Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Étude : Estimations et effets de l'obésité fondés sur des mesures autodéclarées et sur des mesures directes

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le Quotidien


Le mercredi 14 mai 2008
2005

Depuis le milieu des années 1990, dans le cadre de ses grandes enquêtes sur la santé, Statistique Canada se fie généralement à la taille et au poids déclarés par les répondants pour estimer l'indice de masse corporelle (IMC) et produire des taux d'obésité.

Deux articles publiés aujourd'hui dans la publication Rapports sur la santé quantifient le biais découlant de l'utilisation de données autodéclarées, ainsi que ses effets.

L'analyse a été fondée sur 4 567 participants à l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) de 2005 âgés de 12 ans et plus qui, dans le cadre d'interviews sur place, ont fourni des mesures autodéclarées de leur taille et de leur poids. Ceux-ci ont ensuite été mesurés par des intervieweurs qualifiés.

Les participants avaient tendance à surestimer légèrement leur taille. En moyenne, les hommes ont surestimé leur taille de 1 centimètre et les femmes, de 0,5 centimètre.

La tendance à sous-estimer le poids était plus prononcée. Les femmes ont sous-estimé leur poids de 2,5 kilogrammes en moyenne, contre 1,8 kilogramme pour les hommes.

En outre, plus leur poids était élevé, plus les personnes le sous-estimaient. Les femmes appartenant à la catégorie la plus élevée d'obésité ont sous-estimé leur poids de 8,6 kilogrammes en moyenne et les hommes de cette catégorie, de 5,0 kilogrammes.

Comme on peut s'y attendre, de nombreuses études ont montré que les données autodéclarées produisent des estimations plus faibles de la prévalence de l'obésité que les données mesurées. Toutefois, peu d'études ont porté sur les effets de cette classification erronée du rapport entre les catégories d'IMC et les problèmes de santé liés à l'obésité.

Selon les données autodéclarées sur la taille et le poids de l'ESCC, une proportion considérable de personnes ayant un poids corporel excessif ont été classées par erreur dans des catégories d'IMC inférieures. Par conséquent, les associations entre le poids et les problèmes de santé liés à l'obésité, comme le diabète, l'hypertension et la maladie cardiaque, sont peut-être exagérées, parce que les personnes appartenant aux catégories «embonpoint» et «obésité», selon les données autodéclarées, pèsent effectivement davantage que celles des catégories correspondantes selon les valeurs mesurées.

Étant donné que le recours aux données autodéclarées entraîne une sous-estimation de la prévalence de l'obésité, le fardeau total des problèmes de santé liés à l'obésité (mesuré selon le nombre de cas) est sous-estimé.

Par exemple, 360 000 personnes de 40 ans et plus classées comme obèses d'après les données autodéclarées étaient atteintes de diabète. Cependant, parmi les personnes classées comme obèses d'après les valeurs mesurées, 530 000, soit près de 50 % de plus, étaient atteintes de diabète. Ces différences reflètent simplement le plus grand nombre de personnes classées dans la catégorie «obésité» lorsque l'on utilise les données mesurées.

Statistique Canada tente d'élaborer des méthodes pour résoudre ces problèmes.

Définitions, source de données et méthodes : numéro d'enquête 3226.

Les articles «Estimations de l'obésité fondées sur des mesures autodéclarées et sur des mesures directes» et «Effets des mesures sur l'obésité et la morbidité», qui font partie de la publication Rapports sur la sant&eacute ;, vol. 19, no 2 (82-003-XWF, gratuite), parue en ligne aujourd'hui, sont maintenant accessibles à partir du module Publications de notre site Web.

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Julie Bernier au 613-951-4556 (julie.bernier@statcan.gc.ca), Division de l'information et de la recherche sur la santé.

Pour obtenir plus de renseignements sur les Rapports sur la santé, communiquez avec Christine Wright au 613-951-1765 (christine.wright@statcan.gc.ca), Division de l'information et de la recherche sur la santé.