Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Production de fruits et de légumes, 2017

Diffusion : 2018-02-12

La valeur à la ferme des fruits et légumes produits au Canada a diminué de 1,2 % par rapport à 2016 pour atteindre 2,3 milliards de dollars en 2017. Cette diminution s'explique par une baisse de la valeur des fruits en raison de conditions météorologiques défavorables et des baisses de prix touchant certaines variétés de fruits.

En 2017, la superficie totale cultivée en fruits s'élevait à 132 685 hectares, tandis que la superficie totale cultivée en légumes s'est établie à 103 669 hectares. Les provinces de l'Ontario, du Québec et de la Colombie-Britannique représentaient 89,9 % de la superficie totale cultivée en légumes, alors qu'elles formaient près des deux tiers de la superficie totale cultivée en fruits.

Légumes

La valeur des légumes a augmenté de 2,0 % en 2017 pour se chiffrer à 1,2 milliard de dollars. Les carottes, les tomates, les oignons secs, les laitues, le maïs sucré, les choux et le brocoli représentaient plus de la moitié de la valeur totale des légumes de champs cultivés au Canada.

En 2017, les ventes de carottes ont atteint 129,3 millions de dollars, suivies des ventes de tomates (110,1 millions de dollars), d'oignons secs (91,4 millions de dollars), de laitues (78,4 millions de dollars), de maïs sucré (75,9 millions de dollars), de choux (72,5 millions de dollars) et de brocoli (72 millions de dollars). Le prix du brocoli a connu la variation la plus marquée, en hausse de 20,4 % en 2017 pour atteindre un prix moyen à la ferme de 1 697 dollars la tonne.

Le rendement de certains légumes a augmenté en 2017. Le rendement des oignons secs a crû de 9,6 % pour atteindre 44,5 tonnes par hectare et celui des tomates, de 7,4 % pour atteindre 78,2 tonnes par hectare.

Graphique 1  Graphique 1: Valeur à la ferme des fruits et des légumes
Valeur à la ferme des fruits et des légumes

Fruits

La valeur totale des fruits a diminué de 4,6 % pour atteindre 1 milliard de dollars en 2017. Cette baisse s'explique principalement par une diminution de la valeur des canneberges et des bleuets.

La valeur des canneberges a baissé de 27,2 % pour atteindre 114,9 millions de dollars, sous l'effet d'une baisse du volume de production de 30,3 %, lequel s'est chiffré à 125 568 tonnes en 2017. Cette baisse s'explique principalement par une diminution du volume de production au Québec. En raison de conditions météorologiques plus favorables en 2016, la production au Québec a atteint un sommet de 125 143 tonnes de canneberges avant de diminuer pour s'établir à 74 284 tonnes en 2017.

Les récoltes exceptionnelles de 2016 ont encore eu un effet négatif sur les prix des bleuets nains (sauvages) et en corymbe en 2017. La valeur des bleuets sauvages a baissé de 48,0 % pour se chiffrer à 47,4 millions de dollars, alors que celle des bleuets en corymbe a diminué de 4,5 % pour atteindre 155,9 millions de dollars. La production commercialisée de bleuets en corymbe s'est principalement concentrée en Colombie-Britannique (94,6 %), alors que celle des bleuets sauvages s'est concentrée au Québec et dans les Maritimes.

La production totale de pommes, qui représente près du cinquième de la valeur totale des fruits produits en 2017, a diminué de 15,4 % pour atteindre 345 568 tonnes. Cette baisse s'explique par une diminution de 31,8 % du volume de production commercialisée en Ontario. Les températures froides du printemps et du début de l'été en Ontario ont marqué la saison 2017. Une hausse moyenne des prix canadiens de 13,9 % a permis de compenser une partie des pertes de production.

En 2017, les raisins représentaient 15,3 % de la valeur totale des fruits au Canada. La valeur totale des raisins a légèrement diminué de 1,9 % pour s'établir à 158,8 millions de dollars. L'Ontario a produit la plus grande part de la valeur totale des raisins (53,8 %), suivi de la Colombie-Britannique (39,8 %).

En raison d'une augmentation de la production et des prix, la valeur à la ferme des fraises a crû de 18,1 % pour se chiffrer à 128,2 millions de dollars. La production de fraises a connu une cinquième hausse annuelle consécutive. L'utilisation croissante des fraisiers à jour neutre avec ceux produisant en juin ainsi que l'utilisation des tunnels ont contribué à cette augmentation.

La valeur des cerises douces a connu l'augmentation la plus marquée comparativement à 2016 (+46,1 %). Les cerises douces sont principalement produites en Colombie-Britannique, où la production mise en marché s'est accrue de 48,0 % par rapport à l'année précédente.

La valeur des pêches s'est accrue de 21,2 % en 2017. Les pêches sont principalement produites en Ontario, où la croissance de la production mise en marché a été de 19,8 % par rapport à l'année précédente.

  Note aux lecteurs

Tous les cinq ans, après le Recensement de l'agriculture, les estimations des variables de superficie, de production et de ventes de l'enquête de la production de fruits et de légumes sont révisées et rapprochées avec les données du Recensement de l'agriculture afin d'en assurer la cohérence. À la suite de cette démarche, les révisions remontant à 2011 sont désormais accessibles et sont prises en compte dans les données du présent communiqué.

La valeur à la ferme est la valeur reçue par les producteurs lors de la première transaction et du premier changement de propriétaire. Cette valeur exclut les coûts faisant l'objet d'une facturation distincte, dont ceux liés à la livraison, à l'entreposage, à la mise en marché et aux frais administratifs.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Serge DesRoches au 613-866-6924 (serge.desroches@canada.ca), Division de l'agriculture.

Date de modification :