Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Les réfugiés et les études postsecondaires au Canada : comparaison des caractéristiques et des résultats économiques, 2013

Diffusion : 2018-11-14

Bon nombre d'immigrants au Canada en âge de travailler se sont inscrits à des programmes d'études postsecondaires après leur arrivée afin de mettre à jour leurs diplômes d'études ou d'améliorer leurs perspectives d'emploi. Dans l'ensemble, 28% des immigrants admis de 2002 à 2005 (en âge de travailler, de 25 à 54 ans) se sont inscrits à des programmes d'études postsecondaires dans une école canadienne au cours des sept premières années suivant leur admission au Canada.

Ceux qui ont été admis au Canada comme réfugiés étaient moins susceptible à suivre des études postsecondaires au cours des sept premières années suivant leur admission que les immigrants d'autres catégories d'admission, notamment les immigrants économiques ou ceux parrainés par leur famille. Plus précisément, 19 % des réfugiés parrainés par le gouvernement et 20 % des réfugiés parrainés par le secteur privé ont déclaré étudier. Même si presque tous les immigrants économiques avaient déjà des qualifications postsecondaires avant leur admission au Canada, 42 % ont déclaré être retournés aux études au cours des sept années suivant leur admission. Parmi les immigrants parrainés par leur famille, 21 % ont déclaré avoir fait un retour aux études.

Lorsque les réfugiés fréquentent des établissements d'enseignement postsecondaire au Canada, que ce soit pour mettre à niveau leurs compétences ou acquérir de nouveaux diplômes, ils ont tendance à attendre plus longtemps avant de s'inscrire que les immigrants appartenant à d'autres catégories d'admission. Parmi les réfugiés s'étant inscrits à des programmes d'études postsecondaires, 19 % des réfugiés parrainés par le gouvernement et 28 % des réfugiés parrainés par le secteur privé avaient commencé leurs études au Canada au cours de l'année civile de leur admission ou de l'année suivante, par rapport à 43 % des immigrants économiques et à 36 % des immigrants parrainés par leur famille.

Ces conclusions sont tirées d'une nouvelle étude intitulée « Les réfugiés et les études postsecondaires au Canada : comparaison des caractéristiques et des résultats économiques », parue aujourd'hui dans le cadre de la Série thématique sur l'ethnicité, la langue et l'immigration.

L'enseignement postsecondaire canadien est associé à un taux d'emploi plus élevé chez les immigrants de toutes les catégories d'admission

Les immigrants en âge de travailler qui ont suivi des études postsecondaires au Canada avaient plus de chance d'être en emploi huit ans après leur admission que les immigrants n'ayant pas suivi de telles études, peu importe la catégorie d'admission.

Cet écart était particulièrement marqué chez les réfugiés. En 2013, 84 % des réfugiés parrainés par le gouvernement et 89 % des réfugiés parrainés par le secteur privé ayant déclaré avoir fait des études postsecondaires au Canada avaient un emploi, comparativement à 57 % des réfugiés parrainés par le gouvernement et à 66 % de ceux parrainés par le secteur privé qui n'ont pas déclaré avoir fait de telles études.

Les immigrants ayant effectué des études supérieures au Canada déclarent une rémunération plus élevée huit ans après leur admission

Dans chaque catégorie d'admission, les immigrants ayant reçu une formation postsecondaire au Canada avaient un revenu d'emploi moyen plus élevé au fil du temps. Parmi les réfugiés, ceux ayant déclaré avoir suivi des études postsecondaires au Canada ont affiché une rémunération moyenne annuelle supérieure de 9 000 $ par rapport à ceux n'ayant pas reçu une telle formation. En revanche, huit ans après leur admission, les immigrants de la composante économique ayant fait des études postsecondaires au Canada gagnaient, en moyenne, 2 000 $ de plus que ceux qui n'avaient pas effectué de telles études.

  Note aux lecteurs

La Base de données longitudinales sur l'immigration rassemble l'information des fichiers d'immigration et des données d'imposition afin de fournir de l'information sur la situation socioéconomique des immigrants, notamment le revenu d'emploi. La base de données comprend aussi des renseignements sur l'expérience canadienne de travail ou d'études avant l'admission, la mobilité provinciale et la composition familiale.

La présente analyse du revenu se fonde sur des valeurs moyennes des salaires et traitements, commissions, allocations de formation, pourboires et gratifications, ainsi que du revenu provenant d'un travail autonome (revenu net tiré d'une entreprise, d'une profession, d'activités agricoles, de la pêche et des commissions). Toutes les estimations du revenu sont exprimées en dollars constants de 2013 afin de tenir compte de l'inflation et de permettre des comparaisons au fil du temps, en termes réels.

Toutes les proportions incluses dans cette analyse sont fondées sur les chiffres arrondis.

Les immigrants déclarants sont les immigrants qui ont rempli une déclaration de revenus pour une année d'imposition donnée.

La participation à une formation postsecondaire est mesurée selon la demande d'un crédit d'impôt pour des frais de scolarité et des déductions pour études à temps plein et à temps partiel sur la déclaration de revenus T1 au cours des sept premières années suivant l'établissement.

Les catégories des réfugiés comprennent les immigrants qui ont reçu le statut de résident permanent en raison d'une crainte fondée de retourner dans leur pays d'origine. Les catégories comprennent les réfugiés parrainés par le gouvernement, réfugiés parrainés par le secteur privé, réfugiés admis au Canada, et les personnes à la charge des réfugiés.

Les catégories d'admission des immigrants économiques comprennent les immigrants qui ont été sélectionnés pour leur capacité à contribuer à l'économie canadienne grâce à leur capacité à répondre aux besoins en matière de main-d'œuvre, à posséder et à gérer ou à mettre sur pied une entreprise, à investir une somme importante, à créer leur propre emploi ou à répondre à des besoins provinciaux ou territoriaux précis en matière de main-d'œuvre.

La catégorie du regroupement familial comprend tout membre de la famille parrainé par un citoyen canadien ou un résident permanent pour venir au Canada.

Pour obtenir une description plus détaillée des catégories d'admission d'immigrant, consultez la page Centre d'aide du site internet d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

Produits

L'article « Les réfugiés et les études postsecondaires au Canada : comparaison des caractéristiques et des résultats économiques » est maintenant offert dans le cadre de la Série thématique sur l'ethnicité, la langue et l'immigration (Numéro au catalogue89-657-X).

La Base de données longitudinales sur l'immigration est disponible sur demande.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :