Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Statistiques financières trimestrielles des entreprises, quatrième trimestre de 2018

Diffusion : 2019-02-26

Bénéfices d'exploitation des sociétés canadiennes

105,2 milliards de dollars

Quatrième trimestre de 2018

-3,9 % baisse

(variation trimestrielle)

Bénéfices d'exploitation généraux

Les sociétés canadiennes ont réalisé des bénéfices d'exploitation de 105,2 milliards de dollars au quatrième trimestre, en baisse de 4,3 milliards de dollars ou de 3,9 % par rapport au troisième trimestre, mais en hausse de 8,7 % par rapport au quatrième trimestre de 2017.

Graphique 1  Graphique 1: Bénéfices d'exploitation trimestriels
Bénéfices d'exploitation trimestriels

Branches d'activité non financières

Dans les branches d'activité non financières, les bénéfices d'exploitation ont diminué de 1,0 milliard de dollars (-1,5 %) par rapport au troisième trimestre pour s'établir à 68,9 milliards de dollars au quatrième trimestre. Dans l'ensemble, les bénéfices d'exploitation ont reculé dans 8 des 17 industries non financières.

Comparativement au quatrième trimestre de 2017, les bénéfices d'exploitation des sociétés non financières canadiennes se sont accrus de 2,1 %.

Les bénéfices d'exploitation diminuent dans le commerce de gros

Dans le commerce de gros, les bénéfices d'exploitation ont diminué de 588 millions de dollars (-6,7 %) par rapport au troisième trimestre pour s'établir à 8,3 milliards de dollars au quatrième trimestre. Cette baisse est principalement attribuable aux grossistes-marchands de machines, de matériel et de fournitures (-20,1 %), en raison de l'activité plus faible observée dans le secteur de la construction.

Les bénéfices d'exploitation diminuent dans le secteur de la fabrication

Dans le secteur de la fabrication, les bénéfices d'exploitation ont connu un léger recul de 24 millions de dollars (-0,2 %) par rapport au troisième trimestre pour s'établir à 15,5 milliards de dollars au quatrième trimestre, 4 des 13 industries du secteur ayant enregistré des baisses.

Les bénéfices d'exploitation de la fabrication de produits du pétrole et du charbon ont diminué au quatrième trimestre, en baisse de 412 millions de dollars (-13,5 %) par rapport au troisième trimestre, sous l'effet du recul des prix du pétrole. Dans la fabrication de produits en bois et la fabrication du papier, les bénéfices d'exploitation ont baissé de 311 millions de dollars (-13,5 %) au quatrième trimestre, les prix du bois d'œuvre ayant continué de diminuer.

Ces baisses ont été partiellement contrebalancées par la hausse observée dans la fabrication de produits aérospatiaux, de matériel ferroviaire, de navires et d'autres types de matériel de transport, dont les bénéfices d'exploitation ont augmenté de 568 millions de dollars par rapport au troisième trimestre de 2018. Cette hausse est en partie attribuable à la croissance des activités aéronautiques.

Graphique 2  Graphique 2: Variation des bénéfices d'exploitation des principales branches d'activité non financières
Variation des bénéfices d'exploitation des principales branches d'activité non financières

Les bénéfices d'exploitation diminuent dans l'extraction de pétrole et de gaz et les activités de soutien

Les bénéfices d'exploitation de l'industrie de l'extraction de pétrole et de gaz et des activités de soutien ont diminué de 674 millions de dollars au quatrième trimestre, passant d'un bénéfice d'exploitation de 276 millions de dollars au troisième trimestre à une perte d'exploitation de 398 millions de dollars au quatrième trimestre. Cette baisse est attribuable au recul des prix du pétrole et à l'accentuation de l'écart entre les prix du pétrole léger et ceux du pétrole lourd.

Les bénéfices d'exploitation de l'agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse reculent en raison des producteurs de cannabis

Les bénéfices d'exploitation de l'industrie de l'agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse ont diminué au quatrième trimestre, en baisse de 290 millions de dollars (-15,5 %) par rapport au troisième trimestre. Le principal facteur à l'origine de ce recul est le rendement financier des producteurs autorisés de cannabis, qui sont maintenant inclus dans les résultats pour cette industrie.

Les bénéfices d'exploitation diminuent dans les branches d'activité financières

Dans les branches d'activité financières, les bénéfices d'exploitation ont reculé de 3,3 milliards de dollars (-8,3 %) pour passer de 39,6 milliards de dollars au troisième trimestre à 36,3 milliards de dollars au quatrième trimestre.

Les bénéfices d'exploitation de l'intermédiation financière par le biais de dépôts se sont accrus de 559 millions de dollars (+3,9 %) pour s'établir à 15,1 milliards de dollars. Cette hausse est principalement attribuable aux activités bancaires et autres activités d'intermédiation financière par le biais de dépôts, dont les bénéfices d'exploitation ont augmenté de 421 millions de dollars (+3,1 %) pour atteindre 13,9 milliards de dollars.

Les bénéfices d'exploitation des sociétés d'assurance et activités connexes ont diminué de 3,5 milliards de dollars (-46,2 %) par rapport au troisième trimestre pour s'établir à 4,1 milliards de dollars. Cette baisse est principalement attribuable aux sociétés d'assurance-vie, d'assurance-maladie et d'assurance de soins médicaux, qui ont enregistré un recul de 2,9 milliards de dollars au cours du trimestre. Ce recul s'explique par les ajustements à la juste valeur, qui ont fait augmenter les frais connexes de 5,0 milliards de dollars.

Le revenu net des sociétés d'assurance-vie, d'assurance-maladie et d'assurance de soins médicaux a diminué de 8,8 % pour passer de 2,4 milliards de dollars au troisième trimestre à 2,2 milliards de dollars au quatrième trimestre.

Conséquences des changements apportés au taux de financement à un jour sur l'intermédiation financière par le biais de dépôts

À la suite de la crise financière de 2008, les banques centrales ont commencé à utiliser la méthode d'assouplissement quantitatif pour stimuler l'économie. Durant la période ayant suivi la crise, elles ont maintenu leurs taux de financement à un jour à un niveau peu élevé. Ces taux à un jour ont eu des répercussions sur les taux du marché du crédit. Nous avons observé le même comportement au Canada de la part de la banque centrale.

À l'été 2017, la Banque du Canada a décidé de commencer à augmenter son taux de financement à un jour. Il s'agissait de la première augmentation depuis juillet 2015. Selon le communiqué de presse diffusé par la Banque du Canada pour annoncer ce changement, « le Conseil de direction juge que les perspectives actuelles justifient la décision prise aujourd'hui de réduire une partie de la détente monétaire dans l'économie ».

Les rajustements du taux de financement à un jour, en particulier les augmentations effectuées au cours de la dernière année, ont eu une incidence sur la situation financière et les résultats des opérations de l'industrie de l'intermédiation financière par le biais de dépôts. Cet effet se reflète dans la variation de la marge nette sur les intérêts de l'industrie. Cependant, cet indicateur n'est pas un renseignement accessible à tous les intermédiaires financiers par le biais de dépôts; par conséquent, on utilise plutôt le revenu net d'intérêts, soit la différence entre les revenus d'intérêts et les dépenses d'intérêts, pour déterminer les effets de la variation du taux d'intérêt.

Les données du Relevé trimestriel des états financiers sont utilisées pour analyser les variations du revenu net d'intérêts et du solde des prêts hypothécaires et des prêts personnels pour l'industrie du troisième trimestre de 2017 au quatrième trimestre de 2018.

Revenu d'intérêts

Avant le rajustement du taux de financement à un jour en juillet 2017, le revenu d'intérêts hypothécaires des intermédiaires financiers par le biais de dépôts fluctuait à l'intérieur d'une marge assez restreinte d'un trimestre à l'autre. Cependant, depuis la première hausse du taux en juillet 2017, le revenu d'intérêts hypothécaires est passé de 9,8 milliards de dollars au troisième trimestre de 2017 à 11,7 milliards de dollars au quatrième trimestre. Cela représente une augmentation de 1,9 milliard de dollars en à peine plus d'un an. Une variation de 19,3 % du taux de croissance n'avait jamais été observée avant cette période.

Le revenu d'intérêts provenant des prêts personnels a lui aussi été touché par l'augmentation des taux, passant de 6,1 milliards de dollars au troisième trimestre de 2017 à 7,0 milliards de dollars à la fin du quatrième trimestre de 2018. Cela représente une variation de 15,2 % du revenu d'intérêts.

Pris ensemble, le revenu d'intérêts hypothécaires et le revenu d'intérêts de prêts personnels ont augmenté de 2,8 milliards de dollars entre le troisième trimestre de 2017 et la fin du quatrième trimestre de 2018.

Durant la même période, les dépenses d'intérêts se sont accrues de 4,0 milliards de dollars. L'augmentation du taux de financement à un jour a eu un effet tant sur le revenu d'intérêts que sur les dépenses d'intérêts pour l'industrie de l'intermédiation financière par le biais de dépôts, faisant passer le revenu net d'intérêts de 9,1 milliards de dollars à 7,9 milliards de dollars.

Tendances en matière d'hypothèques et de prêts personnels

Le rajustement des taux a également entraîné un changement dans le volume de prêts, lequel peut expliquer le comportement du revenu net d'intérêts entre le troisième trimestre de 2017 et le quatrième trimestre de 2018.

Selon la Revue du système financier publiée par la Banque du Canada en novembre 2017, « la révision des taux d'environ la moitié des prêts hypothécaires octroyés ne se fera pas avant au moins un an ». L'augmentation des taux observée en 2018 a forcé les emprunteurs à renouveler leur hypothèque à un taux plus élevé en vue de continuer à financer leurs propriétés résidentielles.

Un contexte de taux d'intérêt plus élevé est généralement défavorable à l'emprunt, surtout en ce qui concerne les emprunts importants à long terme tels que les hypothèques. Cependant, lorsqu'on examine le bilan de l'industrie de l'intermédiation financière par le biais de dépôts, on constate que les hypothèques ont commencé à croître après la première augmentation du taux.

La hausse marquée des prêts hypothécaires observée au quatrième trimestre de 2011 est attribuable aux modifications apportées aux Normes internationales d'information financière, qui visaient notamment les hypothèques. Les bilans des institutions financières ont dû être modifiés afin de tenir compte des prêts hypothécaires titrés, lesquels n'étaient pas déclarés auparavant.

En moyenne, la croissance se situait de 0,6 % à 2,2 % par trimestre avant la hausse de juillet 2017. Elle s'est maintenue de 0,2 % à 1,6 % par trimestre à la suite de l'augmentation du taux d'intérêt et du resserrement des conditions de prêt provoqué par la mise en place de la simulation de crise en janvier 2018. La croissance des prêts hypothécaires a donc ralenti, mais n'a pas cessé. À la fin du quatrième trimestre de 2018, les prêts hypothécaires avaient augmenté pour passer à 1 513,3 milliards de dollars, comparativement à 1 449,9 milliards de dollars au troisième trimestre de 2017.

Les prêts personnels ont suivi la même tendance que les prêts hypothécaires, sauf durant le premier trimestre de 2018, où ils ont diminué de 1,0 % avant de se redresser pour passer à 2,5 % au deuxième trimestre et à 1,7 % au troisième trimestre. La croissance des prêts personnels ralentit à 0,9 % au quatrième trimestre. Il semble donc que les particuliers continuent de faire des emprunts et de les renouveler, en dépit de l'augmentation du taux d'intérêt, mais cette tendance ralentit.

L'effet combiné des taux d'intérêt plus élevés et du ralentissement de la croissance de la valeur des prêts explique donc la diminution du revenu net d'intérêts dans l'industrie de l'intermédiation financière par le biais de dépôts.

Graphique 3  Graphique 3: Revenu net d'intérêts
Revenu net d'intérêts

Graphique 4  Graphique 4: Valeur des prêts
Valeur des prêts



  Note aux lecteurs

Les données sur les bénéfices trimestriels figurant dans le présent communiqué sont désaisonnalisées et exprimées en dollars courants. Les données financières pour le premier, deuxième et troisième trimestre ont été révisées.

Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, consultez la page Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Les statistiques financières trimestrielles des entreprises sont fondées sur une enquête-échantillon et représentent les activités de toutes les entreprises au Canada, à l'exclusion des sociétés gouvernementales et des sociétés sans but lucratif. Une entreprise peut être une société unique ou un regroupement de sociétés sous une même propriété ou un même contrôle et pour laquelle des états financiers consolidés sont produits.

Les bénéfices dont il est question dans la présente analyse sont les bénéfices d'exploitation réalisés dans le cours normal des activités des entreprises. Dans le cas des industries non financières, les rentrées d'intérêts et de dividendes ainsi que les gains et les pertes en capital se trouvent exclus des bénéfices d'exploitation, tandis que pour les industries financières, ceux-ci sont compris, de même que les intérêts versés sur les dépôts.

À moins d'avis contraire, les bénéfices figurant dans le présent communiqué sont des bénéfices d'exploitation. Ces derniers diffèrent des bénéfices nets, qui correspondent aux bénéfices après impôts réalisés par les sociétés.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le concept de passif actuariel, consultez la page Passif actuariel.

Tableaux de données en temps réel

Les tableaux de données en temps réel 33-10-0160-01 et 33-10-0161-01 seront mis à jour le 18 mars. Pour obtenir plus de renseignements, consultez le document Tableaux de données en temps réel.

Prochaine diffusion

Les données du premier trimestre sur les statistiques financières des entreprises seront diffusées le 24 mai.

Produits

Les données consolidées des bilans et des états des résultats des sociétés canadiennes sont maintenant offertes.

Les données du Relevé trimestriel des états financiers sont aussi disponibles.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :