Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Balance des paiements internationaux du Canada, deuxième trimestre de 2015

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diffusion : 2015-08-31

Soldes du compte courant

-17,4 milliards de dollars

Deuxième trimestre de 2015

Le déficit du compte courant du Canada (après désaisonnalisation) a diminué de 0,7 milliard de dollars au deuxième trimestre pour se fixer à 17,4 milliards de dollars. La réduction du déficit s'est reflétée principalement dans la balance du commerce des biens et des services.

Dans le compte financier (en données non désaisonnalisées), les opérations dans la catégorie des autres investissements, surtout sous forme de passif-dépôts, ont principalement alimenté les entrées de fonds dans l'économie. Un niveau record d'investissements directs canadiens à l'étranger ainsi que les opérations en valeurs mobilières ont modéré l'entrée nette totale au cours du trimestre.

Graphique 1  Graphique 1: Soldes du compte courant
Soldes du compte courant

Compte courant

Diminution du déficit du commerce des biens

Le déficit au chapitre des opérations internationales sur les biens s'est contracté de 0,3 milliard de dollars au deuxième trimestre, mais est demeuré élevé, s'établissant à 6,7 milliards de dollars, soit près du sommet atteint au premier trimestre. Le dernier mois du trimestre a affiché de fortes augmentations des exportations, ce qui a modéré les déficits enregistrés en avril et en mai.

D'un point de vue géographique, l'excédent commercial trimestriel avec les États-Unis a crû de 2,5 milliards de dollars, principalement sous l'effet d'une augmentation des exportations de pétrole brut. Le déficit commercial avec tous les autres pays s'est accru de 2,2 milliards de dollars pour atteindre un sommet de 15,7 milliards de dollars, malgré une réduction du déficit commercial avec la Chine. La détérioration de la balance commerciale avec les pays de l'Union européenne est le facteur qui a le plus contribué à la hausse du déficit avec les pays autres que les États-Unis.

Graphique 2  Graphique 2: Soldes des biens par zone géographique
Soldes des biens par zone géographique

Les exportations totales de biens ont progressé de 0,7 milliard de dollars pour atteindre 128,8 milliards de dollars au deuxième trimestre, principalement en raison des prix. Les hausses proviennent principalement du secteur automobile et, dans une moindre mesure, du secteur énergétique. Les véhicules automobiles et pièces pour véhicule automobile ont connu une hausse de 1,1 milliard de dollars, en grande partie sous l'effet d'un accroissement des volumes des exportations de pièces. Les exportations d'automobiles ont augmenté de 0,4 milliard de dollars, du fait des hausses des volumes et des prix. Les exportations de produits énergétiques ont augmenté de 0,6 milliard de dollars. Les exportations de pétrole brut se sont accrues de 2,1 milliards de dollars en raison d'une augmentation des prix. Il s'agit de la première hausse pour ce produit depuis le deuxième trimestre de 2014. La progression a été partiellement effacée par la diminution des exportations de gaz naturel, surtout en raison d'une baisse des prix.

Les autres catégories d'exportations ont généralement ralenti la croissance des exportations globales au cours du trimestre. Les produits métalliques et les minéraux non métalliques ont diminué de 0,5 milliard de dollars, principalement en raison d'une diminution des volumes. Les exportations de produits forestiers ont diminué de 0,3 milliard de dollars, sous l'effet d'une baisse des prix.

Les importations totales de biens ont progressé de 0,4 milliard de dollars, atteignant 135,6 milliards de dollars au deuxième trimestre. Les importations de véhicules automobiles et pièces pour véhicule automobile ont crû de 2,0 milliards de dollars, les volumes des importations d'automobiles ayant atteint un niveau sans précédent. Celles de produits énergétiques et de biens de consommation ont également augmenté, mais à un rythme moindre. Les importations de pétrole brut étaient en hausse de 0,7 milliard de dollars, en raison des prix plus élevés, tandis que celles de biens de consommation ont augmenté sous l'effet d'un accroissement des volumes. Les produits métalliques et les minéraux non métalliques, les machines industrielles, et le matériel et les pièces électroniques et électriques ont enregistré les plus fortes diminutions des importations, toutes sous l'effet d'une baisse des volumes.

Le déficit du commerce des services diminue également

Le déficit du commerce international des services a diminué de 0,2 milliard de dollars pour se fixer à 5,5 milliards de dollars au deuxième trimestre. Le déficit au chapitre des voyages était en baisse de 0,2 milliard de dollars. Les non-résidents ont accru leurs dépenses au Canada, à la suite de l'entrée au pays d'un plus grand nombre de visiteurs étrangers au cours du trimestre. Du côté des paiements, les Canadiens ont réduit leurs dépenses aux États-Unis, mais cela a été compensé par un accroissement des paiements effectués dans les autres pays.

L'excédent au chapitre des services commerciaux a augmenté de 0,1 milliard de dollars, ce qui reflète principalement une diminution des paiements dans les services financiers au deuxième trimestre. Le déficit des services de transport a connu une légère hausse de 0,1 milliard de dollars.

Baisse du déficit des opérations en revenus de placements

Le déficit au chapitre des revenus d'investissements a reculé de 0,2 milliard de dollars pour s'établir à 4,0 milliards de dollars au deuxième trimestre. Le revenu provenant de l'actif et du passif de portefeuille a augmenté au cours du trimestre. Les bénéfices réalisés par les investisseurs canadiens sur leurs avoirs en valeurs mobilières étrangères ont progressé pour un 11e trimestre consécutif. Les bénéfices réalisés par les investisseurs directs étrangers sur leurs avoirs canadiens ont fléchi de 0,2 milliard de dollars, tandis que ceux réalisés par des investisseurs directs canadiens sur leurs avoirs à l'étranger étaient pratiquement inchangés.

Compte financier

Les investissements canadiens en titres étrangers atteignent leur plus haut niveau en huit ans

Les investisseurs canadiens ont acquis 24,2 milliards de dollars de titres étrangers au deuxième trimestre, soit l'investissement le plus élevé depuis le deuxième trimestre de 2007, juste avant le début de la crise mondiale du crédit. Plus des trois quarts de ces achats ont été en instruments étrangers non américains.

Graphique 3  Graphique 3: Investissements canadiens en titres étrangers
Investissements canadiens en titres étrangers

Les investissements canadiens ont été principalement en actions, les investisseurs ayant ajouté 13,2 milliards de dollars à leurs portefeuilles au deuxième trimestre, ce qui constitue le plus important investissement de ce genre depuis le premier trimestre de 2001. Cette activité a été principalement sous forme d'actions étrangères non américaines. Les investissements canadiens en titres d'emprunt étrangers se sont établis à 11,0 milliards de dollars, principalement des obligations. Un recul des avoirs canadiens en obligations du Trésor américain a tempéré l'investissement total au cours du trimestre.

Les investissements étrangers en titres canadiens ralentissent

Les investisseurs étrangers ont ajouté 19,8 milliards de dollars de titres canadiens à leurs avoirs au deuxième trimestre, soit environ la moitié du niveau d'investissement du trimestre précédent. La majeure partie de l'activité d'investissement a été dans des instruments d'emprunt à court terme.

Les investissements étrangers dans le marché monétaire canadien ont atteint un record de 19,6 milliards de dollars, ce qui a plus que compensé le désinvestissement dans ces instruments au premier trimestre. Les acquisitions étrangères étaient principalement en effets de sociétés privées et, dans une mesure moindre, en effets d'administrations publiques provinciales. Cependant, les avoirs des investisseurs étrangers en obligations canadiennes ont baissé de 3,4 milliards de dollars au deuxième trimestre, ce qui a marqué un premier désinvestissement en deux ans. Les remboursements d'obligations des administrations publiques provinciales libellées en dollars américains ont constitué l'essentiel de cette activité. Les acquisitions étrangères d'obligations du gouvernement fédéral et d'entreprises publiques fédérales ont modéré cette activité de désinvestissement.

Graphique 4  Graphique 4: Investissements étrangers en titres d'emprunt canadiens
Investissements étrangers en titres d'emprunt canadiens

Parallèlement, les investisseurs non-résidents ont ajouté 3,5 milliards de dollars d'actions canadiennes à leurs avoirs au deuxième trimestre. Les acquisitions sur le marché secondaire ont été tempérées par une diminution des avoirs en raison des fusions et acquisitions transfrontalières, les investisseurs de portefeuille non-résidents ayant cédé des actions canadiennes à des investisseurs directs étrangers au deuxième trimestre. Le marché boursier canadien a reculé de 2,3 % au deuxième trimestre.

Les taux d'intérêt à court terme au Canada ont légèrement progressé au cours du trimestre, tandis que les taux d'intérêt canadiens à long terme ont augmenté de 44 points de base, après un net recul au premier trimestre. Le dollar canadien s'est apprécié de 1,1 cent américain au deuxième trimestre.

Les investissements directs étrangers augmentent considérablement

Les investissements directs canadiens à l'étranger ont atteint 36,9 milliards de dollars au deuxième trimestre, soit le plus important investissement de ce genre jamais observé. Les fusions et acquisitions transfrontalières ont représenté 19,7 milliards de dollars de l'activité totale. Par secteur, plus de la moitié des investissements directs canadiens à l'étranger au cours du trimestre ont touché l'industrie de la fabrication.

Graphique 5  Graphique 5: Investissement direct canadien à l'étranger
Investissement direct canadien à l'étranger

Du côté du passif, les investissements directs étrangers au Canada ont été de 20,4 milliards de dollars au deuxième trimestre, en hausse par rapport à 8,8 milliards de dollars au premier trimestre. Environ la moitié de cet investissement était liée aux fusions et acquisitions. Sur le plan géographique, les investisseurs directs étrangers autres qu'américains ont représenté plus de la moitié de l'activité totale.

Les autres investissements dominent les entrées de fonds de l'étranger

Par contraste avec les catégories des investissements directs et des investissements de portefeuille du compte financier, qui ont affiché des sorties nettes de fonds de l'économie, la catégorie des autres investissements a généré une entrée nette de fonds au deuxième trimestre. Cette activité est en grande partie attribuable à une augmentation des dépôts en devises étrangères détenus par des non-résidents au Canada. Une diminution des réserves officielles internationales du Canada a aussi ajouté aux entrées totales au cours du trimestre.



  Note aux lecteurs

La balance des paiements internationaux retrace l'ensemble des transactions économiques entre les résidents du Canada et les non-résidents dans trois comptes, soit le compte courant, le compte capital ainsi que le compte financier.

Le compte courant porte sur les transactions liées aux biens, aux services, à la rémunération des employés, aux revenus découlant des placements et aux revenus secondaires (transferts courants).

Les données du compte courant dans le présent communiqué sont désaisonnalisées. Pour obtenir plus de renseignements sur la désaisonnalisation, voir le document intitulé Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Le compte capital porte sur les transferts de capitaux et les transactions d'actifs non produits non financiers.

Le compte financier porte sur les transactions liées à des actifs et des passifs financiers.

En principe, un prêt net (+) / emprunt net (-) provenant de la somme du compte courant et du compte capital correspond à un prêt net (+) / emprunt net (-) provenant du compte financier. En pratique, cela est rarement le cas, puisque les données sont compilées à partir d'une multitude de sources. Cela donne donc lieu à une erreur de mesure. La divergence (erreurs et omissions nettes) est l'entrée ou la sortie nette non observée.

Pour obtenir plus de renseignements au sujet de la balance des paiements, veuillez consulter « La foire aux questions » du module Système des comptes macroéconomiques de notre site Web. Le module présente également les plus récentes statistiques de la balance des paiements.

Tableau de données CANSIM en temps réel

Le tableau de données CANSIM en temps réel 376-8105 sera disponible le 8 septembre. Pour obtenir plus de renseignements, consultez le document Tableaux de données CANSIM en temps réel.

Prochaine diffusion

Les données de la balance des paiements internationaux pour le troisième trimestre seront diffusées 30 novembre.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Denis Caron au 613-808-2278 (denis.caron@statcan.gc.ca), Division du commerce et des comptes internationaux.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :