Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Revenu agricole, 2017 (données révisées)

Diffusion : 2018-11-27

Le revenu net réalisé a diminué de 3,6 % en 2017 pour s'établir à 7,0 milliards de dollars, après avoir enregistré trois hausses annuelles consécutives.

Le revenu net réalisé correspond à la différence entre les recettes monétaires et les dépenses d'exploitation des agriculteurs, moins les frais d'amortissement, plus le revenu en nature.

Les recettes monétaires agricoles ont connu une légère augmentation, laquelle a été plus que contrebalancée par une augmentation plus prononcée des dépenses d'exploitation et une hausse des frais d'amortissement. Le revenu net réalisé a diminué dans quatre provinces : la Nouvelle-Écosse, le Québec, l'Ontario et la Saskatchewan.

Les recettes monétaires agricoles continuent d'augmenter

Les recettes monétaires agricoles, qui comprennent les recettes des cultures et du bétail ainsi que les paiements de programme, ont crû de 2,3 % pour atteindre 62,0 milliards de dollars en 2017, après avoir progressé de 1,0 % l'année précédente. Il s'agit de la septième augmentation annuelle consécutive.

Les recettes monétaires agricoles ont augmenté dans toutes les provinces, sauf en Nouvelle-Écosse (-5,1 %) et en Saskatchewan (-0,4 %). Les hausses enregistrées en Alberta et au Manitoba ont représenté plus de 85 % de la croissance nationale.

Les recettes du marché ont augmenté de 2,4 % en 2017 pour s'établir à 59,6 milliards de dollars, surtout en raison de l'augmentation des recettes du bétail.

Les recettes sont le résultat des prix et des mises en marché. Les mises en marché représentent les quantités vendues, exprimées selon diverses unités de mesure.

Bétail

Les recettes du bétail ont totalisé 25,1 milliards de dollars, en hausse de 5,1 % en 2017, après une baisse de 6,7 % l'année précédente. Des hausses ont été enregistrées dans l'ensemble du secteur, les recettes des secteurs assujettis à la gestion de l'offre, des porcs, et des bovins et des veaux ayant toutes augmenté.

L'augmentation de 4,8 % des recettes dans les secteurs assujettis à la gestion de l'offre est en grande partie attribuable à une hausse de 6,3 % des recettes des produits laitiers, laquelle découle principalement de l'accroissement des mises en marché. L'augmentation des quantités vendues a également fait croître les revenus provenant de la volaille et des œufs.

Après deux années de baisse, les recettes des porcs ont crû de 10,3 %, sous l'effet d'une hausse des prix de 8,4 %. La vigueur continue des exportations de porcs a fait croître les prix malgré l'augmentation des stocks nord-américains.

Les recettes des producteurs de bovins et de veaux ont augmenté de 3,4 %, en raison de la hausse des mises en marché, stimulée en partie par la croissance des exportations de bœuf.

Cultures

Les recettes des cultures ont connu une légère augmentation de 0,6 % en 2017 pour s'établir à 34,5 milliards de dollars, malgré les baisses prononcées des recettes des lentilles (-45,7 %) et des pois secs (-29,2 %).

Ces baisses sont survenues après une brève période de hausses soutenues, qui étaient principalement attribuables à l'augmentation des exportations vers l'Inde après que de mauvaises conditions de croissance ont entraîné des pénuries de lentilles et de pois secs dans ce pays. À mesure que les conditions de croissance de l'Inde se sont améliorées, la demande d'exportations canadiennes a fortement diminué, ce qui a eu une incidence négative sur les prix et les quantités vendues. À la fin de 2017, le gouvernement de l'Inde a imposé des droits d'importation sur ces cultures, ce qui a davantage affaibli ce marché d'exportation.

L'augmentation des recettes du canola et du blé (à l'exception du blé dur) a été un facteur important à l'origine de la légère hausse des recettes des cultures. Les recettes du canola ont augmenté de 7,3 % en raison de la vigueur des marchés intérieurs et d'exportation, qui a entraîné à la hausse les prix et les mises en marché.

Après avoir diminué de 10,8 % en 2016, les recettes du blé (à l'exception du blé dur) se sont redressées en 2017, en hausse de 13,2 %. Les mises en marché et les prix ont augmenté, la demande de blé de printemps canadien de grande qualité ayant crû en raison de pénuries aux États-Unis.

Les paiements de programme ont connu une légère baisse de 0,3 % en 2017 pour s'établir à 2,4 milliards de dollars. La diminution des paiements provenant des programmes privés d'assurance contre la grêle et des programmes provinciaux de stabilisation a plus que contrebalancé l'augmentation des paiements d'assurance-récolte.

Les dépenses agricoles poursuivent une tendance à la hausse

Les dépenses d'exploitation agricole (après remises) se sont accrues de 3,0 % pour atteindre 47,4 milliards de dollars en 2017, après avoir affiché une hausse de 0,8 % en 2016. Il s'agit de la septième augmentation annuelle consécutive.

Les achats de bétail et de volaille ont crû de 16,9 %, en raison de la hausse des prix et de l'augmentation du nombre de mises en marché de bovins et de veaux au-delà des frontières provinciales. Les pénuries d'aliments pour animaux dans une grande partie de la Saskatchewan ont incité les producteurs à expédier leurs bovins et leurs veaux en Alberta.

Une remontée des prix a fait croître les dépenses en carburant pour les machines de 10,0 %, ce qui a mené à la première hausse de ces dépenses en trois ans.

Les frais d'intérêts se sont accrus de 6,8 %, notamment en raison de l'augmentation des niveaux d'endettement.

Les baisses des prix se sont traduites par une diminution de 3,9 % des dépenses en engrais, ce qui a modéré la hausse globale des dépenses d'exploitation.

Les dépenses agricoles totales, qui comprennent les dépenses d'exploitation et les frais d'amortissement, se sont chiffrées à 55,0 milliards de dollars en 2017, en hausse de 3,1 %. Des hausses ont été observées dans toutes les provinces.

Le revenu net total diminue légèrement à l'échelle du Canada

En 2017, le revenu net total a diminué de 314 millions de dollars pour s'établir à 8,2 milliards de dollars. Le revenu net total a diminué à l'Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse, en Saskatchewan et en Alberta, la Saskatchewan ayant enregistré la baisse la plus prononcée (-987 millions de dollars). Des augmentations ont été enregistrées dans six provinces, le Manitoba venant en tête (+562 millions de dollars).

Le revenu net total rajuste le revenu net réalisé en fonction de la variation des stocks de cultures et de bétail des agriculteurs. Il représente le rendement des capitaux propres, la main-d'œuvre non rémunérée ainsi que la gestion et le risque.

La valeur de la variation des stocks a eu un léger effet à la baisse sur le revenu net total, principalement en raison d'une baisse des stocks à la ferme de blé dur.



  Note aux lecteurs

Le revenu net réalisé peut varier énormément d'une exploitation agricole à l'autre en raison de plusieurs facteurs, y compris le type de produits, les prix, les conditions météorologiques et les économies d'échelle. Cette mesure ainsi que d'autres mesures agrégées du revenu agricole sont calculées à l'échelon provincial à l'aide des mêmes concepts que ceux qui sont utilisés pour mesurer les résultats de l'ensemble de l'économie canadienne. Il s'agit d'une mesure du revenu de l'exploitation agricole et non du revenu du ménage agricole.

Des données financières supplémentaires pour 2017, recueillies à l'échelon de l'exploitation agricole au moyen d'enquêtes et d'autres sources administratives, seront diffusées ultérieurement au cours de l'année. Ces données fourniront des explications sur les écarts dans le rendement de divers types et diverses tailles d'exploitations agricoles.

Les données provisoires sur le revenu agricole pour l'année civile précédente sont diffusées pour la première fois en mai de chaque année, soit cinq mois après la période de référence. Les données révisées sont diffusées par la suite au mois de novembre de chaque année, et englobent les données ayant été reçues trop tard pour être diffusées dans le premier communiqué. Les données des deux années ayant précédé la période de référence peuvent aussi faire l'objet de révisions.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les recettes monétaires agricoles pour les trois premiers trimestres de 2018, consultez le communiqué intitulé « Recettes monétaires agricoles », diffusé dans Le Quotidien d'aujourd'hui.

Cohérence avec le Recensement de l'agriculture

Tous les cinq ans, après le Recensement de l'agriculture, les méthodes et concepts utilisés pour estimer la série du revenu agricole sont révisés. Les estimations du revenu agricole comprennent une grande variété de données administratives et de données d'enquête émanant de sources diverses. Par conséquent, cette révision sert à améliorer les sources de données, la couverture et les méthodes d'estimation.

Par suite de cette révision, les révisions remontant à 2010 sont désormais disponibles et sont prises en compte dans les données du présent communiqué. Les estimations des recettes, du revenu en nature, des dépenses, des frais d'amortissement et de la variation de la valeur des stocks ont été révisées, lorsque cela s'imposait, ce qui a abouti à des modifications du revenu net comptant, réalisé et total pour ce secteur.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :