Les crimes haineux déclarés par la police

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sujets connexes

    [an error occurred while processing this directive]

Les services de police canadiens ont déclaré 1 473 crimes haineux en 2009, en hausse de 437 affaires, ou de 42 %, par rapport à l'année précédente. Cette hausse faisait suite à une augmentation de 35 % en 2008.

Plus de la moitié (54 %) des crimes haineux déclarés par la police en 2009 ont été motivés par la race ou l'origine ethnique, 29 %, par la religion, et 13 %, par l'orientation sexuelle.

Les trois principaux facteurs de motivation pour les crimes haineux ont affiché une augmentation en 2009. La hausse la plus marquée a été observée au chapitre des crimes motivés par la haine de la religion, lesquels ont progressé de 55 % en 2009. Le nombre de crimes motivés par la haine de la race s'est accru de 35 %, alors que le nombre de crimes motivés par la haine de l'orientation sexuelle a augmenté de 18 %.

Les infractions violentes, comme les voies de fait, représentaient environ 4 crimes haineux déclarés par la police sur 10. Les infractions violentes étaient particulièrement plus fréquentes dans les crimes motivés par la haine de l'orientation sexuelle.

Plus de la moitié (54 %) des crimes haineux déclarés par la police comportaient des méfaits, comme des graffitis ou du vandalisme.

Par ailleurs, les taux de crimes haineux avaient tendance à être les plus élevés chez les jeunes et les jeunes adultes, tant pour les victimes que pour les auteurs présumés de crimes haineux.

Les crimes haineux contre les Arabes ou les Asiatiques occidentaux ont doublé en 2009

Le nombre de crimes haineux commis contre tous les groupes raciaux et déclarés par la police a affiché une hausse en 2009. L'augmentation la plus prononcée a été constatée pour les crimes de haine contre les Arabes ou les Asiatiques occidentaux, lesquels ont doublé pour passer de 37 affaires en 2008 à 75 affaires en 2009.

Les Noirs ont continué d'être le groupe racial le plus souvent ciblé, ayant été victimes de 272 affaires en 2009, soit environ 38 % des affaires motivées par la race.

Les crimes de haine contre la religion juive augmentent considérablement

Comme au cours des années passées, 7 crimes motivés par la haine de la religion sur 10 ont été commis contre des personnes juives en 2009. La police a déclaré 283 de ces crimes en 2009, en hausse de 71 % par rapport à 2008.

Le nombre de crimes haineux contre les musulmans (religion islamique) est passé de 26 affaires en 2008 à 36 affaires en 2009. La police a déclaré 33 crimes haineux contre les catholiques, soit 3 de plus qu'en 2008.

Des hausses sont principalement observées dans quatre grandes régions métropolitaines

En 2009, quatre régions métropolitaines de recensement ont été à l'origine de la majeure partie de l'augmentation des crimes haineux déclarés par la police. Il s'agissait d'Ottawa, où le nombre d'affaires s'est accru de 83, de Toronto (+79), de Kitchener–Cambridge–Waterloo (+62) et de Montréal (+61).

Note aux lecteurs

Les crimes haineux déclarés par la police sont des affaires criminelles qui, après enquête par la police, sont déterminées comme ayant été motivées par la haine d'un groupe identifiable. L'affaire peut cibler la race, la couleur, l'origine nationale ou ethnique, la religion, l'orientation sexuelle, la langue, le sexe, l'âge, l'incapacité mentale ou physique, ou d'autres facteurs tels que la profession et les convictions politiques.

Les données sur les crimes haineux déclarés par la police sont recueillies chaque année depuis 2006 et visent 87 % de la population du Canada. Cet article de Juristat porte sur les données de 2009, soit l'information la plus à jour qui existe sur l'étendue et la nature des crimes de haine déclarés par la police au Canada.

Le nombre de crimes haineux figurant dans la présente diffusion constitue probablement une sous-estimation du véritable nombre de crimes motivés par la haine au Canada, puisque ce ne sont pas tous les crimes qui sont signalés à la police. Les données sur la victimisation autodéclarée par les Canadiens semblent indiquer qu'environ le tiers (34 %) des incidents qui, selon les répondants, ont été motivés par la haine ont ensuite été signalés à la police.

Kitchener–Cambridge-Waterloo a enregistré le plus fort taux de crimes haineux déclarés par la police, ayant affiché un peu moins de 18 affaires pour chaque tranche de 100 000 habitants. Le taux de cette ville était suivi de près des taux de Guelph, de Peterborough et d'Ottawa.

Le nombre de crimes de haine observé dans une région donnée peut être influencé par la volonté du public à signaler les affaires à la police de même que par les pratiques des services de police locaux et les campagnes de sensibilisation.

Définitions, source de données et méthodes : numéros d'enquête, y compris ceux des enquêtes connexes, 3302 et 4504.

L'article de Juristat : «Les crimes haineux déclarés par la police au Canada, 2009» (85-002-X, gratuit), est maintenant accessible à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Ressource clé. Choisissez Tous les sujets, ensuite Crime et justice, puis Juristat.

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec les Services d'information à la clientèle au 613-951-9023 ou composez sans frais le 1-800-387-2231, Centre canadien de la statistique juridique.