Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Étude : Vivre en couple chacun chez soi

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Diffusion : 2013-03-05

Environ 1,9 million de Canadiens, ou un peu plus de 7 % de la population de 20 ans et plus, ont déclaré qu'ils étaient dans une relation de couple en 2011, mais ne partageaient pas la même adresse que leur conjoint. Cette proportion était légèrement en baisse par rapport à 8 % en 2001.

Ces relations, souvent appelées unions « non cohabitantes » ou « couples vivant chacun chez soi » (VCCS), sont de plus en plus suivies par les organismes statistiques partout dans le monde afin de mieux comprendre les modes de vie des couples.

Les couples VCCS sont plus répandus chez les jeunes adultes puisque 31 % des personnes de 20 à 24 ans et 17 % de celles de 25 à 29 ans étaient dans une relation de type VCCS.

En comparaison, un peu plus de 2 % des Canadiens d'au moins 60 ans étaient en couple VCCS, bien que la proportion de ceux qui sont dans cette situation ait été légèrement en hausse par rapport à 2001.

Environ 14,3 millions de personnes de 20 ans et plus, ou 55 % de la population, étaient mariées et vivaient sous le même toit que leur conjoint. Un autre 3,2 millions de personnes vivaient en union libre, et 6,4 millions ont déclaré ne pas avoir de conjoint.

Raisons pour vivre chacun chez soi

Environ 42 % des adultes de 20 ans et plus ont dit qu'ils étaient en couple VCCS parce que les « circonstances » les y contraignaient. D'autres (39 %) ont plutôt mentionné qu'ils avaient fait le « choix » de vivre ainsi.

Le quart des personnes contraintes de vivre séparément ont indiqué que les circonstances financières en étaient la principale raison, et un autre quart a mentionné les circonstances entourant les études.

Les circonstances liées au travail ont été évoquées par 15 % d'entre elles, mais cette proportion était de 32 % chez les 40 à 49 ans.

Chez les adultes ayant plutôt choisi ce type de relation, on a demandé quelle en était la principale raison. Près de la moitié (48 %) ont indiqué ne pas être encore prêts à vivre ensemble, tandis que 28 % ont déclaré vouloir préserver leur indépendance.

Les personnes plus âgées étaient toutefois plus susceptibles d'être en couple VCCS par choix. De toutes les personnes d'au moins 60 ans en union non cohabitante, 37 % ont dit avoir choisi cette forme de relation pour « préserver leur indépendance ».

Des relations en grande partie transitionnelles, mais pas dans tous les cas

Les personnes en couple VCCS ont été aussi interrogées à propos de leur intention de faire vie commune avec leur partenaire dans un prochain avenir.

Plus de 80 % des jeunes adultes en couple VCCS âgés de 20 à 29 ans ont dit vouloir vivre ensemble à un moment donné. Cela montre que les relations de type VCCS sont généralement transitionnelles à cet âge.

Toutefois, moins de 30 % des personnes de 60 ans et plus en couple VCCS avaient l'intention de faire vie commune avec leur partenaire, indiquant que les personnes plus âgées sont plus disposées à maintenir ce genre de relation à long terme.

En fait, 42 % des Canadiens plus âgés en couple VCCS ont déclaré ne pas avoir l'intention d'emménager avec leur partenaire et avoir choisi ce mode de vie.

La plupart des couples VCCS sont relativement récents

Parmi les adultes, deux sur trois ont déclaré avoir été en couple VCCS depuis moins de trois ans.

Toutefois, 9 personnes sur 10 en couple VCCS avaient une relation assez sérieuse pour que la plupart ou que tous les membres de leur famille et leurs amis proches soient au courant.

Vivre séparément ne signifiait pas toujours vivre à distance. En 2011, 20 % des personnes en couple VCCS vivaient à au moins une heure en voiture de leur conjoint, 34 % vivaient de 30 minutes à 60 minutes de route en voiture, et 45 % vivaient dans le même voisinage.

Les personnes de 60 ans et plus en couple VCCS avaient une plus grande tendance à vivre dans le même voisinage que leur conjoint.

  Note aux lecteurs

Le profil de ce groupe a été préparé à partir de données de l'Enquête sociale générale sur la famille de 2011 et de 2001, qui comprend une série de questions détaillées sur la vie de couple, dont l'état matrimonial actuel et passé.

L'article « Vivre en couple chacun chez soi » est maintenant accessible dans l'édition de mars 2013 de la publication en ligne Regards sur la société canadienne (Numéro au catalogue75-006-X), à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Parcourir par ressource clé.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous sans frais au 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Martin Turcotte au 613-951-2290 (martin.turcotte@statcan.gc.ca), Division de la statistique du travail.

Pour obtenir plus de renseignements sur Regards sur la société canadienne, communiquez avec Sébastien LaRochelle-Côté au 613-951-0803 (sebastien.larochelle-cote@statcan.gc.ca), Division de la statistique du travail.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :