Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : Mobilité intergénérationnelle au chapitre de la scolarité et résultats sur le marché du travail : variation parmi la deuxième génération d'immigrants au Canada

Diffusion : 2019-02-18

La deuxième génération d'immigrants, c'est-à-dire les personnes qui sont nées au Canada d'au moins un parent immigrant, constitue une population jeune, vaste et de plus en plus diversifiée au Canada. En 2016, ils représentaient 27 % de la population canadienne âgée de 24 ans et moins ainsi que 16 % des personnes âgées de 25 à 44 ans. Parmi la seconde génération dans le groupe d'âge des 25 à 44 ans, 31 % faisaient partie d'un groupe de minorité visible. La diversité croissante au sein de la deuxième génération soulève des questions à propos des résultats à long terme des familles immigrantes ayant différentes origines ethniques.

L'étude « Mobilité intergénérationnelle au chapitre de la scolarité et résultats sur le marché du travail : variation parmi la deuxième génération d'immigrants au Canada », est diffusée dans le cadre du Centre des statistiques sur le genre, la diversité et l'inclusion de Statistique Canada.

Les études canadiennes précédentes ont généralement affiché des rendements socioéconomiques positifs pour la deuxième génération d'immigrants. Cependant, peu d'attention a été portée aux résultats parmi différents groupes de la deuxième génération.

Une nouvelle étude de Statistique Canada comble cette lacune en matière d'information et indique qu'il y a des parcours d'intégration socioéconomique divergents parmi la deuxième génération âgée de 25 à 44 ans. L'analyse s'intéresse à deux aspects importants : (1) la capacité d'atteindre des niveaux de scolarité plus élevés, quel que soit le niveau de scolarité des parents, et (2) la capacité à traduire les titres scolaires en résultats sur le marché du travail. Au moyen des données du Recensement canadien de 2016, la présente étude divise la deuxième génération en 10 groupes tels que déterminés dans la Loi sur l'équité en matière d'emploi : Blancs, Sud-Asiatiques, Chinois, Noirs, Philippins, Asiatiques occidentaux ou Arabes, Latino-Américains, Asiatiques du Sud-Est, Coréens et Japonais.

Les résultats montrent des améliorations significatives quant au progrès intergénérationnel au chapitre de la scolarité pour la deuxième génération dans son ensemble. Presque tous les groupes de minorité visible affichaient des taux d'achèvement d'études universitaires plus élevés que leurs parents immigrants, mais une variation significative était observée entre les groupes. Par exemple, 73 % des femmes chinoises de deuxième génération et 62 % des femmes sud-asiatiques de deuxième génération ont achevé des études universitaires, comparativement à 20 % et 22 %, respectivement, de leurs mères immigrantes.

En revanche, le progrès au chapitre de la scolarité était plus modeste pour les hommes noirs de deuxième génération, puisque 20 % d'entre eux ont obtenu un grade universitaire, comparativement à 17 % de leurs pères immigrants. Les Philippins de deuxième génération étaient le seul groupe d'hommes qui étaient moins susceptibles (28 %) que leurs pères (33 %) d'obtenir un grade universitaire.

L'étude révèle également un degré variable en ce qui a trait à la capacité à traduire la réussite scolaire en succès sur le marché du travail parmi les groupes de minorité visible de deuxième génération. Les Chinois, les Coréens et les Sud-Asiatiques de deuxième génération représentaient une proportion significative de professions hautement spécialisées et ils recevaient des salaires moyens plus élevés que ceux des personnes de race blanche de la troisième génération et des suivantes. Les femmes du groupe des Asiatiques occidentaux ou Arabes de deuxième génération affichaient des taux d'emploi inférieurs et les hommes du même groupe, des salaires inférieurs à la moyenne. Les Noirs et les Latino-américains de deuxième génération étaient moins susceptibles d'occuper des emplois hautement spécialisés et leur rémunération moyenne se situait parmi les plus faibles de tous les groupes de deuxième génération.

Les désavantages observés relatifs à la rémunération parmi certains groupes de minorités visibles de deuxième génération subsistaient lorsque des personnes ayant les mêmes niveaux de scolarité et les mêmes caractéristiques étaient comparées. Par exemple, les salaires des hommes du groupe des Philippins de deuxième génération étaient de 19 % moins élevés que ceux des personnes comparables de race blanche de la troisième génération et des suivantes. De même, les hommes du groupe des Noirs ainsi que ceux du groupe des Latino-Américains de deuxième génération recevaient des salaires de 19 % et de 13 % moins élevés, respectivement, que ceux des personnes comparables de race blanche de la troisième génération et des suivantes.

Produits

Le document de recherche « Mobilité intergénérationnelle au chapitre de la scolarité et résultats sur le marché du travail : variation parmi la deuxième génération d'immigrants au Canada », qui fait partie de la Série de documents de recherche, Direction des études analytiques (Numéro au catalogue11F0019M), est maintenant accessible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec René Morissette (613-951-3608; rene.morissette@canada.ca), Division de l'analyse sociale et de la modélisation.

Date de modification :