Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Le contrôle étranger dans l'économie canadienne, 2014

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diffusion : 2016-08-22

En 2014, la valeur des actifs, des revenus et des bénéfices dans l'économie canadienne a augmenté par rapport à 2013. Durant cette même période, les parts des actifs et des revenus sous contrôle étranger ont diminué légèrement, tandis que la part des bénéfices sous contrôle étranger était inchangée.

De 2005 à 2014, les parts des actifs et des revenus des entreprises sous contrôle étranger ont été relativement stables. La part des actifs a oscillé entre un sommet de 21,6 % en 2007 et un creux de 18,1 % en 2014. La part des revenus a varié entre 30,1 % en 2008 et 28,7 % en 2014.

La part des bénéfices sous contrôle étranger a affiché une variation un peu plus prononcée au cours de la période de 10 ans, atteignant un sommet de 28,7 % en 2005 et un creux de 20,1 % à la fois en 2013 et en 2014.

Graphique 1  Graphique 1: Part sous contrôle étranger des actifs, des revenus d'exploitation et des bénéfices d'exploitation
Part sous contrôle étranger des actifs, des revenus d'exploitation et des bénéfices d'exploitation

La valeur des actifs sous contrôle canadien a crû de 6,8 % en 2014, et celle des actifs sous contrôle étranger, de 5,6 %. Les actifs des entreprises sous contrôle étranger ont légèrement diminué pour passer de 18,3 % en 2013 à 18,1 % en 2014.

La croissance des revenus des entreprises sous contrôle étranger a été de 4,2 %, comparativement à 6,3 % dans le cas des entreprises sous contrôle canadien. En 2014, la part des revenus sous contrôle étranger s'est chiffrée à 28,7 %, en baisse par rapport à 29,1 % en 2013.

En 2014, les bénéfices d'exploitation des entreprises sous contrôle canadien ont crû de 7,2 % et ceux des entreprises sous contrôle étranger se sont accrus de 7,7 %. La part des bénéfices sous contrôle étranger s'est maintenue à 20,1 %.

Branches d'activité non financières

Dans les branches d'activité non financières, la part des actifs sous contrôle étranger s'est établie à 25,6 % en 2014, en légère baisse par rapport à 25,7 % l'année précédente. La part des revenus d'exploitation sous contrôle étranger a fléchi pour passer de 30,3 % à 30,0 %. La part des bénéfices d'exploitation sous contrôle étranger, qui s'est chiffrée à 23,3 %, était inchangée par rapport à l'année précédente.

Le secteur de la fabrication est resté le plus important sur le plan des actifs non financiers. En outre, ce secteur a affiché la plus grande part des actifs sous contrôle étranger, laquelle s'est établie à 49,6 % en 2014, en hausse par rapport à 48,9 % en 2013. Cette augmentation fait suite à cinq baisses annuelles consécutives.

La valeur des actifs des fabricants sous contrôle canadien a augmenté de 2,8 %, tandis que la valeur des actifs sous contrôle étranger a crû de 5,6 %.

Les entreprises de la fabrication sous contrôle étranger (+5,6 %) et celles sous contrôle canadien (+0,8 %) ont vu leurs revenus progresser en 2014. La part des revenus sous contrôle étranger a progressé pour s'établir à 51,8 %.

Les bénéfices des entreprises de la fabrication sous contrôle canadien ont augmenté de 11,7 % et ceux des entreprises de la fabrication sous contrôle étranger, de 23,6 %. La part des bénéfices de ces entreprises sous contrôle étranger a crû pour passer de 51,1 % en 2013 à 53,6 % en 2014.

Les entreprises du secteur de l'extraction de pétrole et de gaz ont enregistré une hausse de 6,3 milliards de dollars de leurs bénéfices en 2014, après une croissance de 2,6 milliards de dollars l'année précédente. Les bénéfices des entreprises sous contrôle canadien ont augmenté de 82,8 %, tandis que ceux des entreprises sous contrôle étranger ont reculé de 1,3 %. Ces mouvements ont entraîné une baisse de la part des bénéfices sous contrôle étranger dans le secteur, qui s'est établie à 22,3 % en 2014, comparativement à 34,7 % en 2013.

Branches d'activité financières et assurances

Dans les branches d'activité financières et les assurances, la part des actifs des entreprises sous contrôle étranger s'est établie à 12,0 % en 2014, en légère baisse par rapport à 12,2 % en 2013. Les entreprises étrangères détenaient 17,1 % des revenus, en baisse par rapport à 17,7 %, et 12,5 % des bénéfices d'exploitation, en baisse comparativement à 13,2 %.

Les actifs des entreprises sous contrôle canadien du secteur financier ont augmenté de 7,2 % en 2014, comparativement à une hausse de 5,2 % pour ceux des entreprises sous contrôle étranger.

Les revenus des entreprises sous contrôle canadien ont crû de 12,2 % en 2014, comparativement à une progression de 7,6 % pour ceux des entreprises sous contrôle étranger.

Les bénéfices d'exploitation des entreprises sous contrôle canadien faisant partie du secteur financier ont légèrement diminué de 1,4 % en 2014 et ceux des entreprises sous contrôle étranger, de 7,6 %.

Contrôle étranger selon le pays

Les entreprises sous contrôle américain ont continué à représenter la plus grande part des actifs, des revenus et des bénéfices sous contrôle étranger en 2014. Leur part des actifs sous contrôle étranger a diminué légèrement, passant de 49,8 % en 2013 à 49,5 % en 2014. Leur part des revenus s'est repliée pour passer de 56,9 % à 55,5 %, et leur part des bénéfices a affiché une baisse, passant de 60,2 % à 57,4 %.

La valeur des actifs étrangers détenus par des entreprises sous contrôle américain dans le secteur non financier était 2,4 fois plus élevée que celle des actifs sous contrôle américain dans le secteur financier en 2014.

Les entreprises sous contrôle britannique ont fait état d'une part des d'actifs sous contrôle étranger relativement stable, celle-ci se situant à 13,8 % en 2014, tandis que leur part des revenus a crû pour passer de 8,2 % en 2013 à 8,5 % en 2014 et que leur part des bénéfices a diminué, passant de 8,2 % à 5,6 %. Contrairement aux actifs des entreprises sous contrôle américain, les actifs sous contrôle britannique étaient davantage concentrés dans le secteur financier, affichant une valeur 2,3 fois supérieure à celle observée dans le secteur non financier.

Les entreprises sous contrôle néerlandais venaient au troisième rang en importance quant à la part des actifs sous contrôle étranger (4,9 %) en 2014. Les actifs sous contrôle néerlandais dans le secteur non financier étaient environ 1,6 fois supérieurs à ceux détenus dans le secteur financier en 2014.



  Note aux lecteurs

Sous l'autorité du ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Statistique Canada applique la Loi sur les déclarations des personnes morales, laquelle requiert la collecte d'information sur la situation financière et la propriété des sociétés exerçant des activités au Canada. Cette information sert à évaluer l'étendue du contrôle de l'économie des sociétés canadiennes par des non-résidents.

En vertu de la Loi sur les déclarations des personnes morales, un rapport résumant l'étendue du contrôle étranger dans l'économie canadienne doit être présenté chaque année au Parlement. Le document diffusé aujourd'hui est le rapport pour l'année de référence 2014.

Les présentes statistiques sont compilées à partir de données sur les entreprises. Une entreprise peut être une société unique ou un regroupement de sociétés sous une même propriété et/ou un même contrôle, et pour lequel des états financiers consolidés sont produits.

Trois composantes sont utilisées pour mesurer le contrôle étranger : l'actif, les revenus d'exploitation et les bénéfices d'exploitation.

Les mesures du contrôle étranger fondées sur l'actif donnent une perspective à plus long terme. L'actif est un élément de stock qui reflète les décisions économiques et les conditions du marché dont l'évolution est généralement plus lente.

Les mesures fondées sur les revenus, par ailleurs, correspondent à un élément de flux et sont étroitement liées au cycle commercial. Les revenus ont tendance à refléter la situation actuelle des entreprises et, de ce fait, les mesures fondées sur les revenus sont plus instables que les mesures fondées sur l'actif.

Les bénéfices constituent une mesure de la santé financière et du bien-être d'une économie et peuvent être utilisés pour évaluer le rendement et la durabilité de cette dernière.

Produits

Le rapport Loi sur les déclarations des personnes morales, 2014 (Numéro au catalogue61-220-X), est maintenant accessible à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Parcourir par ressource clé.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Jason Leonard au 613-951-5593 (jason.leonard@canada.ca), Division de l'organisation et des finances de l'industrie.

Date de modification :