Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Postes vacants, troisième trimestre de 2018

Diffusion : 2019-01-09

Le nombre de postes vacants au Canada a augmenté pour atteindre 551 000 au troisième trimestre, en hausse de 83 000 (+17,8 %) par rapport au troisième trimestre de 2017. Au cours de la même période, le taux de postes vacants a augmenté de 0,4 point de pourcentage pour atteindre 3,3 %. Il s'agit du huitième trimestre consécutif au cours duquel le nombre et le taux de postes vacants ont augmenté d'une année à l'autre.

Le taux de postes vacants désigne le nombre de postes vacants exprimé en pourcentage de la demande de travail, c'est-à-dire la somme de tous les postes occupés et vacants.

Le nombre de postes vacants au Canada (non désaisonnalisé) a peu varié du deuxième au troisième trimestre. À titre de comparaison, le nombre de postes vacants avait augmenté légèrement du deuxième au troisième trimestre de 2016 (+3,5 %) et du deuxième au troisième trimestre de 2017 (+1,8 %).

Graphique 1  Graphique 1: Le nombre de postes vacants aux deuxième et troisième trimestres de 2018 est le plus élevé depuis le début de la série en 2015
Le nombre de postes vacants aux deuxième et troisième trimestres de 2018 est le plus élevé depuis le début de la série en 2015

Le nombre de postes vacants augmente dans chaque province

Au troisième trimestre, le nombre et le taux de postes vacants ont augmenté d'une année à l'autre dans chaque province, ce qui représente une première depuis le début de la série en 2015. Les hausses les plus prononcées du nombre de postes vacants ont été observées au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique. Le nombre de postes vacants a également augmenté dans les Territoires du Nord-Ouest, tandis qu'il a peu varié au Yukon et au Nunavut.

Graphique 2  Graphique 2: Hausse généralisée dans les provinces du nombre de postes vacants au troisième trimestre
Hausse généralisée dans les provinces du nombre de postes vacants au troisième trimestre

Au Québec, il y avait 31 000 (+35,5 %) postes vacants de plus par rapport au même trimestre un an plus tôt. La hausse dans la province était généralisée dans la plupart des secteurs, et près de la moitié de la hausse s'est concentrée dans les secteurs des soins de santé et de l'assistance sociale; des services d'hébergement et de restauration; et de la fabrication. En comparaison, ces secteurs représentaient environ un tiers de l'emploi, selon l'Enquête sur les postes vacants et les salaires. D'une année à l'autre, le taux de postes vacants au Québec a augmenté de 0,7 point de pourcentage pour s'établir à 3,2 %, ce qui représente la deuxième plus grande hausse provinciale après celle enregistrée à l'Île-du-Prince-Édouard. Après avoir affiché l'un des taux de postes vacants les plus faibles parmi les provinces de 2015 au premier semestre de 2017, le Québec a vu son taux de postes vacants se rapprocher de la moyenne nationale (3,3 %) en raison de l'augmentation de la demande de travail dans la province.

Le nombre de postes vacants a augmenté de 22 000 (+12,2 %) en Ontario par rapport au troisième trimestre de 2017. Il a augmenté dans 11 des 20 secteurs, le secteur des soins de santé et de l'assistance sociale arrivant en tête. Les postes vacants ont augmenté de 8,3 % dans les services d'hébergement et de restauration au troisième trimestre, après deux trimestres consécutifs de baisse d'une année à l'autre. La moyenne du salaire horaire offert dans les services d'hébergement et de restauration a augmenté de 19,2 % dans la province. Cette hausse salariale d'une année à l'autre dans ce secteur à faible salaire a coïncidé avec une hausse notable du salaire minimum dans la province depuis janvier 2018. Comparativement au même trimestre un an plus tôt, le taux de postes vacants en Ontario a augmenté de 0,2 point de pourcentage pour se fixer à 3,2 % au troisième trimestre.

En Colombie-Britannique, le nombre de postes vacants a augmenté de 18 000 (+19,4 %) par rapport au troisième trimestre de 2017, et la hausse la plus forte a été enregistrée dans le secteur de la construction (+5 900 ou +70,3 %). Le taux de postes vacants dans la province a augmenté de 0,6 point de pourcentage pour atteindre 4,8 %.

Les employeurs de l'Alberta ont déclaré une hausse de 5 100 postes vacants (+9,5 %) comparativement au même trimestre un an plus tôt. Ce taux de croissance d'une année à l'autre est quelque peu inférieur au taux observé au cours des cinq trimestres précédents (lequel s'est situé autour de 20 %). Les hausses enregistrées dans les soins de santé et l'assistance sociale (+2 000 ou +56,5 %) et dans le transport et l'entreposage (+1 800 ou +56,0 %) ont été contrebalancées en partie par des baisses dans les services d'hébergement et de restauration (-1 100 ou -10,7 %) et dans la construction (-800 ou -12,1 %). Le taux de postes vacants en Alberta a augmenté de 0,2 point de pourcentage d'une année à l'autre pour s'établir à 2,9 % au troisième trimestre.

Parmi les provinces plus petites, Terre-Neuve-et-Labrador a vu son nombre de postes vacants augmenter de 400 (+11,3 %) du troisième trimestre de 2017 au troisième trimestre de 2018 pour enregistrer une deuxième hausse consécutive d'une année à l'autre, après être demeuré stable ou avoir été à la baisse depuis le début de la série en 2015. Plusieurs secteurs ont contribué à cette hausse, notamment le commerce de détail (+200 ou +55,4 %), de même que les soins de santé et l'assistance sociale (+100 ou +20,4 %). Au cours de la même période, l'augmentation du nombre de postes vacants et la diminution de l'emploi ont contribué à une hausse de 0,3 point de pourcentage du taux de postes vacants dans la province, lequel s'est établi à 1,9 %.

Le nombre de postes vacants augmente de façon généralisée dans les régions économiques

Le nombre de postes vacants a augmenté dans 50 des 69 régions économiques (RE) au cours du troisième trimestre, et les RE des Laurentides, Québec (+58,6 % ou +2 500), et de Lanaudière, Québec (+45,1 % ou +1 400), ont enregistré parmi les croissances les plus fortes en pourcentage d'une année à l'autre.

Les hausses du taux de postes vacants étaient également généralisées dans la plupart des RE, les hausses les plus prononcées étant observées dans les RE de Cariboo, Colombie-Britannique (+1,3 point de pourcentage), et de Chaudière-Appalaches, Québec (+1,3 point de pourcentage).

Gros plan sur les caractéristiques des postes vacants

Postes vacants à temps plein et à temps partiel

La proportion de postes vacants qui concernait des postes à temps plein variait grandement d'un groupe professionnel à l'autre. Par exemple, au troisième trimestre, tous les postes vacants déclarés au sein des groupes professionnels des directeurs de l'exploitation des ressources naturelles et de la pêche; des directeurs de la fabrication et des services d'utilité publique; et du personnel du forage, des mines souterraines et de l'extraction de pétrole et de gaz étaient des postes à temps plein.

En revanche, moins du tiers des postes vacants chez les caissiers (25,8 %); les athlètes, les entraîneurs, les arbitres et le personnel assimilé des sports et des loisirs (26,1 %); et les vendeurs dans les commerces de détail (30,5 %) étaient des postes à temps plein. Au troisième trimestre, la moyenne du salaire horaire offert pour les postes vacants à temps partiel (16,90 $) était nettement inférieure à celle des postes vacants à temps plein (22,45 $). Le salaire relativement plus élevé offert pour les postes vacants à temps plein peut être attribuable à un certain nombre de facteurs, y compris les différences dans la composition professionnelle des postes vacants à temps plein par rapport aux postes vacants à temps partiel, ainsi que les différences au chapitre du salaire offert pour un poste vacant à temps plein par rapport à un poste vacant à temps partiel pour une même profession.

Postes vacants liés à des emplois permanents et temporaires

Au cours du troisième trimestre, plus de 9 postes vacants sur 10 au sein des groupes des surveillants de l'exploitation forestière; des directeurs des services de communications (sauf la radiotélédiffusion); ainsi que des bouchers et boulangers-pâtissiers concernaient des emplois permanents. En revanche, cette proportion était inférieure à la moitié parmi les groupes des professeurs d'université et assistants d'enseignement au niveau postsecondaire; des manœuvres à la récolte, en aménagement paysager et en ressources naturelles; et des enseignants aux niveaux secondaire, primaire et préscolaire et conseillers d'orientation. Au troisième trimestre, le salaire offert pour les postes vacants concernant des emplois permanents était de 21,35 $, comparativement à 19,35 $ pour les postes vacants concernant des emplois temporaires.

Niveau de scolarité

Le niveau minimal de scolarité recherché pour près des deux tiers (63,3 %) des postes vacants déclarés au troisième trimestre était un diplôme d'études secondaires ou un niveau de scolarité inférieur. En comparaison, 11,7 % des postes vacants exigeaient un baccalauréat ou un grade de niveau supérieur. Il y avait toutefois d'importantes variations entre les groupes professionnels : parmi les postes vacants chez les professionnels en thérapie et en évaluation, les professionnels en génie civil, mécanique, électrique et chimique et les professionnels des services sociaux et communautaires, plus des trois quarts des postes vacants exigeaient un baccalauréat ou un grade de niveau supérieur. Cela contraste avec les postes vacants chez les caissiers; les manœuvres dans la transformation, la fabrication et les services d'utilité publique; et le personnel des services des aliments et des boissons, dont la quasi-totalité exigeait un diplôme d'études secondaires ou un niveau de scolarité inférieur. La proportion de postes vacants exigeant un baccalauréat ou un grade de niveau supérieur est de 10,5 % à 12,9 % depuis le début de la série en 2015.

Le salaire offert augmentait avec le niveau de scolarité recherché : dans le cas des postes vacants exigeant un certificat ou un diplôme universitaire supérieur au baccalauréat, la moyenne du salaire offert était de 41,75 $, comparativement à 16,10 $ dans le cas des postes vacants pour lesquels aucun niveau minimal de scolarité n'était exigé.


  Note aux lecteurs

L'Enquête sur les postes vacants et les salaires (EPVS) est une enquête trimestrielle qui fournit des données exhaustives sur les postes vacants selon le secteur d'activité, les professions détaillées et le niveau de scolarité recherché pour le Canada, les provinces, les territoires et les régions économiques. Les données sur les postes vacants et les salaires offerts sont diffusées trimestriellement. Les données annuelles sur les salaires de 2017 ont été diffusées le 26 juin 2018.

Dans le cadre de la diffusion des données sur les postes vacants pour le troisième trimestre de 2018, les données du premier trimestre de 2015 au premier trimestre de 2018 ont été révisées de manière à caler les données sur l'emploi de l'EPVS sur les données révisées de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail.

Dans le cadre de la révision, la classification des industries ainsi que la Classification géographique type (CGT) ont également été mises à jour. En ce qui concerne le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN), les estimations du premier trimestre de 2015 au deuxième trimestre de 2018 sont fondées sur la version 2.0 du SCIAN 2017, tandis que les estimations pour le troisième trimestre de 2018 sont fondées sur la version 3.0 du SCIAN 2017. Les données sur les postes vacants fondées sur les deux versions du SCIAN 2017 sont entièrement comparables. Tous les trimestres de 2015 à aujourd'hui sont fondés sur la CGT de 2016.

La collecte du volet sur les salaires a été interrompue en janvier 2018. Une étude cherchant à trouver une manière de fournir de l'information plus détaillée par région et profession est en cours. La collecte de renseignements sur les salaires reprendra sur la base des résultats de l'étude.

Les données de l'EPVS ne sont pas désaisonnalisées. Une certaine prudence est donc de mise dans l'interprétation des comparaisons d'un trimestre à l'autre, puisque celles-ci pourraient refléter des mouvements saisonniers.

Cette analyse porte sur les différences entre les estimations qui sont statistiquement significatives à un niveau de confiance de 68 %.

Les statistiques sommaires relatives aux séries chronologiques sur les postes vacants tirées de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail sont disponibles dans les tableaux 14-10-0224-01, 14-10-0225-01, 14-10-0226-01 et 14-10-0227-01.

La Classification nationale des professions (CNP) est une structure hiérarchique à quatre niveaux de groupes de professions, comportant des niveaux successifs de désagrégation. La structure est la suivante : 1) 10 grandes catégories professionnelles (CNP à un chiffre); 2) 40 grands groupes (CNP à deux chiffres); 3) 140 groupes intermédiaires (CNP à trois chiffres); 4) 500 groupes de base (CNP à quatre chiffres).

Concepts

Un emploi permanent n'a pas de date de cessation déterminée à l'avance.

Un emploi temporaire est un emploi dont la date de cessation est prédéterminée ou qui se terminera dès qu'un projet particulier aura pris fin. Certains emplois temporaires sont saisonniers lorsqu'ils sont reliés à un événement récurrent (p. ex., les jours fériés) ou à une période de l'année (p. ex., l'été).

Un emploi ou un poste vacant à temps plein demande 30 heures ou plus de travail par semaine, tandis qu'un emploi ou un poste vacant à temps partiel demande moins de 30 heures de travail par semaine.

Le niveau de scolarité minimal recherché est le niveau minimal de scolarité requis pour les postes vacants. Cela comprend une catégorie dans laquelle sont classés les postes vacants n'ayant pas d'exigences en matière de scolarité.

Qualité des données de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires

La population cible de l'enquête comprend tous les emplacements commerciaux au Canada, à l'exclusion de ceux dont l'activité principale relève des secteurs des organismes religieux et des ménages privés. Bien que les administrations publiques fédérale, provinciales et territoriales soient également exclues de l'enquête à l'heure actuelle, elles y seront intégrées à une date ultérieure.

Prochaine diffusion

Les données sur les postes vacants de l'EPVS pour le quatrième trimestre de 2018 seront diffusées le 11 avril 2019.

Produits

Il est possible d'obtenir plus de renseignements en ligne sur les concepts et l'utilisation des données de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires dans le Guide de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires (Numéro au catalogue75-514-G).

Le produit « Indicateurs du marché du travail, selon la province, le territoire et la région économique, données non désaisonnalisées » (Numéro au catalogue71-607-X) est également disponible. Cette application Web dynamique donne accès aux indicateurs du marché du travail de Statistique Canada, pour le Canada, selon les provinces, les territoires et les régions économiques et permet aux utilisateurs d'obtenir un aperçu des indicateurs clés du marché du travail, de consulter le classement géographique pour chaque indicateur en utilisant une carte et un tableau interactifs, ainsi que d'insérer facilement les données dans d'autres programmes.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Myriam Hazel au 613-219-4345 (myriam.hazel@canada.ca), Division de la statistique du travail.

Date de modification :