Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Naissances, 2015 et 2016

Diffusion : 2018-04-30

Le nombre de naissances vivantes au Canada a été de 382 392 en 2015 et de 383 102 en 2016. Cela représente une faible baisse par rapport à 2014 (384 100) et s'inscrit dans une récente tendance de relative stabilité du nombre de naissances que l'on observe depuis 2009 et qui contraste avec les taux de croissance annuels qui étaient d'environ 3 % de 2005 à 2008.

En 2016, la proportion d'enfants de sexe masculin (51,3 %) a été légèrement supérieure à celle des enfants de sexe féminin (48,7 %).

Le taux de fécondité des Canadiennes continue à baisser

L'indice synthétique de fécondité (ISF) était de 1 563 naissances pour 1 000 femmes en 2015 et de 1 543 en 2016. L'ISF au Canada est à la baisse depuis 2008, alors qu'il était de 1 681 naissances pour 1 000 femmes. L'ISF est une mesure du nombre d'enfants qu'auraient 1 000 femmes si elles connaissaient, au cours de leur vie, les taux de fécondité par âge observés au cours d'une année donnée.

Si l'on tient compte de la mortalité entre la naissance et l'âge de 15 ans, les pays développés comme le Canada ont besoin en moyenne de 2 060 enfants pour 1 000 femmes pour renouveler leur population en l'absence d'immigration. La dernière année au cours de laquelle le Canada a atteint des niveaux de fécondité suffisants pour remplacer sa population était 1971.

Si l'ISF est un bon indicateur de la fécondité au Canada, il peut néanmoins dissimuler de grandes différences entre les provinces et les territoires. De 2000 à 2016, seul le Nunavut a affiché des niveaux de fécondité supérieurs au seuil de remplacement, ayant affiché un ISF de 2 986 naissances vivantes pour 1 000 femmes en 2016. À l'exception des provinces des Prairies et des Territoires du Nord-Ouest, les autres provinces et territoires affichaient des ISF beaucoup plus faibles au cours de cette période, leur ISF ayant rarement dépassé 1 700 naissances pour 1 000 femmes.

En 2016, la Saskatchewan affichait le taux de fécondité le plus élevé parmi les provinces pour la 16e année consécutive, soit 1 934 naissances pour 1 000 femmes. Elle est suivie du Manitoba (1 847), des Territoires du Nord-Ouest (1 793) et de l'Alberta (1 694). La Colombie-Britannique était la province qui a enregistré le plus faible taux de fécondité (1 404 naissances pour 1 000 femmes), suivie de la Nouvelle-Écosse (1 422) et de Terre-Neuve-et-Labrador (1 425).

La tendance à la baisse de la fécondité est particulièrement marquée chez les mères de moins de 30 ans. Ainsi, le taux de fécondité chez les femmes de 25 à 29 ans est passé de 102,0 naissances pour 1 000 femmes en 2008 à 87,6 pour 1 000 femmes en 2016. Chez les femmes de 20 à 24 ans, le taux a reculé, passant de 53,0 à 37,6 naissances pour 1 000 femmes. Chez les 15 à 19 ans, le taux est passé de 14,3 à 8,5 pour 1 000 femmes. Le taux de fécondité a peu varié chez les femmes de 30 à 34 ans (107,4 à 107,6), alors qu'il a augmenté chez les femmes de 35 et plus. Chez les femmes de 35 à 39 ans, le taux de fécondité est passé de 50,1 naissances pour 1 000 femmes en 2008 à 56,0 pour 1 000 femmes en 2016. Il s'est accru pour passer de 8,4 à 11,5 pour 1 000 femmes chez les femmes âgées de 40 à 44 ans, et de 0,4 à 0,7 pour 1 000 femmes chez les 45 à 49 ans.

L'âge moyen des mères canadiennes augmente

Une conséquence de cette évolution différenciée de la fécondité selon l'âge est l'augmentation continuelle de l'âge moyen des mères canadiennes au moment de l'accouchement au cours de deux décennies. En 1996, l'âge moyen des mères canadiennes au moment de l'accouchement était 28,4 ans. En 2016, l'âge moyen avait augmenté pour s'établir à 30,3 ans. L'âge moyen des mères a augmenté dans toutes les provinces et dans tous les territoires au cours de cette période, ayant dépassé 30 ans en 2016 au Québec (30,2), en Ontario (30,8), en Alberta (30,2), en Colombie-Britannique (31,1) et au Yukon (30,9). C'est le Nunavut qui a affiché la moyenne d'âge de la maternité la plus faible (25,5 ans).

En 1996, 56,3 % des naissances vivantes étaient attribuables aux femmes de moins de 30 ans, tandis que cette proportion est passée à 42,6 % en 2016. Au cours des deux dernières décennies, les femmes ont été proportionnellement plus nombreuses à repousser la naissance de leur premier enfant. En 2016, 45,9 % des nouvelles mères étaient âgées de 30 à 49 ans, ce qui représente une hausse comparativement à 30,4 % en 1996.

Le poids moyen des enfants à la naissance diminue

En 2016, les indicateurs de faible poids à la naissance a poursuivi une tendance à la hausse par rapport à l'an 2000. Ainsi, la proportion des naissances vivantes dont l'enfant pesait moins de 2 500 grammes est passée de 5,6 % en 2000 à 6,4 % en 2016. Le poids moyen à la naissance a reculé de 2,3 % au Canada durant cette période, passant de 3 413 grammes à 3 334 grammes.

La proportion des naissances de faible poids diffère selon l'âge de la mère. En 2016, les enfants pesant moins de 2 500 grammes représentaient 7,6 % des naissances chez les femmes de moins de 20 ans, 6,0 % des naissances chez les femmes de 20 à 34 ans et 7,7 % des naissances chez les femmes de 35 à 49 ans.

Toutes les provinces et tous les territoires ont connu une baisse du poids moyen à la naissance de 2000 à 2016. Cette baisse a été plus marquée au Yukon (-3,0 %), en Alberta (-2,8 %) et au Manitoba (-2,6 %). Les baisses les plus faibles ont été observées au Québec (-1,4 %), en Colombie-Britannique (-2,0 %) et à Terre-Neuve-et-Labrador (-2,0 %).

En 2016, le poids moyen à la naissance dans les Territoires du Nord-Ouest (3 466 grammes) était 4 % plus élevé que la moyenne canadienne. Depuis 2003, les Territoires du Nord-Ouest ont enregistré le poids moyen à la naissance le plus élevé parmi les provinces et les territoires. En 2016, les Territoires du Nord-Ouest étaient suivis de l'Île-du-Prince-Édouard (3 432 grammes) et de Terre-Neuve-et-Labrador (3 404 grammes). Les poids moyens les plus faibles ont été enregistrés en Alberta (3 291 grammes) pour la septième année consécutive. L'Alberta était suivie du Nunavut (3 302 grammes), du Québec (3 324 grammes) et de l'Ontario (3 329 grammes).

Les enfants nés avant terme (c.-à-d. avant 37 semaines de grossesse) représentaient 7,9 % des naissances vivantes au Canada en 2016. Ce pourcentage a fluctué autour de 7,6 % annuellement depuis 2000. Le taux de naissances prématurées le plus élevé a été observé au Nunavut (13,7 %), suivi du Yukon (9,5 %), du Manitoba (8,7 %), de l'Alberta (8,6 %), des Territoires du Nord-Ouest (8,6 %), de Terre-Neuve-et-Labrador (8,5 %) et de la Nouvelle-Écosse (8,2 %). Le Québec (7,0 %) a affiché le taux le plus faible en 2016. Ailleurs, les taux étaient près de la moyenne nationale.

Objectifs liés au développement durable

Le 1er janvier 2016, le monde a officiellement entrepris la mise en œuvre de l'Agenda 2030 pour le développement durable, le plan d'action axé sur la transformation des Nations Unies qui vise à relever des défis mondiaux urgents au cours des 15 prochaines années. Le plan est fondé sur 17 objectifs précis liés au développement durable.

Le communiqué Naissances est un exemple de la manière dont Statistique Canada appuie le suivi des progrès concernant les objectifs mondiaux liés au développement durable. Ce communiqué servira à mesurer l'objectif suivant :

  Note aux lecteurs

Les données sur les naissances sont recueillies par la Statistique de l'état civil – Base de données sur les naissances et la Statistique de l'état civil – Base de données sur les mortinaissances. Il s'agit d'enquêtes administratives conçues pour recueillir annuellement auprès de tous les bureaux provinciaux et territoriaux de l'état civil des renseignements démographiques et médicaux sur toutes les naissances vivantes et les mortinaissances au Canada.

Les données sont utilisées pour calculer des indicateurs de base (comme des nombres et des taux) concernant les naissances survenues chez des résidentes du Canada. L'information provenant de ces bases de données est également utilisée pour le calcul de statistiques, comme les taux de fécondité par âge.

Les données pour les années de référence 2015 et 2016 de la Statistique de l'état civil – Base de données sur les naissances et de la Statistique de l'état civil – Base de données sur les mortinaissances sont maintenant accessibles.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :