Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : Les immigrants économiques dans les villes servant de portes d'entrée : facteurs en jeu dans les décisions relatives à l'emplacement initial et à la migration subséquente

Diffusion : 2018-12-07

Au cours de la majeure partie des années 2000 et 2010, le Canada a accueilli plus de 250 000 nouveaux arrivants par année. On prévoit d'accueillir 310 000 immigrants en 2018, et 340 000 en 2020.

Les immigrants économiques, qui comprennent les travailleurs qualifiés, les candidats des provinces, les immigrants de la catégorie de l'expérience canadienne, les gens d'affaires et les aides familiaux résidants, représentent bien plus de la moitié des nouveaux arrivants. Étant donné que la prospérité économique est l'objectif principal sous-jacent à l'admission de ces immigrants au Canada, l'établissement initial et la migration subséquente des immigrants économiques sont des facteurs pertinents pour les marchés du travail locaux et les économies régionales.

Une nouvelle étude de Statistique Canada examine l'établissement initial et la migration subséquente des immigrants économiques au Canada. L'étude se penche sur les demandeurs principaux (le conjoint et les enfants à charge sont exclus) et fait la distinction entre ceux qui s'établissent à Montréal, Toronto ou Vancouver et ceux qui s'installent ailleurs. Les données sont tirées de la Base de données longitudinales sur l'immigration, qui couvre les années allant de 2004 à 2015.

Bien qu'une proportion élevée de demandeurs principaux de la catégorie économique s'établissent toujours à Montréal, Toronto ou Vancouver, cette part a diminué de façon marquée au cours de la période de référence. Un peu moins des trois quarts (72 %) des demandeurs principaux de la catégorie économique admis en 2004 se sont d'abord établis à Montréal, Toronto ou Vancouver, comparativement à tout juste un peu plus de la moitié (51 %) de ceux admis en 2014.

L'élargissement des programmes des candidats des provinces et la création de la catégorie de l'expérience canadienne en 2009 ont contribué à ce recul. Un grand nombre de facteurs ont été examinés, et la catégorie d'immigration était la plus fortement associée à l'établissement initial à Montréal, Toronto ou Vancouver.

Parmi ceux admis en 2014, 85 % des immigrants de la catégorie des gens d'affaires et 70 % des travailleurs qualifiés se sont établis dans ces grandes villes, comparativement à 59 % des immigrants de la catégorie de l'expérience canadienne et à 20 % des candidats des provinces. Ces deux dernières catégories ont représenté 57 % de tous les demandeurs principaux de la catégorie économique admis en 2014, en hausse de 4 % par rapport à ceux admis en 2004. Parmi les autres facteurs associés à l'établissement initial à Montréal, Toronto ou Vancouver, notons le pays de naissance, la profession envisagée, la connaissance des langues officielles et l'expérience de travail à Montréal, Toronto ou Vancouver avant l'admission.

La grande majorité des demandeurs principaux de la catégorie économique qui se sont d'abord établis à Montréal, Toronto ou Vancouver y sont demeurés par la suite. Des immigrants de la cohorte de 2004 établis à Montréal, Toronto ou Vancouver, 93 % y demeuraient encore cinq ans plus tard, et 89 % dix ans plus tard. Les chiffres sont fort semblables pour les cohortes subséquentes.

De même, les demandeurs principaux de la catégorie économique qui se sont d'abord établis à l'extérieur de Montréal, Toronto ou Vancouver ont eu tendance à y demeurer. De la cohorte d'immigrants admis en 2004, 11 % avaient déménagé à Montréal, Toronto ou Vancouver 10 ans plus tard, et 6 % de ceux de la cohorte d'immigrants admis en 2009 y avaient déménagé 5 ans après l'établissement.

Produits

Le document de recherche « Les immigrants économiques dans les villes servant de portes d'entrée : facteurs en jeu dans les décisions relatives à l'emplacement initial et à la migration subséquente », qui fait partie de la Série de documents de recherche, Direction des études analytiques (Numéro au catalogue11F0019M), est maintenant accessible.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Marc Frenette au 613-864-0762 (marc.frenette@canada.ca), Division de l'analyse sociale et de la modélisation.

Date de modification :