Étude : Achèvement d'études universitaires selon le niveau de scolarité des parents

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sujets connexes

    [an error occurred while processing this directive]
2009

Les personnes dont les parents ont un grade universitaire demeurent plus susceptibles de faire des études universitaires que ceux dont les parents n'en ont pas, bien que l'écart entre les deux groupes se soit resserré au fil du temps.

En 1986, 12 % des personnes de 25 à 39 ans nées au Canada dont les parents n'avaient pas terminé d'études universitaires avaient un diplôme universitaire. En 2009, cette proportion avait presque doublé pour s'établir à 23 %.

En comparaison, en 1986, 45 % des personnes dont au moins un des parents avait un diplôme universitaire étaient elles aussi titulaires d'un grade. En 2009, cette proportion avait également augmenté, mais à un rythme plus lent, pour atteindre 56 %.

L'augmentation du pourcentage de diplômés universitaires chez les personnes dont les parents ne sont pas titulaires d'un grade est en grande partie attribuable aux femmes.

En 1986, parmi les femmes dont les parents n'avaient pas de diplôme universitaire, 10 % d'entre elles en avaient un. En 2009, ce pourcentage avait presque triplé pour atteindre 28 %. Chez les hommes, la progression a été plus modeste, la proportion correspondante étant passée de 14 % en 1986 à 18 % en 2009.

Chez les immigrants de deuxième génération (ceux dont au moins un des parents est né à l'extérieur du Canada), l'incidence de l'origine sociale sur la probabilité de terminer des études universitaires était moins grande que chez les personnes dont les deux parents sont nés au Canada.

Par exemple, en 2009, parmi les personnes dont un des parents était né à l'étranger, 30 % de ceux dont les deux parents n'avaient pas de diplôme universitaire étaient titulaires d'un grade. Cette proportion s'élevait à 62 % chez ceux dont au moins un des parents était diplômé. En d'autres termes, la proportion était deux fois plus élevée chez les personnes issues de familles dont au moins un parent avait terminé des études universitaires.

Cependant, pour les personnes dont les deux parents étaient nés au Canada, l'écart relatif entre ces deux groupes était 2,5 fois plus grand : la proportion de diplômés universitaires était d'environ 21 % chez ceux dont les parents n'avaient pas terminé d'études universitaires, comparativement à 53 % chez ceux dont au moins un des parents était titulaire d'un grade.

Nota : L'objet de la présente étude est de déterminer si la mobilité intergénérationnelle du point de vue de l'achèvement d'études universitaires a progressé au cours des dernières années. Pour traiter cette question, les données de 12 cycles de l'Enquête sociale générale, portant sur la période allant de 1986 à 2009, ont été utilisées. L'analyse porte sur les personnes de 25 à 39 ans nées au Canada.

Définitions, source de données et méthodes : numéros d'enquête, y compris ceux des enquêtes connexes, 3894, 4500, 4501, 4503, 4504, 4505 et 5024.

L'article «Mobilité intergénérationnelle en éducation : l'achèvement d'études universitaires selon le niveau de scolarité des parents» peut maintenant être consulté dans le numéro en ligne d'août 2011 de Tendances sociales canadiennes, no 92 (11-008-X, gratuit), accessible à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Ressource clé.

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec les Services à la clientèle au 613-951-5979 (sasd-dssea@statcan.gc.ca), Division de la statistique sociale et autochtone.