Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Comptes du bilan national et des flux financiers, quatrième trimestre de 2018

Diffusion : 2019-03-14

Le patrimoine national diminue sous l'effet d'une baisse de la valeur des ressources naturelles et des biens immobiliers

Le patrimoine national, soit la valeur des actifs non financiers dans l'économie canadienne, s'est replié de 2,2 % pour s'établir à 11 080,6 milliards de dollars à la fin du quatrième trimestre. Ce recul est principalement attribuable à une diminution de 23,5 % de la valeur des ressources naturelles, laquelle découle en partie de la baisse des prix du pétrole brut au quatrième trimestre, qui ont plus récemment connu une remontée au cours des deux premiers mois de 2019. Le recul du patrimoine national observé au quatrième trimestre est également attribuable à une baisse de la valeur des biens immobiliers résidentiels (-72,5 milliards de dollars), les prix des logements ayant continué de légèrement fléchir. Le patrimoine national par habitant a diminué pour passer de 304 085 $ à 296 933 $.

La position d'actif net étranger du Canada a diminué de 109,1 milliards de dollars pour s'établir à 528,6 milliards de dollars au quatrième trimestre, après avoir atteint un sommet de 637,7 milliards de dollars à la fin du troisième trimestre. Cette baisse est principalement attribuable au rendement inférieur des marchés boursiers étrangers par rapport au marché boursier canadien, qui a fait diminuer la valeur de l'actif international du Canada en instruments de capitaux propres par rapport à son passif international.

La valeur nette nationale, soit la somme du patrimoine national et de la position d'actif net étranger du Canada, a diminué de 3,0 % pour se chiffrer à 11 609,2 milliards de dollars à la fin du quatrième trimestre.

Graphique 1  Graphique 1: Variation de la valeur nette nationale, par composante
Variation de la valeur nette nationale, par composante

La valeur des biens immobiliers résidentiels des ménages continue de diminuer

La valeur nette du secteur des ménages a diminué de 2,8 % au quatrième trimestre pour s'établir à 10 735,6 milliards de dollars. Cette baisse est principalement attribuable à une baisse de la valeur marchande des actifs financiers, qui s'est repliée de 3,2 %, en raison surtout d'une baisse de 7,5 % de la valeur des actions et des parts de fonds d'investissement. La faiblesse des marchés boursiers intérieurs et étrangers, surtout vers la fin du trimestre, a été un important facteur à l'origine de cette baisse; toutefois, des signes de reprise ont été observés dans les deux premiers mois de 2019.

La valeur des actifs non financiers a reculé de 1,0 % pour s'établir à 6 187,1 milliards de dollars au quatrième trimestre, principalement en raison d'une baisse de 1,4 % de la valeur des biens immobiliers résidentiels. Il s'agit de la valeur trimestrielle des biens immobiliers résidentiels la plus faible observée depuis le quatrième trimestre de 2008. La valeur des biens immobiliers résidentiels s'est contractée en 2018 pour afficher la première baisse annuelle depuis le début de la série chronologique. Les ventes totales de biens immobiliers résidentiels ont reculé de 14,7 % en 2018.

Graphique 2  Graphique 2: Paiements obligatoires du capital et des intérêts hypothécaires des ménages
Paiements obligatoires du capital et des intérêts hypothécaires des ménages

La diminution des actifs des ménages et l'augmentation de 0,9 % du passif ont entraîné une augmentation du ratio de la dette aux actifs, qui a atteint 17,3 % au quatrième trimestre. Le ratio des actifs financiers aux actifs non financiers des ménages a fléchi pour s'établir à 109,8 % au quatrième trimestre, les actifs financiers ayant diminué plus rapidement que les actifs non financiers.

Les emprunts des ménages sur une base désaisonnalisée augmentent légèrement

Sur une base désaisonnalisée, les emprunts totaux sur le marché du crédit ont légèrement augmenté au cours du trimestre par rapport au trimestre précédent, les ménages ayant contracté des emprunts de 21,2 milliards de dollars. Alors que la demande de crédit à la consommation et de prêts non hypothécaires a diminué, la demande de prêts hypothécaires a augmenté de 2,3 milliards de dollars pour atteindre 12,3 milliards de dollars. Malgré l'augmentation observée au quatrième trimestre, sur une base annuelle, les emprunts sur le marché du crédit des ménages ont diminué de 19,5 % pour s'établir à 84,6 milliards de dollars en 2018, ce qui représente le niveau d'emprunt le plus faible depuis 2014.

La dette sur le marché du crédit (crédit à la consommation, prêts hypothécaires et prêts non hypothécaires) s'est chiffrée à 2 209,3 milliards de dollars au quatrième trimestre. La dette hypothécaire s'est établie à 1 439,9 milliards de dollars, tandis que le crédit à la consommation et les prêts non hypothécaires ont totalisé ensemble 769,4 milliards de dollars.

Le ratio du service de la dette des ménages, qui correspond au total des paiements obligatoires de capital et d'intérêts en proportion du revenu disponible des ménages sur le marché du crédit, a augmenté pour atteindre 14,9 % au quatrième trimestre, la croissance des paiements sur la dette totale ayant dépassé la croissance du revenu disponible.

La dette contractée par les ménages sur le marché du crédit en proportion du revenu disponible des ménages a augmenté pour s'établir à 178,5 % au quatrième trimestre, la croissance de la dette ayant légèrement dépassé la croissance du revenu. Autrement dit, il y avait 1,79 $ de dette sur le marché du crédit pour chaque dollar de revenu disponible des ménages.

Graphique 3  Graphique 3: Dette des ménages sur le marché du crédit, flux désaisonnalisés
Dette des ménages sur le marché du crédit, flux désaisonnalisés

Les emprunts de l'administration publique fédérale ralentissent

La demande de titres d'emprunt de l'administration publique fédérale sur le marché du crédit s'est chiffrée à 3,6 milliards de dollars au quatrième trimestre. Cette demande comprenait des émissions nettes de 2,1 milliards de dollars d'obligations et de 1,1 milliard de dollars d'effets à court terme. Sur une base annuelle, la demande de fonds de l'administration publique fédérale sur le marché du crédit s'est établie à 5,9 milliards de dollars en 2018, en forte baisse par rapport à la demande de 17,0 milliards de dollars effectuée en 2017. Cette baisse a été accentuée par des remboursements nets d'obligations de 4,2 milliards de dollars, la première occurrence annuelle de ce genre depuis 2007. Au cours de l'année 2018, les non-résidents ont enregistré 38,5 milliards de dollars de ventes et de remboursements nets d'obligations de l'administration publique fédérale.

La demande de fonds des autres ordres de gouvernement s'est élevée à 10,6 milliards de dollars au quatrième trimestre, majoritairement sous forme d'émissions nettes d'obligations et de débentures (+5,4 milliards de dollars). En 2018, la demande de fonds des autres ordres de gouvernement s'est établie à 44,6 milliards de dollars, soit légèrement plus que les 43,1 milliards de dollars demandés en 2017.

Malgré le ralentissement de la croissance économique en 2018, le ratio de la dette nette de l'administration publique fédérale (établie à la valeur comptable) au produit intérieur brut (PIB) s'est amélioré pour s'établir à 26,9 % au quatrième trimestre, les emprunts de l'administration publique fédérale ayant ralenti plus que le PIB. Le ratio de la dette nette des autres administrations publiques (établie à la valeur comptable) au PIB a dépassé le ratio de la dette nette de l'administration publique fédérale pour un deuxième trimestre consécutif, en légère hausse pour passer de 27,3 % au troisième trimestre à 27,6 % au quatrième trimestre.

Graphique 4  Graphique 4: Dette nette (valeur comptable) en pourcentage du produit intérieur brut
Dette nette (valeur comptable) en pourcentage du produit intérieur brut

La demande de fonds des sociétés privées non financières s'accélère

La demande de fonds des sociétés privées non financières s'est établie à 46,5 milliards de dollars au quatrième trimestre, en hausse par rapport à la demande de 32,4 milliards de dollars au troisième trimestre. Tout au long de l'année, les sociétés privées non financières ont affiché une forte demande de prêts non hypothécaires. Sur une base annuelle, la demande de fonds des sociétés privées non financières s'est chiffrée à 165,1 milliards de dollars en 2018, en baisse par rapport à la demande de 193,5 milliards de dollars effectuée en 2017.

Graphique 5  Graphique 5: Emprunts des sociétés privées non financières
Emprunts des sociétés privées non financières

Le ratio d'endettement des sociétés privées non financières (établi à la valeur comptable) a légèrement augmenté au quatrième trimestre pour se fixer à 72,2 %. Au cours de l'année 2018, le ratio d'endettement des sociétés privées non financières a augmenté de 4,7 points.

Le financement hypothécaire du secteur financier continue de ralentir

Le secteur financier a injecté 43,5 milliards de dollars dans l'économie au moyen d'instruments du marché financier au quatrième trimestre, en baisse par rapport aux fonds de 85,9 milliards de dollars injectés au troisième trimestre. Le financement au quatrième trimestre s'est principalement effectué sous la forme de prêts non hypothécaires (+28,8 milliards de dollars) et de prêts hypothécaires (+15,5 milliards de dollars), les banques à charte ayant fourni la plupart de ces fonds aux sociétés privées non financières et aux ménages.

La baisse des cours boursiers a également eu une incidence sur la valeur marchande des actifs financiers des sociétés financières, qui a diminué de 1,1 % au quatrième trimestre pour s'établir à 14 043,3 milliards de dollars. Cette baisse est attribuable aux réévaluations à la baisse et autres changements de volume de 326,6 milliards de dollars, principalement en capitaux propres. Les investisseurs institutionnels comme les régimes de retraite en fiducie, les fonds communs de placement, les fonds distincts et les sociétés d'assurance-vie ont subi ces réévaluations à la baisse. Cette incidence s'est également fait sentir dans le secteur des ménages, car les ménages détiennent une part importante des capitaux propres dans ces établissements.





  Note aux lecteurs

La présente diffusion des comptes financiers et du patrimoine regroupe les comptes du bilan national (CBN), les comptes des flux financiers (CFF) et les comptes des autres changements d'actifs.

Les CBN sont composés des bilans de tous les secteurs et sous-secteurs de l'économie. Les principaux secteurs sont les ménages, les institutions sans but lucratif au service des ménages, les sociétés financières, les sociétés non financières, les administrations publiques et les non-résidents. Les CBN englobent tous les actifs non financiers nationaux et toutes les créances d'actifs et de passifs financiers non réglées de tous les secteurs. Afin de mieux interpréter les estimations des flux financiers, certaines séries sur les emprunts des ménages sont disponibles sur une base désaisonnalisée (tableau 38-10-0238-01). Les autres données ne sont pas désaisonnalisées. Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, voir le document intitulé Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Les CFF mesurent les prêts et les emprunts nets en examinant les opérations financières par secteur de l'économie. Ils donnent une mesure de l'investissement financier net, qui correspond à la différence entre les opérations en actifs financiers et en passifs financiers (par exemple, les achats nets de titres moins les émissions nettes de titres). Les CFF mettent également en lumière le lien entre les activités financières et non financières de l'économie qui associent les estimations de l'épargne et l'acquisition de capital non financier (par exemple, l'investissement en construction résidentielle neuve) aux opérations financières sous-jacentes.

Alors que les CFF enregistrent des changements dans les actifs et les passifs financiers entre l'ouverture et la fermeture du bilan associés aux transactions lors de la période de comptabilisation, la valeur des actifs et des passifs détenus par une institution peut aussi changer pour d'autres raisons. Ces autres types de changements, que l'on appelle les autres flux économiques, sont enregistrés dans le compte des autres changements d'actifs.

Ce compte comporte deux volets principaux. Le premier est le compte des autres changements de volume d'actifs. Ce compte inclut les changements dans les actifs et les passifs non financiers et financiers liés à l'apparition et à la disparition d'actifs économiques, les effets d'évènements externes tels que les guerres ou les catastrophes sur la valeur des actifs, et les changements de classification et de structure des actifs. La deuxième composante principale est le compte de réévaluation, qui présente les gains et les pertes d'avoirs revenant aux propriétaires d'actifs et de passifs non financiers et financiers pendant la période de comptabilisation, en conséquence des changements dans les évaluations aux prix du marché.

À l'heure actuelle, seul l'agrégat des autres changements d'actifs est disponible dans le Système canadien des comptes macroéconomiques; aucun détail n'est disponible sur les différentes composantes.

Les définitions relatives aux indicateurs financiers sont présentées dans le document Indicateurs financiers des Comptes du bilan national et dans le Glossaire du Système des comptes macroéconomiques.

Révisions

La présente diffusion des comptes du bilan national et des flux financiers du quatrième trimestre comporte les estimations révisées du premier trimestre au troisième trimestre de 2018. Ces données intègrent des données nouvelles et révisées, ainsi que des données mises à jour sur les tendances saisonnières.

De plus, le présent communiqué comprend des révisions à des séries chronologiques précises du premier trimestre de 1990 au troisième trimestre de 2018 découlant de l'inclusion des activités économiques légales et illégales liées à l'utilisation de cannabis à des fins médicales et non médicales dans les séries chronologiques des comptes nationaux pour la période commençant en 1961. Pour la présente diffusion, les révisions ont été limitées aux CFF, soit aux prêts nets et aux autres composantes du compte capital, ainsi qu'aux indicateurs financiers dont le calcul inclut des données sur le revenu disponible ou le produit intérieur brut, lesquels ont tous deux été révisés.

Des améliorations aux données des comptes du bilan national et des flux financiers, telles que l'élaboration de renseignements détaillés des contreparties par secteur, seront incorporées sous peu. Afin de faciliter cette initiative ainsi que d'autres, il a fallu prolonger la période de révisions annuelles (normalement les trois années précédentes) au moment de la diffusion des données du troisième trimestre. Ainsi, pour les deux prochaines années, lors de la diffusion des comptes financiers et du patrimoine du troisième trimestre, les estimations seront révisées à partir de 1990 pour assurer une série chronologique continue.

Un aperçu des mesures de l'emprunt des entreprises

La Banque du Canada et Statistique Canada ont mené une étude conjointe afin de comprendre et de déterminer les principales différences entre leurs mesures respectives des emprunts des entreprises, y compris les emprunts non hypothécaires des entreprises, les hypothèques non résidentielles et les papiers commerciaux. Les tableaux de rapprochement mis à jour pour ces éléments sont maintenant accessibles dans le tableau 36-10-0619-01.

Stocks désaisonnalisés de la dette des ménages sur le marché du crédit

Les stocks désaisonnalisés de la dette des ménages sur le marché du crédit, en plus des flux financiers désaisonnalisés, sont maintenant publiés dans la diffusion trimestrielle des comptes financiers et du patrimoine au tableau 38-10-0238-01.

De nouvelles estimations désaisonnalisées du ratio de la dette sur le marché du crédit au revenu personnel disponible ont été incluses dans la diffusion du troisième trimestre de 2018. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les sources de données et les méthodes, veuillez consulter le document intitulé « Ajustement saisonnier des flux et des stocks dans les comptes financiers et du patrimoine : vers une approche intégrée ».

Comptes financiers et du patrimoine sur une base de qui à qui : certains instruments financiers

Le produit de visualisation des données « Comptes financiers sur une base de qui à qui, certains instruments financiers » a été mis à jour au moyen des données du premier trimestre au quatrième trimestre de 2018.

Prochaine diffusion

Les données du premier trimestre sur les comptes du bilan et des flux financiers seront diffusées le 13 juin.

Produits

Le produit de visualisation de données « Comptes financiers sur une base de qui à qui, certains instruments financiers », qui fait partie de Statistique Canada — Produits de visualisation des données (Numéro au catalogue71-607-X), est maintenant accessible.

Le document « Un aperçu des mesures de l'emprunt des entreprises : une étude conjointe de la Banque du Canada et de Statistique Canada », qui fait partie de Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens (Numéro au catalogue13-605-X), est accessible.

Le document « Ajustement saisonnier des flux et des stocks dans les comptes financiers et du patrimoine : vers une approche intégrée », qui fait partie de Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens (Numéro au catalogue13-605-X), est accessible.

La publication Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens (Numéro au catalogue13-605-X), est accessible.

Le Guide de l'utilisateur : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-606-G), est accessible.

Le Guide méthodologique : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-607-X), est accessible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :