Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : La transition des études au travail : indicateur NEET (ni en emploi, ni aux études, ni en formation) pour les jeunes femmes et les jeunes hommes âgés de 25 à 29 ans au Canada, 2017-2018

Diffusion : 2018-10-10

Un peu plus d'un Canadien sur sept, parmi les jeunes âgés de 25 à 29 ans, est ni en emploi, ni aux études, ni en formation.

Depuis un certain nombre d'années, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publie les taux de jeunes qui sont ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEET). La raison pour laquelle cet indicateur est suivi de près est que les jeunes NEET pourraient être plus à risque de se retrouver en situation de faible revenu ou d'exclusion sociale.

Cependant, ces jeunes peuvent être dans une situation NEET pour de multiples raisons telles que pour voyager, faire du bénévolat, être au service de la communauté, s'occuper d'enfants ou encore parce qu'ils ont une incapacité permanente à travailler. Les données les plus récentes montrent que le taux de bénévolat chez les jeunes adultes était de 40 %. Afin de mieux mesurer de telles activités, Statistique Canada est en train de réviser l'indicateur NEET afin d'en faire un indicateur plus complet qui reflétera mieux les activités des jeunes qui ne s'impliquent pas dans les activités traditionnelles telles que le travail et l'école.

Une nouvelle étude intitulée « La transition des études au travail : indicateur NEET (ni en emploi, ni aux études, ni en formation) pour les jeunes femmes et les jeunes hommes âgés de 25 à 29 ans au Canada » est publiée aujourd'hui dans la série Indicateurs de l'éducation au Canada : feuillet d'information. Cette étude permet de mieux comprendre la situation des jeunes NEET âgés de 25 à 29 ans au Canada et dans les provinces.

En 2017-2018, 15 % des Canadiens âgés 25 à 29 ans étaient dans une situation NEET

Depuis les 20 dernières années, la proportion de Canadiens âgés de 25 à 29 ans qui se trouvaient dans une situation NEET variait de 15 % à 19 %. En 2017-2018, cette proportion était de 15 %, ce qui représentait environ 376 000 personnes, dont la majorité était des femmes. Les deux tiers de ces jeunes NEET ne cherchaient pas de travail (ils ne faisaient pas partie de la population active), alors qu'un tiers étaient au chômage (ils cherchaient un emploi).

Les jeunes femmes étaient plus susceptibles d'être hors du marché du travail que les jeunes hommes, alors que les jeunes hommes étaient plus susceptibles d'être au chômage que les jeunes femmes. Parmi les jeunes NEET qui ne faisaient pas partie de la population active, près d'un sur dix ne pouvait pas travailler de façon permanente (probablement pour des raisons d'incapacité ou de santé) et plus de sept sur dix disaient ne pas désirer de travail.

Les taux NEET de la plupart des provinces et des territoires sont similaires à la moyenne canadienne

Les taux NEET de la plupart des provinces et des territoires étaient similaires à la moyenne canadienne de 15 %. Faisaient exception Terre-Neuve-et-Labrador (25 %), l'Île-du-Prince-Édouard (21 %), le Nunavut (43 %) et les Territoires du Nord-Ouest (24 %), où les taux NEET étaient plus élevés. Le taux NEET du Québec (12 %), pour sa part, était plus bas que la moyenne canadienne. Les hauts taux NEET de Terre-Neuve-et-Labrador et de l'Île-du-Prince-Édouard étaient attribuables à des taux NEET chômeur particulièrement élevés dans ces provinces, tandis que le plus faible taux du Québec était attribuable à une plus faible proportion de femmes ne faisant pas partie de la population active que dans l'ensemble du Canada.

Carte 1  Vignette de la carte 1: Taux de jeunes qui sont ni en emploi, ni aux études, ni en formation âgés de 25 à 29 ans, provinces et territoires, 2017-2018
Taux de jeunes qui sont ni en emploi, ni aux études, ni en formation âgés de 25 à 29 ans, provinces et territoires, 2017-2018 

La présence d'enfants fait baisser l'activité des femmes sur le marché du travail

Les jeunes femmes âgées de 25 à 29 ans avec enfants étaient plus de quatre fois plus susceptibles d'être hors du marché du travail que les femmes sans enfants. À l'échelle des provinces, la plus petite différence entre ces deux groupes de femmes a été observée au Québec, ce qui a peut-être un lien avec les politiques familiales de cette province. En effet, l'étude récente intitulée «Taux de fécondité et activité des femmes sur le marché du travail au Québec et en Ontario » montre que les politiques réduisant les coûts des services de garde au Québec ont incité les femmes ayant de jeunes enfants à entrer sur le marché du travail et à y rester.

Les plus grands écarts concernant la participation au marché du travail entre les femmes avec et sans enfants ont été observés au Manitoba, en Alberta et en Colombie-Britannique. Il est aussi à noter que la présence d'enfants n'a pas d'incidence sur la participation au marché du travail des hommes.

Les taux NEET sont étroitement liés au niveau de scolarité

De façon générale, plus le niveau de scolarité augmente, plus le taux NEET des 25 à 29 ans diminue. Les femmes et les hommes détenant un diplôme d'études secondaires possèdent des taux NEET nettement plus bas que ceux qui n'en ont pas. Il en va de même si on compare les jeunes ayant atteint un niveau d'études postsecondaires à ceux qui ont obtenu au plus un diplôme d'études secondaires. Toutefois, peu de variations ont été relevées entre les différents niveaux d'études postsecondaires.

Les jeunes NEET sont plus susceptibles d'avoir un conjoint dans une situation NEET que les autres jeunes

La majorité des conjoints des jeunes NEET de 25 à 29 ans sont en emploi. Cependant, un jeune NEET est plus susceptible que les autres jeunes (en emploi ou étudiants) d'avoir un conjoint qui se trouve également dans une situation NEET. Cela peut fragiliser économiquement les ménages qui n'ont aucun actif occupé.

Le taux NEET des Canadiens âgés de 25 à 29 ans est plus bas que le taux moyen de l'OCDE

Depuis les 20 dernières années, le taux NEET canadien pour les jeunes âgés de 25 à 29 ans est systématiquement plus bas que le taux moyen des pays de l'OCDE, et ce, de 1 à 4 points de pourcentage. En 2017, le taux NEET moyen de l'OCDE était de 18 %, comparativement à 16 % au Canada pour la même année. Tel qu'il a été observé au Canada, en 2017, les femmes de tous les pays de l'OCDE, à l'exception du Portugal, étaient plus susceptibles d'être hors du marché du travail que les hommes. Cette année-là, le Canada affichait le 3e plus petit écart hommes-femmes parmi les pays de l'OCDE en ce qui concerne la participation au marché du travail. Cela était attribuable au fait que les hommes canadiens détenaient le 4e plus haut taux, au sein des pays de l'OCDE, pour les hommes NEET ne cherchant pas de travail.

Graphique 1  Graphique 1: Taux de jeunes qui sont ni en emploi, ni aux études, ni en formation âgés de 25 à 29 ans, Canada et Organisation de coopération et de développement économiques, 1998 à 2018
Taux de jeunes qui sont ni en emploi, ni aux études, ni en formation âgés de 25 à 29 ans, Canada et Organisation de coopération et de développement économiques, 1998 à 2018

Produits

Le feuillet d'information intitulé « La transition des études au travail : indicateur NEET (ni en emploi, ni aux études, ni en formation) pour les jeunes femmes et les jeunes hommes âgés de 25 à 29 ans au Canada », qui fait partie de la série Indicateurs de l'éducation au Canada : feuillet d'information (Numéro au catalogue81-599-X), est maintenant accessible en ligne.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :