Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Enquête sur les postes vacants et les salaires, premier trimestre de 2016

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diffusion : 2016-08-11

Les employeurs canadiens comptaient 328 000 postes vacants au premier trimestre, et le taux de postes vacants s'est établi à 2,1 %.

Par rapport au premier trimestre de 2015, le nombre de postes vacants a diminué de 72 000 (-17,9 %), et le taux de postes vacants a baissé de 0,5 point de pourcentage.

Le taux de postes vacants diminue dans la plupart des provinces et territoires

Du premier trimestre de 2015 au premier trimestre de 2016, le taux de postes vacants a diminué dans neuf provinces et deux territoires, et les baisses les plus fortes ont été observées en Alberta et en Saskatchewan. Parallèlement, le taux de postes vacants a augmenté au Nunavut et a peu varié au Nouveau-Brunswick.

Le taux de postes vacants désigne la proportion d'emplois inoccupés par rapport à l'ensemble des emplois salariés disponibles. Il représente le nombre de postes vacants exprimé en pourcentage de la demande de travail, c'est-à-dire la somme de tous les emplois occupés et vacants.

Graphique 1  Graphique 1: Taux de postes vacants par province et territoire, premier trimestre de 2015 et premier trimestre de 2016
Taux de postes vacants par province et territoire, premier trimestre de 2015 et premier trimestre de 2016 

Depuis 2015, l'emploi salarié est en baisse en Alberta. Le nombre de postes vacants a aussi diminué dans la province, en baisse de 35 000 (-47,9 %) du premier trimestre de 2015 au premier trimestre de 2016. Durant la même période, le taux de postes vacants a reculé, passant de 3,5 % à 1,9 %.

Le taux de postes vacants en Saskatchewan était de 2,0 % au premier trimestre, en baisse par rapport au taux de 3,0 % observé au même trimestre de l'année précédente. Parallèlement, le nombre de postes vacants dans la province a diminué de 4 900 (-34,7 %).

Le nombre de postes vacants a baissé dans 7 des 10 grandes catégories professionnelles comparativement au premier trimestre de 2015. La diminution la plus forte a été observée dans la vente et les services, en baisse de 35 000 (-23,6 %). Malgré ce recul, cette catégorie a affiché le nombre de postes vacants le plus élevé au premier trimestre de 2016.

La catégorie professionnelle des métiers, du transport, de la machinerie et des domaines apparentés a enregistré la deuxième plus grande diminution au premier trimestre, soit une baisse de 22 000 (-34,6 %) par rapport au premier trimestre de 2015. Au cours de la même période, le nombre de postes vacants a peu varié dans les professions du secteur de la santé, dans celles de la gestion ainsi que dans celles des affaires, de la finance et de l'administration.

Taux de postes vacants au Canada

Au premier trimestre, le Yukon a enregistré le taux de postes vacants le plus élevé (3,0 %), suivi de la Colombie-Britannique (2,9 %) et du Nunavut (2,7 %).

L'Île-du-Prince-Édouard (1,2 %), le Québec (1,6 %) et le Nouveau-Brunswick (1,6 %) ont affiché les taux de postes vacants les plus bas.

Parmi les 10 régions économiques qui avaient les taux de postes vacants les plus élevés au Canada, 9 se trouvaient dans les provinces de l'Ouest ou dans les territoires, et 1 se trouvait en Ontario. Parallèlement, 6 des 10 régions économiques qui avaient les taux de postes vacants les plus faibles étaient au Québec. Il y a 76 régions économiques au Canada.

Postes vacants selon la profession

Parmi les 140 groupes professionnels plus détaillés, le plus grand nombre de postes vacants a été observé chez les serveurs au comptoir, les aides de cuisine et le personnel de soutien assimilé (18 000), suivis des vendeurs du commerce de détail (16 000) et des chefs et des cuisiniers (9 800). Ces trois groupes représentent des professions de la vente et des services, soit la grande catégorie professionnelle qui compte le plus grand nombre de postes vacants au Canada (115 000 ou 34,9 % de tous les postes vacants).

Les conducteurs de véhicules automobiles et de véhicules de transport en commun (9 700), les aides de soutien des métiers et les manœuvres (3 900) et les débardeurs et les manutentionnaires (3 600) étaient les groupes professionnels comptant le plus grand nombre de postes vacants dans les métiers, le transport, la machinerie et les domaines apparentés. Cette catégorie s'est classée au deuxième rang pour ce qui est du nombre de postes vacants (42 000 ou 12,8 % de tous les postes vacants).

Postes vacants selon le secteur d'activité

Parmi les secteurs d'activité, celui des arts, des spectacles et des loisirs a affiché le taux de postes vacants le plus élevé au premier trimestre, à savoir 3,9 %, suivi du secteur de l'agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse (3,8 %) et des services d'hébergement et de restauration (3,3 %).

En revanche, les services d'enseignement (0,5 %) et l'extraction minière, l'exploitation en carrière et l'extraction de pétrole et de gaz (0,7 %) ont enregistré les taux de postes vacants les plus bas de tous les secteurs.

À l'échelle nationale, le secteur des arts, des spectacles et des loisirs comptait 10 500 postes vacants au premier trimestre. Dans ce secteur, l'Ontario avait 65,5 % de tous les postes vacants alors que la province comptait 39,2 % de l'emploi. Le Québec avait 8,8 % de tous les postes vacants dans ce secteur, et sa part de l'emploi était de 22,1 %.

Postes vacants et salaire horaire offert

L'Enquête sur les postes vacants et les salaires fournit des données sur le salaire horaire moyen offert par les entreprises pour les postes vacants qu'elles tentent de doter. Le salaire offert par un employeur pour un poste vacant peut différer du salaire réel versé une fois le poste doté (voir le Guide de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires pour une définition détaillée de la moyenne du salaire horaire offert).

Au premier trimestre, la moyenne du salaire horaire offert pour tous les postes vacants s'est établie à 19,95 $. Les salaires offerts les plus élevés ont été observés au Nunavut (27,90 $) et dans les Territoires du Nord-Ouest (25,30 $). À l'échelle provinciale, Terre-Neuve-et-Labrador a affiché le salaire offert le plus élevé, soit 20,95 $, suivie du Québec (20,50 $) et de l'Ontario (20,30 $). Le Nouveau-Brunswick avait le salaire offert le plus bas, soit 15,70 $.

En ce qui a trait au salaire offert selon la région économique, le Nunavut avait le salaire offert le plus élevé, à savoir 27,90 $, alors que la région d'Annapolis Valley, en Nouvelle-Écosse, enregistrait le salaire offert le plus bas, soit 13,45 $.

Parmi les secteurs d'activité, celui de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz a enregistré le salaire offert le plus élevé (35,25 $), suivi des services publics (33,95 $). Ces deux secteurs avaient aussi le nombre de postes vacants le plus faible, soit 1 400 pour l'extraction minière, l'exploitation en carrière et l'extraction de pétrole et de gaz et 1 300 pour les services publics.

Les services d'hébergement et de restauration (12,45 $), le commerce de détail (13,50 $) et les arts, les spectacles et les loisirs (13,50 $) ont affiché les salaires offerts les plus bas pour l'ensemble des 20 secteurs d'activité.

Postes vacants selon le statut à temps plein et à temps partiel

Au Canada, 67,8 % des postes vacants étaient des postes à temps plein au premier trimestre. Le Nunavut (89,6 %) et les Territoires du Nord-Ouest (76,7 %) ont enregistré la proportion la plus élevée de postes vacants pour les emplois à temps plein, tandis que la proportion la plus faible a été observée au Yukon (51,8 %).

Parmi les provinces, le Québec (73,0 %) et l'Alberta (72,4 %) avaient la proportion la plus élevée de postes vacants pour les emplois à temps plein. En revanche, la proportion la plus faible a été observée à l'Île-du-Prince-Édouard (62,4 %).

À l'échelle nationale, le salaire offert pour les postes vacants pour les emplois à temps plein s'est établi en moyenne à 22,15 $, tandis qu'il était de 15,35 $ pour les postes vacants pour des emplois à temps partiel. Les différences dans le salaire offert selon le statut à temps plein et à temps partiel reflètent en partie la répartition des postes vacants par profession. Par exemple, le personnel des services des aliments et des boissons et les caissiers, deux groupes professionnels qui ont affiché les salaires offerts parmi les plus faibles pour les postes vacants, représentaient 10,1 % de tous les postes vacants à temps partiel, comparativement à 2,0 % de tous les postes vacants à temps plein.

Postes vacants dans les trois plus grandes régions économiques

Le taux de postes vacants variait parmi les trois régions économiques les plus peuplées. Au premier trimestre, le Lower Mainland–Sud-ouest (Colombie-Britannique), qui comprend Vancouver, avait le taux de postes vacants le plus élevé de toutes les régions économiques, soit 3,1 %. Toronto a enregistré un taux de 2,5 % et Montréal, un taux de 1,9 %. Reflétant la taille de leur marché du travail, ces régions économiques avaient le nombre le plus élevé de postes vacants.

Dans ces trois régions économiques, le nombre de postes vacants a été le plus élevé dans les professions de la vente et des services. À Toronto et à Montréal, la grande catégorie professionnelle ayant le deuxième plus grand nombre de postes vacants était celle des affaires, de la finance et de l'administration, alors que dans le Lower Mainland–Sud-ouest, il s'agit de la catégorie des métiers, du transport, de la machinerie et des domaines apparentés.

Le secteur d'activité comptant le plus grand nombre de postes vacants a varié dans les trois plus grandes régions économiques. À Toronto, les services professionnels, scientifiques et techniques ont enregistré le plus grand nombre de postes vacants, alors qu'il s'agissait du secteur des soins de santé et de l'assistance sociale à Montréal et des services d'hébergement et de restauration dans le Lower Mainland–Sud-ouest.

En ce qui a trait au niveau minimal de scolarité recherché pour les postes vacants, des études postsecondaires étaient recherchées pour la majorité des postes vacants à Montréal (66,4 %), tandis que c'était le cas d'un peu plus de la moitié des postes vacants à Toronto (52,3 %) et d'environ le tiers des postes vacants dans le Lower Mainland–Sud-ouest (36,7 %).

Montréal (23,75 $) a enregistré le salaire offert le plus élevé, suivie de Toronto (21,85 $) et du Lower Mainland–Sud-ouest (19,45 $). Les différences entre les salaires offerts s'expliquent par un certain nombre de facteurs, y compris la répartition des postes vacants selon la profession, le secteur d'activité, le niveau de scolarité recherché par l'employeur, le statut à temps plein ou à temps partiel du poste, ainsi que selon la permanence de l'emploi.






  Note aux lecteurs

L'Enquête sur les postes vacants et les salaires (EPVS) est une enquête trimestrielle qui fournit des données exhaustives sur les postes vacants selon le secteur d'activité, les professions détaillées et le niveau de compétence recherché pour le Canada, les provinces, les territoires et les régions économiques.

Les données de l'EPVS ne sont pas désaisonnalisées. Une certaine prudence est donc de mise dans l'interprétation des comparaisons d'un trimestre à l'autre.

Cette analyse porte sur les différences entre les estimations qui sont statistiquement significatives à un niveau de confiance de 68 %.

Des données annuelles sur les salaires et l'emploi selon la profession ont commencé à être recueillies en 2016 dans le volet de l'enquête sur les salaires.

Les statistiques sommaires relatives aux séries chronologiques sur les postes vacants tirées de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail sont disponibles dans CANSIM.

La classification des professions est faite selon la Classification nationale des professions (CNP) de 2011. La CNP est une structure hiérarchique à quatre niveaux de groupes de professions, comportant des niveaux successifs de désagrégation. La structure est la suivante : 1) 10 grandes catégories professionnelles (CNP à un chiffre); 2) 40 grands groupes (CNP à deux chiffres); 3) 140 groupes intermédiaires (CNP à trois chiffres); 4) 500 groupes de base (CNP à quatre chiffres).

Les secteurs d'activité sont classés selon le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN) de 2012. Le SCIAN compte 20 secteurs d'activité au niveau à deux chiffres.

Qualité des données de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires

La population cible de l'enquête comprend tous les emplacements commerciaux au Canada, sauf ceux dont l'activité principale relève des secteurs des organismes religieux et des ménages privés. Bien que les administrations publiques fédérale, provinciales et territoriales soient également exclues de l'enquête à l'heure actuelle, elles seront intégrées à une date ultérieure.

Comme les données du premier trimestre de 2015 sont fondées sur un échantillon plus petit que celui des trimestres subséquents, les estimations pour ce trimestre sont sujettes à une plus grande variabilité d'échantillonnage. Ainsi, les comparaisons d'une année à l'autre sont faites aux échelles nationale et provinciale. Pour en savoir davantage à propos des estimations du premier trimestre de 2015, consultez « l'annexe B » du Guide de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires (Numéro au catalogue75-514-G).

Prochaine diffusion

Les données sur les postes vacants de l'EPVS pour le deuxième trimestre seront diffusées en octobre.

Produits

Il est possible d'obtenir plus d'information en ligne sur les concepts et l'utilisation des données de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires dans le « Volet sur les postes vacants » du Guide de l'Enquête sur les postes vacants et les salaires (Numéro au catalogue75-514-G), à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Parcourir par ressource clé.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Emmanuelle Bourbeau au 613-951-3007 (emmanuelle.bourbeau@canada.ca) ou avec Myriam Hazel au 613-219-4345 (myriam.hazel@canada.ca), Division de la statistique du travail.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :