Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Statistiques financières trimestrielles des entreprises, troisième trimestre de 2018

Diffusion : 2018-11-22

Bénéfices d'exploitation des sociétés canadiennes

107,5 milliards de dollars

Troisième trimestre de 2018

3,9 % hausse

(variation trimestrielle)

Bénéfices d'exploitation généraux

Les sociétés canadiennes ont réalisé des bénéfices d'exploitation de 107,5 milliards de dollars au troisième trimestre, en hausse de 4,0 milliards de dollars ou de 3,9 % par rapport au deuxième trimestre, et en hausse de 5,6 % par rapport au troisième trimestre de 2017.

Graphique 1  Graphique 1: Bénéfices d'exploitation trimestriels
Bénéfices d'exploitation trimestriels

Industries non financières

Les bénéfices d'exploitation des industries non financières ont connu une hausse de 0,7 milliard de dollars (+1,0 %) par rapport au deuxième trimestre pour s'établir à 69,9 milliards de dollars au troisième trimestre, à la faveur d'une augmentation des revenus d'exploitation de 7,0 milliards de dollars (+0,7 %). Globalement, les bénéfices d'exploitation ont augmenté dans 11 des 17 industries non financières.

Comparativement au troisième trimestre de 2017, les bénéfices d'exploitation des sociétés non financières canadiennes ont augmenté de 7,5 %.

Les bénéfices d'exploitation augmentent dans le commerce de gros

Dans le commerce de gros, les bénéfices d'exploitation se sont accrus de 230 millions de dollars (+2,7 %) par rapport au trimestre précédent pour atteindre 8,6 milliards de dollars au troisième trimestre. Dans l'ensemble, les bénéfices d'exploitation ont augmenté dans toutes les industries du commerce de gros. Les grossistes-marchands de machines, de matériel et de fournitures se sont classés en tête, leurs bénéfices ayant crû de 99 millions de dollars (+4,3 %).

Graphique 2  Graphique 2: Variation des bénéfices d'exploitation des principales branches d'activité non financières
Variation des bénéfices d'exploitation des principales branches d'activité non financières

Les bénéfices d'exploitation diminuent dans la fabrication et le commerce de détail

Dans le secteur de la fabrication, les bénéfices d'exploitation ont connu une légère baisse de 68 millions de dollars (-0,4 %) par rapport au deuxième trimestre pour s'établir à 15,3 milliards de dollars au troisième trimestre, 7 des 13 industries du secteur ayant inscrit des baisses.

La baisse observée au troisième trimestre est principalement attribuable aux bénéfices d'exploitation de la première transformation des métaux, qui ont diminué de 660 millions de dollars (-44,6 %) par rapport au deuxième trimestre, en raison d'une baisse des prix des produits de base. Les bénéfices d'exploitation des produits en bois et de la fabrication du papier ont diminué de 159 millions de dollars (-6,5 %) au troisième trimestre, en raison surtout de la baisse des prix du bois d'œuvre et, dans une moindre mesure, des feux de forêt dans l'Ouest canadien.

Ces baisses ont été partiellement contrebalancées par les bénéfices d'exploitation de la fabrication de produits du pétrole et du charbon, qui ont augmenté de 629 millions de dollars (+28,2 %) par rapport au deuxième trimestre, en raison surtout d'une hausse de la production à la suite de fermetures prolongées au deuxième trimestre.

Les bénéfices d'exploitation du commerce de détail ont diminué de 179 millions de dollars (-2,9 %) par rapport au deuxième trimestre pour s'établir à 6,0 milliards de dollars au troisième trimestre. Les concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles ont contribué à ce repli, en baisse de 69 millions de dollars (-6,8 %), principalement sous l'effet d'une diminution des ventes d'automobiles au cours du trimestre.

Les bénéfices d'exploitation augmentent dans le secteur financier

Les bénéfices d'exploitation dans le secteur financier ont augmenté de 3,3 milliards de dollars (+9,6 %) au troisième trimestre, pour passer de 34,3 milliards de dollars à 37,6 milliards de dollars.

Comparativement au même trimestre en 2017, les bénéfices d'exploitation ont augmenté de 2,3 %.

Les bénéfices d'exploitation de l'intermédiation financière par le biais de dépôts ont diminué de 209 millions de dollars (-1,4 %) pour s'établir à 14,3 milliards de dollars. Les coopératives de crédit et caisses populaires locales ont été le principal facteur à l'origine de cette diminution, leurs bénéfices d'exploitation ayant reculé de 281 millions de dollars (-22,3 %).

Les bénéfices d'exploitation des activités bancaires et autres activités d'intermédiation financière par le biais de dépôts ont légèrement augmenté (de 72 millions de dollars ou +0,5 %). Les revenus d'intérêts nets se sont chiffrés à 438 millions de dollars, ce qui a contribué à l'augmentation des bénéfices d'exploitation.

Les bénéfices d'exploitation des sociétés d'assurance et activités connexes ont augmenté de 2,8 milliards de dollars (+83,0 %) par rapport au deuxième trimestre pour atteindre 6,2 milliards de dollars. Cette croissance est principalement attribuable aux sociétés d'assurance vie, maladie et soins médicaux, qui ont inscrit une hausse de 2,5 milliards de dollars au cours du trimestre. À son tour, cette hausse s'explique par la réévaluation du passif actuariel, qui a donné lieu à une diminution des frais connexes de 4,8 milliards de dollars.

Le bénéfice net des sociétés d'assurance vie, maladie et soins médicaux a augmenté pour s'établir à 2,3 milliards de dollars au troisième trimestre, par rapport à 1,9 milliard de dollars au deuxième trimestre.

Les bénéfices d'exploitation des sociétés d'assurance biens, incendie, accidents et risques divers ont augmenté de 256 millions de dollars (+46,2 %) pour s'établir à 0,8 milliard de dollars.

Situation financière : Analyse spéciale

Traditionnellement, le Quotidien des Statistiques financières trimestrielles des entreprises traite de la performance financière des entreprises canadiennes en présentant les bénéfices d'exploitation réalisés par le secteur des sociétés au Canada.

À compter du troisième trimestre de 2018, de temps en temps, notre publication inclura également des détails supplémentaires sur la situation financière des entreprises canadiennes, en présentant des sujets liés à des comptes spécifiques du bilan.

Les actifs détenus dans l'industrie de l'immobilier, de la location et de la location à bail

La valeur des actifs totaux contenus dans le bilan de l'industrie de l'immobilier, de la location et de la location à bail a augmenté deux fois plus vite que celle de l'ensemble des industries non financières au cours de la dernière décennie. La majeure partie de cette hausse est attribuable à l'industrie de l'immobilier qui comprend la gestion de l'immobilier commercial et détient 90 % des biens de l'ensemble de l'industrie de l'immobilier, de la location et de la location à bail.

À partir de 2011, on a constaté des divergences dans la croissance de cette industrie par rapport aux autres grandes industries. Au cours du premier trimestre de 2015, la croissance rapide de l'industrie de l'immobilier, de la location et de la location à bail et la chute des prix du pétrole ont permis à l'industrie de l'immobilier, de la location et de la location à bail de dépasser l'industrie de l'extraction de pétrole et de gaz et des activités de soutien et d'occuper le deuxième rang parmi les industries non financières en matière d'actifs (voir graphique 3, Actifs totaux par industrie).

Deux facteurs semblent avoir contribué à cette accélération de la croissance des actifs dans l'industrie de l'immobilier, de la location et de la location à bail, en particulier au début de 2011 : la reprise économique qui a suivi la crise financière de 2008 et l'adoption de nouvelles normes de comptabilité en 2011 par les entreprises canadiennes.

Reprise économique après la crise financière

La croissance des actifs dans l'industrie serait en partie associée à la reprise économique qui a suivi la récession de 2008 et aux mesures adoptées pour stimuler la croissance économique.

Bien que la récession ait pris fin en 2009, faire de grands investissements comme l'acquisition de nouvelles propriétés requiert de l'optimisme à l'égard de la conjoncture économique. La croissance des actifs détenus par l'industrie de l'immobilier, de la location et de la location à bail s'est accélérée en 2011 et cette année semble avoir été le point où les entreprises de l'industrie de l'immobilier, de la location et de la location à bail se sont senties assez confiantes pour tirer profit des faibles taux d'intérêt afin d'augmenter leurs emprunts et d'acquérir de nouveaux actifs. Au même moment, une forte demande a peut-être fait augmenter les prix des actifs à acheter et a poussé les entreprises à emprunter davantage.

Les emprunts ont augmenté pour passer de 127 milliards de dollars en 2008 à 287 milliards de dollars au troisième trimestre de 2018 (voir « Emprunts » du graphique 4, Services immobiliers et services de location et de location à bail : Comptes sélectionnés parmi les passifs et les avoirs des actionnaires).

Adoption des Normes internationales d'information financière

En 2011, les sociétés cotées en bourse dans tout le Canada ont adopté un nouvel ensemble de normes comptables, soit les Normes internationales d'information financière (IFRS).

À la suite de l'adoption des IFRS, les sociétés ont eu la possibilité de déclarer leurs actifs de placement au moyen du modèle de comptabilisation à la juste valeur ou à celui de la comptabilisation à la valeur d'acquisition, lequel était auparavant la norme établie selon les principes comptables généralement reconnus au Canada. Étant donné que les entreprises de l'industrie de l'immobilier, de la location et de la location à bail détiennent plus d'actifs de placement que les entreprises des autres industries, les changements ont eu une plus grande incidence sur leurs bilans.

Les nouveaux principes de comptabilité permettaient aux entreprises de rendre compte d'une hausse des valeurs de leurs actifs de placement chaque trimestre. En raison de la forte demande pour les propriétés et les terrains due à la reprise économique et à la faiblesse des taux d'intérêt, la valeur des actifs a augmenté.

La contrepartie de ces valeurs est enregistrée dans la section des bénéfices non répartis du bilan des entreprises de l'industrie de l'immobilier, de la location et de la location à bail, ce qui explique en partie la croissance de ce compte dans le bilan (voir « Bénéfices non répartis » du graphique 4, Services immobiliers et services de location et de location à bail : Comptes sélectionnés parmi les passifs et les avoirs des actionnaires).

Graphique 3  Graphique 3: Actifs totaux par industrie (pour les cinq plus grandes industries)
Actifs totaux par industrie (pour les cinq plus grandes industries)

Graphique 4  Graphique 4: Services immobiliers et services de location et de location à bail : Comptes sélectionnés parmi les passifs et les avoirs des actionnaires
Services immobiliers et services de location et de location à bail : Comptes sélectionnés parmi les passifs et les avoirs des actionnaires



  Note aux lecteurs

Les données sur les bénéfices trimestriels figurant dans le présent communiqué sont désaisonnalisées et exprimées en dollars courants. Les données financières pour le deuxième trimestre ont été révisées.

Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, voir Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Les statistiques financières trimestrielles des entreprises sont fondées sur une enquête-échantillon et représentent les activités de toutes les entreprises au Canada, à l'exclusion des sociétés gouvernementales et des sociétés sans but lucratif. Une entreprise peut être une société unique ou un regroupement de sociétés sous une même propriété ou un même contrôle et pour laquelle des états financiers consolidés sont produits.

Les bénéfices dont il est question dans la présente analyse sont les bénéfices d'exploitation réalisés dans le cours normal des activités des entreprises. Dans le cas des industries non financières, les rentrées d'intérêts et de dividendes ainsi que les gains et les pertes en capital se trouvent exclus des bénéfices d'exploitation, tandis que pour les industries financières, ceux-ci sont compris, de même que les intérêts versés sur les dépôts.

À moins d'avis contraire, les bénéfices figurant dans le présent communiqué sont des bénéfices d'exploitation. Ces derniers diffèrent des bénéfices nets, qui correspondent aux bénéfices après impôts réalisés par les sociétés.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le concept de passif actuariel, consultez la page Passif actuariel.

Tableaux de données en temps réel

Les tableaux de données en temps réel 33-10-0160-01 et 33-10-0161-01 seront mis à jour le 10 décembre. Pour obtenir plus de renseignements, consultez le document Tableaux de données CANSIM en temps réel.

Prochaine diffusion

Les données du quatrième trimestre de 2018 sur les statistiques financières des entreprises seront diffusées le 26 février 2019.

Produits

Les données consolidées des bilans et des états des résultats des sociétés canadiennes sont maintenant offertes.

Les données du Relevé trimestriel des états financiers sont aussi disponibles.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :