Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Indicateurs de l'éducation au Canada

Diffusion : 2019-03-25

Les droits de scolarité représentent une source de revenus de plus en plus importante pour les universités

Les droits de scolarité (qui incluent les frais de scolarité, mais aussi les frais pour les activités sportives, les services de santé offerts aux étudiants et les associations étudiantes) ont représenté plus du quart (27 %) des revenus des universités au Canada en 2016-2017, en hausse par rapport à la proportion d'un peu moins de 20 % enregistrée en 2000-2001.

De nouveaux tableaux du Programme d'indicateurs pancanadiens de l'éducation, qui dresse un portrait statistique des systèmes d'éducation au Canada, montrent que les droits de scolarité représentent une source de revenus de plus en plus importante pour les universités au Canada, variant selon les provinces.

Graphique 1  Graphique 1: Droits de scolarité en proportion des revenus totaux des universités, Canada et provinces, 2000-2001 et 2016-2017
Droits de scolarité en proportion des revenus totaux des universités, Canada et provinces, 2000-2001 et 2016-2017

Les provinces ayant affiché la plus forte augmentation de la proportion des revenus des universités provenant des droits de scolarité de 2000-2001 à 2016-2017 étaient la Colombie-Britannique (+13 points de pourcentage), l'Ontario (+11), le Québec (+5) et la Nouvelle-Écosse (+5). En revanche, cette proportion est demeurée la même au Nouveau-Brunswick et n'a augmenté que légèrement en Alberta (+1 point de pourcentage).

Terre-Neuve-et-Labrador était l'unique province où la proportion des revenus des universités provenant des droits de scolarité a diminué significativement (-9 points de pourcentage) au cours de cette même période. En 2016-2017, Terre-Neuve-et-Labrador était la province où les universités tiraient la plus petite part de leurs revenus des droits de scolarité (10 %) en raison d'une politique de cette province qui limite depuis longtemps l'augmentation des droits de scolarité.

Les frais de scolarité des étudiants de premier cycle ont augmenté dans la plupart des provinces, tant pour les étudiants canadiens que pour les étudiants internationaux

Les frais de scolarité des étudiants de premier cycle représentent la majorité des revenus totaux des droits de scolarité des étudiants universitaires. De 2006-2007 (la première année disponible) à 2018-2019, les étudiants canadiens ainsi que les étudiants internationaux (qui paient des frais de scolarité plus élevés que les étudiants canadiens) ont vu les frais de scolarité de premier cycle augmenter dans la plupart des provinces.

Graphique 2  Graphique 2: Frais de scolarité des étudiants canadiens de premier cycle universitaire, 2006-2007 et 2018-2019, en dollars constants de 2002
Frais de scolarité des étudiants canadiens de premier cycle universitaire, 2006-2007 et 2018-2019, en dollars constants de 2002

Les hausses les plus importantes des frais de scolarité de premier cycle ont été enregistrées en Ontario, en Saskatchewan et au Québec

Les augmentations des frais de scolarité pour les étudiants canadiens du premier cycle ont varié selon les provinces. De 2006-2007 à 2018-2019, les hausses les plus importantes ont été enregistrées en Ontario (+38 %, passant de 4 800 $ à 6 500 $), au Québec (+28 %, passant de 1 800 $ à 2 300 $) et en Saskatchewan (+25 %, passant de 4 400 $ à 5 500 $). Cependant, une augmentation des frais de scolarité ne signifie pas nécessairement que les familles ou les étudiants paient davantage, car une partie des frais de scolarité peut être prise en charge par des programmes fédéraux et provinciaux d'aide financière aux études.

À l'inverse, les frais de scolarité de premier cycle pour les étudiants canadiens de Terre-Neuve-et-Labrador ont diminué en valeur réelle, passant de 2 400 $ en 2006-2007 à 2 100 $ en 2018-2019, en raison du gel des frais de scolarité en vigueur dans cette province depuis plusieurs années. Ce facteur de même que la baisse des inscriptions d'étudiants de premier cycle (de 14 200 en 2000-2001 à 13 600 en 2016-2017) aident à expliquer la baisse de la proportion des revenus des universités provenant des droits de scolarité dans cette province.

Les frais de scolarité de premier cycle des étudiants canadiens ont également diminué en Alberta (passant de 4 200 $ à 4 100 $) et ont connu une hausse relativement faible (10 % ou moins) dans le reste des provinces.

Les hausses les plus importantes des frais de scolarité pour les étudiants internationaux de premier cycle ont été enregistrées à l'Île-du-Prince-Édouard, en Ontario et en Saskatchewan

À l'exception de Terre-Neuve-et-Labrador, les frais de scolarité de premier cycle pour les étudiants internationaux ont augmenté partout au pays de 2006-2007 à 2018-2019. Ces frais ont presque doublé à l'Île-du-Prince-Édouard (passant de 8 000 $ à 16 000 $) et en Ontario (passant de 13 000 $ à 26 000 $) et ont augmenté de moitié en Saskatchewan (passant de 9 500 $ à 15 000 $) ainsi qu'au Québec (passant de 11 000 $ à 17 000 $). Des augmentations plus faibles ont été notées au Nouveau-Brunswick (+10 %, passant de 10 000 $ à 11 000 $) et en Nouvelle-Écosse (une hausse de près de 20 %, passant de 11 000 $ à 13 000 $). Ces augmentations des frais de scolarité pour les étudiants internationaux de premier cycle coïncident avec une population d'étudiants internationaux qui augmente à un rythme plus rapide que celui de la population étudiante canadienne.

Graphique 3  Graphique 3: Frais de scolarité des étudiants internationaux de premier cycle universitaire, 2006-2007 et 2018-2019, en dollars constants de 2002
Frais de scolarité des étudiants internationaux de premier cycle universitaire, 2006-2007 et 2018-2019, en dollars constants de 2002

Terre-Neuve-et-Labrador, quant à elle, a connu une baisse de 6 %, passant de 9 300 $ à 8 700 $.

Cette croissance rapide du nombre d'étudiants internationaux constitue une source de revenus importante pour les universités. À l'échelle nationale, en 2018-2019, les frais de scolarité moyens des étudiants internationaux de premier cycle se chiffraient à 27 200 $, soit près de quatre fois les frais de 6 800 $ payés par les étudiants canadiens. Les données les plus récentes accessibles pour 2016-2017 montrent qu'à l'échelle nationale, les frais de scolarité des étudiants internationaux représentent environ 30 % du total des revenus générés par les frais de scolarité au premier cycle universitaire.

  Note aux lecteurs

La présente édition du Guide pancanadien de l'éducation comprend également des informations sur les dépenses publiques et privées en éducation, les inscriptions et les diplômés au niveau postsecondaire, les transitions vers les études postsecondaires et le marché du travail ainsi que les résultats sur le marché du travail.

Le Programme d'indicateurs pancanadiens de l'éducation est une initiative en cours du Conseil des statistiques canadiennes de l'éducation, qui est un partenariat entre Statistique Canada et le Conseil des ministres de l'Éducation (Canada) visant à fournir un ensemble de mesures statistiques sur les systèmes d'éducation au Canada.

Produits

La publication Indicateurs de l'éducation au Canada : rapport du Programme d'indicateurs pancanadiens de l'éducation, mars 2019 (Numéro au catalogue81-582-X) est maintenant accessible.

Le produit Indicateurs de l'éducation au Canada : manuel pour le rapport du Programme d'indicateurs pancanadiens de l'éducation (Numéro au catalogue81-582-G) est également accessible. Ce manuel fournit une description générale de chaque indicateur, les principaux concepts et définitions utilisés, de même qu'un aperçu de la méthodologie, des limitations et des sources de données.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :