Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Incidence du cancer au Canada, 2012

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diffusion : 2015-10-23

En 2012, plus de 175 000 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués au Canada, ce qui représente un taux d'incidence de plus de 500 cas pour 100 000 habitants. Bien qu'il s'agisse d'une augmentation de 10,6 % par rapport à une décennie plus tôt, le taux d'incidence normalisé selon l'âge, qui tient compte du vieillissement de la population, a diminué de 4,6 % pour s'établir à 384,4 cancers pour 100 000 habitants.

Selon les données du Registre canadien du cancer, 88 885 hommes et 86 420 femmes ont reçu un diagnostic de cancer en 2012. Les Canadiens plus âgés sont plus susceptibles de recevoir un diagnostic de cancer. De tous les nouveaux cas diagnostiqués en 2012, 87,6 % l'ont été chez des personnes de 50 ans ou plus, 11,2 % chez des personnes de 25 à 49 ans et 1,2 % chez des personnes de moins de 25 ans.

Les cinq cancers les plus couramment diagnostiqués chez les hommes et les femmes de tous âges sont demeurés ceux du poumon (13,9 % de tous les nouveaux cas), du sein chez la femme (13,2 %), du côlon et du rectum (12,4 %), de la prostate (11,9 %) et de la vessie (4,3 %). Le cancer du côlon et du rectum est passé au troisième rang, prenant ainsi la place occupée par le cancer de la prostate l'année précédente. Ces cinq types de cancers combinés représentaient plus de la moitié (55,7 %) de tous les nouveaux cas de cancer.

Le cancer chez les hommes

En 2012, 88 885 hommes ont reçu un diagnostic de cancer, ce qui correspond à un taux d'incidence de 518,5 cas pour 100 000 hommes.

Au cours de cette même année, le cancer le plus couramment diagnostiqué chez les hommes était le cancer de la prostate, qui représentait 23,6 % de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués. Suivaient les cancers du poumon (14,4 %), du côlon et du rectum (13,3 %) et de la vessie (6,3 %), ainsi que le lymphome non hodgkinien (4,4 %). Ces cinq cancers représentaient 61,9 % de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués chez les hommes en 2012, et leur rang est demeuré stable en 10 ans.

Graphique 1  Graphique 1: Cinq principaux cancers chez les hommes, 2012
Cinq principaux cancers chez les hommes, 2012

Les cancers les plus couramment diagnostiqués varient selon le groupe d'âge. Chez les hommes de moins de 25 ans, le cancer le plus souvent diagnostiqué était celui du testicule (14,9 %), alors que chez les hommes de 25 à 49 ans, il s'agissait du cancer du côlon et du rectum (11,9 %) et chez les hommes de 50 ans ou plus, du cancer de la prostate (25,4 %).

Le cancer chez les femmes

En 2012, 86 420 femmes ont reçu un nouveau diagnostic de cancer, ce qui représente 495,1 cas pour 100 000 femmes au sein de la population canadienne.

Chez les femmes, le cancer le plus couramment diagnostiqué était celui du sein, qui représentait 26,6 % de tous les nouveaux cas de cancer en 2012. Suivaient les cancers du poumon (13,4 %), du côlon et du rectum (11,4 %), de l'utérus (6,4 %) et de la thyroïde (5,2 %). Ces cinq cancers représentaient 63,0 % de tous les nouveaux cancers diagnostiqués chez les femmes en 2012. Le cancer de la thyroïde arrivait au cinquième rang des cancers les plus couramment diagnostiqués, un changement par rapport à 2002, alors qu'il venait au septième rang.

Graphique 2  Graphique 2: Cinq principaux cancers chez les femmes, 2012
Cinq principaux cancers chez les femmes, 2012

Chez les femmes de moins de 25 ans, le cancer le plus souvent diagnostiqué était celui de la thyroïde (17,6 %). Le cancer du sein était le principal cancer diagnostiqué chez les femmes des deux autres groupes d'âge, soit celui des 25 à 49 ans (34,7 %) et celui des 50 ans ou plus (25,5 %).

Incidence du cancer au fil du temps

Si l'on tient compte du vieillissement de la population, le taux d'incidence du cancer a diminué pour passer de 403,1 pour 100 000 habitants en 2002 à 384,4 pour 100 000 habitants en 2012. Au cours de cette période, le taux d'incidence normalisé selon l'âge a diminué chez les hommes pour passer de 466,6 à 416,9 pour 100 000 habitants, mais il a augmenté chez les femmes pour passer de 358,9 à 362,3 pour 100 000 habitants.

Les cinq principaux cancers sont demeurés les mêmes pour les hommes entre 2002 et 2012, en tenant compte du vieillissement de la population. Chez les femmes, les trois principaux cancers (sein, poumon et côlon et rectum) sont demeurés les mêmes. Le cancer de la thyroïde est toutefois passé du sixième au quatrième rang et le cancer de l'utérus, du quatrième au cinquième rang. Le lymphome non hodgkinien ne faisait plus partie des cinq principaux cancers en 2012.




  Note aux lecteurs

Les données de 2011 sont également offertes.

Le Registre canadien du cancer (RCC) est une base de données dynamique de tous les résidents du Canada vivants ou décédés chez lesquels on a diagnostiqué un cancer depuis 1992. Il s'agit d'un système axé sur le patient, conçu pour enregistrer le type et le nombre (incidence) de cancers primaires diagnostiqués chez une personne jusqu'à son décès.

Comme la base de données du RCC peut être mise à jour par l'ajout d'enregistrements ou par la modification d'enregistrements existants, les comptes de l'incidence du cancer peuvent varier d'une diffusion à l'autre. Plus particulièrement, les données relatives aux années les plus récentes ne comprennent souvent pas le nombre total de cas, en raison du délai de déclaration des nouveaux cas de cancer au RCC. Ces cas manquants sont ajoutés à leurs années appropriées de diagnostic, au moment de la déclaration des données d'une nouvelle année de référence.

L'incidence du cancer désigne le nombre de nouveaux cas dans une population au cours d'une période donnée, généralement un an. Ce taux peut s'exprimer comme le nombre de cas de cancer pour 100 000 habitants.

Les données sur l'incidence du cancer au Québec ne sont pas accessibles dans le RCC pour les années de diagnostic 2011 et 2012. Dans les tableaux CANSIM 103-0550 et 103-0553, les données de 2010 pour le Québec ont été reportées à 2011 et à 2012.

Normalisation selon l'âge

Étant donné que le cancer est plus susceptible de toucher les personnes plus âgées, la structure par âge d'une population aura une forte influence sur les taux d'incidence du cancer observés. Afin de permettre des comparaisons plus fiables au fil du temps, on a recours à des taux normalisés selon l'âge pour contrôler les différences dans la structure par âge de la population. Le taux normalisé selon l'âge est le taux qui serait enregistré si la population d'intérêt avait la même structure d'âge que la population type. La population type utilisée dans le cas présent est la population canadienne au 1er juillet 1991, selon les estimations postcensitaires finales. Les taux normalisés selon l'âge et les taux d'incidence ne sont pas comparables.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (statcan.mediahotline-ligneinfomedias.statcan@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :