Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Comptes économiques provinciaux et territoriaux, 2017

Diffusion : 2018-11-08

Pour la première fois depuis 2010, le produit intérieur brut (PIB) réel en 2017 a progressé dans l'ensemble des provinces et des territoires. À l'échelle des provinces, l'économie de l'Alberta a connu la croissance la plus rapide (+4,4 %), rebondissant après un recul en 2016 (-4,2 %). L'Ontario et le Québec, les deux plus grandes économies provinciales du Canada, ont tous deux enregistré une croissance de 2,8 %. Le PIB réel du Canada a augmenté de 3,0 % en 2017, après une augmentation de 1,1 % en 2016. La demande intérieure finale a connu une hausse de 3,1 %, soit l'augmentation la plus rapide depuis 2010.

Graphique 1  Graphique 1: Produit intérieur brut réel, 2017
Produit intérieur brut réel, 2017

Pour l'ensemble du Canada, la croissance en 2017 a été stimulée principalement par une hausse de 3,6 % des dépenses des ménages, soit l'augmentation la plus rapide depuis 2010. La formation brute de capital fixe a rebondi de 3,0 %, après une baisse de 4,3 % en 2016. Les exportations de biens et de services vers d'autres pays ont augmenté de 1,1 %, tandis que les importations ont progressé de 4,2 %.

Les dépenses en biens durables, notamment les achats de véhicules motorisés et de meubles, ont augmenté de 7,1 % en 2017, enregistrant presque le double de la croissance de 2016 et la plus forte hausse depuis 2002. L'Ontario a enregistré la plus forte croissance des dépenses en biens durables (+8,4 %), suivi de la Colombie-Britannique (+8,3 %). Les dépenses en services ont également été fortes en Colombie-Britannique (+4,1 %) et au Québec (+3,4 %). Terre-Neuve-et-Labrador a affiché la plus faible croissance des dépenses des ménages en biens (+0,4 %) et en services (+1,0 %).

La présente diffusion comprend les révisions des comptes économiques provinciaux et territoriaux pour 2015 et 2016. Sur le plan national, la croissance du PIB réel a été révisée à la baisse, passant de 1,0 % à 0,7 % en 2015 et de 1,4 % à 1,1 % en 2016. Une information plus à jour a renforcé les estimations publiées d'une croissance plus faible en 2015, et a aussi indiqué que le ralentissement était plus généralisé que ce qui a été auparavant déclaré puisque 8 des 13 provinces et territoires ont vu leur croissance du PIB réel révisée à la baisse en 2015. De même, l'accélération en 2016 a été plus atténuée, car les revenus ont augmenté plus lentement que ce qui a été originalement déclaré. Par l'exemple, l'ampleur de la baisse générale en Alberta était plus grande que ce qui avait été déclaré auparavant, puisque son PIB nominal a été révisé à la baisse en 2015 et en 2016. Le PIB réel en Colombie-Britannique a été révisé à la baisse en 2015, en raison d'exportations plus faibles que ce qui avait été déclaré auparavant.

Provinces atlantiques

Le PIB réel de Terre-Neuve-et-Labrador a enregistré une augmentation de 0,9 % en 2017. Les dépenses des ménages ont augmenté de 0,7 %, tandis que la formation brute de capital fixe des entreprises a reculé de 19,9 %, après une hausse de 12,2 % en 2016, en raison des travaux du projet pétrolier extracôtier d'Hebron. Comme les exportations ont légèrement diminué (-0,4 %), la baisse de 11,6 % des importations a contribué le plus à la croissance du PIB.

À l'Île-du-Prince-Édouard, le PIB réel a augmenté de 3,5 % en 2017. La formation brute de capital fixe des entreprises (+23,6 %) a été le principal facteur de croissance, puisque l'investissement en bâtiments résidentiels a connu une forte hausse (+25,6 %), tout comme l'investissement dans les ouvrages non résidentiels (+51,4 %). Pour ce dernier, la hausse a découlé en partie du projet de modernisation des câbles électriques allant du Nouveau-Brunswick à l'Île-du-Prince-Édouard, achevé en 2017. Les importations ont progressé de 5,3 %, tandis que les exportations ont augmenté de 1,8 % en 2017. Les dépenses des ménages ont augmenté de 2,4 %.

En Nouvelle-Écosse, le PIB réel a augmenté de 1,5 % en 2017. Les dépenses des ménages ont progressé de 2,8 %, les achats de véhicules motorisés ayant contribué à de fortes dépenses en biens durables (+7,3 %). La formation brute de capital fixe des entreprises a reculé de 4,7 %, après l'achèvement de la mine d'or de Tuoquoy et du centre des congrès de Halifax en 2016. Les exportations ont progressé de 1,9 %, tandis que les importations ont augmenté de 2,2 %.

Le PIB réel du Nouveau-Brunswick a augmenté de 1,8 % en 2017, après une hausse de 1,4 % en 2016. La hausse de la formation brute de capital fixe des entreprises (+5,9 %) est attribuable à un bond de l'investissement en ouvrages non résidentiels (+20,4 %), effectué principalement par les services publics et les industries d'information et de culture. Les exportations ont augmenté de 5,5 %, les produits énergétiques venant en tête, tandis que les importations ont progressé de 5,9 %. Les dépenses des ménages ont augmenté de 2,2 %.

Région centrale du Canada

L'économie du Québec a connu une hausse de 2,8 % en 2017, enregistrant la plus forte augmentation depuis 2002 et une forte accélération par rapport à 2016 (+1,4 %). La croissance a été stimulée principalement par une hausse de 3,2 % des dépenses des ménages et une augmentation de 5,1 % de la formation brute de capital fixe. L'investissement en bâtiments résidentiels a progressé de 7,3 %, après une hausse de 3,2 % en 2016. Les exportations ont augmenté de 1,2 % et les importations, de 3,9 %.

En Ontario, le PIB réel a progressé de 2,8 % en 2017, après avoir connu une hausse de 2,3 % en 2016. La croissance du PIB est principalement attribuable à une hausse des dépenses des ménages (+3,9 %), provenant en grande partie des biens durables (+8,4 %), y compris les véhicules motorisés et les meubles, et à une hausse de 3,3 % des dépenses en services. La formation brute de capital fixe a connu une hausse de 3,3 %, après avoir été stable en 2016 (+0,2 %). La croissance des importations (+5,1 %) a dépassé la hausse des exportations (+1,8 %).

Ouest du Canada

Le PIB réel du Manitoba a augmenté de 3,2 % en 2017, après avoir progressé de 1,6 % en 2016. Les dépenses des ménages (+3,4 %) ont été principalement à l'origine de cette augmentation, des dépenses plus élevées ayant été enregistrées pour les biens (+4,1 %) et les services (+2,9 %). La hausse de 14,7 % de l'investissement en ouvrages non résidentiels des entreprises a été principalement stimulée par des travaux sur le barrage Keeyask et l'achèvement imminent du projet de lignes de transmission Bipole III en 2017. Les importations de biens et de services (+5,0 %) ont augmenté à un rythme plus soutenu que les exportations (+4,0 %).

En Saskatchewan, le PIB réel a augmenté de 2,2 % en 2017, après deux années consécutives de recul. Les exportations ont été le principal facteur à l'origine de la croissance, enregistrant la hausse annuelle la plus marquée (+5,0 %) depuis 2014. Des prix du pétrole plus élevés et une augmentation de la production de pétrole et de gaz, de même que les exportations de potasse, ont principalement contribué à cette croissance. Les dépenses des ménages ont augmenté de 2,0 %, surtout en raison de plus grandes dépenses en services (+2,5 %). La formation brute de capital fixe des entreprises a affiché une hausse de 1,1 %, ce qui s'explique par des investissements plus importants en machines et équipement (+5,6 %) et en produits de la propriété intellectuelle (+14,7 %), attribuables en grande partie à la prospection minière. L'investissement en bâtiments résidentiels a affiché un recul (-1,0 %).

En 2017, le PIB réel a augmenté de 4,4 % en Alberta, à la suite de diminutions en 2016 (-4,2 %) et en 2015 (-3,7 %), dans la foulée des baisses des prix du pétrole. Les exportations ont principalement été à l'origine de la hausse du PIB (+8,4 %), une hausse des prix du pétrole ayant stimulé l'extraction et la production de pétrole et de gaz en 2017. L'augmentation des dépenses des ménages de 3,2 % reflète des dépenses plus élevées en biens (+3,8 %) et en services (+2,8 %).

En Colombie-Britannique, le PIB réel a crû de 3,8 % en 2017, à la suite d'une hausse de 3,2 % en 2016. Cette croissance a été stimulée principalement par les dépenses accrues des ménages (+4,6 %). L'investissement des entreprises dans les ouvrages non résidentiels a rebondi de 29,7 %, après deux baisses annuelles consécutives. L'augmentation des investissements était attribuable aux travaux de génie civil dans le secteur du pétrole et du gaz, notamment l'expansion de la station de compression Saturn et le projet d'agrandissement Towerbirch, à Dawson Creek, et le terminal d'exportation de propane de Ridley Island, à Prince Rupert. Les investissements en bâtiments résidentiels ont reculé légèrement (-0,4 %), après sept années consécutives de croissance. Les importations de biens et de services ont connu une hausse de 8,0 % en 2017, dépassant la hausse de 3,4 % des exportations.

Les territoires

Le PIB réel du Yukon a augmenté de 3,1 % en 2017, après avoir progressé de 6,9 % en 2016. La croissance est attribuable à une augmentation de la formation brute de capital fixe (+29,9 %), qui a plus que compensé la diminution des exportations (-6,8 %). La hausse de l'investissement était concentrée dans les mines et les soins de santé.

Dans les Territoires du Nord-Ouest, le PIB réel a crû de 3,7 % en 2017, après avoir connu une hausse de 1,1 % en 2016. Cette croissance du PIB est la conséquence d'une hausse des exportations (+11,3 %). La formation brute de capital fixe (-26,9 %) a faibli, en raison de l'achèvement récent des travaux de deux projets de construction majeurs dans les secteurs des mines et des transports en 2016.

Le PIB réel du Nunavut a progressé de 9,8 % en 2017, après avoir augmenté de 3,8 % en 2016. La croissance du PIB est principalement attribuable à une hausse de 36,1 % de la formation brute de capital fixe, stimulée par des projets liés aux mines et aux infrastructures. Une hausse de 20,0 % des exportations, largement attribuable au minerai de fer, a également fait accélérer la croissance.

  Note aux lecteurs

La présente diffusion comprend les révisions des comptes économiques provinciaux et territoriaux pour la période de 2015 à 2016 et l'ajout des données de 2017. Les données sur le produit intérieur brut (PIB) par industrie à l'échelle provinciale et territoriale sont également révisées pour la période de 2015 à 2017. Sont intégrées dans ces deux séries de données les nouvelles données repères pour 2015 provenant des tableaux repères des ressources et emplois provinciaux et territoriaux, les révisions des comptes nationaux des revenus et des dépenses diffusées aujourd'hui, ainsi que les données sources provinciales et territoriales révisées. Par ailleurs, une nouvelle année de base 2012 a été intégrée pour les estimations en volume, c'est-à-dire pour les estimations contrôlant les effets de changement de prix tels que le PIB réel; celle-ci remplace l'année 2007 retenue précédemment comme année de base. Des mises à jour ont été apportées à la classification pour le commerce.

Les variations en pourcentage des statistiques relatives aux dépenses (comme les dépenses de consommation finale des ménages, la formation brute de capital fixe, les exportations et les importations) sont calculées à partir de mesures en volume, qui sont corrigées en fonction des variations de prix. Les variations en pourcentage des statistiques relatives aux revenus (comme la rémunération des salariés et l'excédent brut d'exploitation net des sociétés) sont calculées à partir de mesures nominales, ce qui signifie qu'elles ne sont pas corrigées en fonction des variations de prix.

Produits

Comptes provinciaux et territoriaux du produit intérieur brut en termes de revenus et de dépenses

La présente diffusion des comptes provinciaux et territoriaux du produit intérieur brut (PIB) en termes de revenus et de dépenses comprend les nouvelles données de 2017 et des données révisées pour la période de 2015 à 2016.

Les comptes provinciaux et territoriaux du PIB en termes de revenus et de dépenses comprennent des estimations du PIB en termes de revenus et de dépenses, des estimations du PIB réel, des contributions à la variation en pourcentage du PIB réel, des indices implicites de prix, des comptes courants des ménages, des estimations du revenu de la propriété des ménages et d'autres indicateurs sélectionnés par rapport au secteur des ménages.

Pour obtenir une analyse plus détaillée de la publication d'aujourd'hui sur la comptabilité nationale, y compris des graphiques et des tableaux supplémentaires, consultez le numéro de 2017 de la Revue des comptes économiques des provinces et des territoires, vol. 12, no 1 (Numéro au catalogue13-016-X), maintenant accessible.

Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens (Numéro au catalogue13-605-X) est accessible.

Le Guide de l'utilisateur : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-606-G) est accessible.

Le Guide méthodologique : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-607-X) est accessible.

Produit intérieur brut par industrie – Provinces et territoires (annuel)

La présente diffusion contient des révisions aux données du produit intérieur brut provincial-territorial par industrie pour la période de 2015 à 2017. Les estimations du PIB en dollars courants et en dollars enchaînés (Fisher) pour la période de 1997 à 2006 ont également été révisées afin de fournir une série chronologique du PIB par industrie avec une continuité améliorée et une plus grande cohérence avec le PIB selon l'approche des dépenses. De plus, les séries de 1997 à 2017 ont maintenant comme année de référence 2012 au lieu de 2007.

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données du PIB provincial-territorial par industrie, communiquez avec Guillaume Dubé au 613-863-0782 (guillaume.dube2@canada.ca), Division des comptes des industries.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :