Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Étude : Migration entre municipalité centrale et municipalités avoisinantes à Toronto, Montréal et Vancouver

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sujets connexes

2006

Entre 2001 et 2006, les personnes du groupe des 25 à 44 ans étaient les plus susceptibles de migrer d'une municipalité centrale vers une municipalité avoisinante dans les trois plus grandes régions métropolitaines de recensement (RMR) du Canada, soit Toronto, Montréal et Vancouver.

Dans l'étude «Migration entre municipalité centrale et municipalités avoisinantes à Toronto, Montréal et Vancouver», on examine les taux de migration chez les personnes âgées de 25 à 44 ans dans ces trois RMR, en se fondant sur les données du Recensement de 2006. Les gens de ce groupe d'âge représentent un groupe démographique clé, car ils ont l'âge de fonder une famille et de faire l'acquisition d'un premier logement. Par conséquent, ils sont une «clientèle» particulièrement recherchée par toutes les municipalités, qu'elles soient centrales ou non.

Dans les trois RMR, entre 2001 et 2006, près de une personne sur sept âgée de 25 à 44 ans (14 %) a quitté une municipalité centrale pour aller vivre dans l'une des nombreuses municipalités avoisinantes.

En revanche, la proportion de personnes de ce groupe d'âge ayant fait l'inverse, c'est-à-dire migrer vers la municipalité centrale, était nettement inférieure; 5 % l'ont fait à Toronto et à Montréal, et 4 %, à Vancouver.

Dans les trois cas, les municipalités centrales ont enregistré une perte nette de personnes âgées de 25 à 44 ans au profit des municipalités avoisinantes entre 2001 et 2006. À titre d'exemple, dans la région de Toronto, 95 700 personnes de ce groupe d'âge ont migré de la ville de Toronto vers une municipalité avoisinante, alors qu'environ 27 500 ont fait l'inverse. Cela donne un ratio de 3,5 à 1.

La propension à déménager vers une municipalité avoisinante a considérablement varié selon les caractéristiques sociales et économiques de la personne.

Celles les plus susceptibles de déménager au cours de la période observée étaient les nouveaux parents, les personnes ayant un diplôme d'études collégiales ou un baccalauréat et celles dont le revenu familial après impôts se situait entre 70 000 $ et 99 999 $.

Le revenu familial après impôts était un facteur déterminant dans la décision de quitter une municipalité centrale. À Montréal, par exemple, les personnes ayant un revenu après impôts entre 70 000 $ et 99 999 $ étaient environ cinq fois plus susceptibles de déménager pour s'établir dans une municipalité avoisinante que celles ayant un revenu de 20 000 $ ou moins.

Un autre facteur déterminant était la situation familiale, même quand les effets de l'âge, du revenu et d'autres éléments étaient pris en compte. Dans les trois RMR, les personnes qui sont devenues parents pour la première fois entre 2001 et 2006 comptaient parmi les gens les plus susceptibles de quitter la municipalité centrale.

Dans la région de Vancouver, par exemple, 27 % des nouveaux parents ont quitté la ville de Vancouver pour s'établir dans une municipalité avoisinante. Par contre, 8 % des personnes qui habitaient seules ont migré vers une municipalité avoisinante, c'est-à-dire plus de trois fois moins.

Dans les trois RMR, les personnes ayant un diplôme collégial ou un baccalauréat étaient plus susceptibles de quitter la municipalité centrale. Celles qui avaient un diplôme de plus haut niveau, soit une maîtrise ou un doctorat, étaient légèrement moins susceptibles de le faire.

Définitions, source de données et méthodes : numéro d'enquête 3901.

L'article «Migration entre municipalité centrale et municipalités avoisinantes à Toronto, Montréal et Vancouver» figure maintenant dans le numéro en ligne de juin 2010 de Tendances sociales canadiennes, no 90 (11-008-X, gratuit), accessible à partir du module Publications de notre site Web, sous l'onglet Ressource clé.

Vous trouverez aussi dans ce numéro de Tendances sociales canadiennes deux autres articles : «Les pères pris en compte» et «Les ressortissants étrangers qui travaillent temporairement au Canada».

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec les Services à la clientèle au 613-951-5979 (sasd-dssea@statcan.gc.ca), Division de la statistique sociale et autochtone.