Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Balance des paiements internationaux du Canada, quatrième trimestre de 2014

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diffusion : 2015-03-02

Le déficit du compte courant du Canada (après désaisonnalisation) s'est accru de 4,3 milliards de dollars au quatrième trimestre pour atteindre 13,9 milliards de dollars. Ce changement était surtout attribuable à la régression du solde du commerce des biens.

Dans le compte financier (en données non désaisonnalisées), l'augmentation des dépôts en devises étrangères détenus par les non-résidents au Canada a représenté le principal facteur de contribution aux rentrées de fonds dans l'économie.

Graphique 1  Graphique 1: Soldes du compte courant - Description et tableau de données
Soldes du compte courant

Graphique 1: Soldes du compte courant - Description et tableau de données

Pour l'année 2014, le déficit du compte courant a diminué de 12,8 milliards de dollars pour s'établir à 43,5 milliards de dollars, ce qui correspond au raffermissement du solde au chapitre des biens. Dans le compte financier, la majeure partie des rentrées de fonds provenant de l'étranger a été le résultat des opérations dans la catégorie des autres investissements. Contrairement aux dernières années, les investissements directs et de portefeuille étrangers ont contribué de façon minime aux rentrées transfrontalières nettes de fonds.

Compte courant

Le solde du commerce des biens revient à une position déficitaire

Le solde du commerce international des biens a enregistré un déficit de 2,0 milliards de dollars au quatrième trimestre, après avoir dégagé un excédent de 2,9 milliards de dollars au trimestre précédent. Il s'agissait du premier déficit enregistré depuis le quatrième trimestre de 2013. Toutefois, pour l'ensemble de 2014, le solde au chapitre des biens s'est accru de 12,1 milliards de dollars, affichant un excédent de 4,9 milliards de dollars.

Dans l'ensemble, les exportations totales de biens ont diminué de 3,4 milliards de dollars pour atteindre 131,8 milliards de dollars au quatrième trimestre, principalement sous l'effet du repli des produits énergétiques. Les exportations de produits énergétiques ont reculé de 4,2 milliards de dollars, surtout en raison de la baisse des prix du pétrole brut. Les exportations de produits agricoles et de la pêche et de produits alimentaires intermédiaires ont diminué de 1,1 milliard de dollars, sous l'effet de la réduction des volumes de canola et de blé. Les exportations de produits en métal et de produits minéraux non métalliques se sont accrues de 0,7 milliard de dollars grâce aux volumes plus élevés, surtout ceux des produits de l'aluminium et des métaux précieux.

Les importations totales de biens ont augmenté de 1,5 milliard de dollars pour atteindre 133,8 milliards de dollars au cours du trimestre. Les biens de consommation ont progressé de 0,7 milliard de dollars, à la faveur de l'augmentation des prix. Les importations de véhicules automobiles et pièces pour véhicule automobile se sont accrues de 0,6 milliard de dollars en raison de la hausse des volumes de voitures et de la combinaison de volumes et de prix plus élevés des pièces. Les importations de produits en métal et de produits minéraux non métalliques ont progressé de 0,5 milliard de dollars sous l'effet des volumes plus élevés de métaux précieux. Ces augmentations ont été en partie neutralisées par une diminution de 1,0 milliard de dollars des importations de produits énergétiques, qui s'explique surtout par la baisse des prix du pétrole brut.

D'un point de vue géographique, l'excédent avec les États-Unis a diminué de 4,2 milliards de dollars pour atteindre 8,7 milliards de dollars au quatrième trimestre, ce qui en fait l'excédent le plus bas depuis le troisième trimestre de 2010. Les exportations vers les États-Unis ont reculé de 2,4 milliards de dollars, principalement sous l'effet de la diminution des ventes de pétrole brut. Par contre, les importations en provenance des États-Unis ont progressé de 1,7 milliard de dollars. Le déficit global avec les pays autres que les États-Unis s'est accru de 0,7 milliard de dollars en raison d'une baisse des exportations.

Graphique 2  Graphique 2: Soldes des biens par zones géographiques - Description et tableau de données
Soldes des biens par zones géographiques

Graphique 2: Soldes des biens par zones géographiques - Description et tableau de données

Le déficit au chapitre des biens avec la Chine a augmenté de 1,0 milliard de dollars pour se chiffrer à 4,3 milliards de dollars, soit le niveau le plus élevé depuis le quatrième trimestre de 2008. Cette situation est attribuable à la baisse des exportations et à la hausse des importations. Le déficit avec la Corée du Sud s'est également creusé. Entre-temps, l'excédent avec le Royaume-Uni a reculé de 0,7 milliard de dollars, principalement en raison de la faiblesse des exportations. Par contre, les soldes commerciaux avec Hong Kong, l'Iraq, les Pays-Bas et la Suisse se sont améliorés au cours du trimestre, ce qui a eu un effet modérateur sur la transition d'un excédent à un déficit du commerce des biens.

Réduction des déficits au chapitre du commerce des services et des revenus de placement

Le déficit dans les transactions internationales de services a diminué de 0,1 milliard de dollars au quatrième trimestre pour s'établir à 5,5 milliards de dollars. Cette situation correspondait à l'excédent au chapitre des services commerciaux qui s'est accru de 0,1 milliard de dollars, à la faveur de la hausse des recettes. Les déficits au chapitre des voyages et du transport étaient pratiquement inchangés.

Le déficit des revenus de placement a reculé de 0,4 milliard de dollars pour se situer à 5,7 milliards de dollars. Les bénéfices réalisés au Canada par les investisseurs directs étrangers ont diminué davantage que ceux réalisés à l'étranger par les investisseurs directs canadiens. Les bénéfices réalisés sur les actifs et passifs de portefeuille ont continué de progresser au cours du trimestre.

Compte financier

Les investissements étrangers dans les titres canadiens atteignent leur plus bas niveau en six ans

Les investisseurs étrangers ont acquis pour 0,3 milliard de dollars de titres canadiens au cours du quatrième trimestre, soit une baisse par rapport à des investissements de 20,1 milliards de dollars au trimestre précédent. Les non-résidents ont continué d'investir dans les titres d'emprunt canadiens, mais à un rythme plus lent pendant le trimestre, tout en réduisant leurs avoirs en actions. Par conséquent, les investissements étrangers en titres canadiens au quatrième trimestre ont affiché leur plus bas niveau en six ans.

Les avoirs étrangers en titres d'emprunt canadiens ont progressé de 3,7 milliards de dollars au cours du trimestre. Les investisseurs non résidents ont ajouté 5,4 milliards de dollars d'obligations canadiennes à leurs portefeuilles, surtout des obligations de sociétés libellées en dollars américains. Parallèlement, ils ont retiré 1,6 milliard de dollars du marché monétaire canadien, principalement des remboursements d'effets provinciaux.

Les investisseurs internationaux ont vendu pour 3,5 milliards de dollars d'actions canadiennes au cours du trimestre, soit le premier désinvestissement du genre depuis le premier trimestre de 2013. Néanmoins, les investissements étrangers en actions canadiennes en 2014 ont atteint leur niveau le plus élevé en cinq ans. Le cours des actions canadiennes a reculé de 2,2 % au quatrième trimestre.

Les investissements canadiens en titres étrangers demeurent vigoureux

Les investisseurs canadiens ont acquis pour 16,0 milliards de dollars de titres étrangers au cours du trimestre, la majeure partie de cette activité ayant été enregistrée en décembre. Les achats canadiens de titres d'emprunts étrangers, surtout des obligations américaines, ont été de 9,6 milliards de dollars.

Les acquisitions canadiennes d'actions étrangères se sont chiffrées à 6,4 milliards de dollars, soit un sixième trimestre consécutif d'investissement. Sur une base annuelle, les investissements canadiens en actions étrangères ont totalisé 35,7 milliards de dollars en 2014, soit la plus importante sortie de fonds depuis 2000.

Graphique 3  Graphique 3: Investissement de portefeuille étranger - Description et tableau de données
Investissement de portefeuille étranger

Graphique 3: Investissement de portefeuille étranger - Description et tableau de données

Croissance des investissements directs étrangers principalement sous l'effet des fusions et acquisitions

Les investissements directs canadiens à l'étranger ont atteint 31,7 milliards de dollars au quatrième trimestre et ont été surtout dirigés vers les États-Unis. Il s'agissait de la plus importante sortie de fonds du genre depuis le premier trimestre de 2008. Une activité record de fusions et d'acquisitions transfrontalières au cours du trimestre a été à l'origine de la majeure partie des investissements directs sortant. Sous l'impulsion de l'activité enregistrée au quatrième trimestre, les investissements directs canadiens à l'étranger en 2014 ont été les plus élevés en six ans.

Les investissements directs étrangers au Canada se sont élevés à 17,7 milliards de dollars au quatrième trimestre, soit leur plus haut niveau en près de deux ans. La majeure partie de cette activité a été attribuable aux fusions et acquisitions transfrontalières.

Graphique 4  Graphique 4: Investissement direct canadien à l'étranger - Description et tableau de données
Investissement direct canadien à l'étranger

Graphique 4: Investissement direct canadien à l'étranger - Description et tableau de données

La catégorie des autres investissements génère d'importantes rentrées de fonds

Les opérations dans la catégorie des autres investissements du compte financier ont généré une importante rentrée nette de fonds au quatrième trimestre. Cette activité a été principalement attribuable à une augmentation des dépôts en devises étrangères détenus par les non-résidents au Canada.

Structures de financement en 2014

La majeure partie des rentrées de fonds provenant de l'étranger en 2014 est le résultat d'opérations dans la catégorie des autres investissements, surtout des opérations du secteur des banques. La contribution des opérations reliées aux investissements directs et de portefeuille a été réduite dans les deux cas au cours de l'année.

Les opérations internationales en valeurs mobilières ont généré une rentrée nette de fonds dans l'économie canadienne de 3,4 milliards de dollars en 2014. Il s'agissait d'une septième année consécutive de rentrées nettes pour ce type d'investissement, mais de la plus faible depuis la crise financière mondiale de 2008.

Les investissements directs entrant ont légèrement dépassé les investissements directs sortant de 1,4 milliard de dollars en 2014, comparativement à 20,6 milliards de dollars en 2013. Cette activité a suivi cinq années consécutives de sorties nettes de fonds dans les opérations d'investissement direct.


  Note aux lecteurs

La balance des paiements internationaux retrace l'ensemble des transactions économiques entre les résidents du Canada et les non-résidents dans trois comptes, soit le compte courant, le compte capital ainsi que le compte financier.

Le compte courant porte sur les transactions liées aux biens, aux services, à la rémunération des employés, aux revenus découlant des placements et aux revenus secondaires (transferts courants).

Les données du compte courant dans le présent communiqué sont désaisonnalisées. Pour obtenir plus de renseignements sur la désaisonnalisation, voir le document intitulé Données désaisonnalisées – Foire aux questions.

Le compte capital porte sur les transferts de capitaux et les transactions d'actifs non produits non financiers.

Le compte financier porte sur les transactions liées à des actifs et des passifs financiers.

En principe, un prêt net (+) / emprunt net (-) provenant de la somme du compte courant et du compte capital correspond à un prêt net (+) / emprunt net (-) provenant du compte financier. En pratique, cela est rarement le cas, puisque les données sont compilées à partir d'une multitude de sources. Cela donne donc lieu à une erreur de mesure. La divergence (erreurs et omissions nettes) est l'entrée ou la sortie nette non observée.

Pour obtenir plus de renseignements au sujet de la balance des paiements, veuillez consulter « La foire aux questions » du module Système des comptes macroéconomiques de notre site Web. Le module présente également les plus récentes statistiques de la balance des paiements.

Les données de la balance des paiements internationaux pour le premier trimestre seront diffusées le 28 mai.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Denis Caron au 613-808-2278 (denis.caron@statcan.gc.ca), Division du commerce et des comptes internationaux.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :