Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2017

Diffusion : 2018-06-26

Une détection du cancer dans ses premiers stades et le traitement du cancer et des affections précancéreuses est l'objectif essentiel des programmes de dépistage du cancer. Au Canada, plus des trois quarts des femmes ont respecté les lignes directrices relatives au dépistage par mammographie, et deux adultes sur cinq ont respecté celles relatives au dépistage du cancer colorectal en 2017.

Ces résultats sont tirés du cycle de 2017 de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC), qui permet de recueillir un large éventail de données autodéclarées sur la santé des Canadiens, les facteurs influant sur l'état de santé et l'utilisation des services de santé.

Dépistage du cancer

Aux fins de l'enquête de 2017, des données ont été recueillies sur trois types de dépistage du cancer, soit le cancer colorectal, le cancer du sein et le cancer du col de l'utérus.

En 2017, 43 % des Canadiens âgés de 50 à 74 ans ont déclaré avoir passé un test de recherche de sang occulte dans les selles (RSOS) au cours des 2 années précédentes ou une sigmoïdoscopie au cours des 10 années précédentes. Les lignes directrices sur le dépistage du cancer recommandent que les Canadiens de 50 à 74 ans passent un test RSOS tous les deux ans ou une sigmoïdoscopie tous les 10 ans.

En ce qui a trait au dépistage du cancer du sein, 78 % des femmes de 50 à 74 ans ont indiqué avoir passé une mammographie au cours des trois années précédentes. Chez les femmes de 25 à 69 ans, 74 % ont déclaré avoir subi un test Pap au cours des trois années précédentes pour le dépistage du cancer du col de l'utérus. Les lignes directrices canadiennes sur le cancer recommandent que les femmes de 50 à 74 ans passent une mammographie tous les deux ou trois ans et que celles de 25 à 69 ans subissent un test Pap tous les trois ans.

Port du casque

L'ESCC de 2017 a aussi examiné le port du casque pour diverses activités physiques, y compris le ski alpin, la planche à neige et la bicyclette. Plus des trois quarts des répondants portaient un casque pour faire du ski alpin ou de la planche à neige, tandis que 45 % en portaient un pour faire de la bicyclette. Les Canadiens étaient moins susceptibles de porter un casque pour faire du patin à roues alignées (34 %) et de la planche à roulettes (19 %) que pour les activités mentionnées précédemment.

En faisant de la planche à roulettes, du vélo, de la planche à neige ou du ski alpin, les femmes étaient plus susceptibles que les hommes de porter un casque. De manière générale, le port du casque chez les Canadiens diminuait à partir de l'âge de 17 ans, pour ensuite remonter lorsqu'ils atteignaient la mi-trentaine.

Le niveau d'éducation est lié au port du casque. Parmi les Canadiens de 25 ans et plus ayant un diplôme d'études secondaires ou moins, un peu plus du tiers portaient un casque pour faire du vélo. Ce taux augmentait pour s'élever à plus de la moitié parmi les personnes ayant fait des études postsecondaires.

Suivi des comportements sains

L'indice de comportements sains (ICS) peut être obtenu à partir des données de l'ESCC. L'ICS combine en un seul indice les résultats pour quatre indicateurs de comportements ayant une incidence sur la santé. Il est fondé sur les comportements, tels que déclarés par le répondant, relativement à l'usage du tabac, à la consommation d'alcool, au niveau d'activité physique et à la fréquence de consommation de fruits et de légumes. Un indice de 1 ou 0 est accordé selon que le comportement déclaré est sain ou non, sur une valeur maximale de l'ICS de 4.

En 2017, un peu plus de la moitié des Canadiens âgés de 18 ans et plus avaient un ICS de 3 ou 4, ce qui indique un degré élevé de comportements sains. Les femmes sont plus susceptibles que les hommes d'avoir un ICS de 3 ou 4.

L'ICS varie aussi en fonction du niveau de scolarité. Lorsque le niveau de scolarité le plus élevé dans un ménage était inférieur à un diplôme d'études secondaires, un tiers des répondants présentaient un indice de 3 ou 4. Chez les répondants vivant dans un ménage où l'un des membres était titulaire d'un diplôme d'études postsecondaires, un peu plus de la moitié affichaient un indice de 3 ou 4.

  Note aux lecteurs

Cet article présente une analyse fondée sur des données tirées de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2017 (ESCC). L'ESCC est une enquête annuelle sur la santé de la population qui propose des données sur la condition physique et les comportements de la population canadienne.

Les résidents des réserves indiennes ont été exclus de la couverture de l'enquête. Les estimations dans cet article ne comprennent donc que les membres des Premières Nations qui vivent hors réserve, les Métis et les Inuits. Les résidents des établissements de soins de santé et de certaines régions éloignées, ainsi que les membres à temps plein des Forces canadiennes (qui vivent dans des bases militaires ou non), ont également été exclus de l'enquête.

Dans le présent article, si deux estimations sont présentées comme étant différentes, cela signifie que la différence était statistiquement significative à un niveau de confiance de 95 % (valeur de p inférieure à 5 %).

Produits

D'autres produits présentant les plus récents résultats des données de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2017 sont maintenant offerts sur notre site Web. Cela comprend les Feuillets d'information de la santé (Numéro au catalogue82-625-X) : « Dépistage du cancer, 2017 », « Difficultés fonctionnelles : Groupe de Washington, 2017 », « Le port du casque dans les activités de loisirs, 2017 », « Tabagisme, 2017 », et « Comportements sains, 2017 ».

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :