Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Produit intérieur brut, revenus et dépenses, premier trimestre de 2018

Diffusion : 2018-05-31

Le produit intérieur brut (PIB) réel a progressé de 0,3 % au premier trimestre, après avoir augmenté de 0,4 % au cours de chacun des deux trimestres précédents. La demande intérieure finale s'est accrue de 0,5 %.

La croissance a été modérée par un ralentissement des dépenses des ménages, une baisse des exportations de produits non énergétiques et une baisse de l'investissement dans le logement (-1,9 %).

Graphique 1  Graphique 1: Produit intérieur brut et demande intérieure finale
Produit intérieur brut et demande intérieure finale

Les dépenses des ménages ont augmenté de 0,3 %, le rythme le plus lent observé depuis le premier trimestre de 2015. La croissance est principalement attribuable à l'augmentation des dépenses en services (+0,5 %). Les dépenses des ménages en biens ont été inchangées après 11 hausses trimestrielles consécutives.

Les volumes des exportations se sont accrus de 0,4 %, après avoir augmenté de 1,0 % au quatrième trimestre de 2017. Les exportations de pétrole brut et de pétrole brut bitumineux (+9,9 %) ont largement contribué à cette croissance. Les exportations de services ont progressé de 1,7 % au premier trimestre, après avoir augmenté de 1,3 % au trimestre précédent.

L'investissement des entreprises en machines et matériel (+4,2 %) et en produits de propriété intellectuelle (+3,3 %) a augmenté à un rythme plus rapide qu'au quatrième trimestre de 2017.

Exprimé en taux annualisé, le PIB réel a progressé de 1,3 % au premier trimestre. Par comparaison, le PIB réel des États-Unis a augmenté de 2,2 %.

Graphique 2  Graphique 2: Contribution à la variation en pourcentage du produit intérieur brut réel au premier trimestre
Contribution à la variation en pourcentage du produit intérieur brut réel au premier trimestre

L'investissement dans le logement diminue

L'investissement dans le logement a fléchi de 1,9 % au premier trimestre. Cette baisse, la plus forte enregistrée depuis le premier trimestre de 2009, est attribuable à une diminution des coûts de transfert de propriété (-13,5 %). La faible activité de revente a coïncidé avec les nouvelles mesures de simulation de crise pour les prêts hypothécaires instaurées à l'échelle nationale en janvier. Les dépenses des entreprises en construction de logements neufs ont ralenti pour atteindre un taux de croissance de 1,2 %, tandis que leurs dépenses en rénovations ont augmenté de 1,4 %.

Graphique 3  Graphique 3: Investissement en bâtiments résidentiels, construction neuve et coûts de transfert de propriété
Investissement en bâtiments résidentiels, construction neuve et coûts de transfert de propriété

Les dépenses des consommateurs ralentissent

La croissance des dépenses de consommation finale des ménages a ralenti pour un troisième trimestre d'affilée, s'établissant à 0,3 % au premier trimestre. Les dépenses en biens étaient pratiquement inchangées, tandis que les dépenses en services ont augmenté de 0,5 %.

Les dépenses liées au logement (logement, eau, électricité, gaz et autres combustibles) ont augmenté de 0,8 %, et les dépenses en assurance et en services financiers se sont accrues de 1,5 %. Les achats de véhicules étaient inchangés au premier trimestre, après avoir connu une forte croissance en 2017.

L'investissement dans le secteur non résidentiel augmente

L'investissement en machines et matériel a progressé de 4,2 % au premier trimestre. Les camions lourds et de poids moyen, autobus et autres véhicules automobiles (+12,5 %) et les machines et matériel d'usage industriel (+3,9 %) ont contribué à la croissance. L'investissement en produits de propriété intellectuelle a progressé de 3,3 %, sous l'effet d'une reprise des dépenses en prospection et en évaluation minières (+8,0 %) et d'une augmentation des dépenses en logiciels (+3,2 %). L'investissement en ouvrages non résidentiels a augmenté de 1,5 %.

La croissance des exportations ralentit

La croissance des volumes d'exportation a ralenti pour s'établir à 0,4 % au premier trimestre, après avoir progressé de 1,0 % au trimestre précédent. Cette croissance au premier trimestre est surtout attribuable aux exportations de services (+1,7 %), y compris les exportations de services commerciaux (+2,2 %) et de services de voyages (+1,7 %).

Les exportations de biens ont légèrement progressé de 0,2 %. La croissance des exportations de pétrole brut et de pétrole brut bitumineux (+9,9 %) et de véhicules automobiles et pièces pour véhicule automobile (+2,0 %) a été atténuée par la diminution des exportations de produits pétroliers raffinés pour combustibles (-18,8 %).

Les importations ont affiché une croissance de 1,2 % au premier trimestre, les biens ainsi que les services ayant connu une croissance similaire.

La croissance des importations de biens s'est concentrée dans les automobiles et camions légers (+5,9 %), les pneus, moteurs et pièces d'automobiles (+6,0 %) et les produits chimiques de base et produits chimiques industriels (+8,6 %).

Les importations de services ont progressé de 1,1 %, sous l'effet d'une augmentation des importations de services commerciaux (+1,3 %), de services de transport (+1,4 %) et de services de voyages (+0,6 %).

Les stocks continuent de s'accumuler

Les entreprises ont ajouté 15,2 milliards de dollars à leurs stocks au premier trimestre, après en avoir accumulé 15,9 milliards de dollars au trimestre précédent. Les grossistes (+5,4 milliards de dollars), les fabricants (+4,0 milliards de dollars) et les détaillants (+2,6 milliards de dollars) ont tous accru leurs stocks. Les stocks agricoles ont crû de 567 millions de dollars, comparativement à une accumulation de 2,7 milliards de dollars au quatrième trimestre de 2017. Le ratio des stocks aux ventes dans l'ensemble de l'économie a augmenté au premier trimestre pour passer de 0,760 à 0,765.

Les revenus dans l'ensemble de l'économie augmentent

Le revenu national brut réel (le pouvoir d'achat réel du revenu tiré des facteurs de production canadiens) a augmenté de 0,5 % au premier trimestre, dépassant la croissance du PIB réel pour un troisième trimestre consécutif.

L'indice implicite des prix du PIB, qui représente le prix des biens et services produits au Canada, a augmenté de 0,3 %. Les prix à l'exportation (+1,0 %) ont augmenté à un rythme plus rapide que les prix à l'importation (+0,7 %), ce qui a donné lieu à une légère amélioration des termes de l'échange.

L'excédent d'exploitation brut (en valeur nominale) a connu une augmentation de 0,7 %, attribuable notamment à la hausse des revenus des producteurs d'énergie.

Le revenu disponible des ménages a progressé de 0,8 %, sous l'effet d'une hausse de la rémunération des salariés de 1,0 %. Le taux d'épargne des ménages a connu un léger recul pour s'établir à 4,4 %, les dépenses des ménages ayant dépassé légèrement leur revenu disponible au premier trimestre.







Objectifs liés au développement durable

Le 1er janvier 2016, le monde a officiellement entrepris la mise en œuvre de l'Agenda 2030 pour le développement durable, le plan d'action axé sur la transformation des Nations Unies qui vise à relever des défis mondiaux urgents au cours des 15 prochaines années. Le plan est fondé sur 17 objectifs précis liés au développement durable.

Le communiqué sur le produit intérieur brut selon les revenus et dépenses est un exemple de la manière dont Statistique Canada appuie le suivi des progrès concernant les objectifs mondiaux liés au développement durable. Ce communiqué servira à mesurer les objectifs suivants :

  Note aux lecteurs

Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, voir le document intitulé Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Les variations en pourcentage des statistiques relatives aux dépenses (comme les dépenses personnelles, l'investissement, les exportations et les importations) sont calculées à partir de mesures en volume qui sont corrigées en fonction des variations de prix. Les variations en pourcentage des statistiques relatives aux revenus et des statistiques relatives au mouvement de fonds (comme le revenu du travail, les bénéfices des sociétés, les emprunts hypothécaires et le financement total obtenu) sont calculées à partir de valeurs nominales, ce qui signifie qu'elles ne sont pas corrigées en fonction des variations de prix.

Il existe deux façons d'exprimer le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) et d'autres séries chronologiques comprises dans le présent communiqué :

  1. À moins d'indication contraire, les taux de croissance compris dans le présent communiqué représentent la variation en pourcentage dans la série d'un trimestre au suivant, par exemple du quatrième trimestre de 2017 au premier trimestre de 2018.
  2. La croissance trimestrielle peut être exprimée à un taux annuel au moyen d'une formule de croissance composée, tout comme le taux d'intérêt mensuel peut être exprimé à un taux annuel. L'utilisation du taux de croissance à un taux annuel facilite la comparaison avec les statistiques officielles sur le PIB des États-Unis. Le taux de croissance trimestriel et le taux de croissance trimestriel annualisé devraient être interprétés comme une indication de la tendance la plus récente du PIB.

Révisions

Les données sur le PIB pour le premier trimestre ont été diffusées en même temps que les données révisées du premier trimestre de 2017 à la fin du quatrième trimestre de 2017. Ces données intègrent des données nouvelles et révisées, ainsi que des données mises à jour sur les tendances saisonnières.

Tableaux de données CANSIM en temps réel

Les tableaux de données CANSIM en temps réel 380-8063 et 380-8064 seront mis à jour le 11 juin. Pour obtenir plus de renseignements, consultez le document Tableaux de données CANSIM en temps réel.

Prochaine diffusion

Les données du PIB selon les revenus et dépenses du deuxième trimestre de 2018 seront diffusées le 30 août.

Produits

Les nouveautés en matière de comptes économiques canadiens (Numéro au catalogue13-605-X) est accessible.

Le Guide de l'utilisateur : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-606-G) est accessible.

Le Guide méthodologique : Système canadien des comptes macroéconomiques (Numéro au catalogue13-607-X) est accessible.

Le module Système des comptes macroéconomiques comprend un portrait à jour des économies nationale et provinciales et de leur structure.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :