Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Balance des paiements internationaux du Canada, premier trimestre de 2015

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diffusion : 2015-05-28

Le déficit du compte courant du Canada (après désaisonnalisation) s'est accru de nouveau au premier trimestre, en hausse de 4,4 milliards de dollars pour atteindre 17,5 milliards de dollars, après avoir enregistré une baisse au cours des trois premiers trimestres de 2014. Ce changement d'orientation observé au cours des deux derniers trimestres est principalement attribuable au commerce des biens, en particulier aux produits énergétiques.

Dans le compte financier (en données non désaisonnalisées), les investissements canadiens à l'étranger ont ralenti au cours du premier trimestre, alors que les investissements étrangers au Canada ont atteint 62,1 milliards de dollars. L'investissement étranger dans les obligations canadiennes a principalement contribué à l'entrée nette de fonds dans l'économie.

Graphique 1  Graphique 1: Soldes du compte courant - Description et tableau de données
Soldes du compte courant

Graphique 1: Soldes du compte courant - Description et tableau de données

Compte courant

Augmentation du déficit du commerce des biens

Le déficit du commerce des biens s'est accru de 5,2 milliards de dollars pour atteindre un sommet de 7,2 milliards de dollars au premier trimestre. Ce changement a été le résultat d'une diminution progressive du solde des biens au cours de chacun des mois du trimestre et fait suite à un retour à une position déficitaire du commerce des biens, lequel a enregistré un déficit de 2,0 milliards de dollars au quatrième trimestre de 2014.

Les exportations globales de biens ont diminué de 4,1 milliards de dollars pour s'établir à 128,0 milliards de dollars au premier trimestre. La valeur des produits énergétiques a reculé de 5,9 milliards de dollars, malgré l'accroissement des volumes (+3,9 %). Cette diminution était concentrée dans le pétrole brut. Les prix du pétrole brut ont diminué de 32 % au cours du trimestre pour s'établir à leur plus bas niveau depuis le premier trimestre de 2009. Les produits en métal et les produits minéraux non métalliques ont aussi affiché une baisse au premier trimestre (-0,8 milliard de dollars), sous l'effet de la diminution des volumes d'exportation des métaux précieux.

Le recul des exportations des produits énergétiques a été atténué par les hausses enregistrées dans plusieurs catégories de biens au cours du trimestre. Les exportations de produits agricoles et de la pêche et de produits alimentaires intermédiaires ont affiché une hausse de 0,6 milliard de dollars, principalement en raison des volumes plus élevés de blé. Les exportations de biens de consommation ont crû de 0,5 milliard de dollars, sous l'effet du raffermissement des prix. Les exportations de produits forestiers, de matériel et de pièces électroniques et électriques ainsi que d'aéronefs et d'autres matériel et pièces de transport ont toutes augmenté de 0,4 milliard de dollars au cours du trimestre, en raison d'une hausse des volumes et des prix.

Les importations totales de biens ont progressé de 1,1 milliard de dollars pour atteindre 135,3 milliards de dollars. Les hausses les plus marquées ont été observées dans le matériel et les pièces électroniques et électriques, qui ont affiché une croissance de 1,1 milliard de dollars attribuable à l'augmentation des volumes des appareils de communication et d'audio-visuel. Les biens de consommation ont progressé de 1,0 milliard de dollars, alors que les machines, le matériel et les pièces industriels ont connu une hausse de 0,7 milliard de dollars, les deux augmentations étant principalement attribuables à une hausse des prix. Par ailleurs, les importations de produits énergétiques ont diminué de 1,7 milliard de dollars, en raison de la réduction des prix et malgré la croissance des volumes.

Répartition géographique de la faiblesse du commerce des biens

D'un point de vue géographique, les soldes au chapitre des biens se sont détériorés autant avec les États-Unis qu'avec les pays autres que les États-Unis au cours du premier trimestre. L'excédent au chapitre des biens avec les États-Unis a diminué de 2,6 milliards de dollars pour s'établir à 6,1 milliards de dollars. La valeur des exportations vers les États-Unis a diminué pour un deuxième trimestre consécutif, affichant un recul de 3,7 milliards de dollars après avoir connu une baisse de 2,2 milliards de dollars au quatrième trimestre de 2014. Ce repli a été atténué par un ralentissement des importations en provenance des États-Unis. Les diminutions des exportations et des importations ont été principalement attribuables au pétrole brut.

Graphique 2  Graphique 2: Soldes des biens par zones géographiques - Description et tableau de données
Soldes des biens par zones géographiques

Graphique 2: Soldes des biens par zones géographiques - Description et tableau de données

Le commerce des biens avec les pays autres que les États-Unis a engendré un changement semblable dans le bilan. Le déficit s'est accru de 2,7 milliards de dollars pour s'établir à 13,3 milliards de dollars, principalement sous l'effet d'un renforcement des importations. Le déficit avec la Chine s'est accru de 1,1 milliard de dollars pour atteindre un sommet de 5,4 milliards de dollars. Les soldes du commerce des biens avec le Japon, l'Italie, les Pays-Bas, la Suisse et Taïwan ont tous reculé au cours du premier trimestre. Toutefois, les soldes du commerce des biens avec le Royaume-Uni et Singapour se sont améliorés.

Le déficit au chapitre du commerce des services est pratiquement inchangé

Au premier trimestre, le déficit au chapitre du commerce international de services s'est rétréci de 0,1 milliard de dollars pour atteindre 5,6 milliards de dollars. Dans le compte des voyages, les Canadiens ont réduit leurs dépenses aux États-Unis et à l'étranger, alors que les dépenses des non-résidents au Canada étaient inchangées. Ainsi, le déficit au chapitre des voyages a diminué de 0,2 milliard de dollars. L'excédent du commerce des services commerciaux a légèrement diminué, les importations ayant progressé davantage que les exportations. Le déficit au chapitre des services de transport a affiché une légère augmentation au cours du trimestre.

Diminution du déficit au chapitre des revenus de placements

Le déficit au chapitre des revenus d'investissements a reculé de 0,7 milliard de dollars pour se chiffrer à 3,7 milliards de dollars au premier trimestre, la croissance des recettes étant supérieure à celle des paiements. Les revenus reçus par les Canadiens sur leurs investissements directs et de portefeuille étrangers ont continué de croître. Du côté des paiements, les bénéfices réalisés au Canada par les investisseurs directs étrangers ont légèrement reculé. Toutefois, les paiements liés aux investissements de portefeuille du côté du passif ont augmenté de 0,3 milliard de dollars, principalement sous l'effet d'une augmentation des paiements d'intérêt sur les obligations des sociétés canadiennes en devises étrangères. Le dollar canadien a perdu 8,5 % de sa valeur par rapport à la devise américaine au cours du premier trimestre.

Compte financier

L'investissement étranger dans les titres canadiens augmente de façon importante

Les investisseurs étrangers ont augmenté leurs avoirs en titres canadiens de 37,6 milliards de dollars au premier trimestre, après un investissement marginal au trimestre précédent. Cette activité a été dominée par des acquisitions records d'obligations canadiennes par des investisseurs étrangers.

L'investissement étranger dans les obligations canadiennes a totalisé 41,4 milliards de dollars, principalement des nouvelles émissions d'obligations de sociétés privées canadiennes libellées en devises étrangères. Les achats étrangers d'obligations du gouvernement fédéral sur le marché secondaire ont aussi contribué aux entrées de fonds. Le niveau d'activité du premier trimestre contrastait avec la tendance observée en 2013 et en 2014, lorsque les investissements étrangers dans les obligations canadiennes ont ralenti après quatre années d'entrées de fonds soutenues et importantes dans les obligations des administrations publiques.

Parallèlement, les investisseurs non-résidents ont retiré 13,3 milliards de dollars de fonds du marché monétaire canadien au premier trimestre, dans le contexte d'une baisse relativement importante des taux d'intérêt à court terme au Canada. Cette diminution a représenté le plus important désinvestissement étranger en effets canadiens jamais enregistré. Plus de la moitié de cette diminution a été sous forme de bons du Trésor fédéral, principalement des remboursements.

Les non-résidents ont ajouté 9,5 milliards de dollars d'actions canadiennes à leurs avoirs au cours du premier trimestre, à la suite d'un rare désinvestissement au quatrième trimestre. Les cours des actions canadiennes ont progressé de 1,8 % au premier trimestre. Les investisseurs étrangers ont acquis des actions canadiennes au cours de sept des huit derniers trimestres pour un montant totalisant 63,4 milliards de dollars.

Graphique 3  Graphique 3: Investissement de portefeuille étranger - Description et tableau de données
Investissement de portefeuille étranger

Graphique 3: Investissement de portefeuille étranger - Description et tableau de données

Les avoirs canadiens en titres étrangers diminuent

Les investisseurs canadiens ont vendu 5,3 milliards de dollars de titres étrangers au premier trimestre, ce qui représente le premier désinvestissement trimestriel en plus de cinq ans. La majorité de cette activité a été observée en janvier et était concentrée dans les actions étrangères.

Les avoirs canadiens en actions étrangères ont connu une baisse de 4,0 milliards de dollars, en raison des ventes d'actions étrangères américaines et non américaines. Les cours des actions américaines ont légèrement reculé au premier trimestre. Au même moment, les avoirs canadiens en instruments d'emprunt étrangers ont diminué de 1,4 milliard de dollars, principalement sous l'effet d'un désinvestissement dans les obligations étrangères autres qu'américaines.

Les investissements directs entrants et sortants ralentissent

Les opérations d'investissements directs canadiens à l'étranger ont ralenti pour atteindre 16,5 milliards de dollars au premier trimestre, après un investissement record au quatrième trimestre. Les sorties de fonds liées aux fusions et acquisitions ont diminué pour se fixer à 5,2 milliards de dollars, comparativement à 25,0 milliards de dollars au quatrième trimestre. Sur le plan industriel, les investissements directs canadiens à l'étranger ont été principalement dirigés vers l'industrie de la finance et des assurances.

Les investissements directs étrangers entrants au Canada ont totalisé 6,7 milliards de dollars, soit le niveau le plus faible enregistré depuis le deuxième trimestre de 2012. Cette activité a été en majeure partie attribuable aux bénéfices réinvestis dans des filiales canadiennes par des investisseurs directs étrangers provenant principalement des États-Unis. Les fusions et les acquisitions ont entraîné une réduction des investissements directs étrangers au Canada, puisque les investisseurs directs non-résidents ont vendu certains de leurs actifs à des investisseurs canadiens au cours du trimestre.

Graphique 4  Graphique 4: Investissement direct étranger - Description et tableau de données
Investissement direct étranger

Graphique 4: Investissement direct étranger - Description et tableau de données

  Note aux lecteurs

La balance des paiements internationaux retrace l'ensemble des transactions économiques entre les résidents du Canada et les non-résidents dans trois comptes, soit le compte courant, le compte capital ainsi que le compte financier.

Le compte courant porte sur les transactions liées aux biens, aux services, à la rémunération des employés, aux revenus découlant des placements et aux revenus secondaires (transferts courants).

Les données du compte courant dans le présent communiqué sont désaisonnalisées. Pour obtenir plus de renseignements sur la désaisonnalisation, voir le document intitulé Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Le compte capital porte sur les transferts de capitaux et les transactions d'actifs non produits non financiers.

Le compte financier porte sur les transactions liées à des actifs et des passifs financiers.

En principe, un prêt net (+) / emprunt net (-) provenant de la somme du compte courant et du compte capital correspond à un prêt net (+) / emprunt net (-) provenant du compte financier. En pratique, cela est rarement le cas, puisque les données sont compilées à partir d'une multitude de sources. Cela donne donc lieu à une erreur de mesure. La divergence (erreurs et omissions nettes) est l'entrée ou la sortie nette non observée.

Pour obtenir plus de renseignements au sujet de la balance des paiements, veuillez consulter « La foire aux questions » du module Système des comptes macroéconomiques de notre site Web. Le module présente également les plus récentes statistiques de la balance des paiements.

Les données de la balance des paiements internationaux pour le deuxième trimestre seront diffusées le 31 août.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Denis Caron au 613-808-2278 (denis.caron@statcan.gc.ca), Division du commerce et des comptes internationaux.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :