Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Étude : Changements dans la prévalence de l'asthme chez les enfants au Canada

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le Quotidien


Le mercredi 16 avril 2008
1994-1995 à 2000-2001

À la fin des années 1990, le nombre d'enfants souffrant d'asthme, l'un des problèmes chroniques de santé les plus répandus chez les enfants, a augmenté, mais la prévalence des crises d'asthme a baissé. C'est ce que révèle une nouvelle étude.

En 1994-1995, l'asthme a été diagnostiqué chez environ 11 % des enfants âgés de 11 ans ou moins, soit près de 520 000 enfants. En 2000-2001, ce taux avait augmenté pour atteindre plus de 13 %, ce qui représente une hausse de près de 70 000 enfants.

L'étude «Changements dans la prévalence de l'asthme chez les enfants au Canada», publiée aujourd'hui dans la publication Rapports sur la santé, montre que la progression observée n'est statistiquement significative que pour les enfants âgés de 5 ans ou moins et pour ceux de 10 et 11 ans.

Par ailleurs, la prévalence des crises d'asthme a diminué au cours de cette période. En 1994-1995, un peu plus de la moitié des enfants asthmatiques avaient eu une crise d'asthme l'année précédente; en 2000-2001, cette proportion avait chuté pour s'établir à 39 %.

Les données, tirées de l'Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes, montrent également que la proportion d'enfants présentant des symptômes graves d'asthme a aussi diminué durant cette période.

Chez les enfants asthmatiques, la proportion de ceux qui présentent des symptômes graves est passée de 41 % en 1994-1995 à 36 % en 2000-2001.

La probabilité d'avoir une crise d'asthme dépend de la gravité de la maladie. Par exemple, en 2000-2001, 70 % des enfants souffrant d'asthme grave avaient eu une crise au cours de l'année précédente, comparativement à moins de 10 % de ceux souffrant d'asthme léger.

Les diagnostics d'asthme sont plus fréquents chez les garçons que chez les filles

Les garçons sont significativement plus susceptibles que les filles d'être diagnostiqués asthmatiques. En 2000-2001, des diagnostics d'asthme ont été portés chez 16 % des garçons et chez environ 11 % des filles.

La prévalence de l'asthme chez les garçons a augmenté de façon significative, passant d'un peu moins de 14 % en 1994-1995 à 16 % en 2000-2001. Toutefois, le pourcentage de garçons asthmatiques ayant eu une crise l'année précédente a diminué, passant de 52 % à 41 %. Les filles, elles aussi, ont enregistré une augmentation de la prévalence de l'asthme, laquelle est passée de 8 % environ à plus de 10 %, et une diminution des crises au cours de l'année précédente chez les asthmatiques, de près de 50 % à 37 %.

Les taux d'asthme les plus élevés sont observés dans les provinces de l'Atlantique

Au Canada, le taux d'asthme chez les enfants varie selon la région, les taux les plus élevés étant observés dans les quatre provinces de l'Atlantique : la Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve-et-Labrador, le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard.

D'autres recherches ont révélé que, même une fois neutralisé l'effet de divers facteurs environnementaux comme l'ozone, la température et l'humidité relative, les enfants des provinces de l'Atlantique ont continué d'afficher des taux d'asthme plus élevés.

C'est en Colombie-Britannique et dans les trois provinces des Prairies que les enfants ont enregistré les taux d'asthme les plus faibles.

Les enfants vivant dans des ménages de fumeurs courent des risques plus élevés de souffrir d'asthme

Les enfants qui vivent dans des ménages où l'un ou l'autre des parents fume quotidiennement sont significativement plus susceptibles que les enfants de ménages non fumeurs d'être diagnostiqués asthmatiques ou de présenter des symptômes de type asthmatique.

La prévalence de l'asthme chez les enfants ne varie pas selon le revenu du ménage ou selon le lieu de résidence en milieu urbain ou rural

Même si les faibles revenus tendent généralement à être associés à une mauvaise santé, et les revenus élevés, à une bonne santé, on n'observe pas de relation entre le revenu du ménage et l'asthme chez les enfants.

En 2000-2001, la prévalence de l'asthme chez les enfants ne variait pas de façon significative selon le revenu du ménage. De même, parmi les enfants asthmatiques, la probabilité d'avoir eu une crise d'asthme au cours de l'année précédente n'était pas liée au revenu du ménage.

Enfin, la prévalence de l'asthme ne varie pas de façon significative selon que les enfants vivent en milieu rural ou en milieu urbain.

Définitions, source de données et méthodes : numéro d'enquête 4450.

L'étude intitulée «Changements dans la prévalence de l'asthme chez les enfants au Canada», qui fait partie de la publication Rapports sur la santé, vol. 19, no 2 (82-003-XWF, gratuite), est maintenant accessible à partir du module Publications de notre site Web.

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Julie Bernier au 613-951-4556 (julie.bernier@statcan.gc.ca), Division de l'information et de la recherche sur la santé.

Pour obtenir plus de renseignements sur la publication Rapports sur la santé, communiquez avec Christine Wright au 613-951-1765 (christine.wright@statcan.gc.ca), Division de l'information et de la recherche sur la santé.