Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : Les schémas de sortie et de survie des entrepreneurs immigrants

Diffusion : 2018-01-19

Dans la plupart des pays développés, le travail autonome est plus fréquent chez les immigrants que chez les personnes nées au pays. Cependant, on connaît encore très peu de choses sur la survie et la longévité des entreprises appartenant à des immigrants. Un petit nombre de recherches internationales donnent à penser que les entreprises appartenant à des immigrants ont des durées de survie plus courtes que les entreprises appartenant à des personnes nées au pays. Peu de preuves permettent de déterminer si cela est le cas au Canada. L'information sur la survie des entreprises est pertinente aux fins d'élaboration des politiques de développement des entreprises et de mesure des répercussions économiques de l'immigration.

Une nouvelle étude de Statistique Canada examine la durée de la propriété d'entreprises parmi les immigrants et les personnes nées au pays. Les résultats indiquent qu'en moyenne, il y a peu de différences dans la durée de propriété entre les entreprises privées constituées en société appartenant à des immigrants et celles appartenant à des personnes nées au Canada.

Fondée sur les données de la Base de données canadienne sur la dynamique employeurs-employés, y compris les données des déclarations de revenus des particuliers et des sociétés et celles des fichiers d'établissement des immigrants, l'étude examine la propriété d'entreprises privées constituées en société qui ont démarré entre 2003 et 2009. La propriété a été suivie sur une période allant jusqu'à sept ans après le démarrage de l'entreprise. L'analyse repose sur des études de recherche antérieures qui ont examiné la prévalence de la propriété d'entreprises parmi les entrepreneurs immigrants et les industries dans lesquelles ils se trouvent.

Selon les résultats de cette nouvelle étude, le taux de faillite des entreprises est plus élevé au cours des premières années suivant leur démarrage. Plus précisément, parmi tous les entrepreneurs immigrants, 11,5 % ont mis fin à la propriété après un an d'exploitation, tandis que cette proportion a diminué pour passer à 3,9 % après sept ans d'exploitation. Dans l'ensemble, environ 80 % de tous les propriétaires d'entreprise immigrants faisaient toujours des affaires après deux ans et 56 % faisaient toujours des affaires après sept ans. Les taux de sortie de la propriété d'entreprise et la durée de propriété étaient sensiblement les mêmes pour les propriétaires d'entreprises privées constituées nés au Canada.

Les nouveaux immigrants (au Canada depuis moins de 10 ans) présentaient des taux de sortie de propriété plus élevés et des durées de propriété plus courtes que les personnes nées au Canada ou les immigrants de longue date (au Canada depuis 10 ans ou plus). Tandis que 51 % des nouveaux immigrants propriétaires d'entreprises faisaient encore des affaires après sept ans, il en était ainsi pour 57 % des propriétaires immigrants de longue date, et pour 58 % des propriétaires nés au Canada.

Parmi les nouveaux immigrants, ceux de la catégorie économique présentaient les taux de sortie les plus élevés et les durées de propriété les plus courtes. Parmi les immigrants de longue date, les taux de sortie et les durées de propriété variaient peu d'une catégorie d'admission à l'autre.

Divers autres facteurs étaient associés à une durée de propriété d'entreprise plus longue parmi les propriétaires immigrants, y compris le fait d'être âgé de 30 à 49 ans; de posséder une entreprise dans le secteur de la santé; ou d'être originaire de pays d'Europe, de pays d'Asie du Sud-Est, de l'Inde ou de certains pays de langue anglaise, comme les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Irlande, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud. Le niveau de scolarité n'avait qu'une incidence minime sur les taux de sortie et la durée, une fois l'effet des autres variables pris en compte dans le cadre de l'analyse.

Les immigrants propriétaires d'entreprises privées constituées en société dans le secteur de la santé (p. ex. laboratoires, entreprises de soins infirmiers, bureaux de médecins et cabinets de chiropractie) présentaient des durées de propriété particulièrement longues et des taux de sortie qui représentaient seulement le tiers de ceux observés chez les immigrants propriétaires d'entreprises dans d'autres secteurs. La durée de propriété était généralement la plus courte chez les propriétaires des secteurs de l'immobilier et de la location, des services d'hébergement et de restauration, des services professionnels et du commerce de gros.

Produits

Le document de recherche « Les schémas de sortie et de survie des entrepreneurs immigrants : le cas des entreprises privées constituées en société », qui fait partie de la Série de documents de recherche, Direction des études analytiques (Numéro au catalogue11F0019M), est maintenant accessible.

L'étude s'inscrit dans un plus vaste programme de recherche sur les entreprises appartenant aux immigrants à Statistique Canada. Les études déjà publiées ont porté sur le taux de propriété (« Propriété d'entreprises et emploi dans les entreprises appartenant à des immigrants au Canada » et « Entreprises appartenant à des immigrants dans les industries fondées sur le savoir »), tandis que les prochaines études traiteront du financement des entreprises appartenant à des immigrants et de la création d'emplois.

La Base de données canadienne sur la dynamique employeurs-employés est accessible au Centre canadien d'élaboration de données et de recherche économique.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Anne-Marie Rollin au 613-951-3116 (anne-marie.rollin@canada.ca), Division de l'analyse sociale et de la modélisation.

Date de modification :