principalement d'une baisse dans la pêche, la chasse et le piégeage, qui étaient sous le coup de restrictions attribuables aux mesures de préservation des baleines noires pour certaines zones de pêche. La production et le transport d'électricité ont diminué de 3,2 %, du fait des répercussions des fortes inondations printanières à l'usine de production d'hydroélectricité de Mactaquac, sur le fleuve Saint John. L'extraction minière et l'exploitation en carrière ont affiché un recul de 16,2 %, la fermeture de la mine de potasse de Picadilly ayant entraîné celle de la mine de sel adjacente.

La production plus faible dans les secteurs de la production de biens et de la construction a contribué aux reculs dans le secteur du commerce de gros (-3,9 %). Le commerce de détail a légèrement diminué de 0,3 %, en raison des baisses qui ont touché les magasins de produits de santé et de soins personnels et les stations-service.

Québec

Au Québec, le PIB s'est accru de 2,5 % en 2018, après avoir augmenté de 2,9 % en 2017. C'est la première fois depuis 2008 que la province figure parmi les trois premières au chapitre de la croissance. L'augmentation a été généralisée, les 20 secteurs industriels ayant contribué à la croissance en 2018. Les industries productrices de biens (+2,9 %) ont dépassé les industries productrices de services (+2,4 %).

Le secteur public a progressé de 2,3 %, affichant sa croissance la plus forte depuis 2010. Le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques a enregistré une hausse de 3,9 %, attribuable principalement à la conception de systèmes informatiques et services connexes (qui comprennent les services de conception et de développement de jeux vidéo), de même qu'à l'architecture, au génie et aux services connexes. Le commerce de gros a affiché une augmentation de 3,4 %, principalement attribuable à une hausse de 9,8 % dans le commerce de gros de machines, de matériel et de fournitures. La finance et les services d'assurance ont progressé de 2,3 %, en raison de la vigueur des services financiers et des sociétés d'assurance et activités connexes. Le commerce de détail a affiché une hausse de 1,7 %, enregistrant sa plus faible augmentation en trois ans.

La production du secteur de la fabrication s'est accrue de 2,5 %, 13 des 19 principaux sous-secteurs ayant affiché des augmentations. Des hausses importantes ont été enregistrées dans des industries comme les produits aérospatiaux et leurs pièces, la première transformation des métaux et la fabrication de produits métalliques, ainsi que la fabrication de produits chimiques et de machines. Un conflit de travail a contribué à un recul dans la production d'alumine et d'aluminium.

Le secteur de la construction a progressé de 2,2 %, des hausses ayant été enregistrées dans la construction résidentielle et non résidentielle. La construction non résidentielle a affiché une augmentation de 8,5 %, principalement attribuable aux investissements dans des structures commerciales, des théâtres et des salles de spectacle, ainsi que des établissements de soins de santé. Les travaux de génie ont diminué de 1,9 %, par suite de l'activité plus faible des projets liés à l'énergie électrique et des autres projets de génie. Les travaux de génie liés au transport ont augmenté en raison de la poursuite des travaux sur le nouveau pont Champlain à Montréal.

L'extraction de minerais métalliques s'est accrue de 11,5 %, du fait des hausses importantes dans l'extraction de minerais de fer, ainsi que d'or et d'argent. Les cultures agricoles ont progressé de 10,8 %, ce qui est presque entièrement attribuable à l'augmentation significative de la production autorisée de cannabis, les producteurs s'étant préparés en vue de la légalisation de la vente et de la consommation de cannabis, le 17 octobre 2018.

Ontario

Le PIB de l'Ontario a augmenté de 2,2 % en 2018, affichant son taux de croissance le plus faible depuis 2013. Les industries productrices de services ont enregistré une hausse de 2,4 % et ont contribué pour 1,9 point de pourcentage des 2,2 % de la croissance économique totale, tandis que les industries productrices de biens se sont accrues de 1,3 %.

Les services du secteur public ont progressé de 3,0 % et ont été à l'origine de la majorité de la croissance des industries productrices de service. Le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques a affiché une hausse de 4,9 %, attribuable principalement aux augmentations dans la conception de systèmes informatiques et services connexes et dans les autres services professionnels, scientifiques et techniques. La finance et les assurances ont affiché une hausse de 2,4 %, enregistrant leur taux de croissance le plus faible depuis 2012, en raison principalement du ralentissement de la croissance dans les services d'investissement financier, ainsi que dans l'intermédiation financière par le biais de dépôts et dans les autorités monétaires.

Le commerce de gros s'est accru de 2,9 %, en raison principalement d'une augmentation de 8,9 % chez les grossistes-marchands de machines, de matériel et de fournitures. Le secteur du transport et de l'entreposage s'est accru de 3,9 %, principalement du fait des hausses dans le transport aérien et l'entreposage. Le commerce de détail a progressé de 2,0 %, des hausses ayant été enregistrées dans 8 des 12 sous-secteurs.

L'activité des bureaux d'agents et de courtiers immobiliers a diminué de 15,7 % en partie dû à l'introduction du nouveau test de résistance à la hausse des taux hypothécaires qui est entré en vigueur le 1er janvier 2018.

La production du secteur de la fabrication a augmenté de 1,7 %, 10 des 19 sous-secteurs ayant affiché des hausses. Les contributions les plus importantes à l'augmentation ont été le fait des sous-secteurs de la fabrication de machines, de la fabrication de produits métalliques et de la fabrication d'aliments. La fabrication de matériel de transport a diminué de 1,7 %, affichant sa troisième baisse en quatre ans, la fabrication de véhicules automobiles ayant diminué de 7,0 %, en partie en raison de la demande réduite des consommateurs américains pour les modèles fabriqués au Canada.

La production du secteur de la construction a enregistré une légère hausse de 0,2 %, les augmentations dans la construction non résidentielle et les réparations ayant été contrebalancées en partie par des baisses dans la construction résidentielle. De plus, les travaux de génie ont diminué de 0,9 %, en raison de l'achèvement de projets de transport majeurs à Toronto et à Ottawa. L'extraction minière et l'exploitation en carrière ont diminué de 5,3 %, une baisse de 17,1 % dans l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc ayant plus que contrebalancé une hausse dans l'extraction de minerais d'or et d'argent. La production du sous-secteur des cultures agricoles a augmenté de 11,5 %, principalement en raison de l'accélération de la production autorisée de cannabis.

Manitoba

Le PIB du Manitoba a augmenté de 1,3 % en 2018, après avoir affiché une hausse de 3,1 % en 2017. Les industries productrices de biens ont cru de 1,1 %, la fabrication et la construction venant en tête, tandis que les industries productrices de services ont enregistré une augmentation de 1,4 %.

La fabrication a enregistré une hausse de 3,6 %, 12 des 19 sous-secteurs ayant enregistré des hausses. Les principales contributions à l'augmentation sont venues de la fabrication du matériel de transport, et plus particulièrement de camions lourds (y compris les autobus), ainsi que de produits aérospatiaux et de leurs pièces, de même que d'aliments, de machines, de produits chimiques et de produits en plastique. La première transformation des métaux a diminué de 12,9 %, par suite de la fermeture permanente de la fonderie de Thompson, en juillet.

Les industries du secteur de la construction ont progressé de 4,5 %, principalement par suite d'une hausse de 10,6 % dans les travaux de génie. Les travaux de génie liés à l'énergie électrique ont affiché une augmentation de 8,3 %, en raison de la poursuite de la construction de la centrale électrique Keeyask dans la partie inférieure du fleuve Nelson. Les travaux de génie liés à l'extraction de pétrole et de gaz ont augmenté de 67,1 %, en partie en raison d'un projet majeur de remplacement de pipeline. La construction non résidentielle a enregistré une hausse de 2,2 %.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz a diminué en 2018. L'extraction de pétrole et de gaz (à l'exception des sables bitumineux) a augmenté de 8,8 %, mais la hausse a été complètement contrebalancée par une diminution de 19,1 % dans l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc, en raison de la fermeture de la mine de nickel Birchtree à Thompson, en 2017. Les cultures agricoles excluant le cannabis ont diminué de 3,5 %, par suite de la production plus faible de soya et de pommes de terre attribuable à une saison de récolte humide et froide. La récolte de canola a atteint un nouveau record surpassant celui de 2017. Le sous-secteur de la production et du transport d'électricité a diminué de 9,2 %, en raison des répercussions des mauvaises conditions hydrologiques sur la production d'hydroélectricité.

Parmi les industries productrices de services, le secteur public a progressé de 1,6 %, en raison des contributions de toutes les composantes. Le secteur du transport et de l'entreposage a augmenté de 2,9 %, du fait de l'activité accrue dans le transport ferroviaire, le transport par camion et le transport par pipeline. Le commerce de détail a enregistré une légère hausse de 0,4 %, 5 des 12 sous-secteurs ayant affiché des hausses. Le commerce de gros a diminué de 0,9 %, en raison des reculs enregistrés par les grossistes-marchands de matériaux et fournitures de construction et de produits divers (y compris de produits chimiques industriels et agricoles). Le secteur de la finance et des assurances a affiché une légère hausse de 0,1 %, les baisses dans les services d'investissement financier et les sociétés d'assurance ayant partiellement contrebalancé une augmentation dans l'intermédiation financière par le biais de dépôts et dans les autorités monétaires.

Saskatchewan

En Saskatchewan, le PIB a augmenté de 1,6 % en 2018, après avoir affiché une hausse de 2,3 % en 2017. Les industries productrices de biens ont progressé de 2,3 %, tandis que les industries productrices de services ont affiché une augmentation de 1,2 %. La Saskatchewan est l'une des deux seules provinces dans lesquelles les industries productrices de biens ont contribué davantage à la croissance que les industries productrices de services.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz a augmenté de 2,7 %, en raison de la vigueur continue des exportations internationales de potasse, ce qui a contribué à une hausse de la production. L'extraction de potasse a augmenté de 9,8 %, la mine de Bethune, soit la première nouvelle mine de potasse à ouvrir dans la province en 40 ans, ayant terminé sa première année complète de production. Le sous-secteur de l'extraction de pétrole et de gaz a progressé de 2,3 %. L'extraction d'autres minerais métalliques a diminué de 37,8 %, après avoir enregistré une baisse de 21,7 % en 2017, les faibles conditions du marché ayant donné lieu à la fermeture pour une durée indéterminée des mines d'uranium de McArthur River et de Key Lake.

La production du secteur de la fabrication a augmenté de 4,2 %, des hausses substantielles ayant touché la fabrication de pesticides, d'engrais et d'autres produits chimiques agricoles, la mouture de grains céréaliers et de graines oléagineuses, la première transformation des métaux, la fabrication de matériel de transport et la fabrication de machines. La production de la première transformation des métaux et celle de produits en bois ont diminué.

Les cultures agricoles ont progressé de 2,2 %, après avoir enregistré une baisse de 4,7 % en 2017. Malgré des conditions de récolte loin d'être idéales, la superficie récoltée a augmenté de 14,0 % dans le cas du blé, ce qui a donné lieu à une production plus élevée.

L'activité totale dans le secteur de la construction a diminué de 0,2 %, une augmentation de 8,0 % dans les travaux de génie ayant été plus que contrebalancée par des baisses dans la construction résidentielle (-12,3 %) et non résidentielle (-13,4 %). Les travaux de génie liés à l'extraction de pétrole et de gaz se sont accrus de 36,7 %, en raison de l'installation de nouveau matériel de désulfuration à la raffinerie Consumers' Co-operative Refineries Limited et de l'accélération des travaux relatifs à un projet de remplacement de pipeline. Les travaux de génie liés à l'énergie électrique ont diminué de 11,3 %, la centrale électrique de Chinook étant sur le point d'être terminée, et les autres travaux de génie ont affiché une baisse de 20,7 %, par suite de l'ouverture de la mine de potasse de Bethune.

Parmi les industries productrices de services, le secteur public a progressé de 2,2 %. La production plus forte de biens a contribué à une hausse de 2,9 % dans le transport et l'entreposage, du fait de la demande accrue de transport ferroviaire et de transport par camion. Les services du commerce de gros ont progressé de 1,4 %, principalement en raison des grossistes-marchands de produits agricoles et des grossistes-marchands de produits divers, qui ont profité des exportations plus fortes de potasse. Les services du commerce de détail ont diminué de 1,4 %, 8 des 12 sous-secteurs ayant enregistré des baisses. Les activités des bureaux d'agents et de courtiers immobiliers ont diminué pour une septième année consécutive.

Alberta

En Alberta, le PIB a progressé de 2,3 % en 2018, après le rebond de 4,6 % enregistré en 2017. Les industries productrices de biens (+3,1 %) et les industries productrices de services (+1,8 %) ont contribué dans la même mesure à la croissance totale. Le secteur de l'énergie a été à l'origine de près de la moitié de la croissance totale de l'économie en 2018 en dépit de la baisse récente du prix du pétrole et de l'élargissement de l'écart de prix entre le West Texas Intermediate et le Western Canadian Select.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz a augmenté de 6,4 %. L'extraction de pétrole et de gaz a affiché une hausse de 7,9 %, en raison de la forte croissance dans l'extraction de sables bitumineux et l'extraction de pétrole et de gaz. Les activités de soutien à l'extraction pétrolière et gazière se sont accrues de 2,2 %, malgré un ralentissement au cours de la deuxième moitié de l'année, lequel a fait suite à un vigoureux début d'année. Des contraintes liées à la capacité ont limité à 2,9 % la hausse observée dans le transport par pipeline. La production de charbon a diminué de 23,9 %.

La production du secteur de la fabrication s'est accrue de 2,3 %, 11 des 19 sous-secteurs ayant progressé. Les principaux sous-secteurs qui ont contribué à cette croissance étaient ceux des produits chimiques, des machines et des aliments. Les cultures agricoles ont diminué de 5,0 %. Les conditions climatiques défavorables observées pendant la saison des récoltes ont donné lieu à une plus petite récolte de canola, les rendements et la superficie récoltée ayant diminué.

L'activité dans le secteur de la construction s'est repliée de 0,7 %. La construction résidentielle a diminué de 3,8 %, en raison d'un ralentissement des travaux de reconstruction dans la région de Fort McMurray, après les feux de forêt survenus en 2016. Les travaux de génie ont affiché une hausse de 1,0 %, principalement en raison d'une augmentation dans les autres travaux de génie. Les travaux de génie liés à l'extraction de pétrole et de gaz ont affiché une légère baisse de 0,3 % et ont diminué de plus de 50 % depuis 2014.

Le secteur du transport et de l'entreposage a affiché une hausse de 5,0 %, en raison de la production plus forte du transport aérien, du transport ferroviaire et du transport par camion, ainsi que de l'entreposage. Dans un effort visant à livrer davantage de produits aux États-Unis, les producteurs de pétrole se sont tournés vers le transport ferroviaire. De janvier 2017 à décembre 2018, le volume de pétrole brut exporté par train a augmenté de façon substantielle. Le commerce de gros a progressé de 4,0 %, en raison de l'activité plus forte dans sept des neuf sous-secteurs, les grossistes-marchands de machines, de matériel et de fournitures venant en tête à ce chapitre.

Les services du commerce de détail ont diminué de 0,6 %, un nombre égal de hausses et de baisses ayant été enregistrées parmi les 12 sous-secteurs. Les bureaux des agents et courtiers immobiliers ont affiché une diminution de 8,5 %, la troisième en quatre ans. Les services professionnels, scientifiques et techniques (-0,6 %) ont affiché un recul pour la quatrième année consécutive.

Colombie-Britannique

En Colombie-Britannique, le PIB a augmenté de 2,4 % en 2018; la croissance du PIB dans la province est supérieure à celle observée à l'échelle nationale pour une cinquième année consécutive. Les industries productrices de biens (+3,3 %) ont progressé plus rapidement que les industries productrices de services (+2,2 %), qui ont affiché leur croissance la plus faible depuis 2012.

La production dans le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz s'est accrue de 10,5 %, ce qui était attribuable en grande partie à l'augmentation de 22,2 % observée dans l'extraction de pétrole et de gaz, laquelle a été presque entièrement attribuable au gaz naturel. La production aurait été plus élevée s'il n'y avait pas eu de rupture d'un gazoduc en octobre 2018. L'ouverture d'un certain nombre de nouvelles usines de traitement de gaz ces dernières années a contribué à une hausse de 42,9 % de la production de gaz naturel depuis 2015. L'augmentation de 2,1 % dans le sous-secteur de l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc n'a pas contrebalancé les baisses enregistrées au cours des deux années précédentes.

La production dans le secteur de la construction a augmenté de 3,1 %, après avoir enregistré une croissance de 10,8 % en 2017. La construction résidentielle a affiché une hausse de 3,7 %. Après avoir affiché trois années de baisses consécutives, la construction non résidentielle a progressé de 13,2 %, les travaux ayant repris dans la construction d'immeubles de bureaux et d'établissements de soins de santé. Les travaux de génie se sont légèrement repliés de 0,4 %, après avoir affiché une croissance de 37,9 % en 2017, les travaux s'étant poursuivis dans le cadre de nombreux projets en cours en 2018. Le sous-secteur de la production, du transport et de la distribution d'électricité a diminué de 7,7 %, en partie en raison des répercussions du temps sec persistant sur l'alimentation en eau des centrales hydroélectriques.

La fabrication a progressé de 2,1 %, 11 des 19 sous-secteurs ayant affiché des hausses. La croissance dans la fabrication de matériel de transport a été principalement attribuable à la hausse de la construction de navires et d'embarcations (+16,4 %), les chantiers navals ayant profité de la Stratégie nationale de construction navale du gouvernement fédéral pour la construction de navires pour la Marine royale canadienne et la Garde côtière canadienne. La production des raffineries de pétrole a diminué de 22,6 %, en raison d'un projet d'entretien majeur à la plus grande raffinerie de la province. La fabrication de produits en bois (-0,4 %) a diminué pour une deuxième année consécutive, par suite de l'activité plus faible des scieries.

Les services du secteur public ont progressé de 2,9 %, toutes les composantes ayant affiché des hausses. Les services immobiliers et services de location et de location à bail ont affiché une hausse de 1,5 %, même si la production des bureaux d'agents et de courtiers immobiliers a diminué de 25,2 %. L'activité de revente de maisons a subi les effets des programmes provinciaux et fédéraux, y compris l'avènement de la taxe sur la spéculation pour les propriétés résidentielles, l'augmentation des droits de mutation appliquée aux achats par des citoyens non canadiens et des résidents non permanents dans la région basse de la Colombie-Britannique, et le nouveau test de résistance à l'augmentation des taux hypothécaires mis en œuvre au début de 2018.

Les services de transport et d'entreposage ont augmenté de 3,8 %, menés par le transport aérien, le transport par camion et les activités de soutien au transport. La finance et les assurances ont progressé de 2,7 %, affichant leur taux de croissance le plus faible en cinq ans. Les services du commerce de gros ont affiché une hausse de 2,5 %, 8 des 9 sous-secteurs ayant enregistré une activité plus forte. Le commerce de détail s'est accru de 1,1 %, affichant son taux de croissance le plus faible depuis 2012, les baisses qui ont touché les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles et les magasins de produits de santé et de soins personnels ayant atténué les hausses enregistrées dans 9 des 12 sous-secteurs.

Yukon

Au Yukon, le PIB s'est accru de 2,8 % en 2018, après avoir affiché une hausse de 2,9 % en 2017. Les industries productrices de biens ont augmenté de 1,2 % et les industries productrices de services, de 3,3 %.

L'extraction minière, l'exploitation en carrière, et l'extraction de pétrole et de gaz ont affiché une baisse de 27,0 %. L'extraction de minerais métalliques a diminué de 37,5 %, la seule mine de minerais métalliques opérationnelle au Yukon (la mine Minto) a été mise en mode surveillance et entretien. L'extraction de minerais d'or et d'argent a affiché un recul de 19,3 %, tandis que les activités de soutien à l'extraction minière ont enregistré une baisse de 6,7 %.

Le secteur de la construction (+25,2 %) a enregistré une deuxième année consécutive de forte croissance. Les travaux de génie ont affiché une importante hausse de 77,7 % et sont ceux qui ont contribué le plus à la croissance, en raison de l'accélération de la construction de la mine d'or Eagle. La construction non résidentielle a diminué de 17,2 %, après avoir affiché une augmentation de 77,4 % depuis 2015, alors que les touches finales des travaux relatifs à l'établissement de soins de longue durée de Whistle Bend ont été entreprises et que les nouvelles installations de l'Hôpital général de Whitehorse ont ouvert leurs portes en janvier 2018. La construction résidentielle a progressé de 0,9 %.

Les services du commerce de gros ont augmenté de 41,6 %, principalement en raison de la hausse enregistrée par les grossistes-marchands de machines, de matériel et de fournitures, laquelle est en grande partie liée aux activités de construction à la mine d'or Eagle. Le secteur du transport et de l'entreposage a progressé de 7,0 %, le transport par camion et les activités de soutien au transport ayant profité de la production plus forte des secteurs de la construction et du commerce de gros. Le commerce de détail a progressé de 3,0 %, 8 des 12 sous-secteurs ayant affiché une croissance. L'activité touristique plus forte a contribué à la croissance dans le transport aérien.

Territoires du Nord-Ouest

Dans les Territoires du Nord-Ouest, le PIB a progressé de 1,9 % en 2018, après avoir affiché une augmentation de 3,9 % en 2017. La production de biens s'est accrue de 2,8 %, alors que la production de services a progressé de 1,5 %. L'activité dans les travaux de génie a contribué le plus à la croissance économique totale.

L'activité totale dans le secteur de la construction a augmenté de 11,4 %, après avoir enregistré deux années de baisse. Les travaux de génie ont affiché une hausse de 36,0 %, par suite de grands projets, y compris des ajouts et des réparations dans les infrastructures de production et de transport d'électricité, des améliorations du système de transport et le remplacement d'un segment d'un pipeline passant sous le fleuve Mackenzie. La construction non résidentielle (-42,6 %) a diminué, en raison de l'achèvement de l'aréna de Hay River, de l'agrandissement de l'école de Yellowknife et de l'Hôpital territorial Stanton qui est en cours d'achèvement. La construction résidentielle (-12,5 %) a diminué pour une deuxième année consécutive.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière, et de l'extraction de pétrole et de gaz s'est replié de 1,1 %, l'extraction de diamant ayant diminué de 4,8 %, après avoir enregistré deux années de forte croissance. À la suite de travaux de réparation sur un pipeline, l'extraction de pétrole et de gaz à Norman Wells a repris.

Les services du secteur public ont augmenté de 1,5 %, principalement en raison des hausses enregistrées dans les services d'enseignement, les soins de santé et les administrations publiques autochtones. Le secteur du transport et de l'entreposage a progressé de 5,6 %, principalement en raison du transport par pipeline lié à la reprise de la production à Norman Wells et du transport aérien. Le commerce de détail s'est accru de 0,8 %, tandis que le commerce de gros a diminué de 0,3 %.

Nunavut

Au Nunavut, le PIB a augmenté de 10,0 % en 2018, après avoir affiché une croissance similaire en 2017. Le secteur de la construction (+47,5 %) et celui de l'extraction minière, l'exploitation en carrière, et l'extraction de pétrole et de gaz (+14,9 %) ont contribué le plus à la croissance.

Dans la construction, les travaux de génie ont progressé de 55,8 %, les travaux relatifs au développement des mines d'or Meliadine et Amaruq s'étant poursuivis. La construction non résidentielle a augmenté de 52,9 %, en partie en raison de la construction du Collège de l'Arctique du Nunavut, de la station de ravitaillement naval de Nanisivik et de quelques nouvelles écoles.

L'extraction de minerais de fer (+29,8 %) est le principal facteur à l'origine de l'expansion du secteur de l'extraction minière, l'exploitation en carrière, et l'extraction de pétrole et de gaz. Les navires transportant du fer ont effectué un nombre record de 71 déplacements pendant les saisons de livraison d'été et d'automne. L'extraction de minerais d'or et d'argent a augmenté de 3,5 %.

Les industries productrices de services ont progressé de 1,5 %. Les services du secteur public ont enregistré une hausse de 2,9 %, toutes les composantes ayant affiché une croissance. Le secteur du transport et de l'entreposage a augmenté de 4,7 %, l'activité plus forte dans la construction et l'extraction minière ayant contribué à la production plus élevée du transport aérien, liée au transport des travailleurs de chantiers, ainsi que du transport par camion. Le commerce de détail a augmenté de 0,8 %. Le commerce de gros a diminué de 15,9 %, cette baisse étant attribuable à un recul de 23,8 % du commerce de gros de machines, de matériel et de fournitures, après deux années consécutives de forte croissance.


Objectifs liés au développement durable

Le 1er janvier 2016, le monde a officiellement entrepris la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030, le cadre d'action mondial des Nations Unies qui vise à répondre à des enjeux mondiaux urgents au cours des 15 prochaines années. Ce cadre comporte 17 objectifs précis liés au développement durable.

Le communiqué sur le produit intérieur brut par industrie est un exemple de la manière dont Statistique Canada appuie le suivi des progrès concernant les objectifs mondiaux liés au développement durable. Ce communiqué servira à mesurer l'objectif suivant :

  Note aux lecteurs

À compter de la présente diffusion, les estimations annuelles du produit intérieur brut (PIB) provincial et territorial par industrie incluent des estimations des activités économiques autorisées et non autorisées liées à la production, à la distribution et à la consommation de cannabis à des fins non médicales et médicales. Dans cette optique, de nouvelles industries ont été créées dans le secteur de l'agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse et dans celui du commerce de détail, lesquelles comprennent les activités autorisées et non autorisées associées au cannabis depuis le début de la série actuelle en 1997.

Les données provinciales et territoriales sur le PIB par industrie aux prix de base sont des estimations selon des indices de volume en chaîne dont l'année de référence est 2012. Cela signifie que les données pour chaque industrie et agrégat sont obtenues à partir d'un indice enchaîné de volume multiplié par la valeur ajoutée de l'industrie en 2012.

Les variations en pourcentage du PIB par industrie sont calculées à l'aide de mesures en volume, c'est-à-dire qu'elles sont corrigées en fonction des variations de prix.

Pour obtenir plus de renseignements sur le PIB, vous pouvez regarder la vidéo intitulée « Qu'est-ce que le produit intérieur brut (PIB)? ».

Le public est également invité à clavarder avec un expert à ce sujet, le vendredi 3 mai 2019, de 13 h 30 à 14 h 30, heure de l'Est.

Révisions

Les estimations du PIB provincial et territorial par industrie pour 2018 sont comprises dans le présent communiqué et les données des années antérieures ont été révisées rétroactivement jusqu'en 1997 pour tenir compte de l'incorporation des activités économiques des industries du cannabis.

La prochaine mise à jour des estimations du PIB provincial et territorial par industrie pour les années 2016 à 2018 sera publiée en novembre 2019, lors de l'incorporation des données repères pour l'année de référence 2016 des tableaux des ressources et des emplois.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Guillaume Dubé au 613-863-0782 (guillaume.dube2@canada.ca), Division des comptes des industries.

Date de modification :