Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Enquête sur la population active, août 2017

Diffusion : 2017-09-08

En août, l'emploi a connu peu de variation (+22 000 ou +0,1 %). Le taux de chômage a diminué de 0,1 point de pourcentage pour s'établir à 6,2 %, ce qui correspond au creux le plus récent enregistré en octobre 2008, soit le mois précédant le début du ralentissement du marché du travail de 2008-2009.

La hausse du nombre de personnes travaillant à temps partiel (+110 000) a été largement contrebalancée par une baisse du nombre de personnes travaillant à temps plein (-88 000). La hausse de l'emploi à temps partiel s'est répartie parmi les groupes d'âge, tandis que la majeure partie de la baisse de l'emploi à temps plein s'est produite chez les jeunes de 15 à 24 ans. La baisse de l'emploi global chez les jeunes s'est accompagnée d'un recul prononcé de leur activité sur le marché du travail.

Au cours de la période de 12 mois ayant pris fin en août, l'emploi a progressé de 2,1 % (+374 000), et cette progression a été observée à la fois dans le travail à temps plein (+213 000 ou +1,5 %) et le travail à temps partiel (+161 000 ou +4,6 %). Pendant cette période, le nombre d'heures travaillées a augmenté de 2,2 %.

Graphique 1  Graphique 1: Emploi
Emploi

Graphique 2  Graphique 2: Taux de chômage
Taux de chômage

Faits saillants

De juillet à août, l'emploi chez les hommes et les femmes de 55 ans et plus a progressé. Par contre, il a baissé chez les jeunes de 15 à 24 ans et resté stable chez le principal groupe d'âge actif des personnes de 25 à 54 ans.

À l'échelle des provinces, seul l'Ontario a enregistré une hausse notable de l'emploi en août. La Nouvelle-Écosse a connu une baisse et les autres provinces, peu de variation.

En août, l'emploi a augmenté dans la finance, les assurances, l'immobilier et la location, ainsi que dans le transport et l'entreposage. Parallèlement, l'emploi a diminué dans les secteurs de la fabrication, des « autres services » et des ressources naturelles.

Le nombre de travailleurs autonomes a augmenté en août, alors que le nombre d'employés a peu varié, tant dans le secteur public que dans le secteur privé.

Plus de travailleurs de 55 ans et plus

Chez les hommes de 55 ans et plus, l'emploi a progressé en août (+28 000) après avoir peu varié au cours des cinq mois précédents. Le taux de chômage de ce groupe a augmenté de 0,3 point de pourcentage pour atteindre 5,6 %, en raison d'une augmentation du nombre d'hommes de 55 et plus actifs sur le marché du travail. Comparativement à 12 mois plus tôt, l'emploi chez les hommes de ce groupe d'âge a augmenté de 4,1% (+85 000).

L'emploi chez les femmes de 55 ans et plus (+ 20 000) a progressé pour le troisième mois consécutif en août. Le taux de chômage de ce groupe s'est établi à 5,1 %. Par rapport à 12 mois plus tôt, l'emploi chez les femmes de ce groupe d'âge a augmenté de 4,4 % (+75 000).

Environ 8 travailleurs sur 10 dans la catégorie des 55 ans et plus sont âgés de 55 à 64 ans. Le taux de croissance de l'emploi sur 12 mois (non désaisonnalisé) des 55 à 64 ans a été estimé à 3,4 % en août, et la population de ce groupe était en hausse de 2,0 %. La croissance démographique de ce groupe d'âge est la même pour les hommes et les femmes, mais l'emploi a augmenté plus rapidement chez les femmes (+4,5 %) que chez les hommes (+2,5 %).

Les personnes de 65 ans et plus constituent une proportion plus faible des travailleurs plus âgés, mais elles ont connu le taux de croissance de l'emploi sur 12 mois (non désaisonnalisé) le plus élevé parmi les grands groupes démographiques en août, à savoir 9,2 %, soit un taux supérieur à celui de la croissance de la population de ce groupe (+3,7 %). Parmi ce groupe de travailleurs, les hommes ont connu la croissance d'emploi la plus forte, soit 10,8 %, contre 6,8 % pour les femmes. Pour en savoir davantage sur les tendances observées récemment chez les travailleurs plus âgés, veuillez consulter l'article « L'incidence du vieillissement de la population sur les taux d'activité du marché du travail ».

Moins de jeunes en emploi

Chez les jeunes, l'emploi a diminué en août (-33 000), alors qu'une baisse dans le travail à temps plein (-66 000) a été partiellement contrebalancée par une hausse dans le travail à temps partiel (+33 000). La baisse de l'emploi global chez les jeunes s'est accompagnée d'un recul prononcé de leur activité sur le marché du travail. En août, le taux de chômage de ce groupe était de 11,5 %. Comparativement à 12 mois plus tôt, l'emploi des jeunes a peu varié.

L'emploi chez les 25 à 54 ans était stable en août, mais le taux de chômage de ce groupe a diminué de 0,2 point de pourcentage pour s'établir à 5,4 % car ils étaient moins nombreux à chercher du travail. Comparativement à 12 mois plus tôt, l'emploi dans le principal groupe d'âge actif a augmenté 1,6 % (+195 000), et l'essentiel de cette hausse a eu lieu d'octobre 2016 à mars 2017.

L'emploi progresse en Ontario

En Ontario, l'emploi a progressé en août (+31 000). Il s'agit de la troisième hausse en quatre mois. Le taux de chômage a baissé de 0,4 point de pourcentage pour se fixer à 5,7 %, soit le taux le plus bas depuis janvier 2001. Comparativement à août 2016, l'emploi en Ontario a progressé de 2,2% (+154 000), et le taux de chômage a diminué d'un point de pourcentage.

Au Québec, l'emploi a peu varié pour le deuxième mois consécutif. Au cours de la période de 12 mois ayant pris fin en août, l'emploi dans la province a augmenté de 2,3 % (+93 000), et près des deux tiers de cette hausse a eu lieu dans le travail à temps plein. Au cours de la même période, le taux de chômage a diminué de 0,9 point de pourcentage pour s'établir à 6,1 %.

En Alberta, l'emploi était stable en août, et le taux de chômage a légèrement augmenté pour atteindre 8,1 %, en raison d'une augmentation du nombre de personnes à la recherche de travail. Par rapport à 12 mois plus tôt, l'emploi dans la province a progressé de 1,5% (+34 000), et la quasi-totalité de cette progression s'est produite dans le travail à temps plein. La hausse de l'emploi au cours de cette période est principalement attribuable aux secteurs du transport et de l'entreposage, de la fabrication et des ressources naturelles.

En août, le nombre de personnes en emploi a diminué de 5 600 en Nouvelle-Écosse, ce qui a ramené l'emploi dans la province à peu près au même niveau que celui observé 12 mois plus tôt. Par suite de la baisse de l'emploi en août, le taux de chômage en Nouvelle-Écosse a augmenté d'un point de pourcentage pour atteindre 8,9 %.

Au Nouveau-Brunswick, l'emploi a peu varié pour le septième mois consécutif. Toutefois, le taux de chômage a augmenté de 1,3 point de pourcentage pour atteindre 7,8 %, en raison d'une augmentation du nombre de personnes à la recherche de travail. Comparativement à août 2016, l'emploi au Nouveau-Brunswick était relativement inchangé, et le taux de chômage a diminué de 1,5 point de pourcentage.

Perspective sectorielle

L'emploi dans le secteur de la finance, des assurances, de l'immobilier et de la location a augmenté en août (+15 000), portant à 47 000 (+4,2 %) la hausse du nombre de personnes qui travaillent par rapport à 12 mois plus tôt, dont la majeure partie s'est produite de septembre 2016 à janvier 2017. La hausse de l'emploi en août dans ce secteur a eu lieu surtout en Ontario.

En août, l'emploi a augmenté dans le secteur du transport et de l'entreposage (+ 9 800), poursuivant sa tendance à la hausse amorcée en février 2016. Comparativement à 12 mois plus tôt, l'emploi dans ce secteur a progressé de 4,8 % (+44 000).

Le nombre de personnes travaillant dans le secteur de la fabrication a diminué de 11 000 en août, ce qui a largement contrebalancé la hausse du mois précédent. La baisse enregistrée en août a principalement eu lieu au Québec. Comparativement à 12 mois plus tôt, l'emploi dans ce secteur a augmenté de 2,3 % (+40 000) à l'échelle nationale, et l'essentiel de cette hausse a été observé depuis février 2017.

L'emploi dans le secteur des « autres services » a diminué en août (-11 000), ce qui poursuit une tendance à la baisse qui a commencé au début de 2017. Les « autres services » comprennent les services relatifs aux groupes de citoyens, aux organisations professionnelles et aux ménages privés, ainsi que les services de réparation et d'entretien.

Le nombre de personnes travaillant dans le secteur des ressources naturelles a diminué de 7 700 en août, ce qui a contrebalancé la hausse enregistrée le mois précédent. Après avoir considérablement baissé d'avril 2014 jusqu'à la fin de l'été 2016, l'emploi dans ce secteur a amorcé une lente remontée.

Le nombre de travailleurs autonomes a augmenté de 33 000 en août, ce qui a contribué à une hausse de 101 000 (+3,7 %) par rapport à 12 mois plus tôt.

Le nombre d'employés a peu varié en août, tant dans le secteur public que dans le secteur privé. Comparativement à 12 mois plus tôt, le nombre d'employés a augmenté de 196 000 (+1,7 %) dans le secteur privé, et de 77 000 (+2,1 %) dans le secteur public.

L'emploi d'été chez les étudiants

De mai à août, l'Enquête sur la population active (EPA) recueille des données sur le marché du travail concernant les jeunes de 15 à 24 ans qui fréquentaient l'école à temps plein en mars et qui ont l'intention de retourner aux études à temps plein à l'automne. Les données publiées ne sont pas désaisonnalisées, et les comparaisons ne peuvent donc être faites que d'une année à l'autre.

Chez les étudiants de 15 à 24 ans censés retourner aux études, l'emploi moyen pendant l'été (c.-à-d. de mai à août) a augmenté de 4,1 % (+47 000) par rapport à l'été 2016. La majeure partie de cette croissance a été enregistrée au Québec (+33 000). À l'échelle nationale, la hausse la plus marquée s'est produite dans le commerce de gros et de détail (+28 000), suivi par le secteur de la fabrication (+13 000), le secteur des soins de santé et de l'assistance sociale (+9 000), ainsi que le secteur de l'information, de la culture et des loisirs (+7 000).

À l'été 2017, le taux d'emploi moyen des étudiants de 15 à 24 ans a été de 50,5 %, en hausse de 1,8 point de pourcentage par rapport à 2016. Au cours de la même période, le taux de chômage moyen a diminué, passant de 15,6 % en 2016 à 14,3 % en 2017.

Chez les étudiants de 20 à 24 ans, l'emploi moyen a augmenté de 2,8 % (+14 000) à l'été 2017 par rapport à l'été précédent. Le taux d'emploi de ce groupe s'est établi à 65,5 % en 2017, à peu près le même qu'à l'été 2016, et le taux de chômage s'est fixé à 9,0 %, un taux à peu près inchangé par rapport à l'été 2016.

La croissance moyenne de l'emploi à l'été 2017 a été particulièrement forte chez les étudiants de 17 à 19 ans (+26 000 ou +5,5 %) comparativement à l'été précédent. Le taux d'emploi moyen de ce groupe était de 57,3 % à l'été 2017, comparativement à 55,1 % à l'été précédent. Le taux de chômage moyen de ce groupe s'est établi à 13,8 %, en baisse par rapport au taux de 15,3 % observé à l'été 2016.

Chez les étudiants de 15 et 16 ans, l'emploi a peu varié à l'été 2017 comparativement à l'été 2016. Le taux d'emploi de ce groupe était de 26,2 % à l'été 2017, et le taux de chômage s'est fixé à 26,8 %.

Comparaison entre le Canada et les États-Unis

Ajusté selon les concepts américains, le taux de chômage au Canada s'est établi à 5,3 % en août, comparativement à 4,4 % aux États-Unis. Au cours de la période de 12 mois ayant pris fin en août 2017, le taux de chômage a diminué de 0,6 point de pourcentage au Canada, et de 0,5 point de pourcentage aux États-Unis.

Le taux d'activité au Canada (ajusté en fonction des concepts américains) était de 65,7 % en août, comparativement à 62,9 % aux États-Unis. Par rapport à 12 mois plus tôt, le taux d'activité a augmenté de 0,2 point de pourcentage au Canada, tandis qu'il a légèrement progressé (+0,1 point de pourcentage) aux États-Unis.

En août, le taux d'emploi au Canada ajusté selon les concepts américains s'est établi à 62,2 %, comparativement à 60,1 % aux États-Unis. Par rapport à 12 mois plus tôt, le taux d'emploi a augmenté de 0,6 point de pourcentage au Canada et de 0,4 point de pourcentage aux États-Unis.

Pour en savoir plus sur les comparaisons entre le Canada et les États-Unis, veuillez consulter l'article « Mesure de l'emploi et du chômage au Canada et aux États-Unis – une comparaison ».

L'histoire du Canada racontée en chiffres; #EnChiffres

Dans le but de souligner le 150e anniversaire du pays, Statistique Canada propose des instantanés de notre riche histoire statistique.

L'évolution de la syndicalisation

Les syndicats ont depuis longtemps joué un rôle important dans le façonnement du marché du travail au Canada et ont eu un effet non moins important sur la performance globale de l'économie canadienne.

Au début du 20e siècle, l'adhésion syndicale était peu courante, en raison en partie d'un excédent de main-d'œuvre lié à l'immigration de masse. Par suite des événements tumultueux des années 1910, dont la Première Guerre mondiale et la grève générale de 1919 à Winnipeg, le taux d'adhésion syndicale avait augmenté pour atteindre 16,0 % en 1921. Ce taux a presque doublé, passant à 30 % à la fin des années 1940, par suite de la croissance du secteur de la fabrication, de la pénurie de main-d'œuvre pendant la Seconde Guerre mondiale et de l'essor économique d'après-guerre.

Dans les années 1950 et 1960, les dispositions législatives reconnaissant les syndicats et le droit à la négociation collective ont contribué à une nouvelle hausse des taux de syndicalisation, qui ont atteint un sommet de 38 % au milieu des années 1980.

En 1997, au moment où l'Enquête sur la population active a, pour la première fois, recueilli des données sur l'adhésion syndicale, un peu moins du tiers des employés (30,9 %) faisaient partie d'un syndicat. Cette proportion a connu une tendance à la baisse au cours des 20 années suivantes, passant à 28,4 % en 2016.

De 1997 à 2016, la syndicalisation a diminué dans le secteur privé (passant de 19,0 % à 14,6 %), alors qu'elle a augmenté chez les travailleurs du secteur public (passant de 69,8 % à 73,0 %).

La baisse de la syndicalisation dans le secteur privé est en partie attribuable à des changements structurels dans des secteurs ayant des taux de syndicalisation traditionnellement élevés par rapport à des secteurs où ces taux sont plus faibles.

En 2016, le taux de syndicalisation le plus élevé a été observé à Terre-Neuve-et-Labrador (36,1 %), et le plus faible, en Alberta (23,1 %).

Sources : « La population active : 100 ans d'histoire » dans Tendances sociales canadiennes (Numéro au catalogue11-008-X), « Déclin de la syndicalisation » dans Mégatendances canadiennes (Numéro au catalogue11-630-X) et tableau CANSIM 282-0223.

Graphique 3  Graphique 3: Taux de syndicalisation, Canada, 1921 à 2016
Taux de syndicalisation, Canada, 1921 à 2016

Graphique 4  Graphique 4: Taux de syndicalisation, Canada et les provinces, 2016
Taux de syndicalisation, Canada et les provinces, 2016




Objectifs relatifs au développement durable

Le 1er janvier 2016, le monde a officiellement commencé à mettre en œuvre de l'Agenda 2030 pour le développement durable, le plan d'action transformatif des Nations Unies qui vise à relever des défis mondiaux urgents au cours des 15 prochaines années. Le plan est fondé sur 17 objectifs spécifiques relatifs au développement durable.

L'Enquête sur la population active est un exemple de la manière dont Statistique Canada appuie le suivi des progrès concernant les objectifs mondiaux relatifs au développement durable. Ce communiqué servira à mesurer les objectifs suivants :

  Note aux lecteurs

Effet des feux de forêt en Colombie-Britannique sur la collecte et les estimations de l'Enquête sur la population active

En raison des feux de forêt, les données de l'Enquête sur la population active (EPA) n'ont pas été recueillies dans un petit nombre de communautés de la Colombie-Britannique en août. L'effet de l'interruption est minime sur les estimations pour le Canada, pour la Colombie-Britannique et pour la région économique de Cariboo.

Les estimations de l'EPA du mois d'août sont établies à partir des données recueillies pour la semaine du 13 au 19 août.

Les estimations tirées de l'EPA sont fondées sur un échantillon et sont donc sujettes à la variabilité d'échantillonnage. Par conséquent, les estimations mensuelles se caractériseront par une plus grande variabilité que les tendances observées sur de plus longues périodes. Pour obtenir plus de renseignements à ce sujet, veuillez consulter l'article intitulé « Interprétation des variations mensuelles de l'emploi provenant de l'Enquête sur la population active ». Les estimations visant de petites régions géographiques ou de petites branches d'activité sont également sujettes à une plus grande variabilité. Pour une explication de la variabilité d'échantillonnage touchant les estimations et de la façon d'évaluer cette variabilité à l'aide de l'erreur-type, consultez la section relative à la qualité des données, qui figure dans la publication Information sur la population active (Numéro au catalogue71-001-X).

La présente analyse porte sur les différences entre les estimations qui sont statistiquement significatives à un niveau de confiance de 68 %.

Les estimations de l'EPA sont les premières d'une série d'estimations des indicateurs du marché du travail publiés par Statistique Canada, y compris les indicateurs provenant de programmes tels que l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH), les Statistiques de l'assurance-emploi, et l'Enquête sur les postes vacants et les salaires. Pour en savoir davantage sur les différences conceptuelles entre les estimations de l'emploi provenant de l'EPA et celles provenant de l'EERH, consultez la section 8 du Guide de l'Enquête sur la population active (Numéro au catalogue71-543-G).

Le taux d'emploi représente le nombre de personnes occupées exprimé en pourcentage de la population de 15 ans et plus. Le taux d'emploi d'un groupe particulier (les jeunes âgés de 15 à 24 ans, par exemple) est le nombre de personnes occupées dans ce groupe exprimé en pourcentage de la population dans le même groupe.

Le taux de chômage représente le nombre de chômeurs exprimé en pourcentage de la population active (personnes occupées et chômeurs).

Le taux d'activité représente le nombre de personnes occupées et de chômeurs exprimé en pourcentage de la population.

L'emploi à temps plein tient compte des personnes qui travaillent habituellement 30 heures ou plus par semaine à leur emploi principal ou à leur emploi unique.

L'emploi à temps partiel tient compte des personnes qui travaillent habituellement moins de 30 heures par semaine à leur emploi principal ou à leur emploi unique.

Désaisonnalisation

À moins d'indication contraire, les estimations du présent communiqué sont désaisonnalisées, ce qui facilite les comparaisons, car les effets des variations saisonnières sont supprimés. Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, voir le document intitulé Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Le graphique 1 illustre la tendance-cycle des données de l'emploi. Ces données représentent une version lissée de séries chronologiques désaisonnalisées, qui fournit de l'information sur les mouvements à plus long terme, y compris les changements de direction des mouvements sous-jacents aux séries. Ces données figurent dans le tableau CANSIM 282-0087 pour la série de l'emploi à l'échelle du Canada. Pour en savoir plus, consultez le Blogue de StatCan et les Estimations de la tendance-cycle — Foire aux questions.

Prochaine diffusion

Le prochain communiqué de l'EPA paraîtra le 6 octobre.

Produits

Un résumé plus détaillé, Information sur la population active (Numéro au catalogue71-001-X), est maintenant accessible pour la semaine se terminant le 19 août.

Il est possible d'obtenir plus d'information en ligne sur les concepts et l'utilisation de l'Enquête sur la population active dans une version mise à jour du Guide de l'Enquête sur la population active (Numéro au catalogue71-543-G).

La mise à jour du produit Indicateurs du marché du travail : tableau de bord (Numéro au catalogue71-607-X) est maintenant disponible. Ce nouveau tableau de bord interactif propose un accès facile et personnalisable aux indicateurs clés du marché du travail. Les utilisateurs peuvent maintenant créer une carte et un graphique interactifs qui leur permettront de visualiser les caractéristiques de la population active à l'échelle nationale ou provinciale, ou selon la région métropolitaine de recensement.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Emmanuelle Bourbeau au 613-951-3007 (emmanuelle.bourbeau@canada.ca) ou le Service à la clientèle, sans frais au 1-866-873-8788 (statcan.labour-travail.statcan@canada.ca), Division de la statistique du travail.

Date de modification :