Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Comptes économiques provinciaux et territoriaux, 2012

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diffusion : 2013-11-08

La plupart des provinces et des territoires ont connu une croissance économique plus lente en 2012 qu'en 2011. À l'échelle nationale, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 1,7 %, alors qu'il avait progressé de 2,5 % en 2011.

Graphique 1  Chart 1: Produit intérieur brut réel, 2012 - Description et tableau de données
Produit intérieur brut réel, 2012

Chart 1: Produit intérieur brut réel, 2012 - Description et tableau de données

La croissance du PIB réel a surpassé la moyenne nationale au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta, au Yukon et au Nunavut, l'Alberta affichant la hausse la plus importante (+3,8 %). Le PIB réel a diminué à Terre-Neuve-et-Labrador (-4,4 %), au Nouveau-Brunswick (-1,1 %) et en Nouvelle-Écosse (-0,1 %).

Les dépenses de consommation finale des ménages ont augmenté dans chaque province et territoire. Toutefois, leur croissance a ralenti partout comparativement à 2011, sauf à Terre-Neuve-et-Labrador, en Saskatchewan et en Alberta. En Alberta, les ménages ont enregistré la hausse la plus forte des dépenses au pays, soit 4,3 %.

La formation brute de capital fixe des entreprises sous forme de bâtiments résidentiels a augmenté de 6,1 % à l'échelle nationale en 2012, alors que la progression avait été de 1,6 % en 2011. Des hausses ont eu lieu dans toutes les provinces et dans les Territoires du Nord-Ouest. La Saskatchewan et l'Alberta étaient en tête de liste, ayant affiché des croissances respectives de 16,3 % et de 12,9 %.

À l'échelle nationale, la formation brute de capital fixe des entreprises sous forme de bâtiments non résidentiels, ainsi que de machines et de matériel a progressé de 6,2 % en 2012, après deux années d'augmentations d'au moins 10 %. Le rythme de croissance a été nettement supérieur à la moyenne nationale à Terre-Neuve-et-Labrador, au Québec et en Colombie-Britannique. Des baisses ont été enregistrées en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, au Yukon ainsi qu'au Nunavut.

Les exportations ont augmenté de 1,5 % à l'échelle nationale en 2012, soit une progression plus faible que la hausse de 4,7 % observée en 2011. La croissance des exportations a également été plus faible dans la plupart des provinces et territoires. À Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse, au Manitoba, en Colombie-Britannique et dans les Territoires du Nord-Ouest, les exportations ont diminué en termes réels. À l'Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick et au Québec, la croissance des exportations s'est accélérée en 2012.

En 2012, les importations ont affiché une croissance dans toutes les juridictions, à l'exception de la Nouvelle-Écosse et des trois territoires. À l'échelle nationale, les importations ont progressé de 3,1 %, alors qu'elles avaient affiché une hausse de 5,7 % en 2011, la croissance ayant fléchi dans la plupart des provinces et des territoires. Terre-Neuve-et-Labrador et le Nouveau-Brunswick ont tous deux affiché une croissance de leurs importations plus forte qu'en 2011.

La rémunération des salariés (en dollars courants) a augmenté dans toutes les provinces et tous les territoires, sauf en Nouvelle-Écosse (-0,3 %), la croissance la plus prononcée ayant eu lieu en Alberta (+9,2 %). À l'échelle nationale, la rémunération des salariés a augmenté de 4,5 % en 2012, après avoir progressé de 5,3 % en 2011.

L'excédent d'exploitation net des sociétés (en dollars courants) a diminué dans chaque province et territoire, sauf au Manitoba, en Saskatchewan et au Yukon. À l'échelle nationale, l'excédent d'exploitation net des sociétés a baissé de 4,9 % comparativement à une hausse de 11,3 % en 2011.

Le revenu disponible des ménages (en dollars courants) a augmenté dans la plupart des provinces et des territoires, et ce, principalement en Alberta (+9,0 %), au Yukon (+8,6 %) et à Terre-Neuve-et-Labrador (+7,0 %). La seule baisse a été enregistrée en Nouvelle-Écosse (-0,4 %). Dans chaque province et territoire, sauf à l'Île-du-Prince-Édouard, au Manitoba, en Alberta, au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest, la croissance du revenu disponible des ménages a été plus faible qu'en 2011. À l'échelle nationale, le revenu disponible des ménages a augmenté de 3,9 % en 2012 après avoir enregistré une hausse de 4,6 % en 2011.

Région de l'Atlantique

En 2012, le PIB réel de Terre-Neuve-et-Labrador a baissé de 4,4 %, après avoir affiché une hausse de 2,9 % en 2011. Les exportations ont baissé de 13,7 %, principalement en raison d'un fléchissement des exportations de produits énergétiques. La formation brute de capital fixe des entreprises a progressé de 34,3 %, stimulée par les dépenses en construction de bâtiments non résidentiels. Les dépenses de consommation finale des ménages ont augmenté de 2,7 %. La demande intérieure finale a progressé de 9,2 %, soit la croissance la plus forte au pays. Les importations de biens et de services se sont accrues de 6,2 %. La rémunération des salariés a affiché une hausse de 8,9 %, similaire à celle enregistrée en 2011. L'excédent d'exploitation net des sociétés a baissé de 11,4 %.

L'économie de l'Île-du-Prince-Édouard a connu une expansion de 1,5 % en 2012, après avoir enregistré une augmentation de 1,0 % en 2011. La croissance a été entraînée par une hausse de 3,7 % des exportations, principalement vers d'autres provinces. La demande intérieure finale a fléchi de 0,6 % après deux années consécutives de croissance. La formation brute de capital fixe des administrations publiques a baissé de 15,0 %, en raison de l'achèvement de plusieurs projets de génie. La croissance de l'investissement des entreprises a diminué pour s'établir à 1,9 %, après une croissance d'au moins 10 % en 2011. Les dépenses de consommation finale des ménages ont connu une augmentation de 1,0 %. Les importations ont progressé de 2,7 % en raison d'une hausse de celles provenant d'autres pays. La rémunération des salariés a augmenté de 3,6 % en 2012, après avoir progressé de 4,3 % en 2011. L'excédent d'exploitation net des sociétés a reculé de 14,5 %.

En Nouvelle-Écosse, le PIB réel a reculé de 0,1 % en 2012, après avoir augmenté de 0,6 % en 2011. De plus faibles exportations vers les autres pays ont contribué à une diminution globale de 0,7 % des exportations de biens et de services. La demande intérieure finale a fléchi de 0,5 %, la formation brute de capital fixe des entreprises ayant diminué de 6,7 %. Les dépenses en machines et matériel ont baissé de 21,1 %, après deux années de forte croissance. Les dépenses de consommation finale des ménages ont enregistré une hausse de 0,7 %, comparativement à une hausse de 1,7 % en 2011. Les importations ont baissé de 0,2 %. La rémunération des salariés a connu une baisse de 0,3 %. L'excédent d'exploitation net des sociétés a diminué de 10,3 %.

Au Nouveau-Brunswick, le PIB réel a reculé de 1,1 % en 2012, après avoir progressé de 0,3 % en 2011. Les exportations ont enregistré une hausse de 3,4 %, dictée surtout par des livraisons plus importantes de produits énergétiques. La demande intérieure finale a baissé de 2,0 % après deux années consécutives de croissance. La formation brute de capital fixe des administrations publiques a diminué de 23,6 %, après deux années de forte croissance. Par contre, la formation brute de capital fixe des entreprises a augmenté de 0,2 %, les investissements plus importants en bâtiments résidentiels ayant été compensés par des dépenses plus faibles en machines et matériel. Les dépenses de consommation finale des ménages ont augmenté de 0,3 %. Les importations ont enregistré une hausse de 2,6 %, en raison d'une augmentation de 10,1 % des importations en provenance d'autres pays. La rémunération des salariés a augmenté de 1,9 %. L'excédent d'exploitation net des sociétés a diminué de 12,6 % après deux années consécutives de croissance.

Centre du Canada

Le PIB réel du Québec a augmenté de 1,5 % en 2012, alors qu'il avait affiché une hausse de 1,8 % en 2011. La demande intérieure finale a progressé de 2,0 % grâce aux augmentations de la formation brute de capital fixe des entreprises (+6,5 %) et des dépenses de consommation finale des ménages (+1,2 %). La croissance de l'investissement en bâtiments non résidentiels ainsi qu'en machines et matériel (+15,0 %) a été particulièrement forte. Les exportations ont progressé de 1,6 %, après une légère augmentation en 2011. Les importations se sont accrues de 2,9 % en 2012, la plus grande part de l'augmentation étant attribuable aux importations en provenance d'autres pays. L'excédent d'exploitation net des sociétés a baissé de 0,6 %. La rémunération des salariés a augmenté de 3,7 %.

En Ontario, le PIB réel a augmenté de 1,3 % en 2012, après avoir connu une hausse de 2,2 % en 2011. La demande intérieure finale s'est accrue de 1,3 %, à la suite de l'augmentation des dépenses de consommation finale des ménages et des administrations publiques, ainsi que de la formation brute de capital fixe des entreprises. Les investissements des entreprises en bâtiments résidentiels ont augmenté de 4,7 %, une croissance plus forte qu'en 2011. Par contre, les dépenses des entreprises en bâtiments non résidentiels ont baissé de 1,6 %, après avoir affiché une croissance de 18,0 % en 2011. Les importations ont augmenté de 2,0 % en 2012, comparativement à 5,6 % en 2011. Les exportations ont progressé de 1,7 %, en raison de la hausse des livraisons de véhicules automobiles et de pièces de véhicules automobiles. L'excédent d'exploitation net des sociétés a baissé de 1,0 %. La rémunération des salariés a augmenté de 3,1 %.

Ouest du Canada

Le PIB réel du Manitoba a augmenté de 2,6 % en 2012, après avoir progressé de 1,7 % en 2011. La formation brute de capital fixe des entreprises a affiché une hausse de 5,9 %, stimulée par des dépenses plus importantes en bâtiments non résidentiels ainsi qu'en machines et matériel. Les investissements des entreprises en bâtiments résidentiels se sont accrus de 7,4 %, alors qu'ils avaient progressé de 2,7 % en 2011. Les importations ont progressé de 3,2 %. La diminution des exportations vers d'autres pays a entraîné un recul global de 0,4 % des exportations en 2012. L'excédent d'exploitation net des sociétés a connu une hausse de 8,0 %, après une croissance de 4,1 % en 2011. La rémunération des salariés a augmenté de 4,3 % pour une deuxième année d'affilée.

En 2012, le PIB réel de la Saskatchewan a affiché une hausse de 1,9 %, après avoir enregistré une hausse de 5,0 % en 2011. Les dépenses de consommation finale des ménages se sont accrues de 3,8 % en 2012, stimulées principalement par les dépenses en services et en biens durables. Les investissements des entreprises en bâtiments résidentiels ont augmenté de 16,3 %, ce qui a entraîné une hausse de 3,6 % de la formation brute de capital fixe globale des entreprises. Les importations ont enregistré une hausse de 0,9 %, et les exportations ont affiché une augmentation de 0,5 %. La rémunération des salariés a augmenté de 8,1 %, comparativement à une hausse de 9,6 % en 2011.

L'Alberta venait en tête du pays en 2012, la croissance du PIB réel se chiffrant à 3,8 %, après avoir affiché une hausse de 5,2 % en 2011. Les dépenses de consommation finale des ménages ont progressé de 4,3 %, grâce à la vigueur soutenue des dépenses en services ainsi qu'en biens durables et semi-durables. La formation brute de capital fixe des entreprises a connu une hausse de 6,6 %, dictée principalement par les dépenses en bâtiments résidentiels (+12,9 %) et en bâtiments non résidentiels (+7,8 %). Les exportations se sont accrues de 2,9 %, à la suite de la hausse des livraisons de produits énergétiques. La rémunération des salariés a augmenté de 9,2 %, soit la hausse la plus importante au pays. L'excédent d'exploitation net des sociétés a baissé de 10,4 % après deux années de fortes augmentations.

Le PIB réel de la Colombie-Britannique a augmenté de 1,5 % en 2012, après avoir progressé de 2,7 % en 2011. La demande intérieure finale a progressé de 2,9 % à la suite des augmentations de la formation brute de capital fixe des entreprises et des dépenses de consommation finale des ménages et de l'administration publique. Les dépenses en bâtiments résidentiels ont augmenté de 9,1 %. Les importations ont augmenté de 2,8 %. Les exportations ont été stables, après avoir progressé de 5,5 % en 2011. La rémunération des salariés a augmenté de 4,2 %. L'excédent d'exploitation net des sociétés a baissé de 17,9 %.

Territoires

Le PIB réel du Yukon a progressé de 3,1 % en 2012, après avoir affiché une croissance de 3,3 % en 2011. Les exportations ont progressé de 2,9 %, en raison d'une augmentation des livraisons de produits miniers. Les dépenses de consommation finale des ménages ont augmenté de 2,8 %. La formation brute de capital fixe des entreprises a diminué de 25,2 %, après avoir connu deux années de croissance vigoureuse. Les dépenses des entreprises en bâtiments non résidentiels ont baissé fortement après l'achèvement d'importants projets de génie en énergie électrique en 2011. La demande intérieure finale a baissé de 6,1 %. Les importations de biens et de services ont diminué de 3,9 %. La rémunération des salariés a augmenté de 7,4 %, tandis que l'excédent d'exploitation net des sociétés a rebondi, après une baisse prononcée en 2011.

Dans les Territoires du Nord-Ouest, l'activité économique a augmenté de 1,7 % en 2012, après avoir diminué de 7,3 % en 2011. La demande intérieure finale a progressé de 4,6 %. La formation brute de capital fixe des entreprises a connu une hausse de 21,0 %, attribuable principalement aux investissements en droits de propriété intellectuelle (qui comprennent les dépenses en prospection de minéraux). Les dépenses de consommation finale des ménages ont avancé de 1,4 %. Les exportations ont baissé de 8,9 % en raison d'un ralentissement dans les produits miniers. Les importations (-0,4 %) ont fléchi également. L'excédent d'exploitation net des sociétés a diminué de 24,9 %, recul similaire à celui observé en 2011, tandis que la rémunération des salariés a augmenté de 4,7 %.

L'économie du Nunavut a connu une expansion de 1,9 % en 2012, après avoir progressé de 3,7 % en 2011. Les exportations ont augmenté de 19,4 % grâce à l'accroissement des livraisons de minerais métalliques et concentrés aux autres provinces et territoires. Alors que les dépenses de consommation finale des ménages ont progressé de 2,4 %, celles des administrations publiques ont reculé de 2,1 %, et la formation brute de capital fixe des entreprises a baissé de 16,9 %. La demande intérieure finale a baissé de 6,6 %. Les importations de biens et de services ont diminué de 7,4 %. La rémunération des salariés a augmenté de 4,6 %, tandis que l'excédent d'exploitation net a reculé de façon marquée pour une deuxième année de suite.

Produits, services et demandes de renseignements

Analyse et tableaux détaillés

Tous les renseignements ayant trait au Système des comptes économiques nationaux sont accessibles à partir du module du Système des comptes économiques nationaux de la page d'accueil de notre site Web.

Les données provinciales et territoriales révisées sur le PIB par industrie pour la période allant de 2007 à 2012 sont maintenant accessibles.

  Note aux lecteurs

La présente diffusion comprend les révisions des comptes économiques provinciaux et territoriaux pour la période de 2007 à 2011 et une mise à jour des données de 2012. Les données sur le PIB par industrie à l'échelle provinciale ou territoriale sont également révisées pour la période allant de 2007 à 2012. Sont intégrées dans ces deux séries de révisions les données repères révisées pour 2009 et les nouvelles données pour 2010 provenant des comptes d'entrées-sorties provinciaux et territoriaux, les révisions des comptes nationaux des revenus et des dépenses diffusées en mai 2013, les révisions des données sur le PIB national par industrie diffusées en septembre 2013, ainsi que les données de base provinciales et territoriales révisées.

Des améliorations méthodologiques ont été apportées à l'indice des prix utilisé pour dégonfler les dépenses en recherche et développement pour compte propre et aux estimations des flux interprovinciaux de rémunération des salariés. Les effets de ces ajustements sur le revenu disponible des ménages varient selon la province ou le territoire.

Les révisions des comptes économiques provinciaux et territoriaux pour la période de 1981 à 2006 ainsi que les révisions aux données du PIB par industrie – provinces et territoires, pour la période de 1997 à 2006 seront diffusées le 20 décembre 2013.

Les variations en pourcentage des statistiques relatives aux dépenses (comme les dépenses de consommation finale des ménages, la formation brute de capital fixe des entreprises, les exportations et les importations) sont calculées à partir de mesures en volume, qui sont corrigées en fonction des variations de prix. Les variations en pourcentage des statistiques relatives aux revenus (comme la rémunération des salariés et les excédents d'exploitation net des sociétés) sont calculées à partir de mesures nominales, ce qui signifie qu'elles ne sont pas corrigées en fonction des variations de prix.

La présente diffusion des Comptes provinciaux et territoriaux du produit intérieur brut en termes de revenus et de dépenses comprend également les nouvelles données de 2012 et des données révisées pour 2007 à 2011.

Les Comptes provinciaux et territoriaux du produit intérieur brut en termes de revenus et de dépenses comprennent des estimations du produit intérieur brut (PIB) en termes de revenus et de dépenses, des estimations du PIB réel, des contributions à la variation en pourcentage du PIB réel, des indices implicites de prix et des comptes courants des ménages.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (statcan.mediahotline-ligneinfomedias.statcan@canada.ca).

Date de modification :