Balance des paiements internationaux du Canada

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sujets connexes

    [an error occurred while processing this directive]
Troisième trimestre de 2011 (Communiqué précédent)

Le déficit global du compte courant du Canada (en chiffres désaisonnalisés) a diminué de 4,0 milliards de dollars au troisième trimestre pour atteindre 12,1 milliards de dollars, sous l'effet surtout de l'accroissement des exportations de biens.

Soldes du compte courant

 Soldes du compte courant

Description du graphique : Soldes du compte courant

Dans le compte capital et financier (en chiffres non désaisonnalisés), les investisseurs de portefeuille étrangers ont continué d'injecter des fonds dans l'économie canadienne, principalement par l'acquisition de titres d'emprunt à court terme. Les investissements directs étrangers ont modéré l'ensemble des entrées de fonds, les investissements directs canadiens à l'étranger ayant dépassé les investissements directs étrangers au Canada pour la première fois en 2011.

Note aux lecteurs

La balance des paiements internationaux retrace l'ensemble des transactions économiques entre les résidents du Canada et les non-résidents dans deux comptes, soit le compte courant ainsi que le compte capital et financier.

Le compte courant porte sur les transactions sur les biens, les services, les revenus découlant des placements et les transferts courants.

Le compte capital et financier porte principalement sur les transactions liées à des actifs et passifs financiers.

Un solde du compte courant en surplus ou en déficit correspond, en principe, à une sortie ou à une entrée nette de fonds équivalente au compte capital et financier. En pratique, les données étant compilées à partir d'une multitude de sources, les deux comptes s'égalisent rarement, ce qui donne lieu à une erreur de mesure. La divergence statistique est l'entrée ou la sortie nette non observée.

Pour obtenir plus de renseignements au sujet de la balance des paiements, veuillez consulter «La foire aux questions» du module Comptes économiques nationaux de notre site Web. Le module présente également les plus récentes statistiques de la balance des paiements.

Compte courant

Le solde des biens redevient excédentaire

Le solde global du commerce des biens a affiché un excédent de 0,7 milliard de dollars au troisième trimestre, après avoir enregistré un déficit de 3,5 milliards de dollars au trimestre précédent. Cet excédent était principalement attribuable à un redressement des exportations, surtout des biens industriels et des machines et matériel, tandis que les exportations de véhicules automobiles et de pièces étaient essentiellement inchangées, et que celles de produits énergétiques ont continué à s'affaiblir. Par conséquent, la vigueur des exportations pendant le trimestre a été en grande partie attribuable au commerce avec des pays autres que les États-Unis.

Soldes des biens par zones géographiques

 Soldes des biens par zones géographiques

Description du graphique : Soldes des biens par zones géographiques

Les exportations de biens ont augmenté de 4,7 milliards de dollars pour s'établir à 115,2 milliards de dollars au troisième trimestre, soit le plus haut niveau depuis le troisième trimestre de 2008.

Les exportations de biens industriels se sont accrues de 2,3 milliards de dollars, en hausse pour un neuvième trimestre de suite, en raison des plus gros volumes et de l'accroissement des prix. La plupart des hausses pendant le trimestre ont été enregistrées dans le secteur des métaux précieux et des minerais métalliques.

Les exportations de machines et de matériel ont augmenté de 2,2 milliards de dollars, surtout en raison de l'accroissement des volumes. En particulier, les exportations d'aéronefs ont rebondi de 0,9 milliard de dollars au troisième trimestre, après avoir enregistré le plus faible niveau en plus de 10 ans au trimestre précédent.

La réduction des exportations de pétrole brut a plus qu'effacé les hausses du secteur du gaz naturel et des autres produits énergétiques, tout comme au trimestre précédent.

Les importations de biens ont légèrement augmenté de 0,4 milliard de dollars au troisième trimestre pour se situer à 114,5 milliards de dollars. Les produits automobiles ont progressé de 1,2 milliard de dollars, grâce aux volumes plus élevés des voitures, des camions et des pièces importés. Les importations de biens industriels se sont renforcées pour un neuvième trimestre d'affilée, en hausse de 0,6 milliard de dollars en raison de la hausse des prix.

Toutefois, les importations de produits énergétiques ont diminué de 1,7 milliard de dollars, les prix et les volumes s'étant repliés. Il s'agit du premier recul depuis le premier trimestre de 2009.

Réduction du déficit au chapitre du commerce des services principalement attribuable aux transports et aux voyages

Le déficit au chapitre du commerce des services s'est rétréci de 0,2 milliard de dollars pour atteindre 6,3 milliards de dollars au troisième trimestre. Dans les comptes des transports et des voyages, les recettes ont augmenté, tandis que les paiements ont diminué. La réduction de ces déficits a été légèrement neutralisée par la diminution de l'excédent des services commerciaux.

Hausse du déficit des revenus de placements en raison des paiements plus élevés

Le déficit des revenus de placements a augmenté de 0,4 milliard de dollars et a atteint 5,9 milliards de dollars, les paiements ayant crû plus que les recettes au troisième trimestre.

Les bénéfices sur les investissements directs étrangers au Canada ont progressé de 0,5 milliard de dollars, les dividendes payés et les gains non distribués ayant augmenté, notamment dans le secteur de l'énergie. Les intérêts et les dividendes payés aux non-résidents se sont également accrus (+0,2 milliard de dollars), parallèlement à la hausse des avoirs des étrangers en titres canadiens.

Par ailleurs, les bénéfices réalisés par les investisseurs directs canadiens ont progressé de 0,4 milliard de dollars.

Compte capital et financier

L'investissement des non-résidents en titres canadiens touche principalement les bons du Trésor

Les investissements étrangers en titres canadiens étaient concentrés dans les instruments du marché monétaire au troisième trimestre, les achats de ces instruments s'étant établis à 16,2 milliards de dollars, dépassant le sommet précédent de 9,9 milliards de dollars atteint au quatrième trimestre de 2008. Les acquisitions des non-résidents en titres à court terme étaient surtout sous forme d'effets du gouvernement fédéral, dont les avoirs étrangers ont augmenté de près de 50 % pendant le trimestre.

L'investissement étranger en obligations canadiennes s'est poursuivi au troisième trimestre, les non-résidents en ayant ajouté pour 7,4 milliards de dollars à leurs avoirs, soit un 11e trimestre consécutif de ce type d'investissement. Cependant, il s'agit de la plus faible acquisition trimestrielle d'obligations canadiennes enregistrée durant cette période.

Les investisseurs étrangers ont privilégié les obligations émises par les gouvernements provinciaux et les sociétés privées pendant le trimestre, aussi bien les nouvelles émissions que les acquisitions sur le marché secondaire. Ces entrées de fonds ont été modérées par une réduction de 1,9 milliard de dollars des avoirs étrangers en obligations fédérales, le premier désinvestissement de ce genre observé depuis le quatrième trimestre de 2008. Les non-résidents ont également réduit leurs avoirs en obligations d'entreprises publiques fédérales de 2,1 milliards de dollars, après cinq trimestres consécutifs d'investissement. Néanmoins, les avoirs des non-résidents en obligations fédérales à la fin de septembre 2011 étaient presque trois fois plus élevés qu'à la fin de décembre 2008.

Investissements étrangers de portefeuille en titres d'emprunt canadiens

 Investissements étrangers de portefeuille en titres d'emprunt canadiens

Description du graphique : Investissements étrangers de portefeuille en titres d'emprunt canadiens

Les acquisitions étrangères d'actions canadiennes ont augmenté pour s'établir à 4,1 milliards de dollars au troisième trimestre. Cette augmentation était en grande partie attribuable aux fusions et aux acquisitions, qui ont mené à l'émission d'actions canadiennes aux anciens actionnaires des sociétés étrangères acquises. L'augmentation a été modérée par le premier désinvestissement étranger en actions canadiennes sur le marché secondaire en six trimestres. Les cours des actions canadiennes ont diminué de 12,6 % au troisième trimestre, soit la baisse trimestrielle la plus marquée depuis le quatrième trimestre de 2008.

Les investisseurs canadiens continuent à privilégier les actions étrangères

Les investisseurs canadiens ont acheté pour 4,6 milliards de dollars de titres étrangers au troisième trimestre, la tendance à investir dans les actions et à désinvestir dans les titres d'emprunt s'étant maintenue en 2011.

Les acquisitions de titres étrangers se sont chiffrées à 7,8 milliards de dollars au troisième trimestre et ont principalement ciblé le marché boursier américain, surtout sous l'effet de la demande des caisses de retraite canadiennes. La plupart des grands marchés boursiers mondiaux ont enregistré des pertes au troisième trimestre.

Les Canadiens ont continué à réduire leurs avoirs en titres d'emprunt étrangers au troisième trimestre, mais à un rythme plus lent qu'au trimestre précédent. Cette tendance était principalement attribuable à un désinvestissement de 3,0 milliards de dollars en obligations étrangères, surtout en raison d'une réduction des avoirs en titres du gouvernement des États-Unis. Les Canadiens ont également continué à réduire leurs avoirs en obligations feuille d'érable, conformément à la tendance générale observée depuis le début de 2008.

Les investissements directs à l'étranger dépassent les investissements directs étrangers au pays pour la première fois en 2011

Les investissements directs canadiens à l'étranger se sont chiffrés à 15,4 milliards de dollars au troisième trimestre, soit le plus important investissement de ce genre en 2011. Cette activité était en grande partie attribuable aux fusions et aux acquisitions transfrontalières par des sociétés financières canadiennes. L'économie américaine représentait la majeure partie de cet investissement trimestriel, soit 11,6 milliards de dollars, l'investissement le plus élevé enregistré en deux ans.

Investissements directs canadiens à l'étranger1

 Investissements directs canadiens à l'étranger

Description du graphique : Investissements directs canadiens à l'étranger

Les investissements directs étrangers de 6,2 milliards de dollars au Canada ont représenté le plus faible investissement observé depuis le troisième trimestre de 2010. La majorité des entrées de fonds provenaient des bénéfices réinvestis dans les filiales canadiennes des investisseurs directs étrangers. Sur le plan des industries, l'activité était principalement orientée vers les secteurs de l'énergie et des minerais métalliques de l'économie canadienne. Les retraits de capitaux étrangers dans le secteur financier au Canada ont modéré les entrées de fonds totales au troisième trimestre.

Données stockées dans CANSIM : tableaux 376-0001 à 376-0017 et 376-0035.

Définitions, source de données et méthodes : numéros d'enquête, y compris ceux des enquêtes connexes, 1534, 1535, 1536 et 1537.

Le numéro du troisième trimestre de 2011 de la publication Balance des paiements internationaux du Canada (67-001-X, gratuite) paraîtra sous peu.

Les données du quatrième trimestre portant sur la balance des paiements internationaux seront diffusées le 1er mars 2012.

Pour commander des données ou pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec les Services à la clientèle au 613-951-1855 (infobalance@statcan.gc.ca). Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Denis Caron au 613-951-1861 (denis.caron@statcan.gc.ca), Division de la balance des paiements.