Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Rapports sur la santé, août 2015

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diffusion : 2015-08-19

Mortalité évitable chez les Premières Nations d'âge adulte au Canada : une analyse de cohorte

Selon les résultats d'une analyse tirée d'un couplage de données du recensement et de celles sur la mortalité, au cours de la période de 1991 à 2006, les Premières Nations d'âge adulte étaient plus de deux fois plus à risque de mourir par suite de causes évitables que leurs homologues non autochtones.

L'étude examine la mortalité évitable chez les personnes de 25 à 74 ans au sein d'une cohorte formée de Premières Nations (61 220) et de non-Autochtones (2 521 285) ayant été dénombrés au Recensement de 1991 et ayant fait l'objet d'un suivi de la mortalité jusqu'en 2006.

La mortalité évitable désigne des décès qui auraient potentiellement pu être évités par la mise en place de pratiques efficaces de prévention et de politiques en matière de santé publique et/ou par la prestation de soins de santé opportuns et adéquats. La mortalité évitable comprend les décès ayant résulté de causes dont les facteurs de risque sont bien établis et modifiables, par exemple les blessures intentionnelles et non intentionnelles, ainsi que les décès qui auraient potentiellement pu être évités par le recours à des mesures de dépistage, à la détection précoce et à des interventions fructueuses, comme ceux attribuables à la tuberculose, à la pneumonie et au cancer du sein chez la femme. Au Canada, la mortalité évitable représente 70 % des décès qui surviennent avant l'âge de 75 ans.

Comparativement aux membres non autochtones de la cohorte, les hommes des Premières Nations étaient deux fois plus susceptibles de mourir de causes évitables et les femmes, deux fois et demie plus susceptibles. Chez les hommes, le taux de mortalité évitable normalisé selon l'âge pour 100 000 années-personnes à risque était de 679,2 parmi les Premières Nations, comparativement à 337,6 pour les non-Autochtones. Chez les femmes, les taux correspondants étaient de 453,2 comparativement à 183,5. Cette inégalité était plus prononcée dans les groupes d'âge inférieurs.

Le risque de mortalité chez les Premières Nations de la cohorte était plus de cinq fois supérieur à celui observé chez les non-Autochtones pour certaines causes évitables. Les hommes des Premières Nations étaient plus susceptibles que leurs homologues non autochtones de mourir des suites d'un trouble lié à la consommation d'alcool et de drogues ou d'une blessure non intentionnelle. Le risque de mortalité chez les femmes des Premières Nations était plus élevé que chez les femmes non autochtones pour les troubles liés à la consommation d'alcool et de drogues, le diabète sucré et les infections.

Lorsque les différences en matière de niveau de scolarisation et de revenu étaient prises en compte, le risque plus élevé de mortalité évitable chez les Premières Nations d'âge adulte a reculé de 47 % pour les hommes et de 32 % pour les femmes, ce qui laisse supposer que ces variables socioéconomiques expliquent une part importante de l'inégalité observée.

  Note aux lecteurs

Les données proviennent de l'Étude canadienne de suivi de la mortalité et du cancer selon le Recensement, 1991 à 2006. Les données recueillies auprès d'un échantillon constituant 15 % des répondants au Recensement de 1991 âgés de 25 ans et plus ont été couplées à la Base de données canadienne sur la mortalité (4 juin 1991 au 31 décembre 2006). L'étude examine la mortalité évitable chez 61 220 personnes des Premières Nations et 2 510 285 personnes non autochtones d'âge adulte (25 à 74 ans).

Les membres de la cohorte étaient considérés appartenir à une Première Nation s'ils avaient déclaré l'une des caractéristiques suivantes : 1) l'ascendance unique d'Indien de l'Amérique du Nord; 2) le statut d'Indien inscrit, aux termes de la Loi sur les Indiens; 3) l'appartenance à une bande indienne ou à une Première Nation.

Produits

L'article « Mortalité évitable chez les Premières Nations d'âge adulte au Canada : une analyse de cohorte » est accessible dans le numéro en ligne d'août 2015 de Rapports sur la santé, vol. 26, no 8 (Numéro au catalogue82-003-X), à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Parcourir par ressource clé.

Un second article, intitulé « Bisphénol A et comportement des enfants et des jeunes : Enquête canadienne sur les mesures de la santé, 2007 à 2011 » est également accessible dans Rapports sur la santé.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données du communiqué, communiquez avec Michael Tjepkema (michael.tjepkema@statcan.gc.ca), Division de l'analyse de la santé.

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données du deuxième article, communiquez avec Leanne C. Findlay (leanne.findlay@statcan.gc.ca), Division de l'analyse de la santé.

Pour obtenir plus de renseignements au sujet de Rapports sur la santé, communiquez avec Janice Felman au 613-799-7746 (janice.felman@statcan.gc.ca), Division de l'analyse de la santé.

Date de modification :