Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Dépenses en immobilisations non résidentielles et réparations, 2016 (données révisées), 2017 (données provisoires) et 2018 (perspectives)

Diffusion : 2018-02-28

Perspectives des dépenses en immobilisations en hausse pour 2018

Les dépenses privées et publiques en construction non résidentielle et en matériel et outillage devraient progresser de 0,8 % pour atteindre 238,7 milliards de dollars en 2018, après avoir augmenté de 3,0 % en 2017. Cela est attribuable principalement à une augmentation prévue de 2,8 milliards de dollars des dépenses en immobilisations au titre du matériel et de l'outillage (+3,5 %, pour s'établir 83,4 milliards de dollars), tandis que les dépenses en immobilisations liées à la construction devraient diminuer de 0,6 % pour s'établir à 155,3 milliards de dollars.

Graphique 1  Graphique 1: Dépenses en immobilisations, actifs corporels non résidentiels : légère amélioration des perspectives en 2018
Dépenses en immobilisations, actifs corporels non résidentiels : légère amélioration des perspectives en 2018

On s'attend à ce que les dépenses en immobilisations du secteur des administrations publiques augmentent de 6,5 % pour atteindre 32,4 milliards de dollars en 2018, en raison des perspectives plus grandes d'investissements en construction non résidentielle (+5,9 %) et en matériel et outillage (+9,2 %). Les dépenses en immobilisations totales devraient augmenter à tous les échelons des administrations publiques (fédéral, provincial et territorial, ainsi que local, municipal et régional).

Baisse des dépenses prévues dans le sous-secteur de l'extraction de pétrole et de gaz en 2018

Les dépenses en immobilisations du sous-secteur de l'extraction de pétrole et de gaz devraient continuer de diminuer en 2018, affichant une quatrième baisse annuelle consécutive (-12 %) pour s'établir à 33,2 milliards de dollars. Ce recul est principalement attribuable à la classe de l'extraction de pétrole par des méthodes non classiques, dont les dépenses devraient diminuer du cinquième pour se fixer à 10,2 milliards de dollars. Parallèlement, on s'attend à ce que les dépenses de la classe de l'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques diminuent de 7,0 % pour s'établir à 23,0 milliards de dollars.

La baisse la plus marquée des dépenses du sous-secteur de l'extraction de pétrole et de gaz est prévue en Alberta (-12 %, pour s'établir à 22,5 milliards de dollars). Des reculs sont aussi prévus à Terre-Neuve-et-Labrador (-31 %, pour s'établir à 1,7 milliard de dollars), en Colombie-Britannique (-8,7 %, pour s'établir à 4,6 milliards de dollars) et en Saskatchewan (-0,8 %, pour s'établir à 3,9 milliards de dollars).

Les dépenses en immobilisations dans le secteur des services immobiliers et des services de location et de location à bail devraient augmenter de 9,9 % pour atteindre 14,1 milliards de dollars en 2018, en raison principalement des hausses enregistrées au Québec et en Ontario.

Dans le secteur de la fabrication, on s'attend à ce que les dépenses en immobilisations augmentent de 6,2 % en 2018 pour s'établir à 16,0 milliards de dollars, principalement en raison des dépenses plus élevées en Alberta par des entreprises de fabrication de produits du pétrole et du charbon (+327 millions de dollars, pour atteindre 601 millions de dollars) et des entreprises de fabrication de produits chimiques (+298 millions de dollars, pour atteindre 693 millions de dollars).

Les dépenses en immobilisations totales dans le secteur du transport et de l'entreposage devraient augmenter de 1,4 % pour s'établir à 30,6 milliards de dollars. Les dépenses supplémentaires du sous-secteur du transport en commun et du transport terrestre de voyageurs (+11 %, pour se chiffrer à 8,5 milliards de dollars) devraient plus que contrebalancer les baisses enregistrées dans le sous-secteur du transport par pipeline (-9,8 %, pour s'établir à 7,4 milliards de dollars) en 2018.

L'Ontario devrait mener la marche en ce qui a trait aux dépenses en immobilisations, tandis que l'Alberta et Terre-Neuve-et-Labrador prévoient les baisses les plus marquées

Les dépenses en immobilisations privées et publiques en construction non résidentielle et en matériel et outillage devraient augmenter dans cinq provinces et deux territoires en 2018. Les hausses généralisées des dépenses en Ontario (+7,8 %, pour atteindre 73,9 milliards de dollars) viennent en tête, des augmentations dignes de mention étant prévues dans les services publics, les administrations publiques et les services d'enseignement.

Au Québec, les dépenses devraient augmenter de 5,1 % pour se fixer à 37,7 milliards de dollars en 2018. Il s'agit d'une quatrième hausse annuelle consécutive. Les secteurs des services immobiliers et des services de location et de location à bail, des administrations publiques et de l'extraction minière, l'exploitation en carrière et l'extraction de pétrole et de gaz sont ceux qui ont contribué le plus à la croissance. Toutefois, on s'attend à ce que les dépenses dans les services publics diminuent de façon marquée (-12,5 %).

En Colombie-Britannique, les dépenses en immobilisations devraient augmenter de 1,2 % pour atteindre 32,2 milliards de dollars en 2018, après avoir connu une hausse de 21 % en 2017. Les baisses dans l'extraction minière, l'exploitation en carrière et l'extraction de pétrole et de gaz, ainsi que dans les services d'enseignement, ont été plus que contrebalancées par les hausses enregistrées dans de nombreux autres secteurs, notamment les services publics, la fabrication et les services immobiliers et services de location et de location à bail.

Par contre, l'Alberta (-3,0 milliards de dollars, pour se chiffrer à 54,1 milliards de dollars) et Terre-Neuve-et-Labrador (-2,4 milliards de dollars, pour se chiffrer à 6,2 milliards de dollars) prévoient les baisses les plus marquées des dépenses en immobilisations. Des dépenses plus faibles du sous-secteur de l'extraction de pétrole et de gaz, ainsi que du secteur des services publics, contribuent aux reculs dans les deux provinces. En Alberta, il y a également des reculs dignes de mention dans les services d'enseignement et dans le transport et l'entreposage.

Hausse des dépenses en immobilisations en 2017

Les estimations provisoires révèlent que les dépenses en immobilisations privées et publiques dans la construction non résidentielle et dans le matériel et l'outillage ont augmenté de 3,0 % pour atteindre 236,8 milliards de dollars en 2017, après avoir connu une baisse de 8,5 % en 2016.

Dans la plupart des provinces et des territoires, les hausses généralisées des dépenses dans les administrations publiques (+4,2 milliards de dollars, pour atteindre 30,4 milliards de dollars), les services d'enseignement (+1,8 milliard de dollars, pour atteindre 11,3 milliards de dollars) et les services publics (+1,4 milliard de dollars, pour atteindre 32,2 milliards de dollars) sont venues en tête. Les investissements accrus dans le secteur du transport et de l'entreposage (+2,4 milliards de dollars, pour se chiffrer à 30,2 milliards de dollars), notamment en Ontario et en Colombie-Britannique, ont aussi contribué à contrebalancer la baisse observée en 2016.

Dans le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz (-1,2 milliard de dollars, pour se fixer à 47,0 milliards de dollars), les investissements plus faibles en immobilisations dans l'extraction de pétrole par des méthodes non classiques et dans l'extraction de minerais non métalliques ont contrebalancé les hausses des dépenses en immobilisations au titre de l'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques. Les dépenses en immobilisations du secteur de la fabrication ont diminué de 8,9 % pour s'établir à 15,0 milliards de dollars en 2017.

À l'échelle nationale, les dépenses en immobilisations ont augmenté dans sept provinces et deux territoires, la Colombie-Britannique (+21 %, pour atteindre 31,9 milliards de dollars) et l'Ontario (+6,5 %, pour atteindre 68,5 milliards de dollars) venant en tête. L'Alberta a déclaré la baisse la plus marquée, les dépenses y ayant diminué de 6,0 % pour s'établir à 57,2 milliards de dollars.

Deuxième recul annuel consécutif des dépenses en immobilisations corporelles non résidentielles en 2016

Les estimations révisées pour 2016 montrent que les dépenses privées et publiques en immobilisations corporelles non résidentielles ont diminué de 8,5 %, après avoir baissé de 7,6 % en 2015. Les reculs enregistrés en 2015 et en 2016 s'inscrivent dans le contexte de prix du pétrole considérablement plus faibles, particulièrement le pétrole brut West Texas Intermediate, comparativement à la période de 2010 à 2014.

Les dépenses totales en actifs découlant des travaux de génie ont diminué de 12 % en 2016, en raison principalement des dépenses de construction liée aux installations de pétrole et de gaz, qui ont diminué de 25 % (ou de 14,5 milliards de dollars) pour s'établir à 44,6 milliards de dollars. Dans l'ensemble, les dépenses en immobilisations dans quatre des neuf catégories d'actifs découlant des travaux de génie ont diminué en 2016. Si l'on exclut la construction liée aux installations de pétrole et de gaz, les dépenses en actifs découlant des travaux de génie auraient augmenté de 0,4 %. C'est cette catégorie qui a contribué le plus à chaque hausse ou baisse annuelle des dépenses en immobilisations découlant des travaux de génie depuis 2008.

Les dépenses en immobilisations liées à la construction de bâtiments non résidentiels ont diminué de 8,9 % en 2016, après avoir augmenté de 6,3 % en 2015, la première hausse annuelle depuis 2012.

Les dépenses en matériel et outillage (-3,5 %) ont diminué pour la deuxième année consécutive et pour la quatrième fois en cinq ans. La baisse est principalement attribuable à l'Alberta, où les dépenses ont connu une baisse de 13 % en 2016 et de 37 % par rapport à 2014, juste avant la baisse des prix du pétrole.

Les dépenses en immobilisations au titre des produits de propriété intellectuelle en hausse d'un cinquième en 2016

Les dépenses en immobilisations au chapitre des logiciels ont augmenté de 19 % en 2016 pour atteindre 10,6 milliards de dollars. Les dépenses ont crû dans sept provinces et deux territoires. L'Ontario a affiché la plus forte hausse, ses dépenses ayant augmenté de 1,0 milliard de dollars (+24 %) par rapport à 2015 pour atteindre 5,4 milliards de dollars, ce qui représente plus de la moitié des dépenses au Canada en 2016. Des hausses dignes de mention ont aussi été enregistrées en Colombie-Britannique (+35 %, pour se chiffrer à 1,2 milliard de dollars), en Alberta (+18 %, pour se chiffrer à 1,4 milliard de dollars) et au Québec (+11 %, pour se chiffrer à 1,8 milliard de dollars). La Saskatchewan (-20 %, pour se chiffrer à 200 millions de dollars) a enregistré le recul le plus marqué.

Les dépenses affectées au forage d'exploration pétrolier et gazier ont diminué de 31 % ou de 816 millions de dollars en 2016, après avoir reculé de 40 % en 2015. Les dépenses géologiques, géophysiques et autres coûts d'exploration et d'évaluation liés au pétrole et au gaz (-32 %, pour s'établir à 580 millions de dollars), ainsi que les dépenses en prospection minérale (-14 %, pour s'établir à 1,6 milliard de dollars) ont aussi diminué.




  Note aux lecteurs

L'Enquête sur les dépenses en immobilisations et réparations est fondée sur une enquête par sondage réalisée auprès de 25 000 organismes publics et privés. L'enquête des estimations provisoires pour 2017 et intentions pour 2018 a été menée de septembre 2017 à janvier 2018.

Les données du présent communiqué sont exprimées en dollars courants.

Dans les mois qui suivent, un document d'analyse intitulé Dépenses en immobilisations dans le secteur de la fabrication – ajouts neufs aux actifs corporels versus la remise en état ou la rénovation sera publié.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour obtenir des renseignements analytiques ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Lee-Anne Jennings au 613-951-0606 (lee-anne.jennings@canada.ca), Division de l'investissement, des sciences et de la technologie.

Date de modification :