Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise, 2015 à 2017

Diffusion : 2018-12-19

Les grandes entreprises sont les plus susceptibles de collaborer avec d'autres organisations pour mener des activités d'innovation

L'innovation est le lancement de produits ou de méthodes opérationnelles nouveaux ou améliorés par les entreprises. Lorsqu'elles innovent, les entreprises peuvent bénéficier de partenariats de collaboration — la participation active à des projets d'innovation communs avec d'autres organisations — leur permettant d'accéder aux connaissances et aux technologies d'autres organisations.

Durant la période de 2015 à 2017, 17,4 % des entreprises canadiennes ont conclu des partenariats de collaboration afin de promouvoir leurs activités d'innovation.

Les grandes entreprises canadiennes, celles qui comptent 250 employés et plus, étaient plus susceptibles que leurs homologues plus petites de collaborer avec d'autres organisations pour mettre au point ou mettre en œuvre des innovations.

Un peu plus du quart des grandes entreprises (26,9 %) ont collaboré pour mener des activités d'innovation, alors que cette proportion était de 16,4 % pour les petites entreprises — comptant moins de 100 employés. En outre, la collaboration était plus répandue dans le centre du Canada (20,5 % au Québec et 18,7 % en Ontario) que dans la région de l'Atlantique (15,1 %) et dans le reste du Canada (13,6 %).

Graphique 1  Graphique 1: Entreprises qui ont collaboré avec des partenaires pour mener des activités d'innovation, selon la région, 2015 à 2017
Entreprises qui ont collaboré avec des partenaires pour mener des activités d'innovation, selon la région, 2015 à 2017

Le secteur privé était le partenaire de collaboration principal en matière d'activités d'innovation. Les fournisseurs d'équipement, de matériel, de composants ou de logiciels étaient les partenaires d'innovation les plus fréquemment déclarés (57,7 %), suivis des entreprises mères, entreprises affiliées ou filiales (36,9 %), puis des clients du secteur privé (34,2 %).

Les universités, collèges ou autres établissements d'enseignement supérieur étaient les partenaires les plus fréquents à l'extérieur du secteur privé, ayant enregistré un taux de 18,6 %.

Graphique 2  Graphique 2: Types de partenaires de collaboration en matière d'innovation, 2015 à 2017
Types de partenaires de collaboration en matière d'innovation, 2015 à 2017

Les entreprises étaient les plus susceptibles de travailler avec des fournisseurs et des entreprises mères ou affiliées ou des filiales dans des projets d'innovation communs.

Le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques représentait l'exception. En règle générale, les entreprises de ce secteur fournissent des services spécialisés à d'autres entreprises. Conséquemment, 42,6 % d'entre elles ont déclaré collaborer avec des clients du secteur privé. Les entreprises de ce secteur étaient également plus susceptibles de désigner les universités ou d'autres établissements d'enseignement supérieur (9,6 %) en tant que partenaires clés comparativement aux autres secteurs.

L'incertitude et le risque restent l'obstacle principal à l'innovation

Bien que l'innovation soit adoptée en vue d'améliorer la situation d'une entreprise, des difficultés peuvent se présenter. Un peu plus de la moitié des entreprises (51,2 %) du Canada ont rencontré au moins un obstacle à l'innovation.

Le facteur incertitude et risque, qui a augmenté pour passer de 22,4 % en 2012 à 30,1 % en 2017, de même que le manque de compétences, qui est passé de 17,9 % en 2012 à 26,6 % en 2017, sont demeurés les deux principaux obstacles à l'innovation.

Graphique 3  Graphique 3: Obstacles à l'innovation au Canada, 2017
Obstacles à l'innovation au Canada, 2017

Les obstacles les moins rencontrés étaient ceux liés à la protection de la propriété intellectuelle (5,7 %), ainsi que la possibilité de trouver et de conclure des ententes avec des collaborateurs (8,5 %).

Presque toutes les entreprises qui ont rencontré des obstacles à l'innovation ont adopté des mesures pour les surmonter. Les mesures les plus fréquemment adoptées ont été celles visant à remédier au manque de compétences (69,5 %) et aux embûches de financement interne (63,1 %).

Par contre, les entreprises étaient moins prédisposées à prendre des mesures pour surmonter les obstacles liés aux questions de réglementation ou de politique gouvernementale en matière de concurrence (38,6 %). Elles ont d'ailleurs enregistré le plus faible taux de réussite à surmonter ce type d'obstacle (40,6 %).

Les grandes entreprises sont plus susceptibles de faire appel aux programmes d'aide gouvernementaux pour soutenir l'innovation

Les entreprises ont agi pour diminuer les obstacles à l'innovation en sollicitant l'aide des programmes gouvernementaux. Dans l'ensemble, presque un tiers des entreprises (31,6 %) ont eu recours à ce genre de programmes pour soutenir des activités d'innovation, les grandes entreprises (43,9 %) étant plus susceptibles de faire appel aux programmes gouvernementaux que les petites entreprises (30,0 %).

Les programmes gouvernementaux de formation et d'embauche figuraient parmi les programmes les plus fréquemment mentionnés (17,4 %), suivis de près des programmes d'incitation fiscale ou de crédit d'impôt (16,2 %).

La moitié (50,3 %) des grandes entreprises qui ont fait appel à des programmes gouvernementaux pour soutenir l'innovation considéraient que les programmes gouvernementaux d'incitation fiscale ou de crédit d'impôt étaient les plus importants, comparativement à 37,4 % des petites entreprises.

Les programmes gouvernementaux de formation et d'embauche (35,8 %) étaient presque aussi importants que les programmes d'incitation fiscale pour les petites entreprises. Par contre, les programmes gouvernementaux de formation et d'embauche étaient moins importants pour les grandes entreprises (22,3 %).

Graphique 4  Graphique 4: Programmes d'aide gouvernementaux les plus importants pour soutenir les activités d'innovation, selon la taille de l'entreprise, 2015 à 2017
Programmes d'aide gouvernementaux les plus importants pour soutenir les activités d'innovation, selon la taille de l'entreprise, 2015 à 2017

Les entreprises de la région de l'Atlantique concentrent leurs efforts sur le développement des compétences

Les entreprises de la région de l'Atlantique étaient plus susceptibles de faire appel aux programmes gouvernementaux de formation et d'embauche qu'à d'autres types de programmes gouvernementaux, cette option étant choisie par une entreprise sur cinq. Elles étaient également les plus susceptibles de classer ce type de programme de soutien au premier rang en ce qui concerne l'innovation (44,2 %), tandis que les entreprises dans les autres régions ont classé les programmes gouvernementaux d'incitation fiscale ou de crédit d'impôt au premier rang en importance.

Comparativement aux autres régions, les entreprises de la région de l'Atlantique ont déclaré un nombre moins élevé d'obstacles à l'innovation liés au manque de compétences (21,2 %). En outre, parmi les entreprises de cette région qui ont déclaré que le manque de compétences constituait un obstacle, 71,3 % d'entre elles ont tenté d'y remédier, les deux tiers de ces tentatives s'étant révélées fructueuses.

  Note aux lecteurs

L'Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise (EISE) de 2017 est une initiative menée de concert par Statistique Canada; Innovation, Sciences et Développement économique Canada; Affaires mondiales Canada; la Banque du Canada; l'Agence de promotion économique du Canada atlantique; l'Institut de la statistique du Québec; et le ministère du Développement économique, de la Création d'emplois et du Commerce de l'Ontario.

L'EISE de 2017 fournit des renseignements importants sur les décisions stratégiques, les activités d'innovation et les stratégies opérationnelles des entreprises canadiennes. Les données sur l'innovation sont recueillies pour une période de trois ans. Pour l'EISE de 2017, la période triennale allait de 2015 à 2017. Pour les cycles antérieurs de l'enquête, les périodes allaient de 2010 à 2012 pour l'EISE de 2012 et de 2007 à 2009 pour l'EISE de 2009. Alors que le questionnaire était identique en 2009 et en 2012, des changements de contenu et de conception ont été apportés au questionnaire de l'EISE de 2017.

L'échantillon de l'EISE de 2017 comprenait 13 252 entreprises au Canada comptant au moins 20 employés et ayant des revenus de 250 000 $ ou plus. Ces entreprises se répartissaient parmi 14 secteurs du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (2012). En 2017, l'échantillon a été stratifié en quatre régions : la région de l'Atlantique, le Québec, l'Ontario et le reste du Canada. Dans l'EISE de 2012, l'Alberta figurait comme région distincte, tandis que l'EISE de 2009 n'était pas stratifiée selon la région. Pour le Canada, l'échantillon était également stratifié selon le groupe d'industries et la taille de l'entreprise : petite (de 20 à 99 employés), moyenne (de 100 à 249 employés) et grande (250 employés ou plus). La collecte des données pour la période de référence de 2017 s'est déroulée de janvier 2018 à avril 2018.

Malgré les modifications apportées au contenu et à la méthode d'échantillonnage, les données aux niveaux agrégés les plus élevés sont comparables entre l'EISE de 2017 et les versions de 2009 et de 2012 de l'enquête. Il est recommandé de faire preuve de prudence au moment d'établir des comparaisons à des niveaux d'agrégation plus détaillés.

Les estimations de l'EISE 2017 sont présentées principalement en pourcentages accompagnés d'indicateurs de la qualité. Les indicateurs de la qualité des données applicables aux estimations en pourcentage sont fondés sur l'erreur-type et le nombre d'observations.

Les données de l'EISE de 2012 et celles de l'EISE de 2009 peuvent être consultées dans des tableaux archivés (Numéro au catalogue12-604-X).

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :