Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Comptes du bilan national et des flux financiers, deuxième trimestre de 2014

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diffusion : 2014-09-12

La valeur nette nationale a affiché une légère hausse de 0,6 % par rapport au premier trimestre pour atteindre 7 907 milliards de dollars au deuxième trimestre. Il s'agit de la hausse la plus faible depuis le troisième trimestre de 2012. La valeur nette nationale par habitant a légèrement progressé, s'établissant à 222 400 $.

Le patrimoine national, ou la valeur totale des actifs non financiers dans l'économie canadienne, a augmenté de 1,8 % pour s'établir à 7 965 milliards de dollars à la fin du deuxième trimestre, principalement en raison d'une hausse de 122,0 milliards de dollars de la valeur des biens immobiliers.

La croissance plus lente de la valeur nette a été surtout attribuable à une baisse du bilan net des investissements internationaux du Canada, qui a reculé de 94,7 milliards de dollars au deuxième trimestre. Cette baisse a fait passer le Canada d'une position d'actif international net à une position d'endettement international net de 57,3 milliards de dollars. Ce recul est le résultat de l'appréciation du dollar canadien ainsi que de la vigueur relative des marchés boursiers canadiens, qui ensemble ont fait augmenter davantage la valeur des passifs du Canada que la valeur de ses actifs internationaux.

La demande de fonds de la part des secteurs non financiers intérieurs (les ménages, les institutions sans but lucratif au service des ménages, les administrations publiques et les sociétés non financières) s'est chiffrée à 77,6 milliards de dollars au deuxième trimestre.

La dette contractée sur le marché du crédit (le crédit à la consommation, les emprunts hypothécaires, les prêts non hypothécaires, les effets à court terme et les obligations) par les secteurs non financiers intérieurs totalisait 4 359 milliards de dollars à la fin du deuxième trimestre. Les obligations garanties et non garanties, de même que les emprunts hypothécaires, ont continué à représenter la majeure partie de l'encours de la dette totale contractée sur le marché du crédit.

Graphique 1  Graphique 1: Variations de la valeur nette nationale - Description et tableau de données
Variations de la valeur nette nationale

Graphique 1: Variations de la valeur nette nationale - Description et tableau de données

Secteur des ménages

La valeur nette des ménages a augmenté de 2,3 % au deuxième trimestre, surtout grâce à la hausse de la valeur de leurs biens immobiliers. L'augmentation de la valeur nette des ménages a aussi été appuyée par la vigueur soutenue de la valeur des actions et des autres avoirs ainsi que des actifs d'assurance vie et de retraite. La valeur nette des ménages par habitant a augmenté pour s'établir à 227 000 $ au deuxième trimestre.

La dette totale contractée sur le marché du crédit (le crédit à la consommation, les emprunts hypothécaires et les prêts non hypothécaires) se chiffrait à 1 797 milliards de dollars à la fin du deuxième trimestre. Il s'agit d'une hausse de 1,3 %, qui a dépassé celle du revenu disponible. Par conséquent, le niveau d'endettement, soit le ratio de la dette des ménages contractée sur le marché du crédit au revenu disponible, s'est légèrement accru pour s'élever à 163,6 % au deuxième trimestre. Ce ratio est, toutefois, demeuré en deçà du sommet de 164,1 % atteint au troisième trimestre de 2013.

À la fin du deuxième trimestre, la dette sur le marché du crédit à la consommation a atteint 513 milliards de dollars, en hausse de 7,1 milliards de dollars par rapport au premier trimestre, tandis que la dette hypothécaire a progressé de 1,4 % pour s'établir à 1 170 milliards de dollars.

Le ratio du service de la dette des ménages, qui correspond aux intérêts versés sur les emprunts hypothécaires et non hypothécaires des ménages, divisés par le revenu disponible, a diminué pour s'établir à 6,9 % au deuxième trimestre. Ce ratio se maintient en dessous de la moyenne historique de 8,6 %.

Le ratio des actifs financiers aux actifs non financiers suit une tendance générale à la hausse depuis la baisse prononcée de 2008, alors que les prix des actions avaient diminué de façon marquée par rapport aux actifs non financiers, comme les biens immobiliers. À la fin du deuxième trimestre, le ratio s'établissait à 119,2 % et était à peu près inchangé par rapport à celui observé au trimestre précédent, les actifs financiers et non financiers ayant enregistré des taux similaires de croissance.

Les capitaux propres des ménages en proportion des biens immobiliers ont atteint 70,2 % à la fin du deuxième trimestre, soit leur plus haut niveau depuis le premier trimestre de 2010. La valeur des biens immobiliers des ménages a augmenté à un rythme plus rapide que la dette hypothécaire.

Graphique 2  Chart 2: Indicateurs de l'endettement du secteur des ménages - Description et tableau de données
Indicateurs de l'endettement du secteur des ménages

Chart 2: Indicateurs de l'endettement du secteur des ménages - Description et tableau de données

Secteur des administrations publiques

La dette brute totale des administrations publiques (établie à la valeur comptable) a augmenté de 24,8 milliards de dollars au deuxième trimestre. À la fin du deuxième trimestre, le déficit global des administrations publiques s'établissait à 1,3 milliard de dollars, comparativement à 9,0 milliards de dollars au deuxième trimestre de 2013.

Les emprunts totaux des administrations publiques sur les marchés financiers étaient de 26,9 milliards de dollars au deuxième trimestre. L'administration publique fédérale et les autres ordres de l'administration publique ont été des émetteurs nets d'effets à court terme au deuxième trimestre, après avoir été en situation de remboursements nets au trimestre précédent. Les autres ordres de l'administration publique ont aussi emprunté des fonds grâce à la vente d'obligations garanties et non garanties.

Le ratio de la dette nette de l'administration publique fédérale (établie à la valeur comptable) au produit intérieur brut a diminué pour s'établir à 32,3 % au deuxième trimestre, tandis que le ratio des autres ordres de l'administration publique a augmenté pour atteindre 30,5 %, poursuivant la tendance à la hausse amorcée vers la fin de 2008.

Graphique 3  Graphique 3: Dette nette (valeur comptable) en pourcentage du produit intérieur brut - Description et tableau de données
Dette nette (valeur comptable) en pourcentage du produit intérieur brut

Graphique 3: Dette nette (valeur comptable) en pourcentage du produit intérieur brut - Description et tableau de données

Secteur des sociétés

Le secteur des sociétés financières est demeuré un prêteur net pour le reste de l'économie au deuxième trimestre. Les prêts nets accordés par les sociétés financières se sont chiffrés à 10,6 milliards de dollars au cours du trimestre, tandis que les sociétés non financières sont demeurées en situation de faible position emprunteuse nette.

Au cours du deuxième trimestre, les sociétés privées non financières ont emprunté des fonds pour une valeur totalisant 26,5 milliards de dollars sur les marchés financiers. Ces emprunts ont, en grande partie, pris la forme d'obligations garanties et non garanties et de prêts non hypothécaires. Exprimé à la valeur comptable, le ratio d'endettement des sociétés non financières équivalait à 58 cents de dette sur le marché du crédit par dollar de capitaux propres à la fin du trimestre. Même si ce ratio était généralement en baisse depuis la crise financière, il suit un mouvement à la hausse depuis les deux dernières années.

À la fin du deuxième trimestre, les actifs financiers des sociétés financières ont augmenté de 2,1 % pour atteindre 10 554 milliards de dollars. Les actifs en actions canadiennes ont représenté la part la plus importante de cette hausse, en raison des prix élevés de ces actions pendant le trimestre.

Graphique 4  Graphique 4: Le ratio d'endettement des sociétés non financières - Description et tableau de données
Le ratio d'endettement des sociétés non financières

Graphique 4: Le ratio d'endettement des sociétés non financières - Description et tableau de données



  Note aux lecteurs

La présente diffusion constitue une analyse combinée des Comptes du bilan national et des Comptes des flux financiers. Les Comptes du bilan national regroupent les bilans de tous les secteurs et sous-secteurs de l'économie. Les principaux secteurs sont : les ménages, les institutions sans but lucratif au service des ménages, les sociétés financières, les sociétés non financières, les administrations publiques et les non-résidents. Ils englobent tous les actifs non financiers nationaux et toutes les créances d'actifs et de passifs non réglées de tous les secteurs. Toutes les données sont non désaisonnalisées.

Les Comptes des flux financiers (CFF) mesurent les prêts et les emprunts nets en examinant les opérations financières par secteur de l'économie. Ainsi, les CFF mesurent l'investissement financier net, qui correspond à la différence entre les transactions en actifs financiers et en passifs financiers (par exemple les achats nets de titres moins les émissions nettes de titres). Les CFF mettent également en lumière le lien entre les activités financières et non financières de l'économie qui associent les estimations de l'épargne et l'acquisition de capital non financier (par exemple l'investissement en construction résidentielle neuve) aux opérations financières sous-jacentes.

Les définitions relatives aux indicateurs financiers sont présentées dans le document intitulé « Indicateurs financiers des Comptes du bilan national » et dans le Glossaire du Système des comptes macroéconomiques.

Le module Système des comptes macroéconomiques, accessible sous l'onglet Parcourir par ressource clé de notre site Web, offre un portrait à jour des économies nationale et provinciales et de leur structure.

Des liens vers d'autres communiqués liés aux comptes nationaux se retrouvent dans le numéro du deuxième trimestre de 2014 de la publication Revue trimestrielle des comptes économiques canadiens, vol. 13, no 2 (Numéro au catalogue13-010-X). Cette publication est accessible à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Parcourir par ressource clé. Les Comptes du bilan national et des flux financiers révisés pour le premier trimestre ont été diffusés en même temps que ceux du deuxième trimestre. Ces données intègrent des données de base nouvelles et révisées ainsi que des données mises à jour.

Les données du troisième trimestre sur les Comptes du bilan national et des flux financiers seront diffusées le 15 décembre.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (statcan.mediahotline-ligneinfomedias.statcan@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :