Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise

Diffusion : 2019-03-26

L'innovation, c'est-à-dire l'introduction de nouveaux produits (biens ou services) et de méthodes opérationnelles, est considérée comme un facteur essentiel de la compétitivité et du succès des entreprises.

Aperçu de l'Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise de 2017

Statistique Canada mesure l'innovation dans le secteur des entreprises depuis 1996, d'abord dans le cadre de son Enquête sur l'innovation, puis avec l'Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise (EISE), qui a d'abord été menée en 2009 et ensuite en 2012.

La diffusion des données de l'EISE de 2017 (il s'agit de la cinquième diffusion des données de l'EISE) fournit de l'information sur l'innovation et la participation des entreprises canadiennes sur les marchés internationaux. Les diffusions précédentes de l'EISE de 2017 portaient sur les sujets suivants :

• La prévalence de l'innovation : les types d'innovation mise en œuvre par les entreprises canadiennes (diffusé le 30 octobre 2018)

• La dynamique de l'innovation : les obstacles, la collaboration et le recours aux programmes gouvernementaux pour soutenir l'innovation (diffusé le 19 décembre 2018)

• Les relations sur les marchés mondiaux : les affiliations avec des entreprises étrangères, les importations et les exportations de biens ou de services ainsi que les défis que les entreprises canadiennes doivent relever et les occasions qu'elles doivent saisir pour se connecter aux marchés mondiaux (diffusé le 13 février 2019)

• Les avantages environnementaux et les technologies de pointe : l'utilisation de technologies émergentes ou de pointe, telles que les technologies propres, et les avantages environnementaux obtenus grâce à l'innovation (diffusé le 13 mars 2019).

En 2017, les entreprises qui ont mis en œuvre des innovations de produits ont déclaré en moyenne que 9,1 % de leurs ventes provenaient de produits qui étaient nouveaux sur au moins un de leurs marchés. En moyenne, 9,4 % des ventes provenaient de biens ou de services qui étaient nouveaux pour l'entreprise seulement. La part des ventes de biens ou de services qui étaient inchangés ou légèrement modifiés représentait les 81,5 % restants.

Les entreprises du secteur de la gestion de sociétés et d'entreprises (12,9 %) ont enregistré la part moyenne la plus élevée des ventes de produits qui constituaient une nouveauté sur leurs marchés, alors que les entreprises du secteur de la construction (4,4 %) et celles du secteur de la finance et des assurances à l'exception des autorités monétaires (5,5 %) ont affiché la part moyenne la plus faible.

Les entreprises canadiennes sont plus susceptibles de réaliser des ventes internationales par l'intermédiaire de leurs entreprises étrangères affiliées que sous forme d'exportations

Dans le cadre de l'EISE de 2017, on a aussi demandé aux entreprises de fournir des renseignements sur leur degré de participation à des activités de vente et d'achat de biens ou de services sur les marchés mondiaux, et sur les motifs pour lesquels elles employaient du personnel à l'étranger.

En 2017, les entreprises canadiennes ont réalisé les trois quarts de leurs ventes au Canada. Le quart restant des ventes a été réalisé sur les marchés étrangers, y compris les exportations directes ainsi que les ventes réalisées par des entreprises canadiennes par l'intermédiaire de leurs entreprises étrangères affiliées, sans tenir compte des ventes générées dans le cadre des activités des entreprises étrangères affiliées.

En 2017, les entreprises canadiennes étaient plus susceptibles d'avoir vendu des biens ou des services à l'étranger par l'intermédiaire de leurs entreprises étrangères affiliées (320 milliards de dollars) que sous la forme d'exportations directes du Canada vers des marchés étrangers (124 milliards de dollars).

Les ventes aux États-Unis ont principalement été réalisées par l'intermédiaire de entreprises étrangères affiliées (237 milliards de dollars) plutôt que sous forme d'exportations (75 milliards de dollars), tandis que des montants semblables ont été réalisés dans des pays d'Asie autres que la Chine, par l'intermédiaire de entreprises étrangères affiliées (12 milliards de dollars) ainsi que sous forme d'exportations directes (12 milliards de dollars).

En revanche, pour ce qui est des ventes des entreprises canadiennes à la Chine, une part considérablement plus élevée a été réalisée sous forme d'exportations directes (9 milliards de dollars) que par l'intermédiaire de entreprises étrangères affiliées (7 milliards de dollars). Il s'agit du seul marché pour lequel cela a été le cas.

Graphique 1  Graphique 1: Ventes internationales par les entreprises canadiennes, selon le marché et le mode, 2017
Ventes internationales par les entreprises canadiennes, selon le marché et le mode, 2017

Les entreprises ayant des entreprises étrangères affiliées emploient du personnel à l'extérieur du Canada pour accroître leurs ventes et accéder à de nouveaux marchés

Dans le cadre de l'EISE de 2017, les entreprises ayant des entreprises étrangères affiliées ont fourni des renseignements indiquant si elles employaient du personnel à l'extérieur du Canada et quels en étaient les motifs. Les principales raisons mentionnées par les entreprises pour justifier l'embauche de personnel à l'étranger étaient l'augmentation des ventes (69,6 %), l'accès à de nouveaux marchés (67,5 %) et la proximité de clients importants (62,8 %).

Les motifs justifiant l'embauche de personnel à l'extérieur du Canada variaient d'un secteur à l'autre. Les entreprises du secteur de la gestion des sociétés et entreprises étaient plus susceptibles que d'autres secteurs de mentionner l'amélioration de la logistique (56,3 %) et les incitatifs fiscaux ou financiers (40,1 %) comme principales raisons. Les entreprises du secteur du commerce de détail ont indiqué l'accès aux chaînes d'approvisionnement comme principal motif (83,7 %), alors que le secteur des services publics était le secteur le plus susceptible de chercher l'accès aux connaissances ou aux technologies spécialisées (54,7 %).

Les entreprises canadiennes dépensent plus pour des biens que pour des services

En 2017, les entreprises canadiennes ont dépensé près de 1 billion de dollars en biens et en services : 745 milliards de dollars ont été consacrés à l'achat de biens (soit pour l'utilisation en tant qu'intrants intermédiaires pour la production intérieure soit pour la revente « tels quels »), environ 140 milliards de dollars à l'achat de certains services, et 44 milliards de dollars à l'achat d'autres biens ou services.

L'achat de biens destinés à la revente « tels quels » représentait la dépense la plus élevée (environ 466 milliards de dollars). Le secteur du commerce de gros a dépensé un peu plus de la moitié de ce montant. Les biens destinés à la revente « tels quels » ont principalement été achetés auprès d'autres entreprises canadiennes (268 milliards de dollars); venaient ensuite les entreprises étrangères affiliées (135 milliards de dollars) et les entreprises étrangères non affiliées (62 milliards de dollars).

L'achat de biens destinés à être utilisés comme intrants intermédiaires pour la production intérieure représentait la deuxième dépense en importance (environ 279 milliards de dollars). Les trois cinquièmes de ce montant étaient attribuables au secteur de la fabrication. Ces biens ont principalement été achetés auprès d'autres entreprises canadiennes (184 milliards de dollars). La valeur des achats de biens destinés à être utilisés comme intrants intermédiaires réalisés auprès de entreprises étrangères non affiliées (57 milliards de dollars) a dépassé celle des achats réalisés auprès de entreprises étrangères affiliées (39 milliards de dollars).

Pour ce qui est de l'achat de services, les entreprises ont consacré la plus grande part de leurs dépenses aux services de distribution et de logistique (50 milliards de dollars), suivis des services professionnels (43 milliards de dollars). Les entreprises ont largement acheté des services auprès de sources canadiennes (84,5 %).

Dans l'ensemble, lorsqu'elles achetaient des biens ou des services de sources étrangères, les entreprises étaient plus susceptibles de le faire auprès de entreprises étrangères affiliées (59,1 %) qu'auprès de entreprises étrangères non affiliées (40,9 %).

  Note aux lecteurs

L'Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise (EISE) de 2017 est une initiative conjointe menée par Statistique Canada; Innovation, Sciences et Développement économique Canada; Affaires mondiales Canada; la Banque du Canada; l'Agence de promotion économique du Canada atlantique; l'Institut de la statistique du Québec; et le ministère du Développement économique, de la Création d'emplois et du Commerce de l'Ontario.

L'EISE est la principale source de données sur l'innovation des entreprises pour l'économie canadienne. Elle repose sur les lignes directrices du Manuel d'Oslo (Organisation de coopération et de développement économiques et Eurostat, 2005), qui permettent de comparer les indicateurs clés de l'innovation à l'échelle mondiale. Elle recueille des données sur les décisions stratégiques, les activités d'innovation et la dynamique des relations commerciales dans les marchés mondiaux.

Les utilisateurs de données doivent noter que les données englobant l'ensemble du secteur des entreprises et portant sur les importations (biens et services) et les exportations (biens et services) sont disponibles dans d'autres programmes de Statistique Canada qui visent l'ensemble du secteur des entreprises (tous les secteurs, tous les effectifs). Étant donné que les tendances à importer ou à exporter varient en fonction de la taille de l'entreprise, les données de l'EISE en fonction des tailles et des industries sélectionnées seront différentes de celles concernant l'ensemble de l'économie.

Les données de l'EISE de 2017 portent sur les ventes découlant d'activités exercées au Canada seulement, ce qui comprend les ventes réalisées par l'intermédiaire de entreprises étrangères affiliées. Par conséquent, elles sont différentes des autres données de Statistique Canada portant sur les activités à l'étranger des sociétés affiliées à participation majoritaire canadienne, qui comprennent toutes les ventes de ces sociétés affiliées et qui se rapportent à l'ensemble du secteur des entreprises et à toutes les tailles d'entreprises, de sorte qu'elles ne peuvent pas être comparées directement avec les données de l'EISE.

L'Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise de 2017 est la première enquête de Statistique Canada à utiliser la technique d'ajustement tabulaire aléatoire (ATA), qui vise à mettre davantage de données à la disposition des utilisateurs, tout en protégeant la confidentialité des répondants.

Statistique Canada utilise habituellement des techniques de suppression pour protéger les renseignements statistiques de nature délicate. Ces techniques comprennent la suppression de points de données qui peuvent révéler des renseignements, directement ou indirectement, au sujet des répondants. Or, on peut souvent mener à la suppression d'un grand nombre de points de données et réduire de façon importante la quantité de données offertes.

En utilisant l'ATA, Statistique Canada peut identifier les estimations de nature délicate et les ajuster au hasard au lieu de les supprimer. L'ampleur de l'ajustement est calculée afin d'assurer la protection des renseignements confidentiels des répondants. Après l'ajustement de la valeur, l'organisme attribue une mesure de la qualité (A, B, C, D, ou E) à l'estimation pour indiquer aux utilisateurs le degré de confiance qu'ils peuvent avoir dans sa précision. Les mesures de la qualité tiennent compte de l'incertitude liée à l'échantillonnage, à la non-réponse et à l'ATA, le cas échéant.

Pour plus d'information sur ATA, veuillez-vous consulter l'article de blogue « Bienvenue à l'ajustement tabulaire aléatoire! », qui est maintenant accessible dans le Blogue de StatCan.

Les données de l'EISE de 2012 et celles de l'EISE de 2009 peuvent être consultées dans des tableaux archivés (Numéro au catalogue12-604-X).

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :